AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Gratias (Traducteur)
ISBN : 2743621702
Éditeur : Payot et Rivages (19/01/2011)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 75 notes)
Résumé :
En six chapitres, ce roman évoque les femmes qui ont traversé la vie de James Ellroy : sa mère d’abord, Geneva Hilliker, victime d’un assassinat trois mois après que, enfant, il a souhaité sa mort, jusqu’à la femme qui partage sa vie aujourd’hui, en passant par ses amantes, les femmes sur lesquelles il a fantasmé, celles qui l’ont inspiré…
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Darkcook
  26 février 2014
Magnifiquement écrit, un des plus beaux livres que j'ai lus depuis longtemps, et pour moi, la bible moderne du romantique... Ellroy est souvent mal compris, les gens se fient trop à son personnage médiatique et public, alors que tout réside dans ses livres (et certaines interviews où l'interviewer lui est suffisamment sympathique pour qu'il arrête le show). Ellroy est comme moi : néo-courtois, à la fois lubrique ET romantique, et sa vie, contée dans La Malédiction Hilliker, tourne autour des femmes, elle n'est que séduction, obsession de chaque instant pour les différentes muses qu'il rencontre. C'est aussi un être torturé par la mort de sa mère, qu'il se reproche, ayant été assassinée après qu'il l'ait souhaité alors qu'elle l'avait giflé parce qu'il lui préférait son père...
Un roman extrêmement sensuel et beau, Libération dit, en quatrième de couverture : "Ellroy croit en la littérature comme personne", et c'est vrai. Peu d'écrivains de roman noir, genre populaire méprisé, peuvent se targuer d'être de vrais écrivains, pas des vendeurs de best-sellers qui se vantent de leur simplicité et de leur accessibilité à la moindre interview... À lire, pour les fans et pour ceux qui ne le connaissent pas, pour les grands romantiques et pour les amateurs de littérature, tout simplement... le lubrico-romantique obsédé par les figures féminines de passage que je suis se sent compris avec un tel roman, et je suis toujours sidéré que certaines femmes ne comprennent pas ce dualisme masculin. Mesdemoiselles et mesdames, lisez-le aussi!!
Je n'avais pas autant adhéré à une lecture depuis Voyage au bout de la nuit l'an dernier... Génial. Je pensais le Grand Nulle Part indétrônable dans l'oeuvre d'Ellroy, mais La Malédiction a bien failli le détrôner... Il passe à Lyon en avril, et je sais que je lui dirai, si j'ai l'occasion, "This is the freakin'Holy Bible about love and lust for women".
Pour ses lecteurs de toujours, on réalise aussi que toute son oeuvre peut être commentée par rapport à sa vie : chacun de ses romans est le témoin conscient d'une période, d'une ou plusieurs femmes spécifiques, il le dit lui-même. Chacun de ses romans est expliqué par son contexte, et les glossateurs séparatistes du biographique pour commenter un auteur sont mes ennemis : l'oeuvre de bien des auteurs, et pas simplement de James Ellroy, est rattachée à leur vie.
J'oubliais : saluons le travail de Jean-Paul Gratias, nouveau traducteur d'Ellroy depuis American Death Trip, à qui l'on doit la superbe version française que l'on lit. Pour avoir vu des tonnes d'interviews d'Ellroy, rien n'est dénaturé, on l'entend parler, on s'imagine la phrase en anglais, en lisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
CorinneCo
  08 janvier 2014
Ellroy se définit lui-même comme sociopathe, je le crois aussi. Un sociopathe qui en est resté a ses obsessions, ses "séances mentales dans le noir", à l'enfermement mystique d'une quête de rédemption et d'envol, au rachat improbable du meurtre de sa mère qu'il a déifié. de sa dérive adolescente qui aurait pu se transformer en abîme, jaillit un exutoire d'écriture "délirante". Quand Ellroy décrit son travail, sa chasse au contrat, c'est un travail de forçat, c'est un loup qui rôde pour attraper ses proies fictives que sont ses personnages. Les femmes, La femme, sont le fil conducteur de toute une vie réelle ou rêvée, débordante et débordée. Ce sont ses anges tutélaires et maudits. Ellroy ne s'épargne pas, "La Malédiction" ne l'épargne pas. Ellroy est comme d'habitude au plus proche de son mental, de son écriture, tour à tour, pathétique, odieux, con, attachant, attendrissant, aimant, brutal, grand pourfendeur du mensonge et de la vérité.
Commenter  J’apprécie          143
nefertari83136
  19 mars 2011
incontournable pour ceux qui apprécient ELLROY ;;;;;;;; la lecture de ce livre permet de mieux cerner son caractère torturé qui ressort tellement dans ses romans. On comprend que le souvenir de sa mère (assassinée quand il était enfant) l'a poursuivi (et le poursuit encore) tout au long de sa vie à travers sa quête de celle qui pourra la remplacer, ELLE pour qui il a éprouvé croit-il des sentiments ambigus. C'est un livre sans concession, une exploration réaliste et douloureuse de ses expériences avec les femmes.
Il semble malgré tout qu'il ait trouvé maintenant avec ERIKA celle qui lui apporte l'apaisement,
mais la malédiction est toujours là, ELLE;
Commenter  J’apprécie          50
identifiantidentifiant
  06 mars 2014
Génial ! On comprend enfin un peu mieux James Ellroy qui s'avoue lui-même désaxé et un peu trop pervers. Serait-il devenu serial killer psychopathe s'il n'était pas devenu écrivain et avait réussi à transcrire son obsession parfois malsaine des femmes dans ses superbes romans ?
Et oui, tout commence par la relation à la mère et se termine par un Oedipe mal soigné, classique et pourtant passionnant, noir et touchant. Je trouve ça fou qu'un auteur à succès se livre à ce point et sur un sujet si délicat.
Commenter  J’apprécie          40
Stemilou
  23 octobre 2011
Objet de son inspiration, de son obsession, la mère de l'auteur revient souvent dans ce livre dont le titre reprend le nom de jeune fille de celle-ci.
C'est son souvenir et pas n'importe lequel qui hante l'auteur, celui de son assassinat sordide alors qu'il n'était encore qu'un enfant, une mort qu'il avait souhaité en silence et qui se produira plus tard et une malédiction qui va le poursuivre ; un souvenir qui le poussera à rechercher dans ses compagnes, épouses ou amantes, un lien avec sa mère, celle qui pourra la remplacer.
Dans ce livre il est surtout question de ses relations avec les femmes donc, de ses angoisses et de ses souffrances, il nous confie ses blessures et ses faiblesses, et tente une compréhension de cette malédiction Hilliker qui lui colle à la peau jusqu'au plus profond de lui-même.

Fort et sombre sont les deux mots qui me viennent à l'esprit, on pourrait dire aussi obsessionnel voire dépressif mais ce serait dénaturer les confessions troublantes qui marquent ce récit vif et tranchant, une réelle mise à nu voilà ce qui nous est offert.
A découvrir pour les inconditionnels ou non de James Ellroy.
Lien : http://stemilou.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Actualitte   16 juin 2011
Un livre à réserver aux inconditionnels de James Ellroy, un livre utile pour comprendre ses obsessions, ses angoisses, ses souffrances mais en aucun cas un livre magistral ni comparable à « Ma part d’ombre », autobiographique également.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DarkcookDarkcook   26 février 2014
J'étais l'amnésique. Elle était la femme en noir qui connaît toutes les réponses.
(...) La Déesse Rouge décrète que toutes les femmes doivent lui ressembler et que je ne peux chercher que la version retouchée de son portrait. Elle se donne à moi et se dérobe à moi. Elle m'a révélé que toutes les femmes étaient elle, et que toute fuite motivée par la panique n'était que prélude à un retour ventre à terre.
Aucun visage ne pouvait se comparer à Elle. Aucune image nouvelle ne pouvait La remplacer. Toute ressemblance partielle se dispersait en taches pixellisées. Aucune femme ne pourrait jamais être Elle. Aucun visage de femme sondé dans l'espoir qu'elle soit capable de me sauver n'a jamais pu suggérer ce qu'Elle m'a donné et ce qu'Elle m'a refusé. J'ai cessé de chercher. Il y avait Elle et personne d'autre.

Déesse : fais-moi signe de venir à toi, puis jette-moi dehors. Laisse-moi adorer et apprendre, laisse-moi t'aimer et te craindre. Partage mon esprit désinvolte et constate que mon âme est pure. Je tombe. Aucun lieu n'est exempt de danger. Permets-moi avec passion de chercher le monde en Ton nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CorinneCoCorinneCo   08 janvier 2014
J'obtiens toujours ce que je veux. Cela prend plus ou moins de temps et me coûte toujours très cher. J'ai perfectionné l'art du prestidigitateur avec une précision étonnamment persévérante.
Commenter  J’apprécie          40
RivagesMatRivagesMat   14 septembre 2012
New York est une ville fabuleusement femelle, aux disproportions vertigineuses. Son réservoir de visages est infini et c'est aussi un miroir perpétuel. je m'y vois sans cesse.
Commenter  J’apprécie          40
DarkcookDarkcook   26 février 2014
Je laisse à Karen des messages téléphoniques tonitruants. Hé, ma belle, les flics surveillent ton petit mari. Mes sous-fifres ont décidé de le coincer. Il drague dans les bars à tarlouzes. On l'a vu au Fort Braquemart, au Gay Ramoneur, au Gland des Siciliens et chez Boys'R'Us.
Commenter  J’apprécie          21
alzaiaalzaia   07 novembre 2011
prends bien garde au but que tu poursuis car il te poursuit aussi
Commenter  J’apprécie          10
Videos de James Ellroy (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Ellroy
Joyeux anniversaire Rivage/Noir par... James Ellroy
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

James Ellroy

De quelle couleur est le célèbre Dahlia ?

rouge
blanc
multicolore
noir

13 questions
103 lecteurs ont répondu
Thème : James EllroyCréer un quiz sur ce livre