AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Maurens (Éditeur scientifique)Arnaud Welfringer (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080712810
Éditeur : Flammarion (14/06/2006)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 17 notes)
Résumé :

" Corneille est établi dans les esprits comme un auteur de tragédies, qui aurait d'abord jeté sa gourme avec quelque verve et plus tard se serait deux ou trois fois délassé à des divertissements semblables, d'ailleurs sans grande portée. Ce mot de tragédie, comme un sombre soleil, noie de son éclat tout ce qui l'entoure. Or, on pourrait, avec moins de paradoxe qu'il ne semble, renverser la proposition : Corneil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Chasto
  08 avril 2017
La farce s'en va et le jeu de paume offre sa première comédie de moeurs.
Metz crée son parlement, Saint Eustache s'achève aux pavés de Paris et Saint Pierre de Rome reçoit les talents de le Bernin.
Pendant ce temps, Eraste et Mélite se cherchent de stratagèmes en fausses lettres.
Amours et désespoirs se mêlent à la fourbe des uns et des autres.
Remords et pardons à découvrir dans ces actes d'un nouveau genre.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   25 juillet 2013
DAPHNIS : Amarante, vraiment vous êtes fort jolie,
Vous n'égayez pas mal votre mélancolie,
Dans ce jaloux chagrin qui tient vos sens saisis,
Vos divertissements sont assez bien choisis.
Votre esprit pour vous-même a force complaisance
De me faire l'objet de votre médisance,
Et pour donner couleur à vos détractions
Vous lisez fort avant dans mes intentions.

(LA SUIVANTE, Acte III, Scène X, v. 965-972).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   12 janvier 2019
MATAMORE

Quand je veux j'épouvante, et quand je veux je charme,
Et, selon qu'il me plaît, je remplis tour à tour
Les hommes de terreur, et les femmes d'amour.
Du temps que ma beauté m'était inséparable,
Leurs persécutions me rendaient misérable.
Je ne pouvais sortir sans les faire pâmer ; Mille mouraient par jour à force de m'aimer ;
J' avais des rendez-vous de toutes les princesses ;
Les reines à l'envi mendiaient mes caresses ;
Celle d’Éthiopie et celle du Japon
Dans leurs soupirs d'amour ne mêlaient que mon nom ;
De passion pour moi deux sultanes troublèrent ;
Deux autres pour me voir du sérail s'échappèrent ;
J'en fus mal quelque temps avec le grand Seigneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   12 janvier 2019
Nous donnons bien souvent de divers noms aux choses :
Des épines pour moi, vous les nommez des roses ;
Ce que vous appelez service, affection,
Je l'appelle supplice et persécution.
Chacun dans sa croyance également s'obstine.
Vous pensez m'obliger d'un feu qui m'assassine ;
Et ce que vous jugez digne du plus haut prix
Ne mérite, à mon gré, que haine et que mépris.
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   12 janvier 2019
Mon heur et mon repos, que je ne puis trahir :
Ce que vous appelez un heureux Hyménée
N'est pour moi qu'un enfer si j'y suis condamnée

Géronte :
Ah ! Qu'il en est encor de mieux faites que vous
Qui se voudraient bien voir dans un enfer si doux !
Après tout, je le veux, cédez à ma puissance.
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   12 janvier 2019
C'est comme il faut choisir. Un amour véritable
S'attache seulement à ce qu'il voit aimable.
Qui regarde les biens ou la condition
N'a qu'un amour avare, ou plein d'ambition,
Et souille lâchement par ce mélange infâme
Les plus nobles désirs qu'enfante une belle âme.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierre Corneille (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Corneille
Parmi les écrivains les plus illustres du XVIIe siècle, Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Bossuet, Boileau, Mme de Sévigné, Mme de Lafayette, figure La Bruyère. Avec Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle, il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes. Jean-Michel Delacomptée explore ce miroir et ce que ses reflets disent de nous. De La Bruyère lui-même, on sait fort peu de choses. Quels milieux fréquentait-il ? Était-il misanthrope, misogyne ? A-t-il aimé ? Était-ce un orgueil blessé ? Quelle était la morale de cet auteur si grave et pourtant si drôle ? Jean-Michel Delacomptée brosse le portrait captivant de ce classique de notre littérature. Il ouvre ainsi une porte dérobée dans les Caractères, dont il rappelle avec force l?intemporelle grandeur.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : 17ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox