AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Claude Char (Éditeur scientifique)Yves Battistini (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782070410682
198 pages
Éditeur : Gallimard (15/10/2002)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Le Marteau sans maître est un recueil de poèmes de René Char paru en 1934. Il reparaît l'année suivante chez José Corti, puis suivi de Moulin premier à partir de 1945.

Bien que paru aux éditions surréalistes, et contenant des poèmes écrits entre 1927 et 1935, il marque la prise de distance de René Char avec le surréalisme.

Source : Wikipédia
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
vincentf
  01 juillet 2010
Il est des livres que l'on frôle. Sentiment désarmant d'être passé à côté. Des éclairs, de temps à autre, au coeur de l'obscur, du concret surgissant, rarement, au coeur d'une oeuvre abstraite, mélange déroutant de corps et de concepts, d'idées à la Platon et de lutte vitale.
René Char, disons-le tout net, ça se présente comme difficile, même si la notion de difficulté n'a que peu de sens en poésie; ça résiste, ça sonne sacré, le profane est à distance, ou alors il se plonge dans le mystère, on entre en lecture à la manière dont on entre en religion. Je reste au seuil, je n'ai pas le courage de plonger. J'aime ce qui parle directement, ce qui résonne. Ici, pas grand chose, pas encore grand chose. Des aphorismes, lapidaires. Relever quand même des formules, sans doute géniales : "Terre, devenir de mon abîme, tu es ma baignoire à réflexion", "Nous nous galvanisons dans les cendres qui nous ont vomis", "L'éternité / C'est l'insistant reflet amoureux de votre corps", "La rose violente / Des amants nuls et transcendants".
Abrupte, violente, coupante, sèche, la poésie de Char a quelque chose de la pierre, de la pierre taillée, du couteau (sans manche), du meurtre. Impression que les vivants deviennent statues de marbre. Poésie pour poètes ? comme toujours. Sentiment de n'être pas assez poète, communion refusée, mais espoirs nés dans les flashs cités. Nécessité de relire, de se laisser piquer, d'errer, de gommer l'intellectualité. Peut-être aller voir la suite. Lire plus lentement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chartel
  09 octobre 2009
L'avant-propos du recueil commence par ces paroles de René Char : « Je pense que si je n'avais écrit que "Le Marteau sans maître", on me situerait quelque part dans le surréalisme, ce qui serait inexact. Quand j'ai écrit "Arsenal", je n'avais que dix-sept ans et je ne savais même pas que le surréalisme existait. Eluard m'avait écrit, c'est comme cela que je l'ai connu et c'est par amitié pour Eluard que j'ai pris place dans le surréalisme sans qu'il y ait eu de ma part une adhésion à la doctrine et sans que j'aie pratiqué la méthode surréaliste. J'ai toujours ignoré l'écriture automatique et tout ce que j'ai écrit était consciemment élaboré. » Cette précision de l'auteur révèle bien les vives ressemblances de ce recueil du jeune Char avec les poètes surréalistes. Inutile donc de chercher dans les poèmes de ce recueil (aphorismes, vers et récits en prose) une quelconque construction narrative. Je fais peut-être erreur, mais j'y ai vu une suite de jeux sonores ou d'associations lexicales originales et insolites cherchant à créer des images. Même si je fus sensible à d'autres recueils postérieurs du poète de l'Isle-sur-Sorgues, l'univers de ces premiers poèmes ne m'a pas touché. Je suis resté froid aux tentatives complexes et mystiques de René Char, qui se nourrissait, à l'époque, des obscurs écrits d'alchimistes ou autres cabalistes. C'est probablement cet univers là, assez hermétique, qui me laissa quelque peu froid et distant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  27 août 2019
En 1934, le premier véritable recueil poétique, déjà fulgurant, de René Char.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2019/08/27/note-de-lecture-le-marteau-sans-maitre-suivi-de-moulin-premier-rene-char/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   27 août 2019
CRUAUTÉ

L’abondant été de l’homme
Que celui qui suivit l’établissement par ses soins des premières dénaturations
En faisant la part de l’aveuglement
Piétinée la croûte tiède pulvérisé l’avorton
Celui qui éclaire ne sera pas éclairé
Contemple sans pouvoir l’achever la merveille agonisante
Le portail poussé tu t’abats

Nous subissons la loi corruptrice du Borgne
Les brûlantes détresses locales sont le fruit de nos glandes
Nous nous galvanisons dans les cendres qui nous ont vomi
Comme si les excroissances de chair contenaient des dépôts malsains
Instruments de perfection types précis
Nous sommes les pieds d’une grandeur sans pareille

Les peuples danseurs obnubilés par le sentiment de plénitude
Après l’exaltation
Se dévêtent de la substance de jouir
Retournent à la projection permanente
Alors les fumées coriaces construisent des postes dans le vent
La décomposition jamais surprise par la justesse du projectile
Va dans le cadavre
Accomplir sa besogne massive de couleuvre
Jusqu’à nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
La vase sur la peau des reins, le gravier sur le nerf optique, tolérance et contenance. Absolue aridité, tu as absorbé toute la mémoire individuelle en la traversant. Tu t'es établie dans le voisinage des fontaines, autour de la couque, ce guêpier. Tu rumines. Tu t'orientes. Souveraine et mère d'un grand muet, l'homme te voit dans son rasoir, la compensation de sa disgrâce, d'une dynastie essentielle.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chartelchartel   09 octobre 2009
La poésie est pourrie d’épileurs de chenilles, de rétameurs d’échos, de laitiers caressants, de minaudiers fourbus, de visages qui trafiquent du sacré, d’acteurs de fétides métaphores, etc.
Il serait sain d’incinérer sans retard ces artistes.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   27 août 2019
LES SOLEILS CHANTEURS
Les disparitions inexplicables
Les accidents imprévisibles
Les malheurs un peu gros
Les catastrophes de tout ordre
Les cataclysmes qui noient et qui carbonisent
Le suicide considéré comme un crime
Les dégénérés intraitables
Ceux qui s’entourent la tête d’un tablier de forgeron
Les naïfs de première grandeur
Ceux qui descendent le cercueil de leur mère au fond d’un puits
Les cerveaux incultes
Les cervelles de cuir
Ceux qui hivernent à l’hôpital et que leur linge éclaté enivre encore
La mauve des prisons
L’ortie des prisons
La pariétaire des prisons
Le figuier allaiteur de ruines
Les silencieux incurables
Ceux qui canalisent l’écume du monde souterrain
Les amoureux dans l’extase
Les poètes terrassiers
Les magiciens à l’épi
Règnent température clémente autour des fauves embaumeurs de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   27 août 2019
LES OBSERVATEURS ET LES RÊVEURS

Avant de rejoindre les nomades
Les séducteurs allument les colonnes de pétrole
Pour dramatiser les récoltes

Demain commenceront les travaux poétiques
Précédés du cycle de la mort volontaire
Le règne de l’obscurité a coulé la raison le diamant dans la mine

Mères éprises des mécènes du dernier soupir
Mères excessives
Toujours à creuser le cœur massif
Sur vous passera indéfiniment le frisson des fougères des cuisses embaumées
On vous gagnera
Vous vous coucherez

Seuls aux fenêtres des fleuves
Les grands visages éclairés
Rêvent qu’il n’y a rien de périssable
Dans leur paysage carnassier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de René Char (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Char
Les grands classiques du répertoire N°1 : René Char. “Claire”, suivi de “Fêtes des Arbres et du Chasseur” - Première diffusion sur la Radiodiffusion-Télévision Française : 14/05/1955. Réalisation : Alain Trutat. Musique originale : Pierick Houdy. Chef d'orchestre : Pierre Michel Le Conte. Avec Jacqueline Pagnol, Pierre Vaneck, Roger Blin, Madeleine Sylvain, Jean Mauvais, Pierre Leproux, Gaetan Jor, Jean-Jacques Morvan, Jean Péméja, Roger Pigaut, Jean Topart, Paul Emile Deiber, Lucienne Bogaert, Pierre Larquey, Michel Dumur, Catherine Goetgheluck. Et Cyril Dives à la guitare et l’Orchestre National de la RTF. “Claire” Dans cette suite, René Char suit le cours d’une rivière à laquelle il donne le nom familier de Claire. Il imagine que dans les villages et les lieux qu’elle traverse vivent, participant de l’existence de tous, des jeunes filles et des jeunes femmes appelées également Claire. Mais elles ne sont que des personnifications vivantes de la rivière elle-même. Claire est celle que le poète attend, la “Rencontrée” qui seule lui permet de chasser ses fantômes et de continuer à vivre. Claire est une et plusieurs, toutes celles qui “aiment, rêvent, attendent, souffrent, questionnent, espèrent, travaillent”. À travers les personnages d’un chef d’opérations dans le maquis puis d’un chargé de mission de la Résistance, ce sont ses propres contradictions qu’interroge le poète des “Feuillets d’Hypnos”. Dans “Claire”, il poursuit sous une forme dramatique son analyse à la fois poétique et politique du réel, avoue ses déceptions face à l’hostilité d’un monde qui aurait dû changer et s’est reconstruit, étranger à cette espérance. “Fêtes des Arbres et du chasseur” Poème pour voix et guitare. Deux joueurs de guitare sont assis en plein air dans l’attente du chasseur. Ils échangent des poèmes. Thèmes : Création Radiophonique| Radiodiffusion-Télévision Française| Grands Classiques| Poésie| France Culture| René Char
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
888 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre