AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel-François Demet (Autre)
EAN : 9782253035909
411 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)
4.3/5   20 notes
Résumé :
« Né en Bulgarie, juif espagnol, écrivain de langue allemande, Autrichien d'adoption, réfugié à Londres et résidant en Suisse, Canetti n'appartient à aucune nation et il a traversé toutes les cultures...

L'Histoire d'une vie, avec une maîtrise que les lecteurs de Canetti reconnaissent à chacune de ses entreprises, s'achève au moment précis où commence sa vie d'écrivain. Elle est aussi son aboutissement. Selon un effet de spirale qui donne le vertige, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  04 septembre 2014
Certaines vies ont une portée universelle –ce sont peut-être celles d'êtres fictifs. Elias Canetti a le malheur d'être un homme réel et la biographie de ses jeunes années s'encombre de tous les détails qui construisent une identité. Ces détails le ravissent sans doute en lui donnant conscience de son existence individuelle, et ils raviront aussi les curieux qui connaissent déjà l'auteur, mais ils peinent à intéresser ceux qui n'entrent dans aucune de ces deux catégories.

Il paraît que l'Histoire d'une vie ne parle pas seulement d'un homme mais aussi d'un contexte social, politique et historique, celui d'un juif né en Bulgarie et déplacé d'Angleterre en Autriche, jusqu'en Suisse et en Allemagne. A travers la subjectivité d'Elias Canetti, on découvrira les bribes d'un premier cosmopolitisme européen qui reste cependant subordonné au parcours de l'auteur.

Elias Canetti ne s'adresse pas à n'importe qui. Tant pis pour le lecteur qui ne le connaît pas encore et qui ne se passionne pas pour l'histoire intime d'une certaine catégorie de bourgeoisie européenne, dans la première moitié du 20e siècle. La vie d'Elias Canetti s'est déroulée sous mes yeux mais à des kilomètres de mon attention. Ce livre constitue certainement une mauvaise approche de l'auteur et s'adresse principalement à ceux qui éprouvent déjà une sympathie personnelle pour Elias Canetti… (de toute façon, Elias Canetti ne se serait pas intéressé à votre vie non plus, pas vrai ?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   04 septembre 2014
Jeter tous les livres, oublier tout ce bazar. Tout ce qui est dans les livres est faux, seule comptent la vie elle-même et l’expérience et le travail, le travail dur. Jusqu’à ce que les os vous en craquent.
Commenter  J’apprécie          190
hupomnematahupomnemata   24 juin 2013
Le discours par lesquels j'énervais Brecht, surtout le fait d'exiger que l'on écrivît à partir d'une certaine conviction et non pour de l'argent, tout cela devait sembler bien ridicule dans le Berlin d'alors. Il savait très bien ce qu'il voulait et le but qu'il poursuivait était si précis qu'il ne lui importait nullement de recevoir de l'argent en échange. Après une période de grande difficulté matérielle, il pensait qu'il fallait considérer l'argent comme la preuve du succès. Il savait fort bien la valeur de l'argent et la chose qui lui importait, c'était celui qui le recevait et non son origine. Il était certain que rien ne pourrait le faire renoncer à ses convictions. Quiconque lui venait en aide était son allié (sinon, il aurait coupé dans sa propre chair). Berlin grouillait de mécènes, ils faisaient partie de cette vie théâtrale. Il les utilisait sans devenir leur victime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
colimassoncolimasson   07 septembre 2014
Il était exact que je ne voulais pas apprendre comment vont les choses en ce monde. J’avais le sentiment qu’en jetant un regard compréhensif sur quelque chose que je désapprouvais par trop, j’en porterais une part de responsabilité.
Commenter  J’apprécie          60
hupomnematahupomnemata   23 juin 2013
Ces conversations renforçaient nos positions. L'influence que nous exercions l'un sur l'autre consistait surtout en ceci que nous devenions moins superficiels, plus prudents. Il était de plus en plus familier avec les textes religieux classiques de bouddhisme et ne se limitait plus aux traductions de Carl Eugen Neumann, même si elles restaient les plus chères à son coeur. Il se plongeait dans la philosophie hindoue, consultait les ouvrages anglais fondamentaux qu'il traduisait en allemand avec l'aide de Veza. Je cherchais à en savoir plus sur la masse dont je lui parlais. J'aurais de toute manière poursuivi mes recherches sur ces faits qui me préoccupaient tellement, qui étaient devenus pour moi le mystère des mystères; sans lui cependant, je ne me serais peut-être pas intéressé si tôt aux religions hindoues qui m'étaient tout à fait antipathiques par leur manière de multiplier la mort dans la doctrine de la migration des âme. J'étais douloureusement conscient au cours de nos conversations de n'avoir à opposer que la description un peu pauvre d'une expérience unique qu'il qualifiait de pseudomystique à la doctrine si riche, si élaborée qu'il défendait, l'une des plus importante et des plus profondes que l'humanité ait produite. Il trouvait tant d'éclaircissement, d'interprétations, d'enchaînements quand il me parlait de tout cela, et moi, je n'étais même pas capable de proposer une seule explication de l'unique expérience pour laquelle je me passionnais!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hupomnematahupomnemata   23 juin 2013
Afin de m'affirmer contre ceux de ma famille qui ne pensaient qu'à l'argent, je m'étais fait une vertu facile, celle de le mépriser. Je le tenais pour quelque chose d'ennuyeux, de monotone, dont on ne pouvait extraire le moindre élément intellectuel, pour une chose qui desséchait peu à peu les gens qui s'en occupaient et les rendait stériles. A cette époque, je vis soudain l'argent sous son autre face, une face inquiétante, comme un démon armé d'un fouet gigantesque s'abattant sur tout le monde, atteignant les êtres dans leurs caches les plus secrètes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Video de Elias Canetti (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elias Canetti
http://le-semaphore.blogspot.fr/2014/.... Elias Canetti (1905-1994), l’éveilleur d’un futur antérieur : Une vie, une œuvre (1998 / France Culture). Émission “Une vie, une œuvre” diffusée sur France Culture le 19 novembre 1998. Par Catherine Paoletti. Réalisation : Anna Szmuc. Enregistrement et mixage : Marie-Dominique Bougaud, Philippe Bredin et Dimitri Gronoff. Elias Canetti, né à Roussé ( en Bulgarie le 25 juillet 1905 et mort le 14 août 1994 à Zurich en Suisse, est un écrivain d'expression allemande, originaire de Bulgarie, devenu citoyen britannique en 1952 et qui a longtemps résidé en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1981. Canetti est souvent associé à la littérature autrichienne mais il couvre une perspective plus large. Son œuvre a défendu une idée pluraliste de la culture européenne dans sa richesse et sa diversité, liée à un parcours de vie singulier. Il est l'auteur d'analyses de grande envergure sur le XXème siècle et de réflexions détaillées sur les mécanismes humains et les modes de fonctionnement psycho-sociaux. Son œuvre est composée de pièces de théâtre, d'un unique roman, d’essais, de recueils d’aphorismes et d'une autobiographie en quatre volumes. Entre 1924 et 1929, il vit à Vienne où il étudie la chimie et est bientôt reçu docteur. Pendant cette période, il entreprend de nombreux voyages à travers l’Europe, notamment à Paris, en Bulgarie et à Berlin… C’est également pendant cette époque charnière de l’histoire, où l’on peut entendre les premiers bruits de bottes en Allemagne, qu’il développe de façon autodidacte ses connaissances puis ses théories artistiques en participant à des rencontres d’intellectuels - des salons - et aussi en travaillant sur ses premières idées littéraires. Canetti fera la connaissance de Karl Kraus, un intellectuel polémiste, fondateur de la revue “Die Fackel” (“Le Flambeau”), qui aura une influence majeure sur lui. Il rencontre peu après sa future femme : Venetiana (dite Veza) Taubner-Calderon. Pour subvenir à ses besoins et pour écrire, il traduit en allemand plusieurs livres de l’anglais. Toutes ses activités le happent et le poussent à délaisser la chimie et son enseignement. En effet, il va entre autres fréquenter les réunions qui s’organisent autour d’Alma Mahler, la veuve du compositeur Gustav Mahler, et entamer la rédaction de son roman “Die Blendung” (“Auto-da-fé”) ainsi que d'œuvres théâtrales. Il rencontrera des personnalités du monde de la culture comme Bertolt Brecht, George Grosz, Alban Berg, Robert Musil… Le 15 juillet 2927, un événement marque à jamais sa vie et son œuvre : une manifestation populaire qui tourne à l’incendie du palais de justice de Vienne. Cela provoque en lui le désir d’analyser et de comprendre le rapport entre les comportements de masse et le pouvoir. Il étudie alors cette problématique centrale de l’histoire du XXème siècle jusqu’en 1960, date de la publication de l’œuvre majeure de sa vie, “Masse und Macht” (“Masse et puissance”), presque exclusivement consacrée à cette phénoménologie des masses ainsi qu'à l'illustration de toutes les manifestations du pouvoir politique : « Il se peut que toute la substance du 15 juillet soit entièrement passée dans Masse et puissance. » Canetti s'y débarrasse de toutes les théories préexistantes à l'époque et cherche à « arracher le masque » de la figure centrale du pouvoir qu'il nomme le « survivant », pour « prendre le siècle à la gorge ». Avec : Alain Brossat, professeur de philosophie à l’Université Paris-VIII Youssef Ishaghpour, auteur de “Elias Canetti : métamorphose et identité” (La Différence) Marc de Launay, philosophe et traducteur français de philosophie et de littérature allemandes Gerald Stieg, professeur de littérature et civilisations allemandes et autrichiennes à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Avec les voix d’Elias Canetti, Karl Kraus, Raphaël Sorin et Angèle Saül Textes lus par Daniel Mesguich Archives sonores : Dominique Jameux Archives INA : Martine Auger Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : littérature bulgareVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
335 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre