AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dufaux/Jérémy (Illustrateur)Jean Dufaux (Scénariste)
EAN : 9782505064428
60 pages
Éditeur : Dargaud (07/10/2016)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Des corsaires déchaînés pour ce dernier tome de Barracuda. Qui le diamant du Kashar finira-t-il par choisir ? Jean Dufaux et Jérémy terminent la série Barracuda dans les flammes et au fil de l'épée ! Les pirates partent à l'assaut de Puerto Blanco : sur les flots, Blackdog sur le Barracuda, accompagné par le redoutable pirate, Faucon Rouge ; au coeur même de l'île, Raffy à la tête de la flibuste. Les retrouvailles se feront sur les cadavres encore chauds des Espagno... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  01 novembre 2016
Délivrance… le titre de ce sixième album est pour le moins ironique puisqu'il marque la fin de la saga, du moins c'est ce que laisse entendre la préface de Jean Dufaux ainsi que les derniers mots de cette bande dessinée "fin de l'histoire".
Ce dernier album est l'un des plus réussis d'une saga qui n'aura donc pas (et c'est tant mieux) eu le temps de vieillir et connaître les affres d'une fin de vie difficile à trop tirer sur une corde rentable. L'histoire du diamant du Kashar s'achève donc, tout comme les destins des trois personnages principaux. Ceux-ci passent d'ailleurs au second plan au profit d'autres.
Comme l'avait annoncé Cannibales, le Faucon rouge et le capitaine Blackdog tiennent ici leur heure de gloire, tout comme le bien mystérieux frère Esteban et les quelques fidèles qui lui restent encore. L'album est moins étrange que celui qui le précède et reste une bonne synthèse de ce qui s'est fait de mieux dans cette série. Nous avons droit à des combats, beaucoup d'action, mais sans trop de débordements. La violence est certes au rendez-vous, mais sans en faire de trop.
Bien que de nombreuses questions restent sans réponse, le constat est franchement positif lorsque l'on tourne la dernière page de l'album. L'histoire est finie et l'on s'arrête là. le choix pourra peut-être décevoir, mais s'il est respecté, il ne devrait pas servir de prétexte à ressusciter les aventures de trois amis dans des séries parallèles.
Le trait de Jérémy atteint ici son apogée. Chaque planche, chaque cartouche est un petit tableau de maître. Les couleurs reflètent les univers. Tous deux sont très différents d'un endroit à l'autre de l'île et d'un moment à l'autre de l'histoire. Certaines scènes, notamment les retrouvailles entre Fine Flamme et Raffy ou la dernière planche sont inoubliables.
La disparition de Philippe Delaby est au coeur de cet ouvrage et l'achèvement de cette saga laisse la place à une interrogation. Jérémy va-t-il assurer la continuité d'une autre série bien connue ? L'espoir reste permis et quelque chose ici nous pousse à le croire.
Une série à découvrir de toute urgence donc mais à réserver à un public adulte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Diabolau
  04 décembre 2020
Éditeur – Allô, Jean ?
Jean Dufaux – Oui ?
Éditeur – Tu en es où, sur Barracuda 6 ?
Jean Dufaux – J'avance, j'avance, je tisse ma toile, ah ah. Je prépare déjà les implications qu'il y aura sur les tomes 7, 8 et 9.
Éditeur – Non, mais il faut finir, là, Jean.
Jean Dufaux – Comment ça, il faut finir ?
Éditeur – Celui-là sera le dernier. Il n'y aura pas de 7, ni de 8. C'est fini, Jean, ça a assez duré.
Jean Dufaux – Ah, mais si tu m'obliges à finir à l'issue du 6, je te préviens, je vais être obligé de faire de la merde...
Éditeur – Mais ça fait déjà deux tomes que tu as commencé à faire de la merde, Jean. On te connaît, depuis le temps.
Veuillez me pardonner ce dialogue imaginaire, mais franchement, c'est ce que tout cela m'inspire.
Jean Dufaux commence à me fatiguer. Il a des idées géniales, "fabrique" des personnages passionnants, fait des tomes 1 presque toujours somptueux (d'autant qu'il travaille systématiquement avec des illustrateurs que j'adore, ce qui lui facilite grandement la tâche), puis il fait des tomes 2 et 3 un petit moins inspirés, des tomes 4 et 5 beaucoup moins inspirés, et quand ça va au-delà, ça sombre dans le n'importe nawak. Un peu comme dans beaucoup de séries sur Netflix, en fait. Parce qu'une fois lancé, il oublie toute cohérence, trahit ses propres personnages, recourt aux deus ex machina en veux-tu en voilà, et ça finit vraiment par gaver.
Là, on sent bien qu'il faut finir, alors il finit. Il en étale partout sur la toile, comme un goret, et vendange totalement ce qui faisait le charme sombre et sauvage de cette série au départ.
Je ne parle même pas du "combat" ridicule avec cet espèce de diamant fireball vivant entre Black Dog et le caricatural frère Esteban, pour évoquer, juste en point d'orgue, le symbole d'un naufrage : le personnage du Faucon Rouge. Ah, il est sublimement dessiné, ça, on ne peut pas dire autre chose. Jérémy aura tenté jusqu'au bout de sauver le soldat Dufaux.
Mais qu'est-ce qu'il fout là ? À quoi il sert ? Pourquoi joint-il son bateau au Barracuda ? Pour l'amour de Jean Coupe Droit, sans déconner ? Ils doivent être contents, ses ruffians, de risquer leur peau pour l'amourette de leur capitaine.
Rappelons quand même que l'information hautement compromettante qui a permis à Fine Flamme d'évincer Jean-Coupe-Droit de son poste de gouverneure de Puerto Blanco, c'est qu'elle aurait eu une relation avec le très vilain Faucon Rouge, méchant pirate ennemi de l'île. Ouloulouuuu... C'est vrai qu'elle est impressionnable et très susceptible, la population de Puerto Blanco, tout entière faite de forbans, d'esclavagistes et de putains !
Je ne sais qui accuser de tous les maux, entre le scénariste et l'éditeur, qui peut-être signe des rallonges en fonction du nombre de ventes du tome précédent ? (C'est par exemple l'impression que j'ai eue à la lecture de la série Scorpion de Desberg et Marini.) Je n'en sais rien, en fait, n'étant pas dans les secrets d'alcôve des éditeurs de BD.
Et puis après tout, en lisant les autres chroniques, j'ai l'impression d'être le seul à voir ça, alors ils auraient tort de se priver de continuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
Florian07
  16 novembre 2016
Le pari de départ était original - faire une histoire de pirates se déroulant sur terre et pas en mer - et le résultat est excellent.
En même temps, Jean Dufaux est depuis bien longtemps une valeur sûre au scénario et à la sortie du premier album, la vague Pirates des Caraïbes avait englouti la planète faisant retentir le thème musical de la franchise jusque dans les reportages de TF1.
Bref, tout ça pour dire que le contexte était propice à une nouvelle histoire sur la piraterie mais quelle histoire ! Parfaitement maîtrisée de bout en bout, extrêmement bien rythmée avec ce qu'il faut de rebondissements et de nouvelles intrigues et une galerie de personnages riche et variée, Barracuda m'aura ensorcelé du début à la fin.
De plus, ayant connu cette série avant Murena (à l'époque comme maintenant la flibuste m'intéressant plus que les intrigues de palais de la Rome antique), je n'ai jamais ressenti l'ombre de Philippe Delaby sur le travail magnifique et somptueux de Jérémy.
Clap de fin, donc, pour une saga qui restera, j'en suis certain, un classique de la bande dessinée et qui a permis de mettre sur orbite un énorme artiste.

Mais pitié, Dargaud et Monsieur Dufaux ne risquez pas de tout gâcher en sortant un second cycle ou tout autre suite ou préquelle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
tchouk-tchouk-nougat
  13 décembre 2016
Sur le Barracuda, Blackdog s'allie au Faucon Rouge afin de combattre l'espagnol. A leur bord Jean-coupe-droit, Emilio et Maria attendent de regagner Puerto Blanco. La-bas Raffy se bat lui aussi contre les espagnols, dirigé par le sombre frère Esteban qui n'a qu'un objectif : mettre la main sur le diamant Kashar. Qu'importe s'il porte malheur, s'il apporte la folie...
Ce sixième conclut cette saga de pirates atypiques mené de mains de maitre par Jean Dufaux et Jérémy. Jusqu'à présent l'histoire se passait plus à terre que sur les mers. Autour de cette ile où tout pourri mais ou pourtant trois adolescents ont su se reconstruire. Et si ce tome s'ouvre sur un combat naval, bien vite nous retournons à terre.
Les chemins de tous les personnages trouvent ici leur conclusion. Certains se terminent définitivement. Mais pour Emilio, Maria et Raffy la vie continue...
Jérémy a pu montrer son talent de dessinateur dans cette série. Un vrai plaisir à regarder. Je continuerai de suivre de près la carrière de ce disciple de Delaby qui a su nous épater dans Barracuda.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MarquePage
  01 février 2017
Voila une bonne conclusion pour une bonne série.
Nous avons le fin mot de la folie du diamant, des relations et des buts de chacun.
Les actions sont multiples et les résolutions un peu rapides mais nous tiennent en haleine jusqu'à la fin. Aucun sujet n'est laissé de côté mais nous laisse un peu de mystère. Un gout de légende de pirates.
Tous les personnages ont aussi le droit à la fin qu'ils méritent. Ils ont gardé leur ligne de conduite jusqu'au bout. Ils ne nous ont jamais déçu.
Les dessins n'ont jamais faibli, ils sont toujours aussi beaux et ont participé à la lecture agréable et passionnante de cette série. Une belle unique pour ces six tomes.
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (3)
BDGest   28 décembre 2016
Une conclusion à la hauteur des attentes suscitées par les débuts de la série.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   21 novembre 2016
Jérémy nous laisse sans voix avec des planches époustouflantes et spectaculaires. Il y a des scènes de bataille assez impressionnantes. Le rouge prime sur les autres autres couleurs dans ce tome 6.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   18 octobre 2016
Un ultime album riche en rebondissements et en coups de théâtre.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Florian07Florian07   15 novembre 2016
Adieu, ma belle. Tu as joué ta partie. Tu as failli gagner. Je graverai ton nom sur la pierre. Mais pour la croix je m'abstiens. Elle n'est plus qu'un prétexte à l'ambition des puissants.
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   13 décembre 2016
-Tu es devenu un véritable stratège, un meneur d'homme je te félicite.
-Ai-je le choix si je veux vaincre?
-Non. Pour vaincre il faut tuer ses émotions et ne s'embarrasser de rien. Pas même des ses alliés.
Commenter  J’apprécie          40
Florian07Florian07   16 novembre 2016
- Rien n'est encore joué tant qu'un homme garde son honneur.
- L'honneur ! C'est une boutade, monsieur ? L'honneur me sert juste de guenilles !
Commenter  J’apprécie          60
MariloupMariloup   08 septembre 2017
Maria: Tu ne regrettes rien?
Raffy: Tu veux parler de Puerto Blanco? Non. Je n'y mettrai plus jamais les pieds. Ma vie appartient au Barracuda. Et le Barracuda est libre.
Commenter  J’apprécie          40
beauscoopbeauscoop   03 mars 2018
Les imbéciles ! Ils se saisissent de la vaisselle en or et ils dédaignent Horace et Virgile !
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Jean Dufaux (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dufaux
Les coups de cœur des libraires - BD aventure
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère

Les auteurs, Jean Dufaux et Philippe Delaby, sont...

Belges
Français
Suisses
Italiens

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Murena - Cycle 1 : Le Cycle de la Mère de Jean DufauxCréer un quiz sur ce livre

.. ..