AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070367238
175 pages
Éditeur : Gallimard (02/04/1976)
3.62/5   217 notes
Résumé :
" Je vous souhaite d'être follement aimée. " Un des textes fondamentaux du surréalisme. Un des ouvrages de Breton dans lequel s'offre le plus ouvertement la gamme entière de ses " charmes ". Le hasard et le désir, la vie et le rêve, le monde et l'homme entretiennent ici une mystérieuse correspondance de tous les instants.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 217 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
1 avis

HenriMoufettal
  09 décembre 2012
L'amour fou est, pour moi, quelque chose d'indescriptible. Raison pour laquelle après « Nadja », au détour d'un rayonnage, je me suis décidé d'acheter ce livre de Mr Breton. Comment parler de rationalité dans ce surréalisme des sentiments exacerbés ?
Je ne cherchais pas tant la rationalité des explications dans ce recueil qui m'a souvent perdu entre tout et tout. Et puis, entre autres, une phrase qui me reste de cet ouvrage :
« La mise en évidence de l'irrationalité, immédiate, confondante, de certains évènements nécessitent la stricte authenticité du document humain qui l'enregistre »
Un contexte donc, et une remise en question à l'heure du tout numérique, qui m'importe forcément un peu moins que les personnes qui sont derrière l'écran.
Un ouvrage un peu plus difficile à lire, une écriture peut-être trop cartésienne et moins dans les actes, un ouvrage qui mérite son titre.
Merci.
Après comme les ouvrages détaillés sur l'inconscient du pourquoi du comment du quoi qu'est-ce, je laisse les avenues ouvertes au spontané et aux surprises dans mes actes personnels, car cela vaut tout l'or du monde. Agir dans un contexte.
Allez, je me plonge dans un autre ouvrage souvent mis au devant de la scène. El tiempo de Nabokov, que sera, sera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
GuillaumeTM
  29 mars 2013
Ce livre est la suite de Nadja, André Breton nous narre la façon dont il rencontra sa future femme qui lui donna ensuite une petite fille du nom d'Aube.
Le point faible de ce roman est l'histoire beaucoup trop décousue pour intéresser hors des inconditionnels du surréalisme.
Commenter  J’apprécie          100
Elvira
  25 février 2012
Je n'ai jamais vraiment aimé Breton, et ce livre ne fait que le confirmer. Même si cet ouvrage laisse une belle place à l'amour et au rêve, je n'ai pas vraiment accroché, justement par le caractère assez opaque et décousu de l'ensemble de l'essai. J'ai tout de même aimé quelques passages, notamment la rencontre amoureuse, la réflexion sur le désir et la lettre écrite à sa fille, car l'ensemble de l'oeuvre reste très poétique et lorsque l'on se laisse bercer, c'est un vrai bonheur !
Lien : http://metamorphoses-de-psyc..
Commenter  J’apprécie          100
mylena
  28 mai 2021
Ce texte est tout aussi décousu que Nadja, très littéraire, pas toujours limpide, difficile à lire. André Breton accorde une importance aux coïncidences qu'il interprète comme des signes à décoder. Il joue à se laisser prendre à ce jeu avec le réel. Y croit-il tout à fait ? Peu importe, le résultat est poétique et nous parle d'amour. C'est la manière qu'a Breton pour concilier l'homme et le monde qui l'entoure et de follement aimer.
J'ai bien aimé aussi cette idée, comme dans Nadja, des illustrations en noir-et-blanc pour bon nombre des références artistiques, picturales et même architecturales, comme une piqûre de rappel, ou pour nous faire mieux comprendre la perception ressentie (la tour Saint-Jacques chancelante, le filet de lait sans fin jailli d'un sein de verre).
Commenter  J’apprécie          30
tonny
  01 septembre 2016
J'ai lu cet ouvrage adolescent, après les vases communicants du même auteur qui m'avait déjà transformé et en voyage donc dans un état prompt au changement. J'étais fou amoureux et le suis toujours.
Ce que j'aime dans ce livre, c'est l'impression que le personnage donne (Breton) avec sa narration entre essai et roman, une confusion incontrôlable comme l'amour.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
GrapheusGrapheus   20 février 2010
J'étais de nouveau près de vous, ma belle vagabonde, et vous me montriez en passant la Tour Saint-Jacques sous son voile pâle d'échafaudages qui, depuis des années maintenant, contribue à en faire plus encore le grand monument du monde à l'irrévélé. Vous aviez beau savoir que j'aimais cette tour, je revois encore à ce moment toute une existence violente
s'organiser autour d'elle pour nous comprendre, pour contenir l'éperdu dans son galop nuageux autour de nous :

À Paris la Tour Saint-Jacques chancelante
Pareille à un tournesol

ai-je dit assez obscurément pour moi dans un poème*, et j'ai compris depuis que ce balancement de la tour était surtout le mien entre les deux sens en français du mot
tournesol, qui désigne à la fois cette espèce d'hélianthe, connue aussi sous le nom de grand soleil et le réactif utilisé en chimie, le plus souvent sous la forme d'un papier bleu qui rougit au contact des acides.

*cf. Le Revolver à cheveux blancs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
HenriMoufettalHenriMoufettal   09 décembre 2012
« L’amour Fou « André Breton - Edition Folio

Page 43
Nous débattions le sens qu’il convient d’attacher, si minimes puissent-elles paraître, à de telles trouvailles
Page 57
Mais il s’agissait de pouvoir recommencer à aimer, non plus seulement de continuer à vivre !
Page 59
La mise en évidence de l’irrationalité, immédiate, confondante, de certains évènements nécessitent la stricte authenticité du document humain qui l’enregistre.
Page 69
Quel avertisseur fonctionnera jamais pour faire entendre la voix de la déraison, si je parle le langage qu’on m’a appris, et soutenir que demain sera autre, qu’il s’est mystérieusement, complètement, déchiré d’hier ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ElviraElvira   04 février 2012
« J’aimerais que ma vie ne laissât après elle d’autre murmure que celui d’une chanson de guetteur, d’une chanson pour tromper l’attente. Indépendamment de ce qui arrive, n’arrive pas, c’est l’attente qui est magnifique. »
Commenter  J’apprécie          260
ElviraElvira   25 février 2012
Que le don absolu d’un être à un autre, qui ne peut exister sans réciprocité, soit aux yeux de tous la seule passerelle naturelle et surnaturelle jetée sur la vie.
Commenter  J’apprécie          350
ElviraElvira   25 février 2012
Mon amour pour toi n’a fait que grandir depuis le premier jour : sous le figuier impérial il tremble et rit dans les étincelles de toutes ses forges quotidiennes. Parce que tu es unique, tu ne peux manquer pour moi d’être toujours une autre, une autre toi-même. A travers la diversité de ses fleurs inconcevables, là-bas, c’est toi changeante que j’aime en chemise rouge, nue, en chemise grise.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de André Breton (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Breton
Lecture de Lettrines de Julien Gracq par Constance Dollé et Emmanuel Noblet
Pour la cinquième année consécutive, la BnF invite à écouter les mille et une voix de la Bibliothèque. Lectures, performances et spectacles habitent les espaces du site François-Mitterrand, inspirés cette année par l'exposition phare de la saison, Henri Cartier-Bresson. le Grand Jeu.André Breton a été une figure essentielle pour Henri Cartier-Bresson et Julien Gracq qui ont tous deux participé aux réunions des surréalistes dans les cafés de la place Blanche. « C'est au surréalisme que je dois allégeance, car il m'a appris à laisser l'objectif photographique fouiller dans les gravats de l'inconscient et du hasard », dit le photographe. On aime l'idée qu'un même hasard, guidé par le flux des idées journalières, ait accompagné Julien Gracq dans la rédaction de ses Lettrines, « un ensemble très libre, une mosaïque de notes de lecture, de réflexions, de souvenirs ». Les comédiens Constance Dollé et Emmanuel Noblet prêtent leurs voix à quelques-uns de ces fragments dans un échange libre et inspiré, au plus proche du ton du texte.
Lecture enregistrée le 5 juin 2021 à la BnF I François-Mitterrand dans le cadre de la Bibliothèque parlante, Festival de la BnF
+ Lire la suite
autres livres classés : surréalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
935 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..