AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Marian Hobson (Éditeur scientifique)Simon Harvey (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080710819
267 pages
Flammarion (22/11/2000)
3.57/5   15 notes
Résumé :
Diderot interroge un aveugle-né pour savoir quelle idée éveille en lui la notion de symétrie ou encore de beauté. Il s'avère que "la beauté pour un aveugle n'est qu'un mot, quand elle est séparée de l'utilité". Toutes les réponses de l'aveugle paraissent relatives aux seuls sens dont il dispose. Les principales notions de métaphysique et de morale sont également conçues par lui d'après son ex... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
aouatef79
  30 décembre 2021
En 1747, le savant Réaumur réalisa une opération chirurgicale sur les yeux d'un malade aveugle et ce dernier retrouva la vue. Une première médicale dans le monde ! de cette expérience, Diderot rend compte dans son Essai "Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient". Nous apprenons la relativité des faits observés avec l'appareil
d'observation . C' est connu en physique et surtout dans le monde infiniment petit qu 'il y a une interaction entre l'objet observé et l'appareil d'observation.
Qu'est-ce qui a changé pour l'aveugle qui a retrouvé la vue ?
Cet essai a été très peu apprécié par l 'Eglise ce qui avait valu à son auteur un séjour au cachot.
Nous retrouvons Diderot, le philosophe toujours fidèle à ses idées .
Commenter  J’apprécie          416
micky05
  02 janvier 2014
Pour commencer je rappellerai que cette « lettre » fut publiée en 1749 et fut suivie quelques années plus tard d'un appendice qui n'apparaîtra pas dans l'édition originale. C'est une des oeuvres qui choqua le plus et valu sous un prétexte fallacieux à notre auteur de connaître le cachot.
Résumons rapidement l'objet de ce pamphlet autant philosophique que scientifique. Il était courant à l'époque « d'abattre la cataracte », comme on disait, faisant tomber le cristallin dans l'humeur vitrée de l'oeil. Réaumur prétendit avoir rendu la vue à un aveugle de naissance et à cette occasion aurait convié quelques hommes de science et philosophes, à cette époque il s'agissait souvent des mêmes, parmi lesquels Diderot, afin que ceux-ci puissent assister aux premières réactions du patient qui venait de recouvrer la vue. Il apparut très vite qu'il s'agissait d'un subterfuge car le sujet avait été opéré auparavant.
Mais que veut nous faire comprendre l'auteur dans ce texte qu'il adresse pour la circonstance à Madame de Puisieux, alors sa maîtresse ? le titre complet, LETTRE SUR LES AVEUGLES À L'USAGE DE CEUX QUI VOIENT nous le laisse comprendre d'entrée. Ceux qui voient sont les beaux esprits de l'époque imbus de leur savoir et prêts à considérer toute différence comme une infirmité, façon pour eux de se situer au-dessus du peuple. C'est ici le côté subversif de Diderot qui ressort et certainement ce qui lui valut d'être enfermé pour avoir écrit cette lettre.
Mais l'aveugle n'est pas que cela et Diderot nous montre ici son visage d'encyclopédiste scientifique qui aborde la question de l'évolution. Il s'oppose à la notion de beauté qui sert à "ceux qui voient" de preuve à l'existence d'un Dieu tout-puissant. En effet cette beauté échappe aux aveugles qui en ont du même coup des idées plus nettes et ne sont, en quelque sorte, pas "aveuglés" par cette illusion de la beauté considérée en soi. Il critique ainsi l'église et la métaphysique bien avant que Sartre lui eut fait un sort, définitif celui-là.
Il va ensuite s'attacher au cas particulièrement intéressant d'un mathématicien anglais, aveugle de naissance, Nicolas Saunderson (1682-1739). Il avait réussi en construisant des carrés dans lesquels il plaçait des épingles à effectuer des calculs très élaborés, n'ayant pour seul regret que celui-ci n'ait pas poursuivi son travail dans le domaine de la géométrie. Diderot attribue à Saunderson des propos qu'il n'a jamais tenus. Mais il poursuit inlassablement son but à l'encontre des idéalistes, « …ces philosophes qui, n'ayant conscience que de leur existence, et des sensations qui se succèdent au-dedans de même n'admettent pas autre chose ; […] système qui à la honte de l'esprit humain et de la philosophie, est le plus difficile à combattre, quoi que le plus absurde de tous. » Ici Diderot non seulement fait preuve de connaissances poussées sur l'évolutionnisme mais également sur la cosmologie.
Nous passons, avec ce texte, à une catégorie de considérations philosophiques matérialistes scientifiques, abandonnant définitivement un matérialisme plus mécaniste, pour plonger dans les considérations dialectiques qui plus tard s'exprimeront chez les philosophes matérialistes, tels Engels puis Marx. On comprend pourquoi ce texte déplut tant à nombre de ses contemporains.
Mais j'aimerais revenir sur un aspect des textes de Diderot qui se doivent d'être expliqués à la lumière de nos connaissances actuelles. J'ai soulevé le problème de propos attribués à Saunderson et du coté apocryphe de cette « Lettre aux aveugles ». S'il peut s'agir de métaphores, il est important tout de même de considérer que l'expérience de Réaumur et toutes celles dont il s'est agi à la même époque sur les aveugles est tout à fait impossible. Sans doute fallait-il en passer par là pour faire avancer les idées. En effet, on sait aujourd'hui que si la rétine (comme tout tissu nerveux) n'est pas stimulée régulièrement et ce dès la naissance il n'est pas possible de recouvrer la vue, les connexions synaptiques devant s'établir rapidement sous peine de ne jamais se réaliser. Les aveugles de Réaumur ne l'étaient certainement pas de naissance.
Diderot se montre visionnaire. Reprenant l'avis de M. Molineux sur la question de la reconnaissance de la sphère et du cube par l'aveugle né, il montre à quel point il considère l'oeil comme un organe des sens qui doit en passer par un apprentissage comme l'oeil de l'enfant. Il s'abstient de tout finalisme dans sa pensée et à ce titre se montre véritablement scientifique de par sa démarche. Ainsi qu'il me soit permis de paraphraser Bourdieu en avançant au sujet de Diderot qu'il avait raison même quand il avait tort et qu'il disait la vérité même quand il se trompait.
Rappelons qu'il n'y a pas si longtemps des expériences prétendument effectuées sur des vrais jumeaux séparés dès la naissance, afin de démontrer l'hérédité de l'intelligence, se sont avérées être de pures inventions et ont pourtant toujours la vie dure. Cyril Burt sera en effet considéré comme l'un des pionniers de la recherche en psychologie, jusqu'à sa mort en 1971.
Lien : http://www.linternaute.com/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bfauriaux
  25 avril 2020
Un des livres les plus celebres de Diderot et pour cause ! En lisant le livre on oublierait presque sa date de parution tant le recit est moderne et l'analyse fine ! Une nouvelle intemporelle !
Commenter  J’apprécie          20
Nitocris2021
  13 mai 2022
Ce double essai ne manque pas d'intérêt, notamment celui sur les aveugles. Il donne un nouveau relief aux sens qu'on croit si bien connaître et fait réfléchir. Néanmoins il n'est pas très fluide et sa lecture peut être un peu ennuyeuse. Il reste d'une vraie valeur historique.
Commenter  J’apprécie          10
Jamais_Content
  08 mai 2015
Diderot n'écrit pas ici en philosophe pour les aveugles, mais, comme l'annonce le titre et comme tu peux t'en douter lecteur, pour toi qui vois (toi ou ton voisin, quand je dis toi, c'est une façon de parler !) Tu as des yeux ? Lis, ils sont fait pour cela.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   31 décembre 2021
La beauté, pour un aveugle, n' est qu'un mot, quand elle est séparée de l'utilité et avec un organe de moins, combien de choses dont l'utilité lui échappe !
Commenter  J’apprécie          210
DanieljeanDanieljean   01 août 2018
Il en est pour nous de ces nuances comme de notre propre visage. De tous les hommes que nous avons vus, celui que nous nous rappellerions le moins, c’est nous-même. Nous n’étudions les visages que pour reconnaître les personnes ; et si nous ne retenons pas le nôtre, c’est que nous ne serons jamais exposés à nous prendre pour un autre, ni un autre pour nous. D’ailleurs les secours que nos sens se prêtent mutuellement les empêchent de se perfectionner. Cette occasion ne sera pas la seule que j’aurai d’en faire la remarque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   01 août 2018
Et qu’est-ce, à votre avis, que des yeux ? lui dit M. de… « C’est, lui répondit l’aveugle, un organe, sur lequel l’air fait l’effet de mon bâton sur ma main. » Cette réponse nous fit tomber des nues ; et tandis que nous nous entreregardions avec admiration : « Cela est si vrai, continua-t-il, que quand je place ma main entre vos yeux et un objet, ma main vous est présente, mais l’objet vous est absent. La même chose m’arrive, quand je cherche une chose avec mon bâton, et que j’en rencontre une autre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   31 décembre 2012
Il est très important de ne pas prendre de la ciguë pour du persil, mais nullement de croire ou de ne pas croire en Dieu.
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   01 août 2018
Il a la mémoire des sons à un degré surprenant ; et les visages ne nous offrent pas une diversité plus grande que celle qu’il observe dans les voix. Elles ont pour lui une infinité de nuances délicates qui nous échappent, parce que nous n’avons pas, à les observer, le même intérêt que l’aveugle.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Denis Diderot (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot
{Cours de Patrick Hochart et François Jullien - Lire la philosophie}Les cours méthodiques et populaires de philosophie permettent à toutes et tous de se familiariser avec la philosophie, son histoire, ses auteurs, ses concepts. Avec Patrick Hochart, enseignant-chercheur en philosophie, maître de conférences à l'université Paris-Diderot (Paris 7), et François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, professeur à l'université Paris-Diderot (Paris 7) et titulaire de la chaire sur l'altérité à la Fondation Maison des sciences de l'homme.Cours enregistré le 19 avril 2022 à la BnF I François-Mitterrand
+ Lire la suite
Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : expérimentationVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
400 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre