AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782258200326
456 pages
Presses de la Cité (03/02/2022)
3.62/5   333 notes
Résumé :
Jouant avec les codes du suspense, de la manipulation et du roman d'anticipation, Michel Bussi ne vous aura jamais autant fait voyager.
La méthode, calme et systématique, du tueur terrifia les trois enquêteurs. Qui était cet assassin progressant à visage découvert ? Déjà, leurs tabletas se connectaient aux bases de données planétaires de reconnaissance faciale. Plus personne ne pouvait rester anonyme dans le monde actuel. Dans quelques secondes, ils connaîtra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (99) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 333 notes

Antyryia
  16 mars 2022
Me voilà inscrit depuis bientôt six ans sur Babelio, et jamais je ne m'étais interrogé sur la signification du nom de ce site, pas plus que sur son logo.
Bon, je savais qu'il y avait la tour de Babel dans la mythologie, je sais aussi qu'il y a la tour de Pise en Toscane, et ma réflexion n'a pas été plus loin. Peut-être une comparaison avec la taille de nos fameuses “Pile A Lire” ?
Eh bien pas du tout.
Michel Bussi l'expliquera mieux que moi dans son roman mais à l'origine, tous les hommes ne formaient qu'un seul et grand peuple, tout le monde s'aimait et se respectait, tous parlaient la même langue, il n'y avait aucune frontière. Et puis, rassemblés en Mésopotamie, les hommes eurent l'idée de construire une tour jusqu'au ciel.
"En ce temps-là, les hommes dans le monde parlaient tous la même langue, ne formaient qu'un seul et même peuple, et comme symbole de leur union, ils décidèrent de construire une tour, la plus haute possible, dont le sommet toucherait le ciel."
Dieu n'a pas du tout apprécié leur arrogance et il a empêché les hommes de se comprendre en inventant le patois, il a dispersé tout le monde un peu partout sur terre.
Il a pas raté son coup ! A part à New Dehli peut-être.
"Une seule terre, trois cent nations, deux mille peuples, sept mille langues et autant de territoires à défendre."
Babelio est donc tout simplement ce site qui rassemble les êtres de tous les pays francophones autour de leur passion commune : La lecture.
Et si son but n'est pas d'atteindre les cieux via l'architecture, il demeure la construction d'une oeuvre immense faîte de références littéraires, de critiques, citations, participations collectives, interviews d'auteurs, autant de briques apportées par chacun d'entre nous pour participer à l'extension de cet immense monde virtuel du livre.
En ce moment Michel Bussi est particulièrement prolifique et n'hésite pas à sortir des sentiers battus. A quelques mois d'intervalle il nous a offert un Code 612 : Qui a tué le Petit Prince ? en faisant un rapprochement inédit entre la disparition de l'auteur et pilote de guerreAntoine de Saint Exupery et la mort de son plus célèbre personnage. Et pas plus tard qu'il y a deux semaines il a publié La fabrique du suspense, donnant quelques ficelles aux auteurs de polars amateurs et égratignant notamment au passage Paula Hawkins et La fille du train.
Vilain pas beau.
On se souviendra qu'il s'était également essayé au polar ésotérique avec La dernière licorne, initialement publié sous pseudonyme, et qui avait dérouté plus d'un lecteur.
Je peux certifier en tout cas que l'auteur ne se repose pas sur ses lauriers et plutôt que de nous écrire Nymphéas noirs 2 : La revanche, il explore encore de nouveaux horizons et nous livre cette fois un roman d'anticipation.
Alors non, rassurez-vous, pas d'aliens, pas de vaisseaux spatiaux, pas de conquête spatiale ni de combats intergalactiques. Juste une projection de notre planète telle qu'elle pourrait l'être en 2097.
- Explique leur pourquoi j'ai choisi cette année-là en particulier ! me souffle alors une voix derrière moi. Surpris, je me retourne et j'aperçois Michel Bussi apparu comme par magie dans mon appartement, comme s'il surveillait que je ne racontais pas trop de bêtises sur son petit dernier.
- Oui oui, c'est prévu, c'est pas ma première critique. Tenez, tant que je vous ai sous la main, pourquoi vous n'avez pas choisi de pseudonyme pour ce thriller futuriste ? Michel Bussimov, Michel K. Dussi, Michel Bradbussi ?
- Parce que ça n'est pas parce que mon dernier livre est un peu futuriste que ça n'est pas mon style, tu n'es pas d'accord ?
- Alors vraiment ça dépend des points de vue ! J'y reviendrai d'ailleurs.
Je disais donc, en 2097 parce que c'est l'année du centenaire de la première téléportation. Ce qui signifie, exactement, que la première téléportation a déjà eu lieu il y a vingt-cinq ans. Juste quelques photons entre deux puces en silicium, mais bon les progrès scientifiques
commencent toujours avec une avancée qui semble presque anodine et aujourd'hui on ne saurait plus vivre sans internet, on envisage un vol jusque mars, des missiles nucléaires sont capables de raser des pays comme la France et à côté les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki font figure de jouets playmobil.
Alors si on parvient jusqu'à la fin de ce siècle, pourquoi ne pas imaginer un monde où chacun serait libre de se téléporter sur n'importe quel endroit du globe ? L'apogée des télécommunications ?
Vous n'en pouvez plus de cette chaleur étouffante ? Direction le Groënland. Vous souhaitez piquer un sprint parmi les fauves ? D'un clic vous voilà dans la savane africaine. Vous avez besoin d'un cocktail après une dure journée de labeur ? Faites un détour par Tahiti avant de rentrer chez vous dans votre ferme au Texas. Vous avez des envies exhibitionnistes ? Projetez vous avenue des champs-Elysées tout nu sous votre imperméable, mais à vos risques et péril : Tous vos déplacements sont enregistrés sur Pangaïa, immense réseau informatique, et le BIC ( Bureau d'Investigation Criminelle ) vous retrouvera facilement.
- C'est bien, insiste bien sur le véritable tour du monde que je fais découvrir à mes lecteurs cette fois-ci !
- Vous savez quoi Michel, ce dont j'ai surtout envie de parler là maintenant c'est de votre retournement de situation. Monsieur l'art du twist au point que cette marque de fabrique figure dans ta bibliographie, qui écrit tout un chapitre là-dessus dans ses secrets d'écriture. Tu sais comment je l'ai trouvé cette fois ?
- Dis-moi ?
- TPC ! Euh non DTC ! répliquais-je en appuyant sur mon TéléPuerto Cuerpo, bracelet de téléportation corporelle si vous préférez.
* * *
J'arrive au Vatican et me reconnecte à Babelio pour poursuivre ma chronique sans être interrompu. Mais il faut bien savoir que dans ce nouveau monde créé par Michel Bussi, non seulement il n'y a plus de twist ( ou alors je ne l'ai pas vu, ou je ne l'ai pas considéré comme tel ), mais il n'y a plus non plus de religion. Plus de frontières. Plus de problème de densité pour les dix milliards d'individus qui peuplent la planète. Plus de réchauffement climatigue. Une seule monnaie. Un seul
dirigeant pour une démocratie universelle. Quasiment plus aucune criminalité, des urgentistes toujours au taquet qui sont chez vous avant que vous n'ayez pu raccrocher avec les services hospitaliers. Un seul fuseau horaire. Et j'en passe et des meilleures.
Une seule langue pour tous : l'Espagnol. D'où le "TéléPueto Cuerpo" mais ça n'explique pas en revanche tous les autres sigles utilisés ( OMD pour Organisation Mondiale du Déplacement, OMM pour Organisation Militaire Mondiale ) et je reste très dubitatif quant au nom donné à cette urne mondiale recueillant les votes de tous pour chaque question primordiale : l'Ekklesia. Difficile de faire un nom plus croyant ( ecclésiastique ) et d'origine plus latine.
Et puis même si je comprends le choix de l'auteur de nommer chaque pays, chaque région, afin que le lecteur puisse s'y retrouver parfaitement sur le globe tel que nous le connaissons, toutes ces nations qui se sont désormais fondues en une seule sans aucune frontière est toujours subdivisée en pays, et le tour d'horizon accompli pour les personnages et les lecteurs inclue entre autres le Kazakhstan, New York, la Namibie, l'Himalaya, le Sénégal, la Polynésie, Amsterdam, la Corée, le Japon, la Birmanie, les Cyclades, ou encore l'île de Tristan da Cunha ( je ne connaissais pas non plus ) qui est la terre la plus isolée du monde, à 2 400 kilomètres de l'île d'exil bien connue Sainte-Hélène. Enfin je vous dis ça pour que vous puissiez épater vos amis lors d'une future soirée par votre culture.
Par miracle Michel Bussi, qui n'a pas fait les choses à moitié, ne nous emmène ni en Russie ni en Ukraine, mais on ressent une difficulté à se projeter dans ce futur univers utopique en constatant qu'aucune frontière n'est réellement effacée ( on voit d'ailleurs la carte du monde en arrière-plan de la couverture assez affreuse, soit dit en passant ), et en se référant à l'esprit de conquête de certains dirigeants on ne peut plus d'actualité.
Un siècle environ après la constitution des Droits de l'Homme du 03 juin 1958 est voté la constitution mondiale, le 29 mai 2058, dont les extraits fondamentaux sont indiqués à chaque début de partie : "Une seule terre, un seul peuple, une seule langue", "La terre est la propriété de tous les Terriens", "Il n'existe pas de limite à la libre circulation des individus", "Nul ne peut être déplacé contre son gré."
Je sens alors un souffle chaud derrière moi et j'entends quelqu'un renifler. Michel m'a retrouvé au Palais apostolique et a lu derrière mon dos tout ce que j'avais rédigé.
- T'es quand même gonflé, sanglote-t-il. Quasiment aucun compliment alors que c'est un de mes romans les plus aboutis et plus ambitieux !
- Mais je n'ai jamais dit que c'était mauvais ! Je pense même que ça aurait été excellent au rayon "la géopolitique pour les nuls" ! Mais j'ai quand même le droit de dire ce que j'en ai pensé sans que vous ne me dictiez quoi que ce soit.
Sur ces paroles cinglantes je sélectionne une nouvelle destination sur mon DTC, euh mon TPC pardon ( décidément ) et me projette gare du Nord à Paris. Sans faire attention à la mouche qui venait de se poser sur ma main.
* * *
Désolé David Cronenberg mais pas de fusion d'ADN et la mouche s'envole à mon arrivée dans la gare fantôme. Ben oui, plus besoin de TGV, d'avions, de voitures depuis l'avènement de la téléportation. Pas besoin de donner 1 € à la dame-pipi pour s'asseoir sur le trône en toute tranquillité pour continuer la rédaction de ma critique sans être interrompu.
On lit bien un roman de Bussi, que les fans se rassurent. La façon de mener des investigations criminelles a changé mais on a bien un roman policier, des victimes, des méchants. Même pour l'omnisciente Pangaïa,impossible de retracer le parcours de l'assassin. Polar mais aussi comme on l'a vu anticipation au service de la réflexion, géopolitique, action, sans oublier la touche de western ou même d'érotisme maladroit ( court passage inutile mais hélas récurrent dans ses romans ).
"Ses seins jaillirent. Lilio les embrassa, lapant l'eau douce perlant à ses tétons. Sa langue s'enhardit, suivit les gouttes qui coulaient, du cou au ventre de Cléo." Et après carré blanc.
Par ailleurs je trouve qu'il manque toujours un petit quelque chose pour donner plus de réalité à ses personnages, autant qu'ils soient, pour qu'ils sortent de leur carcan de papier et deviennent réels. Ou, si vous préférez, je ne ressens aucune émotion si un des principaux personnages meurt, comme s'il leur manquait un peu de substance.
Et pourtant je me suis accroché. Sans trop de difficultés puisqu'on a quand même envie de les résoudre ces crimes mystérieux. Et on veut en savoir plus sur cet univers de 2097 et son véritable fonctionnement. Et on est finalement doublement récompensé. Par une fin en apothéose déjà qui devrait combler tous les lecteurs avec d'ultimes rebondissements très bien pensés. Et parce que je suis finalement sorti très enrichi de ce roman, ne voyant pas immédiatement ce qui sautait pourtant aux yeux :
Le prix à payer en échange de cette terre merveilleuse.
"Tous les monuments, tous les arts, tous les savoirs sur lesquels repose le monde actuel n'auraient pas existé si les peuples, puis les nations, puis les Etats n'avaient pas existé."
"Il n'y a qu'une seule façon pour un peuple, une nation, une religion, de se faire entendre, de se faire respecter, de résister, sinon il disparaît."
Ce sont les guerres qui modifient les frontières, les pays qui agrandissent leur territoire sous des prétextes économiques mais aussi culturels. Ce sont des idéologies qui veulent justifier des génocides.
Je ne me suis jamais caché de ne pas supporter les religions quelles qu'elles soient, l'homme n'a plus aujourd'hui à agir au nom d'une puissance supérieure, ni à imposer sa foi et ses coutumes aux pays voisins sous des prétextes fallacieux. Mais sans parler de guerre, de terrorisme ou de violence, qu'en serait-il des langues ? Toutes réduites à l'état de langues mortes ? Et le patrimoine culturel ? Les traditions ? Les spécialités culinaires ? L'architecture ?
Fini les pissotières à la turque, les bidets japonais auto-lavants, me dis-je en relevant mon postérieur et en tirant la chasse d'eau, moment lors duquel Michel Bussi se matérialise devant moi.
- Alors tu as quand même un peu aimé mon livre ? me demande-t-il alors que, gêné, je me rhabille en vitesse afin que la situation ne prête pas plus encore à confusion.
- Tout n'a pas fonctionné mais effectivement j'ai apprécié cette question : Vaut-il mieux un monde fade, unique, où tous les auteurs écrivent en espagnol mais où tout le monde vit en harmonie à l'exception de quelques dissidents celtes bretons, ou un monde riche, fragmenté par ses différences, riche de ses multiples cultures, qui font aussi bien ses forces que ses faiblesses ? La réponse se situe probablement quelque part entre les deux.
Mais peut-on tirer un trait sur L Histoire, la haine, tout en gardant le meilleur de chaque philosophie, l'identité de chaque peuple ?
- Et tu vas me mettre une bonne note ? me demande-t-il, anxieux.
- Tu le découvriras par toi même ! Maintenant tu peux aller embêter un autre chroniqueur ! répliquais-je en cliquant sur publier, afin de téléporter ma critique sur Babelio, ajoutant ma petite pierre au monumental édifice dudit site.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
Stelphique
  10 février 2022
Ce que j'ai ressenti:
« Pour que le monde tienne en équilibre, il faut des lieux que l'on montre, qui attirent, qui s'affichent, et d'autres que l'on cache. »
Comment savoir quel est le juste équilibre? Si la Terre n'avait plus de frontières, quel en serait le quotidien? C'est tout l'enjeu et le défi que lance Michel Bussi, dans cette nouvelle intrigue d'anticipation…Un monde sans frontières et des déplacements instantanés d'un endroit paradisiaque à un autre…Vu d'ici, ça fait rêver…Un jogging à Tahiti, une escapade à Paris, du shopping à New-York, un dîner à Venise, imaginez que vous puissiez faire ça en une seule journée et le répéter quotidiennement, comme bon vous semblera…C'est extrêmement euphorisant de pouvoir aller où on veut, quand on veut, en une seconde! Ça donnerai presque envie, cette instantanéité. Mais l'humanité étant ce qu'elle est, vous vous doutiez bien que notre cher auteur, allait nous préparer un thriller de haute voltige…Et forcément, on est tenu en haleine, à apparaître et disparaître un peu trop vite, à constater et à deviner le prochain coup du sort, à se laisser charmer et désenchanter d'une possible vie sans limites…
« Une seule Terre, un seul peuple, une seule langue. »
Nouvelle Babel est une lecture passionnante. On explore la Terre, la probabilité d'une autre manière de se déplacer, la Liberté plus accessible encore, la superficialité et ses adeptes, les causes et les conséquences d'une société qui compte avec les intelligences artificielles. Autant de thèmes et de réflexions intéressantes qui nous poussent à revoir nos propres limites, nos rêves démesurés ou nos craintes les plus profondes. Derrière l'enquête en cours, Michel Bussi ouvre un espace gigantesque et en même temps, minuscule, où la vie poursuit son cours. Parce qu'il en a toujours été ainsi. L'amour, la haine, l'ambition, la vengeance, le pouvoir continueront de dévorer tous les hommes, peu importe les avancées scientifiques. le futur aura beau être idyllique, les symboles toujours aussi puissants, la tour de Babel enfin construite, la Terre pour tous, l'humanité est trop pétrie de mille et une contradictions…
« Un jour, il faut choisir son camp. »
J'ai choisi. J'ai choisi d'être dans celui de Michel Bussi. Toujours aussi émerveillée et accro à ses thrillers dynamiques. Celui-ci pour le coup, offre une bien belle bouffée d'oxygène et un voyage incroyable autour du monde. Quand on sait qu'avec les temps qui courent, nos déplacements sont limités, un livre de 450 pages qui nous permet de partir vers des destinations, plus belles les unes que les autres, c'est déjà un petit bonheur appréciable. Et puis, avec ou sans TPC, j'ai été embarquée par cette histoire, ce temps revisité, les mondes plus ou moins lointains, et l'idée presque palpable de la Liberté…Que je sois ici ou partout ailleurs, je vous invite au coeur du voyage…Allez voir de plus près, la Nouvelle Babel, prenez place dans l'attraction touristique la plus en vue du moment!
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
belette2911
  09 mars 2022
Imaginez un Monde où la téléportation serait possible. Quel gain de temps ! Fini d'en perdre dans les transports entre deux points.
Imaginez : vous avez fini votre journée de travail, vous appuyez sur le bouton "casa" de votre TPC et hop, vous voici transporté tout de suite chez vous !
Ok, depuis 2020, une partie de la population a déjà testé ce miracle, sauf que nous l'avons appelé « télétravail »… Tout est dans la sémantique. Oui, je sors.
Que les allergiques à la SF n'aient pas peur du nouveau roman de Bussi, il est accessible à tout le monde puisque l'action se passe dans les années 2090, que les frontières n'existent plus, les nations non plus, les villes pareilles, tout le monde peut vivre où il veut et se téléporter partout. Il y a juste des règles de taux d'occupation, ce qui est normal, trop de monde dans un endroit minuscule et ce serait le bordel.
La société qu'il nous présente est utopique, on en rêverait tant ça a l'air simple, facile, sans prises de tête. Plus de guerres, plus d'armement, presque plus de crimes. Putain, le rêve !
Ah, pardon, on vient de trouver 10 corps assassinés sur une île, plus un chien. Pourquoi le chien a-t-il été tué aussi ? Parce que l'auteur aime assassiner les animaux, le méchant (il a épargné le chat, merci à lui).
Bon, trêve d'amusement, les enquêteurs envoyés sur place ne comprennent pas, nous non plus et il faudra lire tout le roman pour que toutes les questions trouvent leur réponse. Nous avons beau être dans de la science-fiction où les téléportations sont possibles, il n'en reste pas moins qu'il faut enquêter sur ces assassinats et qu'il y en aura d'autres.
Lorsque je lis un roman de Michel Bussi, je me demande où je vais me faire avoir… Un peu comme lorsqu'on signe un papier à la banque, chez l'assureur, lorsqu'on va voter : la question se pose toujours. Quand va-t-on se faire entuber royalement ?? La seule différence, c'est qu'avec la littérature, on est content lorsque ça arrive…
Zut, je ne me suis pas faite avoir, j'avais deviné la couille dans le pâté. Cela ne m'a pas empêché de lire ce roman à grande vitesse, tant il était addictif et bien mis en scène. Les personnages, en grande partie, m'ont plu, sauf les méchants, bien sûr ! Et puis, l'avantage, c'est qu'ils peuvent évoluer, ils ne font pas du sur-place, leurs réactions sont naturelles et réalistes.
Comme souvent, dans le roman, on retrouvera des vérités implacables, des phrases qui font mouches, qui sont si vraies et que personne ne veut écouter. En ces temps où tout le monde se replie sur son pré carré, voir une Terre avec une seule langue, une seule monnaie et peu de politiciens, cela fait du bien. Attention, le populisme n'est jamais loin, il ne meurt jamais.
Le côté science-fiction et l'enquête sur les meurtres sont aussi l'occasion pour l'auteur pour nous parler de propagande, de mensonges, de magouilles, d'images ou de reportages que l'on veut nous faire avaler, afin de mieux nous manipuler. Et je ne vise pas les pubs pour les produits de consommation…
L'Humain réagit toujours aux émotions, généralement plus à celles de la colère que celles de la joie. Une image violente aura toujours plus de vues qu'une avec des chatons. Les gens seraient prêts à renoncer à leurs libertés pour un peu de sécurité, même si les caméras n'ont jamais empêché des agressions, des vols ou pire, des attentats.
L'auteur joue avec les peurs des gens, comme d'autres le font, mais pas dans le but de nous mettre en garde, de nous divertir ou de fournir de la matière à leur roman. Jusqu'où certains sont-ils prêts à aller afin de nous prouver qu'ils avaient raison et nous tort ? Jusqu'où certains sont-ils prêts à aller pour renforcer nos peurs et nous offrir plus de sécurité ? Jusqu'où sont-ils prêts à mentir ? À se parjurer ?
Non, non, ce thriller de science-fiction n'est pas qu'un énième roman de pur divertissement.
C'est surtout un roman intelligent qui, sous le couvert de nous divertir, nous pousse à réfléchir, à ne pas croire tout ce que l'on voit (Saint-Thomas avait raison, nous devrions prendre exemple sur lui), à ne pas avaler les couleuvres, ni à prendre des vessies pour des lanternes.
Un roman différent des autres, certes. Un roman qui ne manque ni de profondeur, ni de justesse, ni de références à notre époque actuelle.
Le résumé ne m'aurait jamais laissé présumer que j'allais entrer dans un roman aussi intéressant, aussi poussé, aussi intelligent.
Merde, j'ai été eue, alors ?? Une fois de plus… Merci monsieur Bussi !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Bazart
  11 mai 2022
Une seule terre, un seul peuple, une seule langue. Plus de frontières plus de moyens de locomotion coûteux et polluants, vous en avez rêvé, la recherche scientifique l'a réalisé .
Nous sommes en 2097, à l aube du XXII siècle la téléportation humaine n'est plus un rêve.
Dès l'âge de six ans chaque être humain se voit offrir un TPC ( TéléPuerto Cuerpo ) une sorte de montre bracelet connectée et survitaminée qui permet de se rendre à l endroit de son choix dans la seconde.
Tout autre moyen de transport étant devenu obsolète, l'air est devenu respirable dans les métropoles qui, elles-mêmes, sont devenues inutiles, comme tout regroupement important d' être humains.
Bref un monde idéal dans lequel on peut petit-déjeuner avec vue sur la baie de Naples, prendre son service dans la Silicone Valley, puis visiter quelques clients à Reykjavik ou Toronto, juste avant de diner avec ses parents dans le meilleur restaurant de poissons de Perth.
Et chaque soir, comme le Petit Prince, choisir son coucher de soleil.Un monde idéal on vous dit!
Mais heureusement pour nous lecteur, chaque utopie crée sa propre dystopie.
Dix retraités sans histoire assassinés, sur une île polynésienne, quelques jours avant l'inauguration de la Nouvelle Babel, un monument mythologique enfin construit pour fêter le centenaire de la première téléportation, une telle défaillance humaine et technique ne peut pas être une coïncidence. le Bureau d'investigation Criminelle dépêche immédiatement ses meilleurs agents.
L enquête autour du monde peut commencer.
Quel plaisir de lecture ce nouveau roman de Michel Bussi, paru chez les fidèles éditions Presses de la cité :"Nouvelle Babel", ou comment retrouver son âme de lecteur adolescent.
Page turner d'anticipation, chapitres courts, planting et cliffhanger, le romancier utilise tous les outils littéraires à sa disposition pour nous maintenir en haleine. Et comme il est aussi un géographe reconnu il en profite pour nous faire voyager sur tous les continents.
C est sûr, avec lui, la littérature est le TPC des simples mortels de l'an 2022 !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Le_chien_critique
  02 mars 2022
Lorsque le malaise s'installe : Michel Leeb, Michel Bussi, même combat ?
Michel Bussi critiqué sur mon blog ? le chien s'est il vendu au grand capital, les Presses de la cité lui ont elles déroulé un pont d'or ?
Cela a commencé comme une blague sur Twitter, un tweet de Lune si mes souvenirs sont bons demandant qui voulait se sacrifier pour lire le dernier Bussi, un roman de SF (d'anticipation, soyons sérieux). Une lecture commune s'en est suivi avec quelques blogueuses (je ne crois pas avoir vu de mâles), Bussi est un auteur pour femmes (nous y reviendrons). Suite à un pari perdu, me voilà à lire ce texte.
Bussi, c'est l'un des auteurs banquable de la littérature française. Pas la vraie littérature blanche, mais la populaire. le deuxième écrivain français en nombre de livres vendus selon Wikipédia : plus d'un million d'exemplaires vendus en 2019. Mieux que notre Alain Damasio ! Donc forcément, il n'a pas ses lettres de noblesses dans les prix littéraires sérieux. C'est un mauvais auteur, comme nous nous lisons de mauvais genres.
Michel écrit habituellement des romans policiers (je crois) et son nouveau millésime se classe comme un roman d'anticipation. En 2020-2021, il avait écrit deux romans jeunesses qui étaient déjà de l'anticipation. Place aux adultes désormais. Donc pourquoi pas ? Dans mon cerveau de canidé pas très malin, je me disais qu'un auteur reconnu comme lui, il devait à minima savoir mener une intrigue comme un orfévre. du page turner efficace, quel mal à ça ? Il en faut pour tous les goûts.
Sur une île paradisiaque en copropriété, de vieux riches, blancs, se font assassiner.
Un inspecteur, blanc, accompagné de ses coéquipiers, un noir préférant le monde sans technologie, et une asiatique fan de technologie et sexy en diable, mènent l'enquête.
Parallèlement, un journaliste au dent longue et une institutrice, vieille fille dont maman veut absolument caser, voient leur destinés se croiser. L'instit est bien entendu une vielle fille dont la maman rêve de caser.
Tous les poncifs sont bien en place pour une histoire qui va les aligner et lorgner du côté réac. Comme de bien entendu, la grande histoire va nous parler d'Hitler, voir pire de Staline. Tout le long de ma lecture, je me demandais où Michel se classait sur l'échiquier politique. le black qui peut vivre dans le monde entier grâce à la téléportation choisit naturellement un pays d'Afrique du nord. Il n'aime pas la technologie et préfère un mode de vie plus ancestral. Il a des enfants bien entendu...
La fliquette asiatique a tout de la poupée sexy, elle excelle dans les technologies nouvelles, c'est normal pour une coréenne.
Le chef est blanc.
Il y a de gros fachos aussi, mais je n'ai jamais réussi à savoir si c'était bien ou mal, une certaine ambiguïté se dégage. Est moi qui me fait un film ? Je n'ai rien de tangible mais cela m'a chatouillé plus qu'un peu.
Bussi auteur pour femmes ? C'est ce que je pensais, un auteur pour midinettes, un peu de fleur bleu pour les sortir de leur quotidien morose.
Les femmes sont bien affrétées et amoureuses car l'amour est leur seul raison de vivre. Les hommes ne pensent qu'au travail et ne voient jamais les efforts déployés par la gente féminine pour leur plaire.Triste monde.
Certaines passent leur temps à s'amuser dans l'eau, aspergeant leurs magnifiques corps. C'est beau.
Tout cela commence à faire beaucoup pour moi.
Arrivé à la moitié de ma lecture, j'ai décidé de lire en biais pour voir où tout cela menait. Pas bien loin malgré la téléportation. Nous sommes dans un univers de pacotille science-fictionnelle, on cite Star Treck pour montrer son côté geek, mais rien de bien folichon.
La fin se devine aisément.
Une fois la dernière page tournée, le malaise est installé, moi qui pensait lire un roman divertissant, me voilà bien en peine de voir toutes ces représentations nauséabondes dans 400 pages.
A fuir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191


critiques presse (5)
LeJournaldeQuebec   25 juillet 2022
Ce roman stupéfiant, où l’on voyage autour du globe et dans le temps, montre un futur pas si lointain où la technologie permet de se téléporter.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaProvence   04 mai 2022
Lui qui a habitué ses lecteurs à être manipulés, baladés, et happés par ses histoires, n'a pas su donner à Nouvelle Babel le suspense haletant que l'on retrouve dans ses précédents romans. Son petit dernier n'en reste pas moins passionnant par cette nouvelle société très réaliste, nous poussant à nous poser des questions sur notre quotidien et ce qu'il pourrait devenir.
Lire la critique sur le site : LaProvence
LeParisienPresse   25 avril 2022
Pour son premier ouvrage du genre, Michel Bussi nous projette en 2097, dans un monde sans frontière grâce à la téléportation. Le géographe tire en arrière-plan un signal d’alarme sur notre terre qui ne tourne pas rond.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
LaTribuneDeGeneve   23 février 2022
Complot géopolitique, crime crapuleux, malédiction mythologique? Les pistes abondent sous toutes les latitudes, du port d’Hong Kong au musée de la locomotive d’Amsterdam. Michel Bussi joue avec ses fantasmes avec une prudente délectation.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
LePoint   16 février 2022
Ce qui compte, comme dans 1984 d'Orwell, c'est le monde que Bussi nous propose. [...] Un polar dystopique si l'on veut, mais surtout une intrigue pétrie du questionnement passionnant d'un ex-universitaire et directeur de recherche au CNRS.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia   25 février 2022
Le multilibéralisme, vous appelez ça un équilibre ? Oh, bien entendu, après 1945, plus de bombes atomiques qui explosent, plus d’armées marchant baïonnette au poing, mais les États-nations ont construit des frontières, des murs plus hauts et plus nombreux que jamais. Les grandes puissances se sont refermées sur elle-mêmes, les clés ont été confiées à des leaders désignés par leur peuple, défendant leur pays comme des pitbulls défendent une gamelle. Chacun s’est recroquevillé, jamais le monde n’a été aussi égoïste. Des millions de migrants sont morts de ne pas avoir pu changer d’hémisphère, dans l’indifférence générale des nations barricadées. Jamais l’économie n’avait circulé aussi librement, l’argent, les images, la musique, ce que les gens mangeaient ou portaient sur leur dos, et pourtant jamais la Terre n’avait été autant divisée, en deux cents morceaux, deux cents États ne jurant chacun que par son intérêt particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
thisou08thisou08   05 avril 2022
[...] plus personne aujourd'hui n'est capable de mourir pour la patrie, et encore moins de se faire exploser pour une cause qu'il juge plus importante que sa vie. Ce serait aussi ridicule que de demander à des jeunes gens de prendre un fusil pour éviter qu'on modifie les frontières de leur pays.
P 325
NDL : ceci se passe en 2097. De nos jours, des gens courageux défendent leurs frontières !
Commenter  J’apprécie          102
Maroussia_IvanovnaMaroussia_Ivanovna   08 février 2022
Naïfs que vous êtes ! Vous pensez changer le monde avec des banderoles accrochées au fronton du Kremlin ou du palais du Peuple de Pékin, rédigées dans des langues que plus personne ne comprend ? Vous croyez changer le monde avec des chants, avec des slogans en plantant des drapeaux qui ne sont plus rien d'autre que des logos colorés, en prenant d'assaut des mausolées, des églises, des cimetières, des palais royaux qui ne sont plus rien d'autre que des destinations touristiques profanées chaque jour par des milliers de visiteurs ignares ? Vous croyez changer le monde ainsi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TralalivreTralalivre   22 février 2022
Avant qu'on invente la téléportation, essaya de préciser Cléo, on transportait tout ce dont on avait besoin pour vivre, la nourriture, les habits, les meubles, les jouets, dans de grosses caisses qu'on empilait sur des bateaux, de très gros bateaux, qui traversaient les mers et les océans pour arriver dans des villes qu'on appelait ports, pour que toit soit distribué ensuite aux usines, aux magasins et aux gens qui habitaient autour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TralalivreTralalivre   22 février 2022
Aujourd'hui, la Terre est devenue un bien de consommation comme les autres. Avant, les Terriens la protégeaient, entretenaient un lien viscéral avec elle, vital, organique.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Michel Bussi (179) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bussi
Michel Bussi, « le maître du suspense », est l'un des auteurs préférés des Français. Depuis Nymphéas noirs, il enchaîne les best-sellers. Sa spécialité ? le « twist », ou rebondissement inattendu. Il nous livre aujourd'hui trois « secrets d'écriture » pour créer un bon roman à suspense.
Découvrez son livre La Fabrique du suspense : https://www.lerobert.com/essais-et-litterature/la-fabrique-du-suspense-9782321017332.html
autres livres classés : téléportationVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nouvelle Babel

Qui est président de l’Organisation Mondiale des Déplacements ?

Artem Akinis
Babou Diop
Galiléo Nemrod
Lilio de Castro
Mi-Cha Kim
Mylène Loiselle
Valéryah Everianov

20 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Nouvelle Babel de Michel BussiCréer un quiz sur ce livre