AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070394433
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 265 notes)
Résumé :
Guy Debord (1931-1994) a suivi dans sa vie, jusqu'à la mort qu'il s'est choisie, une seule règle. Celle-là même qu'il résume dans l'Avertissement pour la troisième édition française de son livre La Société du Spectacle
« Il faut lire ce livre en considérant qu'il a été sciemment écrit dans l'intention de nuire à la société spectaculaire. Il n'a jamais rien dit d'outrancier. »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
steka
  18 octobre 2012
Lire « La société du spectacle » n'est pas chose aisée.
Non pas que ce livre soit particulièrement difficile en lui-même, mais parce que cette difficulté tient à la nature même de son objet.
En effet, dévoilant la structure centrale de l'aliénation dans laquelle baigne la plus grande part de l'humanité depuis quelques décennies, il se heurte au fait que celle-ci a fini par croire que cela était son milieu naturel et que l'on n'avait d'autre choix que de s'y adapter.
«Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation.»
Saisir cette misère qui est la notre, dès que nous cédons à la pression dominante, c'est aussi comprendre son origine qui se trouve essentiellement dans la prise de pouvoir de la logique marchande sur toute réalité humaine. Il y a déjà 150 ans que Marx distingua dans le processus de fétichisation de la marchandise les prémices de sa prise d'autonomie et la marginalisation d'une histoire et d'une réalité humaine, devenues accessoires.
Le spectacle, pour chaque être humain, est donc avant tout cet effort pitoyable, ce reniement permanent, par lequel il essaye de devenir marchandise pour complaire à un monde qui désormais ne reconnaît plus rien d'autre.
Du point de vue de la domination, le spectacle n'est rien d'autre que l'instrument qui permet de contraindre à cette misère grâce à l'Économie politique devenant "idéologie matérialisée".
La conséquence la plus grave de la domination spectaculaire-marchande pour notre réalité humaine, celle que tout le monde peut constater aujourd’hui (souvent sans en identifier la source) est, sans aucun doute, la séparation.
Réduits par l’économie politique à se comporter eux-mêmes comme des marchandises particulières, les individus en ont adopté, plus ou moins consciemment, la logique centrale : la concurrence généralisée.
« Chaque marchandise déterminée lutte pour elle-même, ne peut reconnaître les autres, prétend s'imposer partout comme si elle était la seule. »
Chaque être humain est ainsi amené à ne voir dans les autres qu’obstacles à sa prépondérance et donc, d’une certaine manière, des ennemis.
Alors même que chacun cherche désespérément la reconnaissance de sa particularité, la logique marchande l’oblige pour sa part à ne pouvoir reconnaitre personne.
La réussite individuelle, si chère à cette forme de société, occulte aussi le fait que ce n’est qu’en tant que marchandise qu’elle trouve à se réaliser.
La boucle est bouclée, toute possibilité d’un monde Commun est anéantie. Le spectacle est cette misère qui nous ronge tous, sans exception, dans une séparation qui semble sans issue.
C'est donc en fonction de ce que chacun a pu et su construire comme autonomie de pensée, en contradiction à ce carcan idéologique, qu'il jugera de l'importance de l'effort nécessaire pour lire et comprendre ce livre; ou trouvera plus simple de le juger comme nul et non avenu.
Aussi, il n'est guère surprenant qu'au stade actuel de l'aliénation sociale décrite en cet ouvrage majeur et 50 ans après sa parution, beaucoup ne puissent littéralement plus comprendre de quoi il parle puisque, comme le notait déjà La Boétie : « Toutes choses deviennent naturelles à l’homme lorsqu’il s’y habitue. La première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude. »
En 1969, Debord fit parvenir à la section italienne de l'Internationale Situationniste, à l'occasion de la parution de l'édition italienne de ce livre, des éléments pour une « brève note introductive au Spectacle » qu'il ne semble donc pas superflu de reproduire ici :
« Le premier chapitre expose le concept de spectacle.
Le deuxième définit le spectacle comme un moment dans le développement du monde de la marchandise.
Le troisième décrit les apparences et contradictions sociopolitiques de la société spectaculaire.
Le quatrième, qui tient la place principale dans le livre, reprend le mouvement historique précédent (toujours en allant plus de l'abstrait vers le concret), comme histoire du mouvement ouvrier révolutionnaire. C'est un résumé sur l'échec de la révolution prolétarienne, et sur son retour. Il débouche sur la question de l'organisation révolutionnaire.
Le cinquième chapitre, " Temps et histoire", traite du temps historique (et du temps de la conscience historique) comme milieu et comme but de la révolution prolétarienne.
Le sixième décrit "le temps spectaculaire" de la société actuelle en tant que "fausse conscience du temps", une production d' "un présent étranger" perpétuellement recomposé, comme aliénation spatiale dans une société historique qui refuse l'histoire.
Le septième chapitre critique l'organisation précise de l'espace social, l'urbanisme et l'aménagement du territoire.
Le huitième rattache à la perspective révolutionnaire historique la dissolution de la culture comme monde séparé, et lie à la critique du langage une explication du langage même de ce livre.
Le neuvième, "L'idéologie matérialisée", considère toute la société spectaculaire comme une formation psychopathologique, le summum de la perte de réalité, laquelle ne peut être reconquise que par la praxis révolutionnaire, la pratique de la vérité dans une société sans classes organisée en Conseils, "où le dialogue s'est armé pour faire vaincre ses propres conditions". »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Luniver
  16 juillet 2013
G ri1 kompri.
Bon, blague à part, je me sens vraiment comme un béotien avec ce livre : je comprends tous les mots séparément, mais malgré tous mes efforts, les mettre ensemble pour former des idées, ça me paraît bien compliqué. Tous les termes ont une signification particulière dans un système de pensée particulier, et je n'ai pas la clé pour les décrypter. L'usage des aphorismes n'arrange évidemment rien (« Dans le monde réellement inversé, le vrai est un moment du faux »... Je fais quoi moi avec ça ?). Faire quelques recherches pour combler mes manques de culture ne m'a jamais dérangé, mais dans ce cas-ci, j'ai l'impression de devoir apprendre une nouvelle langue étrangère.
À relire plus tard, avec des bases politiques plus solides et un peu plus de connaissances sur cette « Internationale situationniste » dont se réclame Debord. Je conseille à tous les néophytes dans mon genre de faire de même.
Commenter  J’apprécie          4525
Enroute
  01 décembre 2016
La société du spectacle est la société où les rapports entre les individus sont médiatisés et mis en scène par des images, des représentations distantes. Le spectacle crée une réalité factice qui, à son tour, influence la réalité des individus. Le monde est inversé : le vrai est dans le spectacle.
En conséquence, les individus contemplent des événements qu'ils ne vivent pas, ce qui accroit leur éloignement, leur passivité et leur addiction au spectacle. Tout devient apparence, représentation, superficialité. L'individu est réifié, la marchandise est humanisée. Car la société du spectacle n'a d'autre but que la distribution des produits en série de notre économie moderne. Le spectacle dirige l'emploi du temps des spectateurs. Il entretient le rêve de sommeil (de passivité) des spectateurs, il s'appuie sur cette passivité et la renforce, par une réalité rêvée, à la fois banale et inaccessible car factice. La société du spectacle n'existe que par la prise en charge d'une partie de la société de la vie de l'autre, par la scission des groupes humains en deux, ceux qui organisent et les spectateurs.
Elle se forme sur la reconstruction du temps collectif. Le même temps, à l'échelle de la planète, uniformise le spectacle et les emplois du temps, abolit le temps. Il devient irréel, abstrait, comme les images qui se développent dans un éternel présent. La mort disparaît des représentations, car elle impose une vision linéaire et finie du temps. Le spectacle reproduit les temps cycliques éternels des temps anciens (avant le catholocisme qui a imposé une vision linéaire par la notion de fin des temps). Ceux-ci montraient le temps comme un éternel recommencement par le cycle des saisons. Autrefois, ce temps cyclique était lié à une réalité économique, le travail de la terre. De même aujourd'hui, la société du spectacle est liée à la réalité économique de la production. Des marchandises standards produites en série sur toute la planète et en permanence appellent un emploi du temps universel et des cycles de temps basés sur la production.
De même que le système de production éloigne le travailleur de son produit fini (chaînes de montage, services, agriculture), la société du spectacle éloigne le consommateur du produit mis en scène dans la réalité factice. L'illusion est faite que le produit n'a pas été fabriqué, qu'il "est" par lui-même.
Tout est monotone dans la société du spectacle car la fête est permanente. Pour créer un niveau supérieur de rêve, il est nécessaire de faire jouer les fantasmes : les vacances au soleil sont présentées comme le seul moment de vérité de la vie, ce n'est qu'une réalité encore plus spectaculaire, plus éloignée, plus mise en scène, plus factice. L'individu est noyé et réifié, la marchandise divinisée. La société du spectacle est le triomphe du capitalisme bourgeois. Le capital est devenu image. Tout est assimilé et changé en spectacle, jusqu'à la culture, le temps, l'homme.
Pour en sortir, inutile de chercher à l'affronter ou à la décrédibiliser, la société du spectacle se nourrit des forces contraires qui la renforcent. Une seule solution : le détournement, la dérision, la réinterprétation par le ridicule des thèses et des idées qu'elle véhicule sans cesse. Ce sont les méthodes qui permettent de mettre à bas les idéologies, catégorie dans laquelle se range la société du spectacle. Elle organise l'aliénation et la prolétarisation du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ChatDuCheshire
  20 juillet 2015
Ce livre n'est certainement pas facile à lire. Néanmoins il est l'une des bases absolument incontournables des mouvements de pensée dits "alternatifs" depuis la seconde moitié des années 60: de mai 68 au mouvement hippie et du mouvement hippie au mouvement punk, le situationnisme, précédé du dadaïsme, constitue le socle théorique ou philosophique de toutes ces mouvances.
Personnellement je conseillerais, avant de lire ce livre-ci, de jeter un coup d'oeil au livre de souvenirs de Jean-Michel Mension ("La tribu") ou encore de lire cet autre classique, à l'écriture plus abordable, du mouvement situationniste, de la plume du belge Raoul Vaneigem: Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, publié la même année que l'ouvrage de Debord, à savoir 1967. Pour un beau livre très illustré je conseillerais également "L'insurrection situationniste" de Laurent Chollet.
En gros le situationnisme consiste précisément à refuser toute "situation", pressentant la société du repli sur soi à l'individualisme générateur d'une grande solitude qui était en train de s'instaurer à cette époque charnière, celle suivant la reconstruction à l'issue de la seconde guerre mondiale. Les situationnistes vivaient en tribus, hantaient les cafés de St Germain-des-Prés, à boire tout en refaisant le monde. Bien sûr on ne pouvait guère y discerner un projet sociétal proprement dit, autre qu'anarchiste, mais le situationnisme était d'abord un mouvement de contestation d'un nouvel ordre pressenti, à très juste titre, comme étouffant et susceptible de dégénérer en nouvel autoritarisme.
Debord était, parmi les animateurs de ce mouvement, probablement celui dont les ambitions intellectuelles étaient les plus grandes et sa "Société du spectacle", surtout lue aujourd'hui, constitue une annonce et une description troublantes des travers de la société actuelle. Ce livre annonce la télé réalité et autres dérives du même genre: où la mise en scène d'un spectacle en vient à supplanter le réel, renforçant l'aliénation de ceux qui, vous et moi, n'en sommes que les spectateurs. Une réactualisation du fameux "Du pain et des jeux" en quelque sorte mais à la puissance 2.0: nous sommes désormais sommés de croire que le spectacle est plus réel que la réalité elle-même.
Quoi qu'il en soit ce livre est un tel classique que vous n'avez même pas besoin de l'acheter. En effet vous le trouverez facilement en texte intégral (et en plusieurs langues) sur divers sites internet . Il gagne à ne pas être lu d'une traite mais plutôt par paragraphes à ressasser ensuite. Comme une bible en quelque sorte, la bible du situationnisme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
NMTB
  19 décembre 2014
Quand on aborde aujourd'hui ce livre sur le spectacle dans les rapports sociaux (« le spectacle n'est pas un ensemble d'images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images »), même s'il ne traite que de l'organisation sociale dans son sens le plus large, il est difficile de ne pas avoir en tête les réseaux sociaux sur internet et de trouver un accent prophétique dans ces écrits sentencieux publiés juste avant Mai 1968.
En utilisant le terme de spectacle, Debord n'entend pas spécialement mettre en avant le côté « divertissement » que ce mot peut évoquer, il n'en est même jamais question ; ce qu'il semble lui importer c'est l'attitude que suppose le spectacle - le faux, la représentation -, celle du spectateur contemplatif. Comme l'offre peut créer une demande par la publicité, le spectacle crée le spectateur en gelant le temps.
Le spectacle est le versant social de la marchandisation de l'économie. L'Histoire a une importance primordiale dans cet essai et il relate rapidement celle de l'économie de marché au cours du dix-neuvième et du vingtième siècle : le besoin de croissance perpétuelle, l'industrialisation, la division du travail, l'émergence du secteur tertiaire, etc. ce que Debord nomme le spectaculaire diffus. Ainsi que l'histoire du mouvement prolétarien, des théories révolutionnaires et de leurs échecs, en particulier la bureaucratie d'Etat ou autrement dit : le spectaculaire concentré. Car tous les échecs des révolutions prolétaires peuvent se résumer par l'incapacité des différents mouvements révolutionnaires à appliquer la théorie dans la pratique et par là-même à se cantonner au rôle d'idéologies. Les solutions de Debord (il ne s'y attarde pas trop) sont de détruire toute hiérarchie pour mettre fin aux classes sociales et organiser le mouvement prolétaire en Conseils ouvriers. Solutions à quoi ? A la prolétarisation du monde : la séparation des individus du pouvoir, de la prise de décision, de la vie choisie. Bon, on se retrouve dans une rhétorique marxiste-révolutionnaire qui n'intéresse plus grand monde aujourd'hui. Peut-être parce que le spectaculaire a effectivement tout envahi ou peut-être parce que plus personne n'a conscience d'être prolétaire, ce qui revient au même dans l'esprit de Debord. Politique, politique… la cocaïne des intellos…
Les autres chapitres sont encore des analyses historiques de la perception du temps, de l'espace, de la culture, du langage.
Sur le détail, c'est un livre sans originalité philosophique. Il ne fait que reprendre et mixer les théories d'autres penseurs pour parfois en renverser le sens. Ce concept de spectacle, par exemple. Dans le premier chapitre Debord part du même constat que la vieille allégorie de la caverne de Platon. le monde est une représentation, un spectacle. Sauf qu'il en fait un problème conjoncturel. Là où un idéologue platonicien dirait « la vérité n'est pas de ce monde », Debord en dialecticien historique rétorquerait « le monde est devenu faux par votre faute. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
moklosmoklos   10 octobre 2007
L’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé s’exprime ainsi : plus il contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir… C’est pourquoi le spectateur ne se sent chez lui nulle part, car le spectacle est partout.
Commenter  J’apprécie          591
stekasteka   01 janvier 2013
Dans l’image de l’unification heureuse de la société par la consommation, la division réelle est seulement suspendue jus-qu’au prochain non-accomplissement dans le consommable. Chaque produit particulier qui doit représenter l’espoir d’un raccourci fulgurant pour accéder enfin à la terre promise de la consommation totale est présenté cérémonieusement à son tour comme la singularité décisive. Mais comme dans le cas de la diffusion instantanée des modes de prénoms apparemment aristocratiques qui vont se trouver portés par presque tous les individus du même âge, l’objet dont on attend un pouvoir singulier n’a pu être proposé à la dévotion des masses que parce qu’il avait été tiré à un assez grand nombre d’exemplaires pour être consommé massivement. Le caractère prestigieux de ce produit quelconque ne lui vient que d’avoir été placé un moment au centre de la vie sociale, comme le mystère révélé de la finalité de la production. L’objet qui était prestigieux dans le spectacle devient vulgaire à l’instant où il entre chez ce consommateur, en même temps que chez tous les autres. Il révèle trop tard sa pauvreté essentielle, qu’il tient naturellement de la misère de sa production. Mais déjà c’est un autre objet qui porte la justification du système et l’exigence d’être reconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
stekasteka   22 octobre 2012
Le parallélisme entre l’idéologie et la schizophrénie établi par Gabel (La Fausse Conscience) doit être placé dans ce processus économique de matérialisation de l’idéologie. Ce que l’idéologie était déjà, la société l’est devenue. La désinsertion de la praxis, et la fausse conscience anti-dialectique qui l’accompagne, voilà ce qui est imposé à toute heure de la vie quotidienne soumise au spectacle ; qu’il faut comprendre comme une organisation systématique de la « défaillance de la faculté de rencontre », et comme son remplacement par un fait hallucinatoire social : la fausse conscience de la rencontre, l’« illusion de la rencontre ». Dans une société où personne ne peut plus être reconnu par les autres, chaque individu devient incapable de reconnaître sa propre réalité. L’idéologie est chez elle ; la séparation a bâti son monde. (Thèse 217)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
GuillaumeTMGuillaumeTM   06 décembre 2013
Le spectacle, qui est l'effacement des limites du moi et du monde par l'écrasement du moi qu'assiège la présence-absence du monde, est également l'effacement des limites du vrai et du faux par le refoulement de toute vérité vécue sous la présence réelle de la fausseté qu'assure l'organisation de l'apparence. Celui qui subit passivement sont sort quotidiennement étranger est donc poussé vers une folie qui réagit illusoirement à ce sort, en recourant à des techniques magiques. La reconnaissance et la consommation des marchandises sont au centre de cette pseudo-réponse à une communication sans réponse. Le besoin d'imitation qu'éprouve le consommateur est précisément le besoin infantile, conditionné par tous les aspects de sa dépossession fondamentale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
moklosmoklos   19 septembre 2007
Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde. La production économique moderne étend sa dictature extensivement et intensivement.
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Guy Debord (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Debord
Grand parmi les grands metteurs en scène français, héritier de la Nouvelle Vague, cinéphile et spécialiste de cinéma asiatique, Olivier Assayas a conversé avec Bergman, fait l?éloge de Kenneth Anger, réalisateur américain classé underground, théorisé sur Guy Debord et son art de la guerre. Il se livre dans cette Masterclasse enregistrée à la Maison de la radio.
Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/les-masterclasses/olivier-assayas-le-processus-decriture-se-prolonge-dans-la-pratique-du
Retrouvez toutes les émissions de France Culture avec Olivier Assayas : https://www.franceculture.fr/personne-olivier-assayas.html
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤17Maison de La7¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Interaction socialeVoir plus
>Sciences sociales>Sciences sociales : généralités>Interaction sociale (307)
autres livres classés : situationnismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..