AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782820518231
512 pages
Éditeur : Milady (19/09/2014)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 147 notes)
Résumé :
À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : «Détrompez-vous.» Aux mortels qui croient que notre vie n'est que volupté et délices, je dis : «Apprenez de votre erreur.» Ayant échappé à l'infanticide, j'ai grandi seul, caché sur une île. Je suis devenu homme, et, guidé par ma grand-mère Gaïa, j'ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l'Olympe. Seul, j'ai appris la vie, l'amour, la mort et la colère. J'ai levé une armée, j'ai r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  17 novembre 2019
Après un long sommeil, qui pour nous se compte en millénaires, Zeus, le Dieu suprême dans la mythologie grecque, le Dieu des Dieux, décide de nous raconter son histoire.
Une histoire qui est aussi la nôtre car, ne nous y trompons pas, l'apparition du Dieu unique qui l'a ravalé, lui et les siens, au rang de mythe n'est qu'un battement de cil, un simple soupir dans l'histoire de l'Homme. Zeus, lui, nous contemple, depuis le fond de nos siècles.
Grâce à la plume magique de Maurice Druon, vous allez entendre la voix d'un être suprême qui a, par le biais du souffle, de la matière, du nombre, de l'infiniment petit et de l'infiniment grand, créé l'Homme.
Une voix qui a la mémoire des ans. Une voix étrangement familière, tantôt pateline, tantôt railleuse, tantôt mélancolique. La voix d'un vieux sage à qui on ne la fait plus.
Comme nous ressemblons à Zeus, avec nos pulsions désordonnées, nos conflits familiaux, nos doutes, nos erreurs, nos colères, nos tromperies, nos petites bassesses, nos regrets, mais aussi nos petits matins bleus, nos générosités, nos triomphes, nos espérances, et nos amours qui ne nous font plus toucher terre.
Les amours de Zeus, justement, parlons-en ! Des amours cosmiques, dans la voie lactée, dans les cieux chargés de nuées, dans le souffle du vent, dans l'écume de mer, ou dans les profondeurs sombres et paisibles d'une grotte… D'innombrables couchailleries avec des déesses à la beauté envoutante, des demi-déesse, des nymphes, des sirènes, des naïades, des mortelles, des immortelles, j'en passe… J'ai vite perdu le compte de son abondante et grouillante descendance.
Parmi tous ses enfants, je retiendrai le claudiquant Héphaïstos, Hadès le non voyant, Hermès le messager, la sage et solide Athéna, l'excessif Dionysos, Prométhée le voleur de feu, et Alexandre le conquérant… Et puis moi, issu, tout comme vous, de la sixième race des hommes et de sa lointaine semence, même si, pour la sauvegarde de mon quartier, je n'ai pas encore osé me lancer dans le maniement de la foudre et du trident.
Comme j'ai aimé Zeus, un Dieu qui avoue se tromper, qui hésite, biaise, qui « si c'était à refaire »… Un Dieu sans vérité révélée, à la différence de tous nos grands gourous laïques ou religieux…
Le vrai Dieu des Hommes, en quelque sorte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10016
boudicca
  31 juillet 2014
Célèbre pour sa saga « Les rois maudits », Maurice Druon s'est également essayé dans les années 1960 à l'écriture d'un roman consacré à la mythologie grecque. le temps est venu pour le roi des dieux de rafraichir la mémoire des hommes qui, plus de vingt siècles après la disparition des divinités olympiennes, ont oublié presque tout ce qu'elles avaient pu leur apprendre. Avec ces « Mémoires de Zeus », Maurice Druon nous propose un véritable retour au source des principaux mythes grecs : la naissance du monde et l'union de Gaïa et Ouranos, la mort de Cronos et l'accession de Zeus au pouvoir, la révolte des Titans, le châtiment de Prométhée... Avec un luxe de détails, preuves de son indéniable érudition, l'auteur nous dresse ainsi un portrait complet et parfois surprenant de tous les dieux ou héros majeurs du panthéon grec. On y découvre Zeus accablé par le poids de ses responsabilités, Héra aussi jalouse que ce qui décrit la légende, mais aussi Hermès, de loin le plus ingénieux de tous les dieux, Aphrodite, aveuglée par l'amour qu'elle se porte  elle-même, Hécate, loin d'être la divinité malveillante et terrifiante à laquelle on aurait pu s'attendre... Certaines anecdotes sont célèbres et parleront aussi bien aux néophytes qu'aux passionnés (Dionysos né de la cuisse de Zeus, les travaux d'Hercule, le supplice de Tantale...), mais d'autres possèdent l'attrait de la nouveauté et témoignent de la réflexion poussée de l'auteur sur le sujet. Chacun des éléments qui caractérisent les différentes divinités sont ainsi minutieusement analysés, de leur nom à leur attribut en passant par leur sphère d'intervention, leur caractère..., le tout dans le but de donner au lecteur la vision la plus claire possible de la nature de chacun et de la raison pour laquelle ils revêtent une importance particulière pour les hommes.
Il serait cela dit erroné de ne voir en cet ouvrage qu'un rappel à un lointain passé, totalement éloigné de nos préoccupations actuelles. « Tout est utile à l'homme, et surtout ses souvenirs, lorsqu'il est livré au péril des forces inconnues et de ses propres désordres. Les mythes constituent la mémoire collective de l'humanité. Parmi les questions que l'avenir nous pose, il en est certainement auxquelles le passé a déjà répondu. » A travers la voix de Zeus, Maurice Druon entend ainsi surtout fournir une analyse la plus pertinente possible de nos inquiétudes et de nos modes de vie contemporains, et ce par le prisme de la mythologie. Peur de la mort, éloignement de toute forme de spiritualité, propension à l'autodestruction..., autant de thèmes d'actualité sur lesquels l'auteur nous livre des remarques aussi lucides que passionnantes. Vous l'aurez donc compris, au-delà de celle des dieux, c'est avant tout l'histoire des hommes qui nous est ici narrée. de la Préhistoire aux glorieuses cités grecques antiques, de la découverte du feu au déluge, de la boite de Pandore à la naissance de demi-dieux tels qu'Herackles, Achille ou encore Alexandre le Grand, Druon revient sur tous les événements marquants consacrés à l'humanité dans les mythes grecs. le seul reproche que l'on pourrait formuler concernant l'ouvrage serait de parfois trop se rapprocher sur la forme d'un article d'encyclopédie et d'ainsi risquer de lasser certains lecteurs qui ne seraient pas à cent pour-cent passionnés de mythologie grecque.
Avec ces « Mémoires de Zeus », Maurice Druon apporte la preuve qu'il est aussi doué pour relater les luttes de pouvoir entre les grands familles du Moyen Age que les aventures des divinités antiques. le regard acéré qu'il pose sur nos sociétés contemporaines aussi bien que la minutie de ses recherches et la pertinence de son analyse permettent de brosser un portrait très net de l'ensemble de la structure mythologique grecque dont on ne peut qu'admirer à la fois la complexité et la cohérence. Incontournable pour tous les amateurs d'histoire ancienne ! (d'autant plus que l'ouvrage vient de bénéficier d'une réédition chez Bragelonne et est donc aujourd'hui disponible au petit prix de 10 euros).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
Levant
  19 mai 2020
Nom de Zeus, quelle famille !
Je n'en suis à vrai dire pas vraiment surpris. J'avais connu une ouverture à cette fantasmagorie qu'est la mythologie avec l'excellent ouvrage d'Edith Hamilton : La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes. Une conviction s'ancre désormais en moi à la lecture des Mémoires de Zeus de Maurice Druon. Elle me fait regretter que le monothéisme nous ait fait perdre tant de volupté dans nos rapports avec Qui préside désormais à nos destinées. Car disons-le tout net, au regard de ce qu'ont pu connaître nos ascendants des première jusqu'à la quatrième race de mortels, puisque nous autres sapiens du XXIème siècle sommes les descendants de la cinquième race, Celui qui s'est arrogé l'exclusivité de nos dévotions, toutes confessions confondues, est bougrement rébarbatif. D'autant que Ses manifestations à notre attention sont pour le moins discrètes et nous obligent à la croyance.
Parce que les Dieux grecs pour ce qui les concerne, relayés par leurs alias romains, n'avançaient pas à visage masqué; ils faisaient preuve auprès de leurs oyes de manifestations pour le moins démonstratives et avaient de bons gros défauts comme on les aime, de nature à affranchir les pauvres mortels de tout scrupule quant à leur propres écarts de conduite. Car pour ce qui est du Seul que l'on révère en nos cathédrales, mosquées, synagogues et autres pagodes de nos jours, et revendique donc la majuscule, son appropriation monomaniaque et anti concurrentielle des consciences laisse planer le doute quant à notre filiation. On ne se reconnaît en réalité que peu d'affinité avec sa rigueur dogmatique tant nous avons de la fidélité une notion élargie et de la vertu un arrière goût amer. Les défauts sont de notre nature. Mais n'est-ce pas Lui qui nous a faits ? Aussi, pourquoi voudrait-Il désormais nous en culpabiliser.
Le seul reproche que l'on pourrait faire aux Dieux de l'Olympe, est le malin plaisir qu'ils se sont donné à nous compliquer la vie à nous autres pauvres mortels, à force de tarabiscoter l'arbre généalogique de leur fantaisie familiale, obsédés que nous sommes désormais à vouloir tout rationaliser, tout étiqueter et codifier. Et c'est grand mérite à Maurice Druon de tenter de nous effeuiller dans cet ouvrage l'arbre de Zeus dont les racines font de curieuses connexions en boucle avec les branches aux pouces les plus tendres. Il faut dire que le bougre ne craignait nullement la consanguinité pour faire commerce, comme on dit avec une pudeur toute littéraire, avec ascendance et descendance, pourvu que le plaisir soit à la clé. Bien qu'il connût quand même quelques manifestations de jalousie de sa légitime Héra. Sa justification d'honorer les mortels de la semence divine était argument fallacieux aux yeux de celle-ci. Allez comprendre pourquoi. Car figurez-vous que nos ancêtres de ces temps reculés pouvaient recevoir des dieux des preuves caressantes et culbutantes pourvu qu'ils fussent disposés à les accueillir en leur giron, et augmenter par là une ramure aux bourgeons déjà nombreux et ainsi mieux nous perdre en sa canopée.
Oui Zeus était volage. Maurice Druon n'omet aucune de ses nombreuses maîtresses, divines ou mortelles. Et bien que roi des dieux, il ne se sentait nullement une vocation d'exemple auprès de ses administrés. Car en cette époque bénie des dieux les comportements n'étaient ni louables ni blâmables, ils étaient tout simplement divins. Mais patience divine a ses limites et lorsque Héra, sa légitime, se fit trop intrusive pour surveiller ses errements, il n'hésita pas à la pendre par les cheveux, une enclume accrochée aux pieds. Quelle époque vivons-nous en ce siècle pour que notre code pénal trouve à redire à pareille manifestation d'autorité ?

"Si des esprits aussi chagrins que mal informés vous ont conté, chers mortels, que vous descendiez des singes, ne les croyez pas." C'est Ouranos, le grand-père de Zeus "qui créa l'homme qu'il tenait pour son chef-d'oeuvre", à condition toutefois que sa vie ait une fin. Les Parques ayant mission de veiller à tous cela, en particulier Atropos chargée de couper le fil. Voilà donc un podium pour renforcer notre orgueil et un tombeau pour l'étouffer. Mais en toute occasion remercions Dionysos, plus connu sous son alias de Bacchus, le turbulent rejeton de Zeus, d'avoir couvert nos collines ensoleillées de la divine grappe afin de nous réjouir du succès et oublier le péril.
Quel bonheur en tout cas, dans l'attente du coup de ciseau fatal, de combler quelques heures entre les mains des Parques avec cet ouvrage de Maurice Druon dont je soulignerai respectueusement la qualité de la langue. Ouvrage ciselé, à la documentation exubérante, nous livrant à la compagnie de tant de noms célèbres mais inconnus de nous parce qu'interceptés trop furtivement au gré d'indiscrétions instruites, évoquant au passage les trois Grâces, les Muses, les Saisons, les Hespérides. Et tant d'autres dans le fourmillement d'une parentèle innombrable convoquée en ces pages par l'érudition de notre académicien.
Notre chronologie n'ayant rien de divine et désormais livrée en les mains d'Un seul, Lequel nous rend coupable dès la naissance puisque nous affublant du péché originel, coupable de naître donc, il me faut mettre un terme à ce propos et vous rendre à vos auteurs qui piaffent jalousement de savoir vos yeux rivés à ces lignes, lesquelles vous font l'éloge d'une biographie du roi des Dieux, qui pourrait donc durer ce que durent les dieux, éternellement.
Nom de Zeus, le temps nous est compté. Nous ne sommes plus au temps de l'Âge d'or.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Davalian
  23 juillet 2014
Après un long sommeil, voilà Zeus qui s'adresse à nous, lecteurs contemporains en général, et Français en particuliers… Nous voilà prêts à embarquer au fil d'un récit d'une grande beauté que l'on doit à Maurice Druon. La plume de l'académicien disparu est une invitation à un voyage à la fois temporel, philosophique, religieux. Vous qui entrez ici, soyez avertis : vous allez en sortir changés et être fortement tentés de découvrir d'autres horizons.
L'ombre des Mémoires d'Hadrien flotte tout proche, sans qu'il ne soit fait de référence. le propos est si spécifique que le parallèle s'impose de lui-même. le style de la chronique permet au roi des dieux de s'adresser à son public, de l'invectiver, de le prendre à témoin, de l'interpeller. La mythologie est bien présente et représente une part importante de l'oeuvre. Pourtant elle n'est qu'une composante. Il faut d'ailleurs noter que les épisodes évoqués sont traités de manière bien plus profonde que ce qui se lit d'ordinaire. de même Zeus, se livre ici. Bien que le texte peut faire sourire (ou agacer) par moments (l'infidélité, la fierté, une remise en question bien personnelle…) il permet une approche différente de la divinité, presque intimiste. le doute est toujours de mise et on l'on doit au talent de l'auteur. Quelle prouesse !
L'oeuvre est également émaillée de réflexions qui ne peuvent qu'interpeller le lecteur contemporain. le voilà qui va remettre en question sa vision du polythéisme et du panthéon des dieux grecs, mais également du religieux, du sacré, du divin d'aujourd'hui. Il va également s'interroger sur son monde, sur ces croyances.
Comme l'a écrit Marguerite Yourcenar, le véritable lieu de naissance est celui ou l'on porte pour la première fois un regard intelligent sur soi-même. Les mémoires de Zeus permettent à tout un chacun de vivre ce que l'on a attribué à l'empereur Hadrien au sujet des livres. Les références culturelles occidentales sont ici si bien retranscrites et fusionnées qu'elles réservent de belles surprises (à vous de les découvrir). Outre la culture, le texte apporte également une vision particulière de l'âme humaine… bien particulière. de surprises en surprises, l'auteur nous accompagne au fil d'une aventure transcendantale.
Le doute n'est pas permis, ce livre est une référence, pleine d'actualité. Écrit par un Résistant, les renvois subtils à une certaine période de l'histoire révèlent un message intemporel. Une autre manière de dire plus jamais ça ! Une lecture d'autant plus incontournable qu'elle est agréable, unique. Les éditions Bragellonne, spécialisées dans la littérature de l'imaginaire, ont réussi une mission d'intérêt général : assurer la promotion d'un classique auprès d'un public qui ne peut qu'être conquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
FeyGirl
  17 novembre 2019
Maurice Druon est mondialement connu pour sa saga historique Les Rois Maudits, mais bien évidemment l'Académicien a écrit d'autres oeuvres (dont le Chant des Partisans avec son oncle Joseph Kessel).
Les Mémoires de Zeus permet à l'auteur de rassembler en un roman la destinée des dieux grecs, en entreprenant une fresque chronologique des anciennes divinités qui commence avec la création du monde. Les férus de mythologies anciennes n'y apprendront probablement pas grand chose, mais pour les autres lecteurs ce rappel de mythes fondateurs de notre culture est bienvenu. le lien est régulièrement fait avec la « vraie » histoire, celle des temps préhistoriques et celle des débuts de la Grèce Antique, même s'il s'agit parfois d'une histoire fantasmée. L'auteur se lance même dans des parallèles avec l'histoire du XXème siècle, notamment avec les thèmes de la guerre, des destructions massives, de la science ou encore de notre souhait de nous affranchir des contraintes de la nature.
Zeus nous parle – oui, il parle directement au lecteur – et il nous relate ses relations tumultueuses avec sa nombreuse famille. Il nous fait part de ses décisions et de ses regrets, puis il nous invective. Parce que le Zeus de Maurice Druon s'adresse à l'homme moderne, en déclamant par delà les siècles ses leçons de sagesse. Mais autant le dire tout de suite : ce Zeus ne parle pas à la femme moderne. Il est (très) misogyne, et les déesses qui l'entourent restent des archétypes féminins dont peu gagnent son estime. Dans cette perspective, le livre est cohérent avec la société grecque de l'Antiquité.
Ce texte est évidemment très bien écrit, même si certaines syntaxes m'ont surprise car nous ne les utilisons plus aujourd'hui. Les descriptions des divinités et des paysages sont fluides et plaisantes à lire. L'auteur a réussit à décrire simplement les aventures de ses personnages, tout en décryptant pour le lecteur la signification de certains mythes, et en tentant d'en moderniser la portée.
La forme de narration n'est toutefois pas celle d'un roman classique, mais il n'en reste pas moins que c'est un ouvrage intéressant pour sa culture générale.
Challenge Livres Historique 2019
Lien : https://feygirl.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
MaymMaym   24 mai 2020
Vous avez fini par n'accorder le titre de grandes amours qu'aux passions dévorantes qui ravagent ceux qui les éprouvent et les conduisent à l'inaction, au désarroi, aux renoncements, aux formes diverses de l'aliénation. Vous appliquez à l'amour tous les termes du feu; vous parlez de sentiments qui couvent, vous parlez d'étincelle, de flambée, d'embrasement, et vous parlez de cendres.
Or l'amour n'est pas seulement une flamme, c'est une forge. Aimer, c'est brûler, certes; c'est se consumer l'un l'autre, mais pour bâtir ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MaymMaym   24 mai 2020
Demandez-vous alors ce qui pourrait rester, dans deux cent quarante mille ans d'ici, de vos méthodes, de vos pouvoirs et de vos œuvres si quelque autre gigantesque catastrophe survenait à présent. Quelles traces demeureraient de vos arts, de vos demeures, de vos machines, de vos conquêtes, qui permettraient à vos lointains descendants de savoir que vous étiez capables de vous éclairer sans flamme ni fumée, de bâtir pour vous y loger des tours hautes de mille pieds, de vous poser dans le fond des eaux, de vous propulser dans les airs sur des appareils mille fois plus lourds que vous, et qu'enfin vous teniez aux doigts de telles énergies qu'en les libérant vous avez pu désintégrer, anéantir tout à la fois vos travaux et vous-mêmes ? Où donc seraient notés vos calculs ? Où donc serait inscrite votre histoire ? Pourrait-on croire seulement que vous avez existé ? Or vous n'êtes encore que petits ingénieurs. Prenez-garde, je vous le répète, prenez garde !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MaymMaym   22 mai 2020
O Amalthée, que tu étais belle, à la renverse étendue sur les eaux, le front couronné d'or, le ventre voilé de moire transparente et bleutée, et tes pieds, doucement agités, environnés d'une poussière d'étoiles !
Commenter  J’apprécie          10
MaymMaym   22 mai 2020
Tout ce qui touche à l'essence de la vie est naturellement tragique, puisque rien ne naît dans l'univers que de l'attrait de deux forces, toutes deux avides de l'autre, qui se consument de se rejoindre pour en créer une troisième où elles s'abîment. Mais en même temps il n'est de joie véritable ni d'ardeur à vivre que pour et dans cet embrasement.
Commenter  J’apprécie          00
Eric76Eric76   16 novembre 2019
Etrange dieu que je vous avais donné là, tantôt tendre et tantôt cruel, parfois inspiré, parfois délirant, impulsif, vagabond, désordonné. Et pourtant il vous est aussi nécessaire que la Raison, le Savoir ou la Loi. Il était le dieu qui vous manquait.
Car Dionysos est votre libérateur, non pas dans le devenir, comme Prométhée, mais dans l'état. Il délivre les fils de la peur des pères, il délivre les vierges de la peur du mâle, et l'homme vieillissant de la peur de vieillir.
L'enfant qui se costume en roi, le prince qui se grime en voyou, le forgeron qui s'amuse à porter robe de femme, et la fileuse à se travestir en soldat, le timide qui devient audacieux sous un masque, le bossu qui rugit dans la tête de tigre dont il s'est affublé, obéissant pour un jour, une heure, à Dionysos, et par là se libèrent de désirs secrets, de regrets enfouis. Vos carnavals, sous toutes les latitudes, vos fêtes et danses accompagnées de chants, de cris et de beuveries, sont votre héritage des Dionysies, petites et grandes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Videos de Maurice Druon (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Druon
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Les frères Holt de Marcia Davenport et F. de Bardy aux éditons le Promeneur https://www.lagriffenoire.com/17722-romans--les-freres-holt.html • Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette-----a-la-recherche-du-sixieme-continent.html • La fin des hommes: Les Grandes Familles de Maurice Druon au éditions le livre de poche https://www.lagriffenoire.com/1037599-article_recherche-les-grandes-familles.html • le Rouge et le Noir de Stendhal aux éditions Belin - Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1009773-poche-le-rouge-et-le-noir---stendhal.html • le dernier hiver du Cid (Blanche) de Jérôme Garcin aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1017879-divers-litterature-le-dernier-hiver-du-cid.html • le Temps d'un Soupir de Anne Philipe aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1026695-essai-le-temps-d-un-soupir.html • La chaîne de Adrian McKinty aux éditions Mazarine https://www.lagriffenoire.com/1036493-nouveautes-polar-la-chaine.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionslepromeneur #editionsjailu #editionslivredepoche #editionsbelin #editionsgallimard #editionsmazarine
+ Lire la suite
autres livres classés : mythologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Maudit Moyen-âge

Quel était le surnom de Jean 1er

Le hardi
Le bon
Le posthume
Le roi de fer

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Les rois maudits de Maurice DruonCréer un quiz sur ce livre
.. ..