AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Louis-Marcel Raymond (Traducteur)
EAN : 9782070370597
182 pages
Gallimard (20/10/1978)
3.94/5   59 notes
Résumé :
Louis-Marcel Raymond (traducteur et préfacier)

Morris Stroup s'ennuie de ses chèvres. Sur son ordre, le factotum de la famille, le Noir Handsome Brown, les ramène de la campagne. Elles n'ont rien de plus pressé que de grimper sur le toit de la maison ? et cela juste le jour où Martha Stroup s'apprête à recevoir les dames du cercle social. Pour avoir de l'argent, Morris prend subrepticement chez la voisine divers ustensiles qu'il vend à la ferraille... >Voir plus
Que lire après Un p'tit gars de Géorgie Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 59 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'avais bien apprécié ce Caldwell (Erskine)-là. Ces histoires changeaient de la veine triste de Nous les vivants, La route au tabac ou Une lampe, le soir.
Dans Un p'tit gars de Géorgie, place à l'insouciance du Sud, avec une famille pittoresque au chef très fainéant mais non dépourvu d'idées parfois farfelues!
Ainsi, cette acquisition d'une machine à faire des ballots de vieux papiers pour le chiffonnier!... Au grand dam de Mme Strout qui ne retrouve plus ses magazines!.. Et sous les yeux écarquillés du brave domestique noir!
Caldwell savait se diversifier, en laissant la noirceur hors de certains de ses livres... Des pauses bienvenues dans la visite de l'oeuvre de ce grand auteur.
Commenter  J’apprécie          630
De cette lecture très ancienne, il me reste des bribes.
Le grotesque comme une caractéristique de la littérature du sud des États-Unis, de ses personnages, souvent simples d'esprit. L'auteur fait preuve de beaucoup d'humour, mais le rire est jaune et les clowns/épouvantails sont de chair. Les paysans sont pauvres, et cette pauvreté est la mère de tous les vices : le père est infidèle (mais drôle), la mère colérique, l'esclave simple d'esprit, l'oncle prisonnier.
Par ailleurs le fils, bien trop perspicace, a un point de vue qui est tout sauf celui d'un enfant.
À lire bien entendu !
Commenter  J’apprécie          481
Un p'tit gars de Géorgie, c'est William Stroup. C'est un bon gars mais son père Morris Stroup a toujours des idées qui peuvent leur faire gagner de l'argent ou d'aider quelque demoiselle en détresse. Il s'appuie quand il peut sur son garçon de ferme, Handsome Brown.
Première fois que je lis Erskine Caldwell, j'ai été un peu surprise du style : l'auteur présente une famille pauvre de Géorgie dans les années 30 à travers une dizaine de petites scènes. Vente de papier ou de ferraille, chèvres sur le toit... Il aborde avec humour des thèmes simples : la vie de famille, l'argent, l'infidélité et tant d'autres. Handsome Brown, le jeune Noir, doit obéir aux ordres de la famille, surtout à ceux du père, Madame Stroup ayant pitié de celui-ci. On n'attend évidemment rien de ce Morris, on plaint ce pauvre Handsome qui doit obéir quoi qu'il arrive à son maître et sa femme qui doit le supporter. On rit jaune à ces évocations grotesques puisqu'on y voit la misère sociale de l'époque et une certaine servilité de l'homme noir. La répétition de ces moments montrent la studipité et la cupidité de l'homme fainéant.
Premier roman d'Erskine Caldwell que je lis très convaincant, je vais sortir le petit arpent du bon dieu par la suite.

Commenter  J’apprécie          170
« Un pt'it gars de Géorgie ».
Il s'agit là un roman à épisodes (14) ou Erskine Caldwell retrace la vie quotidienne d'une famille misérable et déjantée de « petits blancs » dans le Sud des Etats-Unis, en Géorgie. le père, Morris Stroup n'a pas plus de morale que d'argent, un fainéant volage et rusé qui peut à l'occasion se faire voleur ; la mère, elle, Martha Handsome, se met en quatre pour faire bouillir la marmite ; et leur fils William Stroup, le narrateur. Au milieu de tout ce beau monde, Brown, le nègre à tout faire du foyer…
Erskine Caldwell est certes moins connu que Steinbeck et Faulkner, eux aussi écrivains du Sud, mais il décrit comme eux les États-Unis laborieux, avec en plus une touche de burlesque et de cocasse qui le caractérise.
Un petit roman… néanmoins, un chef d'oeuvre de la littérature « sudiste »… et d'humour.
Le coin du bibliophile : je viens d'acquérir à vil prix (2,70 €), un très bel exemplaire non coupé édition Gallimard 06/06/1949


Commenter  J’apprécie          170
Dans toutes les nouvelles/épisodes du grand romancier américain Erskine Caldwell - un p'tit gars de Georgie - on suit les déboires et les délices de la vie d'un homme paresseux, Morris Stroup, menteur, coureur de jupons, irresponsable, et j'en passe. En raison de sa paresse, il ne fait presque jamais rien, sauf rester à dormir sous un arbre, à l'ombre. C'est par conséquent sa femme, une vielle dame autoritaire, qui se tue à la tâche pour récupérer quelques sous, que lui ne parvient évidemment pas à gagner. En fait, gagner sa croûte ne l'intéresse pas. Ce que Morris veut: c'est le jackpot, flairer l'affaire qui rapportera gros. Mais il n'a aucun flaire, seulement une naïveté qui le conduit dans des situations pas possibles. Il trouve une combine et, chargé d'une motivation juvénile, il se lance dans une aventure qui n'a ni queue ni tête. Dès qu'on le voit s'élancer, on comprend que cela va mal tourné, mais les conséquences ne sont jamais catastrophiques. Il se trouve mêlé dans des histoires qui le dépasse, mais d'un burlesque, drôle, à s'en taper les cuisses. Il doit faire des pieds et des mains pour se sortir des impasses dans lesquelles il s'est lancé tête première. Cela se termine généralement par une réprimande de sa femme, mais qui ne tiendra pas très longtemps, jusqu'à la prochaine fois.

La raison que c'est si drôle est dû au fait que ces histoires sont racontées par son fils, qui lui porte une véritable admiration, malgré que les tentatives ne réussissent jamais. le p'tit de Georgie aime son père, et peu importe le pétrin dans lequel il s'enlise. Il cherche à chaque fois à le sauver. Il ralentit le pas lorsque sa mère lui demande d'aller à sa chambre pendant qu'elle va le sermonner.

L'innocence du p'tit fait que l'on ne sait pas si Morris est vraiment l'idiot du village ou seulement un homme nonchalant mais rusé malgré tout. Car, quelques fois, dans ses combines, son père se trouve seul avec une femme beaucoup plus jeune que sa mère, beaucoup plus jolie et, derrière la porte ou la fenêtre, le p'tit de Georgie entend cette dame et son père rire, pousser des cris de joie, ce que l'enfant interprète comme des chatouillements. C'est à ce moment que l'on se dit que Morris n'est peut-être pas plus fou qu'un autre, et peut-être même plus malin que l'on pense. Mais quand même pas si finaud que ça, car sa femme le surprend à chaque fois et, en le tirant par la bretelle de sa salopette (s'il a eu le temps de la remettre), il fait un clin d'oeil à son fils qui a observé toute la scène.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Et qu'est-ce que je vais faire, si je sens un jour le besoin d'une religion organisée ? On ne sait jamais si je ne me déciderai pas à quitter ma religion personnelle pour une religion reconnue. Je ne voudrais tout de même pas rester fin seul si tout le monde est sauvé et va au ciel !
Commenter  J’apprécie          60
c'est une machine à presser, expliqua-t'-il. Ça met le papier en ballot. on y fourre tout le papier de rebut.: les vieux journaux déchirés et les choses de ce genre, puis on tourne la roue a bloc et ça sort au fond en un ballot attaché de fils de fer. C'est une grande invention.
Commenter  J’apprécie          50
Nous l'avions depuis six mois. Quand papa l'avait amené à la maison, la première fois, il avait dit que ce coq de bataille était aussi intelligent que quelqu'un qui serait passé par le collège. Aussi le nom de Collégien lui était resté.
Commenter  J’apprécie          40
Je suppose, Morris Stroup, dit maman en regardant mon père, que chatouiller une femme délaissée avec une plume de poule, améliore le rendement de son jardin!

Commenter  J’apprécie          60
- M'ame Martha, je ne vous ai dit que c'que m'ssieu Morris m'avait dit de vous dire. Vous savez bien que j'ne vous raconterais pas de menteries de moi même, m'ame Martha ! Je vous ai dit ça parc' que m'ssieu Morris, y m'avait dit de vous dire ça et je tâche toujours de faire ce qu'on me dit. Des fois, j'embrouille un peu quand j'essaie de dire la vérité dans deux directions à la fois.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Erskine Caldwell (1) Voir plusAjouter une vidéo

Erskine Caldwell à propos de "Les braves gens du tennessee"
Erskine CALDWELL, interviewé par Pierre DUMAYET, parle, en anglais, de son livre "Les braves gens du tennessee" et à travers ce roman, du racisme dans le Sud des Etats-Unis, de la haine des blancs envers les noirs, de la violence. Malentendu entre DUMAYET et CALDWELL à propos d'un cabriolet rouge. Présence d'un traducteur.
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (161) Voir plus



Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1835 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

{* *}