AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782864246855
176 pages
Editions Métailié (05/03/2009)
3.85/5   20 notes
Résumé :
Bert Waldeck a passé onze années dans des camps nazis au titre de Schutzhaftling, détenu de sécurité enfermé sans jugement. Il a survécu au naufrage des bateaux- cages, bourrés de déportés, coulés par les Anglais, début mai 1945. Il retrouve Berlin, sa ville natale. Un officier américain le recrute pour l'aider à retrouver un certain Hans Steiner, capitaine SS recherché comme criminel de guerre qui a été son ami d'enfance. Au cours de cette recherche, Bert va se ren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pecosa
  07 juillet 2018
L'Allemand Bert Waldeck est un survivant, une espèce rare, une curiosité biologique Flic berlinois social-démocrate, il a eu l'outrecuidance de mener une enquête contre un membre de la S.A, et de laisser parler son coeur dans des situations périlleuses. Une abomination pour le régime, qui lui a fait payer le prix fort. Onze années dans des camps nazis comme Schutzhaftling, trimballé de Charybde en Scylla: « Je possède le titre de docteur honoris causa de l'université universelle de la famine. » Dachau, Dora, Mauthausen, Neuengamme, pour finir comme rescapé du naufrage du Cap Arcona, bateau où les survivants des marches de la mort ont été entassés dans des cages. Alors que fin 45, il erre dans les limbes, plus mort que vivant, obsédé par ses souvenirs et les odeurs de chair brûlée, un officier américain vient interrompre sa convalescence. Doug Mayen recherche un capitaine SS du nom de Hans Steiner, que Waldeck connait bien. Steiner était son ami d'enfance, et un bourreau dans le camp où il lui a offert au nom du bon vieux temps un poste d'interprète pour qu'il puisse avoir un peu de répit. Habitué à survivre dans des conditions extrêmes, les sens perpétuellement affutés, Waldeck comprend rapidement qu'il y a anguille sous roche. Steiner n'était que du menu fretin sur l'échelle du crime de masse, et il ne saisit pas pourquoi les alliés pressés de tourner la page déploient autant d'énergie pour lui mettre la main dessus. Il pensait avoir oublié ses réflexes de policier et tout ce qui faisait sa vie d'avant. Il va accepter de redevenir un homme dans Berlin en ruine, s'ouvrir aux souvenirs des jours heureux et des êtres aimés. 186 marches vers les nuages -le nombre de marches que comptait l'escalier de la mort de Mauthausen- est un roman policier de belle facture, un roman d'espionnage qui a pour cadre une Opération bien connue que je ne peux dévoiler ici et dans lequel se profile la Guerre froide, une oeuvre magnifique où l'humanité de Joseph Bialot respire à chaque page. 186 marches, c'est Primo Levi dans un polar, une lecture bouleversante, comme tous les romans dans lesquels Bialot rend compte du traumatisme laissé par l'expérience concentrationnaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6511
ivredelivres
  26 mars 2009
Berlin 1945, la ville est dévastée, les alliés se sont partagés la capitale du Reich, les ruines fument encore et la chasse au nazis est ouverte. Chacun tente de survivre.
Bert Waldeck lui n'est pas le berlinois type, il a passé depuis 1934 plus d'années dans les geôles et les camps de concentration que n'importe qui. Il était juste un flic qui pensait appliquer la loi, mais « loi » est un mot qui n'était pas dans le vocabulaire nazi.
Il accepte à la demande des américains de rechercher Hans Steiner, un copain d'école à lui mais aussi son tortionnaire. Rapidement il a des doutes sur les intentions des américains, Hans Steiner est un nazi soit mais ce n'est pas Himmler, alors pourquoi le rechercher avec autant de zèle ?
En déportation il a développé un sixième sens et là il se sent utilisé, piégé et ça ne lui plaît pas, alors il va faire sa propre enquête qui va lui faire toucher du doigt que les intérêts des puissances alliées ne sont pas toujours compatibles avec la simple justice.
Ce roman vaut plus pour l'atmosphère, l'écriture sobre et la sensibilité que pour l'intrigue elle-même.
Les souvenirs de Bert Waldeck sont poignants, Joseph Bialot est venu à l'écriture sur le tard, et dans ce roman il utilise avec beaucoup de talent et d'humanité sa propre expérience de déporté. Il permet de ne pas oublier que dans les camps les plus anciens déportés étaient parfois des allemands.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Villebard
  21 juin 2021
Oeuvre magistrale, histoire dans l'Histoire, Ô combien tragique des années de l'immédiat après-guerre, dans un Berlin détruit où les anciens alliés commencent la guerre dite “froide. On pense au “Troisième homme de Caroll Reed. Un des meilleurs livres de Bialot.
Commenter  J’apprécie          40
Florence94
  15 août 2012
Bert Waldeck est un rescapé des camps de concentration où il est resté prisonnier plusieurs années en tant qu'opposant politique. Dès sa libération, il est engagé par l'armée américaine pour retrouver un ancien SS dont il était un ami d'enfance et qu'il a croisé plusieurs fois dans les camps où il était prisonnier. Cependant, les maigres illusions qui restent à Bert au sujet de ses semblables volent en éclats quand il s'aperçoit que le but de l'armée américaine n'est pas de rendre justice.L'action se déroule dans Berlin en ruine, sur une courte période. L'esprit n'est déjà plus à la Seconde Guerre Mondiale mais à la guerre froide qui a déjà commencé. Tout le monde manipule tout le monde et Bert se rend vite compte qu'il n'est qu'un pion.
Commenter  J’apprécie          00
Alexmotamots
  08 novembre 2009
Bert Waldeck a passé onze années dans des camps nazis au titre de Schutzhaftling, détenu de sécurité enfermé sans jugement. Il a survécu au naufrage des bateaux- cages, bourrés de déportés, coulés par les Anglais, début mai 1945.
Il retrouve Berlin, sa ville natale, une ville en ruine où rien ne reste debout et où russe et américain s'affrontent. Un officier américain le recrute pour l'aider à retrouver un certain Hans Steiner, capitaine SS recherché comme criminel de guerre qui a été son ami d'enfance et qui l'a plusieurs fois pris sous son aile dans les camps.
Au cours de cette recherche, Bert va se rendre compte que les américains ne recherchent pas Hans pour le faire comparaître en tant que criminel de guerre nazi, mais pour bien autre chose.
Mon avis :
Le récit décrit très bien la ville en ruine après la guerre, la misère de la population berlinoise, pour une part encore fanatisée.
Rien de bien neuf sous le soleil où russes et américains s'affrontent pour récupérer les savants nazis.
Un épisode de l'histoire de la guerre pourtant oublié est relaté ici : celui des bateaux-prisons de la fin de la guerre.

Lien : http://motamots.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PecosaPecosa   07 juillet 2018
Mauthausen était un camp où les Espagnols, les triangles bleus, étaient très nombreux. Des gens remarquables, les républicains espagnols, surtout par leur solidarité, vraiment des durs.
Commenter  J’apprécie          270
BlackKatBlackKat   12 mai 2018
Là, devant moi, dans ces tas de pierres soigneusement alignés, une inscription à la peinture noire, sur un panneau de bois, rappelle le nom de la rue: la Goetheallée. En dehors de ces lettres maladroitement dessinées, rien. Des souvenirs, oui, mais ce sont les miens et personne ne peut y accéder.
Commenter  J’apprécie          40
KrystaleKrystale   21 octobre 2018
Les dormoirs, je ne trouve pas d'autre mot, le terme dormir perd son sens dans cette fange, aménagés dans les tunnels latéraux pouvaient être utilisés à n'importe quel usage sauf à dormir. Des échafaudages, élevés sur quatre étages, permettaient un bref semblant de repos sur des planches. Le manque de sommeil ajouté à une nourriture déficiente tue très vite lui aussi.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Joseph Bialot (2) Voir plusAjouter une vidéo

Joseph Bialot : C'est en hiver que les jours rallongent
Olivier BARROT, depuis le café "Le Rostand" à Paris, présente le livre "C'est en hiver que les jours rallongent" (éditions le Seuil) de Joseph BIALOT. L'auteur parle de son livre avec Barrot.
autres livres classés : berlinVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2385 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre