AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070314546
128 pages
Gallimard (06/05/2004)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Diderot interroge un aveugle-né pour savoir quelle idée éveille en lui la notion de symétrie ou encore de beauté. Il s'avère que "la beauté pour un aveugle n'est qu'un mot, quand elle est séparée de l'utilité". Toutes les réponses de l'aveugle paraissent relatives aux seuls sens dont il dispose. Les principales notions de métaphysique et de morale sont également conçues par lui d'après son ex... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
chartel
  22 octobre 2009
Ce livre vaudra à son auteur quelques jours enfermé dans la prison de Vincennes. Il était téméraire à l'époque de remettre en cause des dogmes pluriséculaires d'une religion encore toute puissante.
Diderot rend compte d'une expérience de Réaumur sur un aveugle. Il en profite pour développer une réflexion philosophique sur la relativité des faits issus de l'observation, puisque cette observation est obligatoirement dépendante de notre appareil sensitif lui-même limité et incomplet.
Malgré une progression bien structurée et cohérente du discours du philosophe, certains passages très techniques et mathématiques alourdissent la lecture, et Diderot, bien que fin analyste, se focalise trop sur le sens du toucher, essentiel chez les aveugles, oubliant en cela les autres sens, tout aussi essentiels, l'odorat et l'ouïe. Cela n'enlève évidemment rien à la richesse intellectuelle de l'oeuvre, dans laquelle, en bon matérialiste qu'il fut, on retrouve sa célèbre critique des idéalismes.
Commenter  J’apprécie          80
Thomas_Harnois
  04 décembre 2021
« Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient » est un ouvrage puissant, étonnant et habile, rétablissant l'importance des sensations corporelles dans la construction de l'intellect, de la morale et des croyances humaines.
Bien entendu son point culminant consiste en le dialogue forcément scandaleux entre Saunderson mourant et le prêtre venu l'assister, avec la thèse audacieuse refusant toute intervention divine dans la réalité du monde.
Pour son audace, sa prodigieuse subtilité et surtout la sévère condamnation qu'il valut à son auteur, « Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient » peut être considéré comme une oeuvre majeure de la philosophie en faveur d'un athéisme fervent.
Il y a fort à parier qu'après l'avoir lu vous ne considériez plus jamais les aveugles comme des handicapés à l'exception tout à fait recevable de Gilbert Montagné.
Lien : https://lediscoursdharnois.b..
Commenter  J’apprécie          120
_Cripure_
  06 janvier 2022
Jolie découverte que ce petit texte de Diderot à mi-chemin entre l'essai et la lettre. Diderot s'adresse à une certaine dame qu'on peut supposer fictive, mais cela n'a pas grande importance, pour lui faire part de ses pensées sur les aveugles et la manière dont ils perçoivent le monde. Vraiment, niveau cliché du texte de l'époque des Lumières, on est en plein dedans.
Ce qui marche ici, c'est que Diderot met des mots sur des questions qu'on s'est tous déjà posées : quel rapport au monde les aveugles-nés peuvent-ils entretenir ? Peuvent-ils vraiment penser au moyen d'un langage essentiellement basé sur des représentations visuelles ? (Diderot prend l'exemple du mot "physionomie", allez expliquer à un aveugle ce qu'est la physionomie d'un individu) Un aveugle-né à qui on rend la vue par une opération perçoit-il directement le monde comme nous ou doit-il tout réapprendre et conjuguer ce nouveau sens aux autres sur-développés ? etc. etc. Tout ça dans une langue claire et délicieuse, cela va de soi.
Diderot prend aussi quelques exemples de savants pourtant aveugles de naissance et tente de cerner au mieux la manière dont leur cécité peut se retrouver dans leurs idées. On y parle de systèmes d'écriture passant par le toucher, bien avant le Braille, de mathématiques et de sciences naturelles.
La fin est particulièrement savoureuse puisque, après tout son développement, Diderot fait volte-face et s'avoue finalement vaincu devant ce qui semble être une limite infranchissable pour l'esprit humain : connaître l'expérience interne d'un autre individu. On ne saura jamais vraiment ce que ressentent les aveugles, tout comme eux ne sauront jamais vraiment ce que cela fait de voir. Chacun se construit son propre monde dans lequel il évolue, et même parmi les voyants, on est pas toujours sûr de vivre la même expérience de la réalité. L'altérité est insondable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chrichrilecture
  12 mai 2016
Bien
Beau livre qui d'écrit bien comment un aveugle perçoit les choses.
Mais il est un peu long et ennuyeux surtout vers la fin beaucoup de pages pour expliquer des choses que l'on comprend trés vite surtout lorsqu'on connait le handicap
Commenter  J’apprécie          70
Sossolecture
  12 août 2016
Pour ceux qui ne connaissent pas cet handicap il est pas mal il vous apprendra certaines choses. Mais pour les personnes qui connaissent ce sujet il est superficiel ne reflète pas assez la réalisée dommage
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Aurel82Aurel82   23 mai 2019
Les signes extérieurs de la puissance qui nous affectent si vivement, n'en imposent point aux aveugles. Le nôtre comparut devant le magistrat comme devant son semblable. Les menaces ne l'intimidèrent point. "Que me ferez-vous? Dit-il à M. Hérault. - Je vous jetterai dans un cul de basse-fosse, lui répondit le magistrat. - Eh! Monsieur, lui répliqua l'aveugle, il y a vingt-cinq ans que j'y suis." Quelle réponse, madame! Et quel texte pour un homme qui aime autant à moraliser que moi! Nous sortons de la vie comme d'un spectacle enchanteur; l'aveugle en sort ainsi que d'un cachot: si nous avons à vivre plus de plaisir que lui, convenez qu'il a bien moins de regret à mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
chartelchartel   22 octobre 2009
L’unité pure et simple est un symbole trop vague et trop général pour nous. Nos sens nous ramènent à des signes plus analogues à l’étendue de notre esprit et à la conformation de nos organes. Nous avons même fait en sorte que ces signes pussent être communs entre nous, et qu’ils servissent, pour ainsi dire, d’entrepôt au commerce mutuel de nos idées. Nous en avons institué pour les yeux, ce sont les caractères ; pour l’oreille, ce sont les sons articulés ; mais nous n’en n’avons aucun pour le toucher, quoi qu’il y ait une manière propre de parler à ce sens, et d’en obtenir des réponses. Faute de cette langue, la communication est entièrement rompue entre nous et ceux qui naissent sourds, aveugles et muets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SossolectureSossolecture   12 août 2016
Elle ne se souciait pas de voir, et un jour que je lui en demandé la raison,
C’est me répondit elle, que je n’aurais que mes yeux au lieux que je jouis des yeux de tous ; c’est que,par cette privation, je deviens un objet continuel, d’intérêt et de commisération, à tous moment, on m’oblige, et à tous moment je suis reconnaissante. Hélas ! si je voyais, bientôt on ne s’occuperait plus de moi.
Commenter  J’apprécie          10
chartelchartel   22 octobre 2009
Vous allez voir, par l’examen que j’en ferai, combien ceux qui ont annoncé que l’aveugle-né verrait les figures et discernerait les corps, étaient loin de s’apercevoir qu’ils avaient raison ; et combien ceux qui le niaient avaient de raisons de penser qu’ils n’avaient point tort.
Commenter  J’apprécie          10
chartelchartel   22 octobre 2009
Un phénomène est-il, à notre avis, au-dessus de l’homme ? nous disons aussitôt : c’est l’ouvrage d’un Dieu ; notre vanité ne se contente pas à moins. Ne pourrions-nous pas mettre dans nos discours un peu moins d’orgueil, et un peu plus de philosophie ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Denis Diderot (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot
{Cours de Patrick Hochart et François Jullien - Lire la philosophie}Les cours méthodiques et populaires de philosophie permettent à toutes et tous de se familiariser avec la philosophie, son histoire, ses auteurs, ses concepts. Avec Patrick Hochart, enseignant-chercheur en philosophie, maître de conférences à l'université Paris-Diderot (Paris 7), et François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, professeur à l'université Paris-Diderot (Paris 7) et titulaire de la chaire sur l'altérité à la Fondation Maison des sciences de l'homme.Cours enregistré le 19 avril 2022 à la BnF I François-Mitterrand
+ Lire la suite
Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : cécitéVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus






Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
400 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre