AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782889442300
Slatkine et Cie (07/09/2023)
4.46/5   81 notes
Résumé :
L'histoire du boxeur tsigane qui osa défier Hitler Ce roman en dix rounds s'inspire de la vie de Johann Trollmann, dit " Rukeli ", boxeur tsigane qui vécut en Allemagne sous les nazis et fut assassiné le 9 février 1943 dans le camp de concentration de Neuengamme. Né à Hanovre en 1907, Trollmann est sacré Champion d'Allemagne des poids moyens en 1928. Dans toute la République de Weimar, on le surnomme Der tanzende Zigeuner, le tzigane dansant à cause de son inimitabl... >Voir plus
Que lire après Danser encoreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,46

sur 81 notes
5
23 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un roman biographique angoissant et poignant.

Charles Aubert nous dresse le portrait de Johan Trollmann, alias Rukeli, jeune boxeur allemand, tsigane, né en 1907, qui va subir intimidations, humiliations, la stérilisation, puis l'internement dans un camp de concentration du IIIe Reich, et qui se battra jusqu'au bout.

Avec flegme et sensibilité, la plume de Charles Aubert nous donne l'impression d'être aux côtés de cet athlète talentueux. Il nous permet de ne pas oublier qu'il y a eu d'autres victimes du régime nazi à part les Juifs : les tsiganes, les homosexuels, les handicapés et les communistes.

Rukeli était un boxeur à la technique particulière, son jeu de jambes était tellement extraordinaire qu'il donnait l'impression de danser, d'où le titre de ce livre. Cette technique, pas assez allemande, virile, aryenne, contrarie les nazis, ce qui entraînera le retrait de ses titres.

Il y a dans ce livre, au delà de la haine, la terreur et l'ostracisme, beaucoup d'amour, d'amitié, de solidarité, et un grand sens de la famille qui réconfortent un peu le lecteur.

J'ai lu ce livre d'une traite, impossible de s'en détacher une fois cette lecture émouvante entamée.

Merci à Charles Aubert et à chouette_maman_bouquine qui m'ont fait cadeau de ce livre dans le cadre d'un concours sur Instagram !
Commenter  J’apprécie          3315
Un court roman qui nous plonge dans l'Allemagne des années vingt puis la montée et l'apogée du nazisme à travers le prisme, plutôt rare en fiction, des victimes tsiganes.
Danser encore c'est l'histoire vraie d'un boxeur allemand promis au plus haut niveau dans sa discipline du fait de son talent dans sa discipline mais exclu arbitrairement par le pouvoir nazi pour son "jeu non aryen".
Rukeli "danse" en effet sur le ring, dans un jeu de jambes incroyable qui vient à bout de tous ses adversaires. Là où ce destin singulier touche au sublime, c'est que Rukeli décide de continuer à danser après son éviction, même ostracisé, même ridiculisé, même immobile, jusqu'à son dernier souffle et l'accomplissement de son destin tragique.
Un récit bouleversant dans lequel la figure de cet homme s'élève à mesure que s'effondre l'éthique et l'humanité d'un système qui hiérarchise, stigmatise, opprime et est allé jusqu'à supprimer ceux de ses sujets qui, bien qu'Allemands depuis de longues générations, n'avaient pas leur place dans son projet démentiel.
Commenter  J’apprécie          230
Charles Aubert est un auteur que je n'avais pas encore lu, et pourtant j'ai toujours vu passé de bons avis sur ses trois précédents romans au nom de couleurs. J'ai donc profité de la sortie de son nouveau roman pour le découvrir et le lire. En plus, le sujet de celui-ci me tentait beaucoup et titillait ma curiosité. J'aime beaucoup lire des livres issus de vies réelles. Ce qui va être le cas ici avec ce boxeur inconnu pour moi. 

J'ai donc fait la connaissance de Johann Trollmann, surnommé "Rukeli", il naît en décembre 1907 et vit en Allemagne à Hanovre. Il est issu d'un milieu ouvrier, et est le sixième sur une fratrie de onze enfants. Ses origines sont tsiganes, il est noir de cheveux et mat de peau. Il va souvent, avec ses parents, rendre visite à leurs cousins qui vivent en caravane dans la forêt. Johann est un enfant calme, pas bagarreur, et pourtant il se passionne très vite pour la boxe. Il va devenir un boxeur professionnel et gagner de nombreux titres, dont le championnat d'Allemagne, et ce grâce à son style particulier et méconnu du métier. En effet, il a un jeu de jambes incroyable, il bouge beaucoup autour de son adversaire, il est léger, comme une danse. Cela va beaucoup désarçonner ses adversaires et fera son succès. Côté vie personnelle, il rencontre Olga avec qui il se mariera. Il ne veut pas d'enfant pour l'instant, car il sent un danger croître de plus en plus, et ne veut pas donner la vie dans ces conditions. Il se laissera tout de même convaincre par Olga, qui ressentira, à raison, comme une urgence d'avoir un enfant. Naîtra alors Rita, qui sera leur seul fille. 

l'Allemagne connaît ses heures les plus sombres de son histoire. La montée du nazisme va bouleverser la vie de Rukeli et de sa famille. Il n'y avait pas que les Juifs qui étaient persécutés à ce moment là, et on a tendance à l'oublier trop souvent. Les Tsiganes, les homosexuels, les handicapés, étaient eux aussi considérés comme des être inférieurs et étaient la cible du gouvernement allemand. Avant l'extermination par la mort, le gouvernement allemand décide de stériliser toute cette population, il ne faudrait surtout pas qu'ils aient de la descendance....Rukeli n'y échappera pas. Je trouve cela juste barbare, je n'ai pas les mots pour exprimer mon dégoût de telles pratiques. Les lois pour sa vie professionnelle vont changer également. Il sera demandé à Rukeli de ne plus "danser" sur le ring, il sera dechu de ses titres.. bref, la vie va devenir de plus en plus difficile pour lui, pour son couple, pour sa famille. Comme on peut se douter avec la guerre qui sera déclarée et tout ce qu'on connait des camps et des exactions faites à tout un peuple. 

Charles Aubert raconte toute la vie de Johann Trollmann, jusqu'à sa mort, qui est elle aussi d'un grand courage, je ne vous dirais rien pour que vous le découvriez vous-même, mais il a été pour moi d'une bravoure inouïe. L'auteur met surtout l'accent sur sa vie avant la guerre, ce que j'ai trouvé très intéressant. Car, malheureusement, on connaît tous ce qui s'est déroulé pendant la guerre, moins avant et pourtant cette période est également très importante pour bien comprendre ce qui a amené à cette horreur. C'est bon de rappeler tous ces changements politiques, les promesses faites à un peuple qui croyait en Hitler comme un sauveur, et en fait, s'est révélé être un diable. Il ne faudrait pas que l'histoire se répète, on vit une période où il ne faudrait pas grand chose pour basculer à nouveau vers la noirceur. Des livres comme celui-ci sont indispensables pour que les jeunes comprennent ce qu'était le nazisme, et surtout que l'on n'est pas à l'abri. 

Ceci dit, revenons au livre. Je me suis très vite attachée à ce boxeur. Sa vie est très intense et dense. Je pense qu'on ne peut pas faire autrement que ressentir une profonde émotion en lisant la vie de cet homme, qui je le rappelle, a existé. Et c'est, je pense, ce qui rend le recit en ore plus émouvant, on sait que tout ce qui est raconté est vrai, c'est bouleversant. Je me suis sentie désarmée face à tout ce qu'endure le jeune boxeur. J'avais presque envie de m'excuser de tout ce qu'il avait subi. Il n'a jamais dit un mot plus haut que l'autre, il n'a jamais fait d'esbrouffe ou d'esclandre, comme s'il dérangeait. Il avait un don pour la boxe, il avait tout pour être heureux. Quand on pense à toutes les personnes comme lui, qui ont vécu la même chose, je suis submergée par l'émotion. 

Charles Aubert raconte très bien. Il m'a embarquée dès les premières lignes dans la vie de Rukeli, et je l'ai presque suivi d'une traite. Je me suis arrêtée parce que j'étais obligée. J'avais tellement envie de savoir comment il allait s'en sortir, même si je savais la fin, que je n'avais pas envie de lâcher mon livre. le style est très bon, très fluide. J'ai aimé également la construction du livre, puisque l'auteur l'a découpé en dix rounds, comme un match de boxe, avec toute l'intensité d'un combat. La narration à la troisième personne du singulier est judicieuse car elle permet de garder une certaine distance avec le personnage qui n'est pas négligeable, j'ai très bien réussi à ressentir toutes les émotions. 

J'ai passé un moment très intense et j'ai surtout beaucoup aimé découvrir ce boxeur. Sa photo sur la couverture montre son regard franc, sa détermination. C'était un homme fier de ses origines, qui ne les a jamais trahies, droit dans ses principes. Pas étonnant quand on sait que son nom veut dire "arbre". Il avait surtout soif de liberté, comme son peuple du vent. Il était très gentil, mais craint par ses adversaires. C'est vraiment très bien que Charles Aubert ait écrit sur lui, cela permet de le connaître, de ne pas l'oublier, de lui restituer sa gloire et une place qu'il avait le droit d'avoir, comme tout autre boxeur. Il reste maintenant de ce champion une statue, un nom donné à une rue ou à un gymnase. Ses titres ont été restitués à sa fille bien des années plus tard. Elle n'a d'ailleurs appris l'identité de son père qu'à l'âge de quinze ans. Charles Aubert lui rend un émouvant hommage et à travers Rukeli, il rend également hommage à toutes ces personnes mortes à cause de la folie d'un homme. 

Pour faire vivre cet homme et pour surtout ne pas oublier, je ne peux que vous recommander la lecture de ce livre. Je vous invite à rencontrer ce boxeur de talent, pour que son nom brille encore un peu plus parmi les étoiles. 

De mon côté, j'ai beaucoup aimé le style et la plume de Charles Aubert. Je le lirai à nouveau avec plaisir. J'ai très envie de lire ses trois précédents romans, leurs résumés me tentent beaucoup. C'est un tout autre genre, puisque c'est du suspense, mais justement, j'aimerais bien savoir comment l'auteur le mène.
Commenter  J’apprécie          40
🥊Chronique🥊

« Vous êtes sûr de vouloir combattre? »

Qu'est-ce qu'on combat? Qu'est-ce qu'un combat? Johann Trollman veut faire de son rêve, une vie. La boxe sera sa vie, son moteur, son rêve. Devenir Champion de L'Allemagne, il l'a rêvé si fort, que le vent nous ramène son histoire du plus loin de la forêt où, elle s'était perdue. Johann est un combattant hors pair, il danse sur le ring, il est beau comme le soleil, il est tzigane. Il était sûr de vouloir combattre, il était sûr de gagner, il était sûr de rester debout, ancré dans ses racines.
Mais l'époque en a décidé autrement.
Le nazisme n'aime ni les danseurs, ni les peaux dorées, ni les exceptions.
Est qu'un homme, à lui tout seul, peut combattre un régime totalitaire, l'absurdité, le racisme? Est-ce qu'un homme peut Danser encore, quand la rectitude tue?

« C'est toujours comme ça, dit Mama Pessy, quand ça va mal, il faut trouver des boucs émissaires. »

En 10 rounds, Charles Aubert nous restitue un champion. La vie de celui qu'on appelle Rukeli, est un combat qui va au-delà du ring. Il va combattre pour les siens, pour son amour, pour rester debout. 10 rounds, c'est autant de façons de montrer son courage, de faire rugir le vent, de danser encore. 10 rounds, c'est entendre monter la pression, le sang, l'inéluctable. 10 rounds, c'est finir KO en train de pleurer un homme formidable qui n'aura jamais céder face au Reich. 10 rounds, pour que la mémoire n'oublie jamais, l'Horreur.

« Ils se sont soulevés contre l'autorité pour qu'on me remette mon titre.(…) Je veux croire qu'il y a encore un espoir. »

Je veux croire que ce champion saura vous toucher comme il a pu, moi, me bouleverser. Je veux croire qu'un jour, le racisme sera éradiqué. Je veux croire que le peuple du vent danse encore avec son ange tombé du ciel. Je veux croire que l'arbre me parlera quand je l'enserrerai…Puisse ces voeux fleurir et danser encore avec notre vainqueur Rukeli! Puissions-nous nous inspirer de sa bravoure si l'époque retourne aux démons, et rester debout quoi qu'il arrive! le connaître c'est déjà l'aimer, le reconnaître, c'est restituer une légende et il le mérite bien, ce boxeur fort comme un chêne!
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          190
J'avoue être la première surprise de cette lecture car je ne lis pas tellement de roman ayant pour thème le sport quoique j'ai lu également Poid Plume récemment ayant pour thème la boxe également, mais étant curieuse cette histoire vraie m'a intriguée.

Et comme j'ai déjà lu l'auteur précédemment j'ai fait confiance à celui-ci pour me raconter ce récit, le livre est court mais très efficace et nous suivons le personnage de Rukeli dans son histoire de vie ou chaque chapitre commence par un numéro de round.

J'ai quasiment lu ce récit d'une traite de la gloire de celui-ci à ses derniers jours et l'on ne peut resté insensible à ce récit et à ce qui s'est passé pour certaines communautés également durant la seconde guerre mondiale comme ici les tziganes.

Je connais cette partie de l'histoire depuis peu car je ne trouve qu'elle n'est pas suffisamment évoqué à mes yeux et je trouve du coup que ce type récit sortant du lot sont très intéressant à lire.

Un récit instructif et que je garderai en mémoire durant un petit moment.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Tu ne vois pas ce qui se passe dehors, ces uniformes, ces regards menaçants, I'air est devenu irrespirable, les fauves sont tapis dans les rues, prêts à bondir, pour l'instant, ils repèrent leurs proies, on essaie de se convaincre que ce qui se prépare ne peut pas arriver, qu'il y aura bien quelqu'un pour se dresser contre Hitler.
Commenter  J’apprécie          20
Pour les Tsiganes, un enfant qui naît est un cadeau du vent, une promesse, un souffle nouveau. Et c'est ainsi que Rukeli est décidé à l'accueillir. Malgré l'époque, malgré le fascisme, malgré la montée de la violence, malgré la haine, malgré le racisme, malgré la peur, malgré la peine, malgré la mort, malgré la honte.
Commenter  J’apprécie          20
Il est vrai que l'époque n'est plus aux individus. Hommes, femmes, enfants sont pris dans un tourbillon infernal : on ne parle plus que de peuple, de race, les destins personnels s'effacent devant les adhésions de la masse. Pour la réussite du grand projet que les nazis poursuivent, il est d'abord nécessaire de gommer chaque visage. Perte des repères, humiliation, uniformisation, anonymat, indifférence aux autres et à ses propres émotions. Il faut élaguer l'humain, déposséder I'homme de ses rêves pour bâtir les fondations d'un Reich millénaire.
Commenter  J’apprécie          00
« Olga dit qu’il est plus que beau. Son regard est magnétique, il a le visage d’un ange qui ne sait même pas qu’il est tombé du ciel. Ce sont ses mots. Rukeli se les enroule autour de l’âme comme des écharpes de laine. » (p. 15)
Commenter  J’apprécie          10
« La boxe n’est peut-être qu’une tentative désespérée de se battre contre l’injustice et la mort. » (p. 17)
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Charles Aubert (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Aubert
- Danser encore, de Charles Aubert aux Editions Istya & Cie. "Une pure merveille par un auteur qui écrit merveilleusement bien !" - Gérard Collard. L'histoire du boxeur tsigane qui osa défier Hitler. Ce roman en dix rounds s'inspire de la vie de Johann Trollmann, dit " Rukeli ", boxeur tsigane qui vécut en Allemagne sous les nazis et fut assassiné le 9 février 1943 dans le camp de concentration de Neuengamme. À retrouver sur lagriffenoire.com https://lagriffenoire.com/danser-encore-2.html
Recevez votre actualité littéraire (façon La Griffe Noire) en vous abonnant à notre newsletter hebdomadaire : https://www.lactudulivre.fr/newsletter/
Belles lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : boxeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (153) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1773 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..