AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791021317338
66 pages
Editions la Bibliothèque Digitale (21/01/2013)
3.42/5   55 notes
Résumé :
La Mère coupable Beaumarchais, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, écrivain, musicien, homme d'affaires et poète français (1732-1799)1792Ce livre numérique présente "La Mère coupable", de Beaumarchais, édité en texte intégral. Une table des matières dynamique permet d'accéder directement aux différentes sections.Ce drame en cinq actes est la troisième partie de la trilogie de Figaro, après "Le Barbier de Séville" et "Le Mariage de Figaro". Begears, un avocat irla... >Voir plus
Que lire après La Mère coupableVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Aîe, aïe , aïe... le brillant Beaumarchais, en écrivant ce troisième volet de sa trilogie, après le Barbier de Séville, et le Mariage de Figaro aurait mieux fait de reposer sa plume dans l'encrier...

L'idée était intéressante, pourtant: voir vieillir ses personnages, déterrer leurs petits secrets, dévoiler leurs petites complaisances ou leurs grandes trahisons, voir la fougue et l'ardeur de la jeunesse s'étioler, la passion se faner, la fidélité se grignoter...c'est bien tentant pour un dramaturge, envieux des romanciers qui eux peuvent tout se permettre!

Mais d'abord , on le sait, la vieillesse est un naufrage..mieux valait garder Chérubin tout excité et fringant à la vue d'un jupon que le savoir tristement mort au combat! Mieux valait voir le trouble de la belle Comtesse habillant en fille ce trop joli garçon, que la voir amère et aigrie, mère d'un enfant adultérin, fruit coupable de ce trouble pas si passager...

Bref, il y a des suites qu'il vaut mieux ne pas connaître et ne pas écrire, surtout quand , influencé par le goût du drame sentimental prôné par Diderot ,on perd son sens de l'humour et cette délicieuse gaieté perchée entre des abimes de doute qui fait la folie et le charme des deux autres pièces -et surtout du Mariage, un sommet de comédie, parfaite, légère et grave, enjouée, pleine de rebondissements, géniale...

Non, Monsieur de Beaumarchais, le drame sentimental ne vous sied pas, vous y êtes lourd , pesant, ennuyeux...

Tenez, j'efface tout cela, et je préfère quitter Figaro, Suzanne, la Comtesse, le Comte et Chérubin sur le délicieux vaudeville qui clôt la scène des pavillons...j'ai déjà oublié cette mère coupable...

Coupable de quoi, d'ailleurs? N'est-ce pas plutôt son mari qui l'est, coupable? Voyez quel nez il tire, tandis que la Comtesse, gentiment, se moque, d'avoir cru courtiser Suzanne, quand il baisait les mains de son épouse, masquée?...
Commenter  J’apprécie          160
Il est vrai, il y a sûrement un petit message dans cette pièce De Beaumarchais et qu'on devine rien qu'au titre : dans un couple, si la femme donnait naissance à un enfant illégitime, elle était nécessairement coupable — sous entendu, la dernière des traînées — tandis que si c'était l'homme qui semait des rejetons un peu partout, c'était pour ainsi dire une marque de bonne santé, d'esprit, que sais-je ?, de qualité, presque.

Il est vrai, il était hardi, osé, peut-être pour l'époque, de prétexter qu'il y avait là dissymétrie de traitement — mais Beaumarchais, contrairement à ce qu'il avait fait par la passé, n'allait plus, dans cette pièce, jusqu'à condamner publiquement l'injustice, ni réclamer une évolution immédiate des pratiques sociales qui eût pu rééquilibrer moindrement cet état de fait.

Bon, c'est vrai tout ça, mais au-delà de ça, je la trouve tout de même un brin faiblarde cette pièce, surtout comparée à ses quelques brillantes devancières, elle m'apparaît chétive, poussive, craintive… Beaumarchais s'est vendu. Beaumarchais l'impertinent, ne l'est plus du tout ici. Lisez simplement les superbes et brûlantes répliques de Marceline dans la scène XVI de l'acte III du Mariage de Figaro et vous constaterez la différence.

Alors l'auteur s'en donne à coeur-joie contre un méchant, ostensiblement désigné comme tartuffe, reprise de l'archétypal fourbe, vicié, calculateur, toujours prêt à semer la discorde et à nuire à autrui pour alimenter la source de son propre intérêt. Bon, OK, pourquoi pas. Mais est-ce traité d'une incomparable façon ? Je ne crois pas : le Tartuffe de Molière était franchement plus coloré, savoureux, en deux mots, mieux écrit.

Suzanne et Figaro ont vieilli, on les sent moins frais, moins pétillants, moins espiègles. Un peu comme des acteurs matures qui s'évertueraient à jouer des rôles de jeunes premiers. La mayonnaise ne prend plus trop...

Il y a de l'eau dans le gaz entre le comte et la comtesse. Beaumarchais nous refait le coup de la lettre ancienne découverte — par l'entremise de qui vous vous doutez — mais entre temps Les Liaisons dangereuses sont passées par là, et sa petite lettrounette de rien du tout nous laisse franchement de marbre.

Alors Bégearss, ledit tartuffe, s'insinue, tel le serpent, dans les fissures du couple, escomptant déshériter le fils illégitime au bénéfice de la fille illégitime relégitimée dans le but de s'octroyer à la fois le gîte et le couvert (entendez, le mariage avec la fille et la fortune du comte).

Et c'est alors que nous chantons tous en choeur : « Aaah ! Figarrro, Figarrro, Figarrro ! » Et c'est là, précisément, que moi, je m'ennuie un peu. Je n'en garderai pas un souvenir calamiteux mais l'inverse non plus. le plus probable, c'est que je n'en garderai pas de souvenir du tout. Ceci dit, à partit de maintenant, c'est à vous de voir si vous souhaitez ou non tenter l'aventure de la Mère coupable.
Commenter  J’apprécie          20
Suite et fin de l'histoire de Figaro, beaucoup moins populaire que les deux précédentes parties. C'est une réécriture du Tartuffe soustrayant au personnage sa qualité d'ecclésiastique, mais reprenant grosso modo la même trame, en moins drôle. Atmosphère assez pesante, presque triste, sur fond de regrets du fils perdu et de soupçon de naissance illégitime, partant sur le constat d'un abîme entre le comte et sa femme, qui n'est pas lié à la nature fantasque d'Almaviva dans le Mariage de Figaro, mais à une amertume généralisée connexe à l'accumulation des malheurs de la famille, et donc à une prise de distance entre les époux qui se les rappellent trop mutuellement. Il est intéressant de voir Figaro à deux doigts de flancher devant la force de l'escroc, même s'il finit là encore par en triompher, avec là aussi pas mal de chance. Mais le piquant des pièces précédentes n'est pas là : peu de personnages, peu de mots d'esprit, peu de rebondissements. Alors que l'adultère était avant prétexte d'un humour moqueur, il est ici le ressort d'une situation grave et pénible. On a un peu l'impression d'écouter une messe de Requiem après une valse enlevée, le contraste est bizarre. Ça n'en reste pas moins une pièce qui soutient l'attention, écrite dans une langue élégante à la hauteur de la réputation de l'auteur et de son siècle.
Commenter  J’apprécie          30
Suite au barbier de seville,et au mariage de figaro;cette piece de theatre est ecrite dans un style soigne et magnifique.L'histoire avec pas mal de rebnondissement,est rythmee et divertissante.On y retrouve
toujours les personnages mais dans une atmosphere tragique
Commenter  J’apprécie          40
Beaucoup d'années ont passé depuis le Mariage de Figaro, et plus encore depuis que le Barbier de Séville a aidé le Comte Almaviva à épouser Rosine. On retrouve les époux Almaviva en grand froid, d'autant plus terrible qu'ils éprouvent toujours de l'affection l'un pour l'autre ; le temps qui a passé les a séparés, comme on dit, le Comte a continué à avoir des fredaines, madame a eu une faiblesse pour le jeune Chérubin dont le fruit, Léon, passe pour le fils cadet du Comte. Après la mort de l'aîné, odieux mais légitime, Almaviva cherche à évincer l'enfant illégitime de sa femme au profit d'un de ses amours illégitimes à lui, la belle Florestine.

Hélas, cette dernière aime justement le pauvre Léon, et un intrigant Bégears, surnommé Tartuffe par Figaro, profite du désarroi de la maisonnée pour s'insinuer dans le coeur de tous.

Comment une comédie aussi poussive, dénuée de l'humour, des numéros et des mots d'esprit en cascade des deux oeuvres précédentes, a-t-elle pu malgré tout m'intéresser ? C'est un mystère. le mélodrame est pénible, c'est dans l'acte V qu'on retrouve une pâle copie de l'incroyable acte III, scène 11 du Barbier de Séville, mais c'est la seule trace des facultés de Beaumarchais à jongler avec une intrigue complexe... or elle ne l'est plus tellement, et il jongle en deux ou trois coups, pas plus.

Cf. note de lecture intégrale sur mon blog.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
L'injure ne profite à personne, elle n'est pas de bon goût.
Commenter  J’apprécie          862
"Les larmes que l'on verse au théâtre, sur des maux simulés, qui ne font pas le mal de la réalité cruelle, sont bien douces. On est meilleur quand on se sent pleurer. On se trouve si bon après la compassion!"
Commenter  J’apprécie          230
ACTE I
Le théâtre représente un salon fort orné.
SCÈNE PREMIÈRE.
SUZANNE seule, tenant des fleurs obscures dont elle fait un bouquet.
Que Madame s'éveille et sonne, mon triste ouvrage est achevé.
Elle s'assied avec abandon.
À peine il est neuf heures, et je me sens déjà d'une fatigue... Son dernier ordre, en la couchant, m'a gâté ma nuit toute entière.
« Demain, Suzanne, au point du jour, fais apporter beaucoup de fleurs, et garnis en mes cabinets. Au portier ; que de la journée il n'entre personne pour moi. Tu me formeras un bouquet de fleurs noires et rouge foncé ; un seul billet blanc au milieu. »
Le voilà. Pauvre Maîtresse ! Elle pleurait ! Pour qui ce mélange d'apprêts ?
Eeeh ! Si nous étions en Espagne, ce serait aujourd'hui la fête de son fils Léon.
Avec mystère.
Et d'un autre homme qui n'est plus !
Elle regarde les fleurs. Les couleurs du sang et du deuil !
Elle soupire.
Ce coeur blessé ne guérira jamais. Attachons-le d'un crêpe noir, puisque c'est-là sa triste fantaisie.
Elle attache le bouquet.
Commenter  J’apprécie          10
SUZANNE accourt, regarde, et dit très vivement à l'oreille de Figaro. -- C'est lui que la pupille épouse. -- Il a la promesse du Compte. -- Il guérira Léon de son amour. -- Il détachera Florestine. -- Il fera consentir Madame. -- Il te chasse de la maison. -- Il cloître ma maîtresse en attendant que l'on divorce. -- Fait déshériter le jeune homme, et me rend maîtresse de tout. Voilà les nouvelles du jour. (Elle s'enfuit.)
Commenter  J’apprécie          20
Les misérables femmes, en se laissant séduire, ne savent guère les maux qu'elles apprêtent ! Elles vont, elles vont... Les affronts s'accumulent... et le monde injuste et léger accuse un père qui se tait, qui dévore en secret ses peines ! On le taxte de dureté pour les sentiments qu'il refuse au fruit d'un coupable adultère !... Nos désordres, à nous, ne leur enlèvent presque rien ; ne peuvent, du moins, leur ravir la certitude d'être mères, ce bien inestimable de la maternité ! Tandis que leur moindre caprice, un goût, une étourderie légère, détruit dans l'homme le bonheur... Le bonheur de toute sa vie, la sécurité d'être père. - Ah ! Ce c'est point légèrement qu'on a donné tant d'importance à la fidélité des femmes ! Le bien, le mal de la société, sont attachés à leur conduite ; le paradis ou l'enfer des familles dépend à tout jamais de l'opinion qu'elles ont donnée d'elles.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Beaumarchais (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Beaumarchais
#rentréelittéraire #rl2023 #theatre
*Chantiers, je* de Dominique Blanc Une plongée dans trois rôles emblématiques de la comédienne : Suzanne dans “Le Mariage de Figaro” De Beaumarchais mis en scène par Jean-Pierre Vincent, “Phèdre” de Racine dans la mise en scène de Patrice Chéreau et six rôles qu'elle tient dans “Angels in America” de Tony Kushner mis en scène par Arnaud Desplechin à la Comédie-Française. En librairie le 16 août 2023 !
*Mère* de Wajdi Mouawad Fuyant la guerre civile, une mère libanaise s'installe à Paris avec ses trois enfants. Commence alors pour la famille une parenthèse absurde, rongée par la peur des dégâts irrémédiables de la guerre et alanguie par l'attente d'un père. En librairie le 20 septembre 2023 !
*À huis clos* de Kery James À la suite d'"À vif", Kery James convoque à nouveau son personnage fétiche, Soulaymaan, et le place au coeur d'une France meurtrie par une justice défaillante. Après le meurtre de son grand frère par la police, le jeune avocat décide de prendre les armes pour un face-à-face avec le juge qui a innocenté l'assassin de son frère. En librairie le 11 octobre 2023 !
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (151) Voir plus



Quiz Voir plus

Mariage de Figaro

Comment s'appelle le personnage principal de l'œuvre ?

Luis Figo
Figaro
Benedetto
Carlito

10 questions
177 lecteurs ont répondu
Thème : Le Mariage de Figaro de BeaumarchaisCréer un quiz sur ce livre

{* *}