AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacqueline Huet (Traducteur)Dominique Defert (Traducteur)
EAN : 9782253046271
Éditeur : Le Livre de Poche (31/01/1996)
3.37/5   57 notes
Résumé :
Jones prévoyait l'avenir. Non pas à la façon vague d'un diseur de bonne aventure, mais de manière précise, dans tous ses détails. Il se souvenait de l'avenir. L'ennui, c'était que son don était limité à une année. Et le drame, c'était qu'il ne pouvait rien changer à ce futur certain.
Il savait ce qui allait lui arriver. Et ce qui allait arriver à toute l'humanité en un temps où d'étranges créatures, les dériveurs tombaient de l'espace interstellaire sur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Millencolin
  23 septembre 2019
Mouais....
Un roman de K. Dick qui va, pour moi, rejoindre la pile de ceux qui foisonnent d'excellentes idées, de trucs un peu barrés mais qui ne constituent pas un ensemble, une globalité intéressante et donc prenante. C'est même parfois assez fouilli. Des thèmes sont par moments assez bien développés, et d'autres sont souvent vite expédiés.
Tout au long de la lecture, on se demande vraiment où l'auteur souhaite nous emmener, que veut-il exactement nous montrer ou nous dénoncer au juste ?
On dirait même qu'il se trompe de poulain, qu'il s'acharne à suivre un personnage alors qu'il aurait dû suivre l'autre.
L'idée de l'homme qui voit l'avenir à un horizon de 1 an mais ne peut le modifier est la clé de voute de tout le roman, mais finalement il n'est exploité que comme un personnage secondaire.
Le système politique basé sur le Relativisme est aussi le sujet central et commun des événements mais n'aura pas le traitement mérité, ni suffisant pour emporter le lecteur comme il se doit.
Enfin, en sortant de ce bouquin, j'ai seulement une vague impression de désordre dans les idées, d'avoir effleuré uniquement des sujets captivants, et cette sensation de gâchis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
evertoncapt
  10 janvier 2014
C'est seulement à la relecture que j'ai pu approcher la profondeur de ce livre, qui nous parle de l'homme face à ses idéaux et de l'incertitude qui leur est liée. L'étude des relations de couple y tient aussi une place importante.
Deux histoires sont liées dans ce livre, celle de Cussick, l'agent de la Securitate qui découvrit Floyd Jones, un mutant capable de lire dans l'avenir collectif qui deviendra le dictateur absolu. Et celle d'étranges petits hommes adaptés en laboratoire à la vie sur vénus.
Plusieurs éléments décrits par K.Dick ont attirés mon attention :
-un autre livre « Les principes du relativisme » de Hoff, qui peut être résumé ainsi : toute les idées se valent et ne valent pas la peine de se battre. Cette simple idée bien que très pacifiste conduit les masses à une dépression collective. le monde du relativisme « est un monde mort » ou il n'y a plus de place pour l'utopie. Cette réflexion nous amène à ce terrible dilemme L'Homme est il condamné à l'ennui d'un monde sans utopie ou aux malheur de la guerre.
-Les dériveurs, sortes de paramécie géantes sans intelligence qui pleuvent sur terre, (les choses sont un peu plus complexes mais je ne tiens pas à dévoiler trop de l'intrigue de ce livre). Il est à noter que l'Homme malgré la technologie ne peut rien contre les forces primitives de la vie.
-Le pouvoir de Jones, (chronologiquement il ne semble pas être une mutation due à la guerre il peut lire l'avenir) il souffre cruellement de son pouvoir car il condamne à la solitude et au désespoir d'autant plus que la plupart les individus sont à ce point égoïste que connaître l'avenir de la société n'intéresse finalement personne
-Les petits hommes (c'est une appellation personnelle pour des mutants conçu en laboratoire) C'est un thème récurent de la SF, si on ne peut terra former une planète on peut changer l'homme pour l'adapter à un nouvel environnement. La question qui en découle est alors toujours la même, l'homme transformé est il toujours un Homme ?
Les petits hommes vont progressivement abandonner toute technologie propre à notre civilisation pour développer la leur, car l'environnement conditionne la culture. Sur Venus, monde nouveau, les petits hommes vont créer une civilisation pleine d'espoir et qui leur ressemble car leur planète est neuve tandis que la notre vouée au chagrin à été détruite par la guerre.
L'homme face au système
Nina qui rêvait de liberté s'empressera de devenir elle une force de propagande (le conditionnement des masses détruit la liberté de penser) dès que viendra l'avènement de Jones. Comme l'écrivait Nietzche, « les plus grandes victimes font les meilleurs bourreaux. »
Finalement toutes les utopies conduisent au malheur et au massacre. Il n'existe qu'un bonheur individuel, tout le temps où le couple Cussick/Nina se perd dans considération générale il tisse son malheur, au lieu de s'aimer l'un l'autre.
Le piège
Quelque part tout le monde est pigé : Jones de ses capacités, la société dans ses aspirations déçues, L'humanité dans son système solaire, les petits hommes dans leur cage de verre et Nina est music par le système et dans leur couple (à la fin du livre également, dans leur cage de verre sur vénus).
http://sfsarthe.blog.free.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissSherlock
  21 mai 2014
Dans un avenir proche, la guerre nucléaire a provoqué la naissance de mutants. Si la majorité d'entre eux sont des rebuts de la société, Floyd Jones a le pouvoir de voir l'avenir mais pas de le modifier. Il sait ainsi que les «dériveurs» sont des extra-terrestres qui vont envahir la Terre. Profitant de leur arrivée, il prendra le pouvoir pour instaurer un nouvel ordre mondial. Mais celui-ci sera-t-il meilleur que le précédent ?
Avec Les chaînes de l'avenir, Philip K. Dick traite de (trop) nombreux sujets : l'éthique scientifique, le destin, le totalitarisme, la religion... Les thématiques sont intéressantes mais leur traitement beaucoup moins.
Les intrigues s'entremêlent mollement, il n'y a pas de vraies surprises (hormis concernant les mutants vivants dans le Refuge) et le rythme est trop lent.
Le roman est très court mais j'ai pourtant eu la plus grande peine à le finir. Dommage !
Commenter  J’apprécie          74
SirBathory
  20 juin 2019
Bien qu'un peu mal-fichu quant aux liens entre les différentes couches du récit, il s'agit là d'un grand livre de SF.
Présenté dans mon édition de la presque intégrale comme le deuxième de ses romans, on y trouve ce qui fera son succès, à savoir un univers riche, proche de notre époque, ou au moins de ses préoccupations, avec des thèmes intemporels et une imagination débordante.
Un homme, Jones, peut lire l'avenir. Ce n'est d'ailleurs pas si simple que ça. En effet, il a une perception de l'avenir d'un an. Cette année de perçue est révolue, c'est à dire qu'il ne peut que répéter les actes dont il a la prescience et donc, ne peut modifier l'avenir. Il évolue dans un monde débarrassé des conflits idéologiques suite à une guerre atomique de grande ampleur, où le relativisme est synonyme de paix sociale, où chaque idée ou croyance, si elle est énoncée, doit être prouvée. Il s'agit alors pour Jones de lutter pour l'instauration d'un nouvel ordre face à une étrange migration venue de l'espace afin de sauver l'humanité de cette menace inconnue mais inéluctable.
Il s'agit là d'un grand bon dans l'oeuvre de Dick qui après « Loterie solaire » maîtrise désormais les codes du roman avec maestria, et nous montre que la SF, loin d'être un genre pour geek adolescent inadapté et boutonneux (ou pour nerds à la Sheldon), est bien plus profonde que ce qu'on voudrait nous faire croire et est porteuse d'un message au moins tout aussi politique qu'une oeuvre littéraire ou qu'un essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marguerite8chezlav
  15 décembre 2010
Alors là c'est space... toujours aussi bien écrit, mais il mêle des bonnes idées sans lien les unes avec les autres... ça fait un peu fourre tout... avant tout c'est le destin de Jones, un homme qui connait l'avenir un an à l'avance. En fait il vit deux moment en même temps : son esprit est un an après son corps... (ça se voit à peine qu'e Dick écrivait sous acide mdr) A coté de ça des mutants tentent de coloniser vénus, une forme de vie extraterrestre bizarre vient se poser partout...
On suit notamment un flic confronté à un problème de conscience, leur société basé sur le relativisme, tout le monde pense ce qu'il veut, étant fortement perturbé à cause de Jones qui contredit cette théorie puisque lui il dit la vérité sur l'avenir... (entre nous je trouve pourtant que cette idée du relativisme est géniale, je comprend pas que ça ne puisse pas marcher puisque c'est la cause principale de nos soucis...)
Un récit qui m'a quelque peu traumatisé avec cet homme qui vit son avenir, et "vit" son corps se décomposer et pourrir une fois enterré :S
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   12 mai 2014
- Pauvre corniaud, laissa tomber ce dernier. Ça n'a pas le sens commun ! On voit bien que ce sont des monstres. Bon Dieu, c'est pour ça qu'ils sont là !
- Il a raison, pourtant, fit remarquer Cussik. La loi confère à chacun le droit de vivre comme bon lui semble. Le Relativisme dit...
- Alors au diable le Relativisme ! On n'a quand même pas fait la guerre et abattu les youpins, les athées et les rouges pour que les gens aient le droit d'être aussi monstrueux que ça leur chante ! Tout ça c'est du baratin d'intellectuel, vous y croyez, vous ?
- Personne n'a battu personne, répliqua Cussik. Personne n'a gagné la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   12 mai 2014
Le travail se faisait rare, et il se réjouissait d'en avoir trouvé. Comme d'autres jeunes gens que le relativisme de Hoff avait séduit intellectuellement, il avait proposé ses services au gouvernement. L'appareil du Goufédem offrait une chance de participer à l'entreprise de reconstruction. Tout en gagnant un salire - versé en argent-métal, protégé des dévaluations - il se rendait utile à l'Humanité.
Il était idéaliste, à l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HunterUrnamHunterUrnam   06 mai 2018
Nous n'avons pas des milliers d'années devant nous, des millions de vie à sacrifier. La colonisation aurait fini par être abandonnée. Parce qu'en dernière analyse, nous ne voulons pas nous adapter aux autres planètes : nous voulons qu'elles se conforment à nous.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Philip K. Dick (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
Bande annonce de "Impostor" (2002) réalisé par Gary Fleder et adapté de la nouvelle "L’Imposteur" (1953) de Philip K. Dick.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
531 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre