AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253906654
Éditeur : Le Livre de Poche (09/05/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
En 1883, en Camargue, Noémie Valade, femme de lettres, se remarie avec Frédéric Marescot, propriétaire du mas du Castellar dont il a récemment hérité. Ancien communard endurci par le bagne, Frédéric se consacre avec passion à l'élevage des taureaux de sa manade. Noémie a ses blessures secrètes : jusqu'à sa mort, sa belle-mère l'a accusée d'avoir poussé son premier mari au désespoir et au suicide. Elle croit que ce remariage sera un nouveau départ, mais le temps des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
coquinnette1974
  07 septembre 2017
Le maître du Castellar m'a été offert par une amie début août, pour mon anniversaire. Cela m'a fait plaisir car j'aime beaucoup Françoise Bourdon et ses romans régionaux.
Malheureusement, celui ci ne fut pas tout à fait à la hauteur de mes espérances !
Dès les premières pages, Noémie Valade, femme de lettres, rencontre par hasard Frédéric Marescot, propriétaire du mas du Castellar dont il vient d'hériter. Et alors qu'ils se connaissent à peine, ils se marient. Ce qui est coutumier pour l'époque.
Nous sommes à la fin du 19ème siècle, Noémie est une femme en avance sur son temps car elle fait partie des femmes qui écrivent des feuilletons pour les journaux. Sous un pseudonyme, évidemment, mais ce "passe-temps" lui permet de gagner sa vie. Parallèlement à ça, la jeune femme est veuve, son mari avait des secrets bien enfouis, qu'elle cache...
Frédéric à un passé trouble lui aussi, qu'il ne lui dit pas avant de l'épouser. Et pourtant ce couple va devenir un duo solide.
J'ai aimé les personnages, tout deux sont des personnages forts et intéressants.
Découvrir les manades, les taureaux, tout ce qui s'y rapporte... m'ont plu car je ne connais pas tout ça. Par contre les passages sur les corridas m'ont un peu dérangé car je ne suis pas pour la mise à mort des taureaux.
L'histoire en elle même est intéressante mais j'ai rapidement décroché car c'est parfois un peu plat. Cela manque de rythme par instant.
En fait, certains passages sont captivants, il m'est arrivé d'avoir du mal à lâcher le roman pour aller travailler. Tandis que d'autres passages sont beaucoup plus faiblards et je m'ennuyais ! Ce qui donne un ensemble très moyen.
Il y a vraiment de très bonnes choses dans ce livre comme de moins bonnes, c'est pour ça que je mets seulement trois étoiles.
Ce n'est pas le meilleur de l'auteur mais dans l'ensemble, je l'ai lu avec plaisir :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
boubile
  23 septembre 2017
Ma fille m'a offert ce livre pour la fête des mères, choisi par elle pour sa couverture. Je ne connaissais Françoise Bourdon que de nom et j'ai fait une jolie découverte. Noémie rencontre Frédéric, propriétaire du mas du Castellar dont il vient d'hériter. Ils se marient rapidement. L'histoire se déroule à la fin du 19ème siècle, Noémie est déjà veuve, Frédéric a un passé douloureux, leur relation se construit dans les secrets.
J'ai aimé le style de l'auteur, j'ai apprécié les deux personnages principaux aussi.
J'ai pu découvrir un monde que je connaissais pas, l'élevage des taureaux en Camargue, les manades ...
L'histoire devient rapidement captivante, j'ai retrouvé par moments l'ambiance de certains romans de Daphné du Maurier que j'apprécie beaucoup.
Commenter  J’apprécie          10
BMSierre
  17 novembre 2017
Découvrir le milieu des manadiers de Camargue, puis le milieu tauromachique et celui de la corrida espagnole, en parcourant la vie de Noémie. Belle histoire de vie ! Nous sommes ainsi emportés dans des descriptions intéressantes et techniques du travail des gardians et tenus en haleine au fil des saisons. Noémie se bat dans ce contexte inconnu pour elle et ce contexte difficile, dur, de la paysannerie alors qu'elle aspire à écrire et à garder son indépendance. le passé des deux antagonistes alourdit alors le défi. Les lieux et les personnages, l'intrigue et le déroulement de l'histoire de cette famille m'ont plu. Je suis toutefois restée sur ma réserve quant au développement littéraire. MG
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  16 juillet 2019
J'ai aimé les deux principaux personnages avec leur passion de l'écriture, et leur Amour
Le récit dépeint la Camargue ,une terre sauvage aux accents provençaux que je ne connais point.,
Commenter  J’apprécie          20
tomsoyer
  01 mai 2018
un peu déçue par ce roman de F Bourdon que je lis régulièrement
Dans ce roman du terroir on découvre la Camargue mais assez sommairement
Le roman se situe uniquement autour de deux personnages au passé tumultueux que l on découvre tout doucement au fil du roman mais j'ai touvé le rythme assez lent
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   09 juillet 2019
- J'aurais aimé vous rencontrer.....avant, déclara la vieille dame. Elle ajouta, d'une voix hachée : Défiez-vous de mon fils, je vous en conjure. Il est capable de tout, surtout s'il bute sur un obstacle.
- Vous n'avez pas le droit de mettre ainsi Frédéric en accusation alors qu'il n'est pas là pour se défendre ! s'insurgea Noémie.
Sa belle-mère émit une sorte de rire rauque, désagréable.
- C'est un homme dangereux. Protégez-vous tant qu'il en est encore temps.
- J'aime Frédéric et il m'aime ! protesta Noémie avec force. Et j'ai toute confiance en lui.
- Mon fils, capable d'aimer ? Voilà qui serait nouveau ! ironisa son interlocutrice, ravivant sans le savoir une blessure secrète chez sa bru.
Elle saisit le bras de Noémie.
- Croyez-moi, insista-t-elle, mon fils est un personnage peu recommandable. Il ne supporte pas qu'on se mette en travers de sa route !
- Je n'ai pas envie de continuer à vous écouter, madame, la coupa froidement Noémie. Si vous voulez bien m'excuser....
Elle s'éloigna après avoir gratifié la mère de Frédéric d'un signe de tête plutôt sec.
Elle éprouvait de la tristesse et de la colère.
Parce qu'elle avait l'impression qu'il était impossible de réconcilier la mère et le fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   26 octobre 2017
C'était l'une des premières leçons qu'il lui avait données : respecter autrui, jusque dans ses différences. On ne l'avait pas fait dans sa prime enfance. Mais il ne voulait plus évoquer ce genre de souvenir.
Vivre en plein air le grisait. Chevaucher au petit matin, alors que l'aube blanchissait, lui procurait un plaisir intense. Il aurait aimé pouvoir l'expliquer à Noémie mais il gardait au fond de lui la crainte d'être un jour trahi. Donner le moins possible barre sur lui, se défier de tous constituaient pour lui autant d'impératifs. Une règle de survie apprise là-bas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 octobre 2017
Passionnée de chevaux et de littérature, Noémie rêvait d'écrire. Il n'y avait pas de place dans sa vie pour un mari quel qu'il soit. Elle aimait César, son cheval, mais aussi Sirius, son berger d'Écosse, offert par son père quelques semaines avant sa disparition. Quatre ans auparavant, à treize ans, Noémie avait perdu ses parents qu'elle adorait. Un accident de train, survenu en Italie, où elle devait les rejoindre une dizaine de jours plus tard.
Sous le choc, l'adolescente avait cru perdre la raison. L'amour de ses grands-parents paternels l'avait sauvée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
muriel123muriel123   24 septembre 2018
Il était impossible pour les gendarmes de contenir les exaltés qui, l'écume à la bouche, maniaient la matraque ou les pierres dans le but de tuer. La vue et l'odeur du sang les excitaient. Frédéric avait déjà connu cette atmosphère à l'île des Pins, au moment de la révolte des Kanaks. (page 210)
Elle parlait de son époux comme l'eût fait d'un enfant. De nouveau, Noémie se demanda si leur couple avait été heureux. Marie Mistral paraissait si triste ! (page 295).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 octobre 2017
Frédéric savait qu'il ne devait pas baisser sa garde. Il avait connu des hommes semblables à Jourdan, là-bas, dans ce pays dont il ne voulait même plus prononcer le nom. C'était toujours la même histoire. Ils commençaient par jauger la capacité de résistance de l'adversaire. Jeune et en bonne santé à son arrivée, il avait dû jouer des poings pour se faire respecter.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman du terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre