AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253086150
Éditeur : Le Livre de Poche (22/02/2017)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 241 notes)
Résumé :
Mariés depuis trois ans, Chloé et Gabriel mènent une existence heureuse à Saint-Malo, jusqu'au jour où la jeune femme se noie accidentellement au cours d'une baignade matinale. Gabriel, incapable de surmonter seul son chagrin, se décide à chercher du soutien auprès d'un groupe de parole. Il y fait la connaissance d'Emma, une photographe arrivée dans la ville récemment, qui va l'aider à traverser son deuil. Seulement, Chloé semble toujours très présente et, étonnamme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  18 mars 2019
On peut être jeune, en bonne santé, sportive et nageuse expérimentée et être victime d'un AVC, ça ne prévient pas et lorsque l'accident se produit au cours d'une baignade matinale dans une petite crique à l'abri des regards sous les remparts de Saint-Malo, personne n'est là pour porter assistance à la personne en détresse. C'est Chloé qui se noie tragiquement, et c'est Gabriel qui boit la tasse, coule à pic, touche le fond, sombre dans les abysses du chagrin, incapable de se remettre de la mort prématurée de celle qui partage sa vie depuis 8 ans, la femme de sa vie, aimée éperdument.

Mais il n'est pas non plus un ange ni un archange, Gabriel, et alors qu'il participe à un groupe de parole qui réunit des personnes frappées par la mort d'un proche, il rencontre Emma, jeune photographe qui vivote en shootant des noces et banquets, enterrements de vie de jeune fille ou garçon, naissances, ou dans le cadre de cette association, propose aux personnes endeuillées de réunir les plus beaux ou importants souvenirs photographiques de leur défunt dans un album afin que leur mémoire leur survive. Emma attend son heure, car son projet professionnel est de réaliser du photo-journalisme, de se rendre là où les guerres font rage.

Il est impossible d'aller plus loin que ce que révèle la 4ème de couverture car un mot de trop anéantirait l'étonnante et originale intrigue inventée par Amélie Antoine. Je me contente donc, brièvement, de saluer dans ce roman inaugural, le talent naissant de cette auteure, dont j'ai apprécié l'imagination et également le style épuré et incisif, les fines observations sur le monde de la photographie et sur un autre monde, à découvrir dans ses pages. Allez savoir pourquoi, elle me fait penser à Pascal Garnier, un auteur qui faute de détenir les codes universitaires de l'écriture et de maîtriser la concordance des temps, écrivait ses histoires en mode sujet-verbe-complément au présent de l'indicatif. Quels grands romans il a laissés !

Une auteure dont je vais m'empresser d'explorer la bibliographie et dont je me garde bien de dire qu'elle est « brillantissime » puisque p. 220, elle informe sa mère que plus personne ne dit « brillantissime » depuis plus de 30 ans. Il faut que je me mette au goût du jour. Merci à Antyryia et à parlesyeuxdesonia, qui m'ont donné l'envie de la découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          647
Antyryia
  16 juin 2017

Serons-nous encore en vie demain ?
Probablement, mais il n'y a pas de certitude.
Accident de voiture, crise cardiaque, AVC ... La faucheuse sait très bien être imprévisible.
Vous ne saurez peut-être jamais que vous aviez gagné au loto, qu'un éditeur vous avait envoyé une réponse favorable pour publier votre roman.
Vous n'irez pas au cinéma comme tous les vendredis, vous auriez finalement préféré assister à la pénible réunion familiale de dimanche prochain.
Comme Chloé qui lisait un livre de Tatiana de Rosnay, vous ne saurez jamais comment votre roman se termine.
Comme Chloé vous ne serez plus là pour recevoir le prochain Amélie Nothomb, que vous avez déjà peut-être déjà précommandé.
Que souhaiteriez-vous à votre conjoint ?
De souffrir atrocement, de ne jamais s'en remettre, comme une ultime preuve d'amour à votre encontre ?
Ou de réussir à surmonter l'épreuve - pas trop vite quand même - et peut-être même, à terme, de retrouver quelqu'un qui ne vous remplacera pas pour autant ?
Parce que la mort est souvent imprévisible.
Comme l'a été ma lecture de Fidèle au poste, d'Amélie Antoine.
Rupture d'anévrisme pour Chloé le 16 mai 2013.
Quelques semaines avant sa trentième année.
Son corps a été repêché dans une crique de Saint Malo, dans laquelle elle avait l'habitude de nager tous les matins.
Elle était belle, féminine, insouciante et sûre d'elle.
Elle savait anticiper les gestes et pensées de son mari Gabriel.
Huit ans de vie commune. Trois de mariage.
Et ce jour-là tout s'achève.
Effondré, Gabriel apprendra la mort de sa bien-aimée le soir venu. Il ne s'était pas inquiété de n'avoir eu aucune nouvelle dans la journée, ça n'était pas la première fois.
Forcément, il subsiste une part de doute. Ca n'est pas possible. La réalité ne peut pas s'effondrer ainsi en une fraction de seconde.
Mais il identifiera le corps de sa moitié à la morgue. le doute n'est alors plus permis.
Vous passez une journée on ne peut plus normale à la banque où vous êtes conseiller financier ... et le soir vous êtes veuf.
Deuil brutal et sans concession.
Emma est quant à elle une jeune femme qui a fait de sa passion - la photographie - un métier alimentaire. Elle fait des clichés lors de mariages, de baptêmes et de différentes réunions familiales. Toujours les mêmes, sans la moindre originalité. Impossible d'exprimer son talent. Ce dont elle rêve , c'est de devenir photographe de guerre. D'aller dans les zones de conflits. de capturer des images choc ou émouvantes.
Elle n'a pas d'attaches. Elle a besoin de liberté.
Elle va se rendre à Saint Malo où elle travaillera en attendant pour l'association "Traverser le deuil" et réalisera des albums souvenirs en l'honneur des disparus, aidant les membres, si ce n'est à tourner la page, du moins à franchir les étapes du deuil.
- Euh, Antyryia ? Ton bouquin c'est du Danielle Steel, non ?
- Pourquoi tu dis ça ?
- Parce que j'ai déjà deviné la fin. Emma et Gabriel vont se rencontrer, vont se rapprocher, elle va l'aider à surmonter la tragédie, ils vont se reconstruire, aller au bout de leurs rêves. Peut-être même se marier et avoir beaucoup d'enfants. J'ai pas raison ?
- ... Euh ... Pas exactement.
- C'est toujours la même chose ce genre de romans pourtant. T'en as lu un, tu les as tous lus.
- Enfin je l'ai trouvé au rayon "thrillers", pas au rayon "cucul-la-praline".
- Donc ils ne vont pas se rencontrer ?
- Et si tu me laissais continuer ma critique tranquillement ?
La narration se fait à trois voix. Chaque chapitre de ce roman ( qui avance chronologiquement, mois par mois ) offre le point de vue des trois personnages, toujours dans le même ordre : Chloé, Gabriel, puis Emma.
Où qu'elle soit désormais, Chloé assiste à sa cérémonie d'adieux ( "Il n'est pas donné à tout le monde d'assister à son propre enterrement" ), à la déchéance de son mari ( "Il faut qu'il se ressaisisse, il n'a pas le choix !" ) et revient sur les moments qu'elle a partagés avec Gabriel ( leur mariage, leur déménagement ), cet homme dont elle a toujours anticipé les actes et les réactions ( "J'aimais anticiper , prévoir, maîtriser la situation." ).
Gabriel quant à lui, quelques semaines plus tard, commence à se demander si Chloé ne le trompait pas. Mais il ne connaîtra sans doute jamais tous ses secrets.
"Qu'est-ce que sa femme lui cachait d'autre, au juste ? Qu'est-ce qu'il risquait de découvrir maintenant qu'elle n'était plus là ?"
Il est descendu tellement bas qu'il ne peut désormais que commencer à remonter la pente. Son meilleur ami lui offre un chien ( qu'il n'aurait pu envisager d'avoir du vivant de son épouse ), et il se rend sans conviction aux réunions de l'association Traverser le deuil où il rencontre quelques personnes qui comme lui souffrent encore d'une trop brusque disparition.
Et Emma.
- En fait on est plutôt dans un Guillaume Musso.
- Je ne vois pas le rapport.
- Ben on a une petite touche de surnaturel dans une intrigue sentimentale avec un fantôme qui parle et assiste aux différents évènements qui ont lieu après sa mort. Chloé va aider son mari à aller mieux, elle va provoquer le destin avec ses petites mains ectoplasmiques. Ou alors au contraire ça va virer à Amityville tellement elle va être jalouse et Gabriel va devoir faire venir un exorciste !
- Tu sais ce qui est indiqué en quatrième de couverture ? "Une intrigue à trois voix qui ne vous emmène jamais là où vous l'attendez." Alors imagine tout ce que tu veux, je ne dis pas que tu as tort, mais pour le savoir tu devras lire le roman. Mais dis toi bien que quand tu anticipes quelque chose, c'est parce que l'auteure l'a bien voulu.
Fidèle au poste est un roman absolument brillant. La plume d'Amélie Antoine est alerte, efficace. Dans ses remerciements, elle espère avoir fait passer une nuit blanche à son lecteur. Prétentieux ? Même pas. On a envie de savoir et l'écriture se prête à une lecture rapide. Je ne l'ai pas lu d'une traite mais très rapidement. A peine les premières pages tournées j'étais déjà absorbé. Rarement un livre aura autant mérité le qualificatif de "page-turner", mais il est également bien plus que ça.
Amélie Antoine est une manipulatrice. Elle joue avec ses trois personnages ( et quelques autres ) mais elle joue surtout avec son lecteur. Et qu'est-ce que c'est plaisant d'être mené par le bout du nez, quand c'est bien fait. Des rebondissements, vous en devinerez quelques-uns. Parfois vous aurez raison ... mais pas souvent.
Il ne s'agit pas ici d'un puzzle à reconstituer comme avec tant d'autres thrillers psychologiques. L'auteure joue avec les codes du genre, et un peu avec ceux des romans sentimentaux pour un résultat réellement imprévisible, sans avoir besoin pour autant d'étendre son intrigue plus que de raison. C'est court et c'est percutant. On se pose les bonnes questions, mais on n'a pas forcément toujours les bons éléments pour y répondre.
Et en plus d'être prenant par l'intrigue et le style, le roman est intelligent et propose de vraies réflexions, ainsi qu'une réelle identification aux personnages. Quiconque a perdu un proche se retrouvera forcément au moins un peu dans Gabriel qui passe par les différentes étapes du deuil : Déni, culpabilité, colère...
"Il lui arrive de s'avouer que ses souvenirs sont sans doute idéalisés, avec des couleurs bien plus vives qu'à l'origine, avec des émotions plus exacerbées que dans la réalité."
"Le deuil qui, à défaut d'être terminé, devient une douce souffrance."
Et puis c'est intéressant de voir feu Chloé assister aux évènements qui suivent son décès, et en particulier ses réactions face à un mari dévasté ... ou face à un mari qui se reconstruit. C'est un point de vue narratif unique, déstabilisant.
Chloé toujours là, fidèle au poste.
Qui assiste à la souffrance engendrée par son drame, puis à son lent oubli.
"Je n'existe plus pour personne, putain."
Oui, c'est vrai, le roman parle aussi d'amour. Des liens au sein d'un couple, celui qui se connaît par coeur ou celui qui se découvre. Mais avec un angle original et sans le côté mièvre inhérent aux oeuvres sentimentales.
Et surtout, ça sonne juste. Les pensées, les actes, les évolutions de chacun, on n'a aucun mal à y croire parce qu'on s'y reconnaît.
Fidèle au poste n'est pas un roman forcément très ambitieux, mais c'est un court roman prenant, bien écrit, bien pensé et réservant son lot de surprises.
Idéal pour passer quelques heures agréables, surprenantes et intéressantes.
Et une auteure talentueuse de plus dont je suivrai les publications avec beaucoup d'intérêt, à commencer par Quand on n'a que l'humour, tant ce roman est prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
seshat123
  05 octobre 2017
Ceci est à la fois une chronique et un sondage. Ce que j'ai ressenti à la lecture du dernier chapitre de « Fidèle au poste » me fait culpabiliser. Amis lecteurs à vos claviers : il faut que je sache si je suis un monstre…
Commençons par le pitch :
« Fidèle au poste » est un roman de suspense, l'histoire d'une disparition racontée à trois voix. Chloé, l'héroïne, coach sportif, belle et indépendante est morte noyée suite à un A.V.C. Son mari Gabriel, conseiller financier, peine à retrouver goût à la vie après ce soudain veuvage. Emma enfin, jeune photographe qui rêve d'ailleurs mais photographie mariages et baptêmes, intervient dans le groupe de soutien que Gabriel rejoint.
On suit Gabriel dévasté par la mort de Chloé. Comment apprivoiser la douleur ? Il avance, tente de franchir les différentes étapes du deuil, mais surtout commence à faire de troublantes découvertes au sujet de sa femme. En parallèle, il se rapproche d'Emma pour réapprendre à vivre. le « fantôme » de Chloé commente son évolution. Mais il y a un truc qui cloche, ce roman n'est pas un livre sur la résilience, alors quoi ? Un meurtre ? Un suicide ? Que va-t-elle finir par lâcher la noyée ?
Au fil des pages, je m'attache au petit couple Gabriel - Emma, je les trouve tout à fait charmants. Quant à Chloé, elle m'horripile de plus en plus : prétentieuse, égoïste, manipulatrice, une petite peste. Désolée, je n'aime vraiment pas ce personnage… Enfin, je suppose que c'était le but de l'auteur.
Puis à 66 % du livre (ma liseuse me donne le pourcentage exact ;) ) patatras : quel rebondissement mes amis ! Je ne l'avais pas vu venir celui-là !! le pire est que ce rebondissement paraît crédible ou pas si loin… difficile de commenter ce qui fait la spécificité de ce roman, l'originalité et sa force sans spoiler… Je devine alors que cela va mal finir et continue ma lecture pour digérer l'info de ce « fichu » rebondissement (et je ne suis pas Gabriel, c'est sans groupe de soutien) en attendant le final . Aaaaah merci Mme Amélie Antoine, il est savoureux ce final, presque jubilatoire... Sauf que m'en réjouir n'a rien de très honorable… Donc un petit sondage parmi les lecteurs : qui a savouré le final ? Avec ou sans sentiment de culpabilité ? Dites-moi ! Suis-je la seule ? Suis-je un affreux monstre ?
Pour conclure, j'ai apprécié ce roman assez surprenant . Un récit efficace où les apparences sont plus que trompeuses, des personnages bien campés même s'ils manquent parfois un peu de profondeur (à mon humble avis), une plume agréable et surtout une intrigue redoutablement bien construite… Hep, soyez sympas, n'oubliez pas mon petit sondage dans vos commentaires. Merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3517
Deslivresalire
  08 juillet 2018
Chloé est coach sportif et mariée à Gabriel avec qui elle vit un amour sans nuage et plein d'ambitions.
Lorsqu'elle est retrouvée morte au fond des filets d'un pêcheur, pour Gabriel commence la descente aux enfers et l'incompréhension.
Emma est photographe de mariage, mais elle aussi aimerait un avenir plus florissant.
Ils se rencontreront dans le groupe de discussion d'une association : "traverser le deuil" dans lequel Emma est venue faire des albums photos.
Ils finiront pas tomber dans les bras l'un de l'autre, Gabriel découvrant progressivement que Chloé avait des secrets bien cachés ; comme cette "relation" avec Simon notamment, mais également beaucoup d'autres...
A mon avis :
Voici un thriller assez original.
Original dans sa construction d'abord, car on est promené par l'auteur, qui nous montre des évidences auxquelles on ne croit pas, et qui nous égare sur des pistes improbables.
Original également par son récit, qui porte un scénario rare et dont le dénouement est assez surprenant.
On est cependant un peu dérouté au départ par la mise en place du récit qui s'éternise un peu, alors qu'il est riche d'informations, mais ça on ne s'en rend compte que plus tard.
Ne vous laissez pas intimider donc par le faux rythme de départ et par ce qui ressemble à un roman à l'eau de rose ou à un feel-good.
Amélie Antoine égratigne au passage une certaine profession (difficile à évoquer ici pour ne pas déflorer le suspense) et nous plonge dans les états d'âmes de ces personnes qui ont perdu un proche.
Néanmoins, du fait même du scénario, les protagonistes ne sont pas fouillés et on a un peu de mal à entrer complètement dans le récit.
C'est dommage, car l'originalité de ce thriller, si elle s'était accompagnée d'un peu plus de profondeur, lui aurait valut facilement la quatrième étoile de ce commentaire.
Enfin, même si on ne le découvre que très tard, le titre est assez bien trouvé.
Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Ziliz
  19 mars 2019
Quand un mort parle, il n'y a pas 36 possibilités :
- un imitateur s'amuse,
- un ventriloque n'est pas loin,
- c'est du play-back ou du replay,
- ou la langue de bois du ouija,
- il s'agit de citations, sur Babelio ou ailleurs (cf. Coluche, Desproges…),
- celui qui l'entend croit aux fantômes.
Quand un mort parle dans un livre :
1/ l'auteur croit (ou veut nous faire croire) en une vie dans l'au-delà, comme Marc Levy dans 'Et si c'était vrai' ;
2/ le mort, il était pas vraiment mort, comme dirait Renaud (façon Agatha Christie, Boileau-Narcejac, etc.) ;
3/ le survivant en deuil invoque la mémoire du défunt et imagine comment il réagirait s'il était encore là ;
4/ ou alors, tous ceux qui semblent vivants sont morts, et ce petit monde-là papote et interagit on ne sait z'où, un peu comme dans un film célèbre de 1999… on en revient alors à la première hypothèse.
Je n'ai pas lu suffisamment de thrillers d'Amélie Antoine (ou j'ai oublié les dénouements) pour savoir dans quel registre elle pouvait nous promener.
Une grande partie du suspense réside donc dans ce mystère, et rend la lecture addictive. Avec son style léger et agréable, l'auteur nous parle aussi de couple, de loyauté, d'idéaux. Et bien sûr de deuil.
On aimera ou pas les rebondissements, la tournure prise par les événements. Après tout, pourquoi pas, c'est jouable.
J'ai apprécié l'ouverture autour d'un certain Ben dans l'avant-dernier chapitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   17 mars 2019
[ séance photos de mariage ]
Je ne dis rien, mais je suis au bord de l'implosion. Ça fait deux heures qu'on est sur ces photos de couple ringardes ; madame qui regarde monsieur avec un air amoureux, madame qui est le dos contre un arbre et prend un air ingénu pendant que monsieur s'appuie d'un bras sur le tronc, dans une attitude à la fois protectrice et dominatrice, monsieur qui est assis sur un banc et madame qui est allongée, la tête sur les genoux de son mari qui la regarde amoureusement, etc., etc., etc.
Franchement, est-ce qu'on peut faire plus cliché ? Pourquoi c'est toujours ce genre de mise en scène que les couples veulent à tout prix ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
namelessnameless   17 mars 2019
Il déteste les bains - et Amélie Nothomb. Il a toujours trouvé que ses romans se suivaient et se ressemblaient. La romancière avait trouvé le filon, et si elle avait bien raison de l'exploiter, il ne comprenait pas que ses lecteurs ne s'en rendent pas compte.
p. 140
Commenter  J’apprécie          230
petitsoleilpetitsoleil   10 mars 2017
Il serait bien incapable de lui en vouloir, Chloé est comme une tornade qui file à toute allure sans jamais s'arrêter.
Lui se contente d'essayer de suivre son rythme effréné, ses envies, parfois ses lubies. Il a toujours trouvé son énergie inspirante, enthousiasmante. Elle vit à cent à l'heure, pied au plancher. N'a jamais assez de temps. Répète souvent qu'elle n'aura pas assez de toute une vie pour accomplir tout ce qu'elle désire. (...)
Chloé évite à Gabriel de s'endormir, il lui évite de se brûler les ailes à trop vouloir en faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AAntoineAuteurAAntoineAuteur   09 mars 2015
Gabriel attend. Je l'observe, impuissante. Il est rentré à la maison à l'instant. Il appelle « Chloé ? » en bas de l'escalier, d'un ton à la fois inquiet et plein d'espoir. Je voudrais pouvoir lui répondre. À cet instant précis, je voudrais qu'il m'entende. Je chuchote « Je suis là... », mais rien ne brise le silence de notre demeure. Je répète plus fort « Je suis là ! », mais Gabriel ne réagit pas. Ma voix résonne dans le vide, comme désarticulée. J'avance la main pour caresser son visage.
Il ne sent rien, évidemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   18 mars 2019
Sa femme avait l'habitude, chaque année - puisque la romancière sort un bouquin par an, avec une régularité qui ne correspond pas à l'idée que Gabriel se fait d'un écrivain -, de lire en une soirée, dans son bain, la dernière œuvre d'Amélie Nothomb. C'était devenu une sorte de tradition.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Amélie Antoine (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Antoine
Raisons obscures - Amélie Antoine - Coup de ♥♥♥♥♥ du traqueur
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Raisons Obscures - Amélie Antoine

Quelles sont les deux familles impliquées ?

CHEESE et MACARONI
KESSLER et MARIANI
KESS et MARIA
KANGOO et MASTER

16 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Raisons Obscures de Amélie AntoineCréer un quiz sur ce livre
.. ..