AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Michel Arnaud (Traducteur)Gérard Genot (Traducteur)
EAN : 9782070772988
840 pages
Gallimard (21/04/2006)
4.33/5   21 notes
Résumé :
"Le roman de Ferrare", c'est la somme des romans et nouvelles de Bassani qu'il a lui-même réécrits pour les réunir sous ce titre, en six livres : "Dans les murs", "Les Lunettes d'or", "Le Jardin des Finzi-Contini", "Derrière la porte", "Le Héron", "L'Odeur du foin". Ce volume contient aussi : En réponse, sept entretiens donnés par Bassani, inédits en français, Cent ans d'histoire italienne, Plan et vues de Ferrare - Vie et œuvre illustré, Bibliographie et filmograph... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Baldrico
  30 novembre 2017
En terminant son dernier roman, le Héron, Giorgio Bassani a éprouvé le besoin de reprendre l'ensemble de son oeuvre et de la fondre en un tout. le roman de Ferrare est le résultat de cette version définitive. le modèle en est proustien. Dans le cadre de cette ville emblématique de la plaine du Pô, Bassani déploie toute sa palette d'une extrême sensibilité. Des émois adolescents aux luttes politiques et aux ravages du fascisme, il peint une fresque des années 1930 et 1940 principalement, dans laquelle les humains ont la première place, mais où l'histoire pèse, souvent tragiquement, sur les destins. le roman le plus connu qui y est inséré est le jardin des Finzi-Contini, rendu célèbre par l'adaptation cinématographique de Vittorio de Sica.
L'oeuvre est donc enracinée. Il vaut la peine, si vous en avez l'occasion, de parcourir les avenues de l'Addizione Erculea de Ferrare, et de pousser jusqu'au cimetière juif (où l'on n'entre pas sans signer un vieux registre), dans lequel sa tombe se trouve mise en valeur, un peu à l'écart.
A lire pour les magnifiques qualités littéraires et pour remettre en mémoire les désastres bien concrets qui furent causés par l'idéologie fasciste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LecturesdeVoyage
  14 septembre 2022
J'avais vu le Château d'Este et le Duomo. J'avais parcouru la Via Mazzini et la Via Vignatagliata dans l'ancien quartier juif de Ferrare. Je venais de m'arrêter devant la maison de la famille Bassani. Il me restait quelques minutes pour essayer de trouver la tombe de Giorgio Bassani dans le cimetière dont j'apercevais au bout de la rue le portail avec l'étoile de David et les inscriptions en hébreu. Google m'avait dit que le cimetière était ouvert jusqu'à 18h, mais, arrivé un quart d'heure avant, je me retrouvai devant une porte close. En cette chaude soirée d'août, le gardien avait sans doute dû fermer un peu avant l'heure. J'allais continuer mon parcours vers la Chartreuse de la ville, quand une voiture se gara devant le portail un homme en sortit et s'introduisit dans la petite maison à l'entrée. Je fis volte-face et l'interrogeai du regard. Il me fit signe de m'approcher. Il me confirma que je n'avais plus que dix minutes pour la visite, m'expliqua comment me diriger vers la tombe de l'écrivain – à droite et puis tout au fond – et me tendit une kippa noire en papier pour me couvrir la tête.
Je trouvai bien la tombe de Bassani. J'eu ainsi l'occasion de me promener dans ce cimetière qui est en fait un grand jardin enclos au coeur de la ville, avec des arbres centenaires, de larges pelouses, et ça et là, formant comme des grappes, des pierres tombales et des monuments funéraires, certains très anciens, d'autres, moins nombreux, plus récents. Bien sûr, ce jardin et ces murs évoquèrent en moi « le Jardin des Finzi-Contini », le roman le plus connu de l'écrivain italien. Plus tard dans la soirée, en descendant le Corso Ercole I d'Este depuis la Porte des Anges, je reconnus la porte et les murs devant lesquels, dans le film de Vittorio de Sica adapté du roman, les jeunes joueurs de tennis tout de blanc vêtus arrêtaient leurs vélos avant de rentrer pour participer aux tournois organisé par Micòl et son frère Alberto.
C'est un roman que j'avais lu il y a longtemps et que redécouvrais en version audio au moment de mon passage à Ferrare. Les Finzi-Contini sont une riche et prestigieuse famille de Ferrare qui habite une superbe propriété. Mais en 1938, les lois raciales promulguées par le régime de Mussolini entraînent l'exclusion des juifs de nombreuses institutions officielles, telles que l'université, mais aussi du club de tennis de la ville. Alberto et Micòl Finzi-Contini invitent alors leurs amis, juifs et « gentiles » à les rejoindre dans leur jardin pour continuer à jouer. Georgio y retrouve Micòl, qu'il croisait parfois à la synagogue, et dont il est amoureux depuis que, alors qu'ils étaient encore enfants, elle l'avait invité à franchir le mur de leur domaine.
La relation entre Giorgio et Micòl connait des hauts et puis des bas, alors qu'ils tentent de terminer leurs thèses universitaires, malgré les lois raciales, lui à Bologne et elle à Venise. Ils se retrouvent à Ferrare, dans ce jardin magnifique et fermé qui semble les protéger des troubles extérieurs. Mais pour combien de temps ? le film se termine avec l'arrestation des Finzi-Contini, tandis que le roman commence par un chapitre sur leur monument funéraire et indique que toute la famille a péri dans les camps d'extermination.
Dans « le Roman de Ferrare », l'ouvrage de Georgio Bassani qui reprend l'essentiel de son oeuvre (y compris « le Jardin des Finzi-Contini), la nouvelle « Une plaque commémorative via Mazzini » raconte l'histoire de Geo Josz, déporté à Buchenwald, et le seul survivant des 183 juifs ferrarais déportés pendant l'Holocauste. On peut encore voir, au 95 de cette rue, l'adresse de l'ancienne synagogue, les deux plaques qui honorent la mémoire de tous les juifs de Ferrare morts dans les camps.

Lien : http://www.lecturesdevoyage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Loubhi
  29 mai 2020
Un recueil de grande qualité dans la belle collectio Quarto de Gallimard dont, dans le cadre du Mois Italien, j'ai découvert le premier roman "Dans les Murs".
Chronique de la vie de la jeune fille de qualité modeste, Lida, avec en ses premières pages celle de sa maman Maria Mantovani .... dont l'histoire de vie a été, pour les deux, bouleversée par celui de se trouver fille - mère quittées chacune à leur tour par ceux, le plus souvent de familles aiséees,qui les avaient séduites, promis le mariage puis quittées dès que l'annonce de la maternité semblait s'imposer. A une époque où la Fascisme pointait son nez à Ferrare, cette chronique est le parfait reflet de l'époque où elle s'est produite.
Lida et son fils Ireneo, aprés le déces de Maria, s'ils vont alors être les personnages centraux de ces premières pages vont ensuite être rejoints par une communauté de personnalités (Oreste le relieur, Gemma Brondi, Elia Corcos) tout cela dans la période 1928 / 1941 dont Giorgio Bassani va dresser les évolutions travers et destins . Un récit sensible, un grand talent de portraitiste et une parfaite connaissance de l'Histoire de son pays et de cette petite ville de Ferrare.
Un livre que je recommande.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lehibook
  26 mai 2019
Des nouvelles qui forment la première partie du « Roman de Ferrare » . Un ton très personnel , l'ambiance sombre d'une petite ville provinciale et qui plus est pendant les terribles années 40 - 45 . le fascisme , la guerre civile et sur cette angoissante toile de fond des amours , des haines , la vie . J'aime beaucoup , ça me rappelle parfois le Giono du « Moulin de Pologne » .
Commenter  J’apprécie          20
Flocava1
  07 juin 2019
J'avoue m'être ennuyée à la lecture de ce livre... trop contemplatif pour moi
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lehibooklehibook   02 août 2019
Dicevano poi che il tempo ,che aggiusta ogni cosa di questo mondo,e grazie al quale Ferrara stessa stava risogendo dalle sue rovine uguale identica a come era una volta,il tempo avrebbe calmato all fine anche lui,aiutandolo a ritornare a una vita normale ,insomma a reinserirsi.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Giorgio Bassani (2) Voir plusAjouter une vidéo
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
710 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre