AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Paul Gratias (Traducteur)
EAN : 9782743621704
277 pages
Payot et Rivages (19/01/2011)
3.55/5   110 notes
Résumé :
En six chapitres, ce roman évoque les femmes qui ont traversé la vie de James Ellroy : sa mère d’abord, Geneva Hilliker, victime d’un assassinat trois mois après que, enfant, il a souhaité sa mort, jusqu’à la femme qui partage sa vie aujourd’hui, en passant par ses amantes, les femmes sur lesquelles il a fantasmé, celles qui l’ont inspiré…
Que lire après La malédiction HillikerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 110 notes
5
6 avis
4
0 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
1 avis
James Ellroy fait partie de mes auteurs fétiches, et chaque nouvelle lecture est un plaisir attendu. Il est sans doute l'auteur américain que j'ai le plus lu avec Faulkner. Pourtant, le personnage en lui-même devrait avoir tout pour me repousser. Il se décrit lui -même comme réactionnaire et conservateur, revendique son statut d'"auteur de droite". Il a souvent des propos provocateurs sur le racisme, les brutalités policières... mais de façon contradictoire ou assumée (au choix), sa façon d'exposer certaines pratiques est plus souvent le meilleur moyen également pour les dénoncer.

En commençant la Malédicition Hilliker, je m'attendais à lire un des romans hors trilogies de l'Américan Dog. Il ne me reste que White Jazz à lire avant d'entamer la dernière trilogie en date et je m'intéressais comme intermède aux romans "indépendants" du Maître. Hors, cette Malédiction fait plutôt partie du volet autobiographique de l'oeuvre d'Ellroy, sorte de continuation de Ma part d'ombre où il revenait sur l'histoire de sa mère assassinée et sur le lien entre son histoire et son oeuvre. N'ayant pas encore lu Ma part d'ombre, je me retrouvais un peu embêté... et en même temps cette analyse du rapport aux femmes de sa vie pour essayer de comprendre encore et toujours l'oeuvre n'était pas pour me déplaire.

Le rapport d'Ellroy à ses personnages féminins est en effet particulier. Souvent relégué aux seconds rôles de potiches dans les premiers romans, à la position de victime désigné dans le Dahlia Noir, oeuvre totalement dédiée à la mémoire de cette mère morte, les personnages féminins prennent une ampleur de plus en plus importante à mesure que l'oeuvre se construit. Je m'étais souvent interrogé sur la place des femmes dans les différents romans et j'étais donc impatient d'observer les liens qu'il tracait lui même entre son rapport aux différentes femmes de sa vie, à commencer par sa mère, et son écriture.

Le livre est très direct,sans concessions avec lui-même et ses travers. L'auteur s'y décrit lui-même naturellement comme sociopathe, nous délivre ses perversions de voyeur, son rapport problématique aux femmes certes influencé par la mort de sa mère, mais préexistant à celle-ci. Les parallèles avec l'oeuvre en construction sont nombreux et intéressants même si l'essentiel du livre est dans le récit de l'histoire personnelle d'Ellroy. Tout au long de ma lecture, je me suis à de nombreuses reprises fait la remarque que les événements eux-mêmes auraient évidemment eu peu d'intérêt sans le lien avec les livres. Cette plongée dans les détails de la vie de l'auteur nous placent nous mêmes à une position voyeuriste pas toujours agréable, comme si l'auteur cherchait à ne pas rester seul dans ses travers.

Malgré tout, son analyse de la construction de ses histoires d'amour successives avec ses femmes d'abord idéalisées est plutôt intéressante et constitue un essai rare de dissection d'un esprit masculin, certes déséquilibré, mais aussi parfois révélateur de mécanismes plus universels de la construction des fantasmes dans le cerveau des hommes. Il n'en reste pas moins que le livre est vraiment à réserver pour moi aux fans de l'auteur. Lisez vraiment d'abord une bonne part de l'oeuvre romanesque et ne revenez lire ce livre que si le lien entre vie personnelle et littérature vous passionne. La plongée dans cette âme torturée n'est pas forcément de tout repos et je comprendrais parfaitement que des adorateurs de la plume d'Ellroy n'aient pas forcément envie de connaître les coulisses. Ce fut en revanche une expérience riche en réponses pour moi qui me posait justement beaucoup de questions sur les liens entre l'écrivain, le personnage médiatique et l'homme tapi au fond de ses névroses, l'enfant recroquevillé derrière l'adulte provocateur.
Commenter  J’apprécie          5212
Magnifiquement écrit, un des plus beaux livres que j'ai lus depuis longtemps, et pour moi, la bible moderne du romantique... Ellroy est souvent mal compris, les gens se fient trop à son personnage médiatique et public, alors que tout réside dans ses livres (et certaines interviews où l'interviewer lui est suffisamment sympathique pour qu'il arrête le show). Ellroy est comme moi : néo-courtois, à la fois lubrique ET romantique, et sa vie, contée dans La Malédiction Hilliker, tourne autour des femmes, elle n'est que séduction, obsession de chaque instant pour les différentes muses qu'il rencontre. C'est aussi un être torturé par la mort de sa mère, qu'il se reproche, ayant été assassinée après qu'il l'ait souhaité alors qu'elle l'avait giflé parce qu'il lui préférait son père...

Un roman extrêmement sensuel et beau, Libération dit, en quatrième de couverture : "Ellroy croit en la littérature comme personne", et c'est vrai. Peu d'écrivains de roman noir, genre populaire méprisé, peuvent se targuer d'être de vrais écrivains, pas des vendeurs de best-sellers qui se vantent de leur simplicité et de leur accessibilité à la moindre interview... À lire, pour les fans et pour ceux qui ne le connaissent pas, pour les grands romantiques et pour les amateurs de littérature, tout simplement... le lubrico-romantique obsédé par les figures féminines de passage que je suis se sent compris avec un tel roman, et je suis toujours sidéré que certaines femmes ne comprennent pas ce dualisme masculin. Mesdemoiselles et mesdames, lisez-le aussi!!

Je n'avais pas autant adhéré à une lecture depuis Voyage au bout de la nuit l'an dernier... Génial. Je pensais le Grand Nulle Part indétrônable dans l'oeuvre d'Ellroy, mais La Malédiction a bien failli le détrôner... Il passe à Lyon en avril, et je sais que je lui dirai, si j'ai l'occasion, "This is the freakin'Holy Bible about love and lust for women".

Pour ses lecteurs de toujours, on réalise aussi que toute son oeuvre peut être commentée par rapport à sa vie : chacun de ses romans est le témoin conscient d'une période, d'une ou plusieurs femmes spécifiques, il le dit lui-même. Chacun de ses romans est expliqué par son contexte, et les glossateurs séparatistes du biographique pour commenter un auteur sont mes ennemis : l'oeuvre de bien des auteurs, et pas simplement de James Ellroy, est rattachée à leur vie.

J'oubliais : saluons le travail de Jean-Paul Gratias, nouveau traducteur d'Ellroy depuis American Death Trip, à qui l'on doit la superbe version française que l'on lit. Pour avoir vu des tonnes d'interviews d'Ellroy, rien n'est dénaturé, on l'entend parler, on s'imagine la phrase en anglais, en lisant.
Commenter  J’apprécie          124
Ellroy se définit lui-même comme sociopathe, je le crois aussi. Un sociopathe qui en est resté a ses obsessions, ses "séances mentales dans le noir", à l'enfermement mystique d'une quête de rédemption et d'envol, au rachat improbable du meurtre de sa mère qu'il a déifié. de sa dérive adolescente qui aurait pu se transformer en abîme, jaillit un exutoire d'écriture "délirante". Quand Ellroy décrit son travail, sa chasse au contrat, c'est un travail de forçat, c'est un loup qui rôde pour attraper ses proies fictives que sont ses personnages. Les femmes, La femme, sont le fil conducteur de toute une vie réelle ou rêvée, débordante et débordée. Ce sont ses anges tutélaires et maudits. Ellroy ne s'épargne pas, "La Malédiction" ne l'épargne pas. Ellroy est comme d'habitude au plus proche de son mental, de son écriture, tour à tour, pathétique, odieux, con, attachant, attendrissant, aimant, brutal, grand pourfendeur du mensonge et de la vérité.
Commenter  J’apprécie          143
C'est plutôt bien écrit, le seul problème c'est que les histoires de cul et les angoisses nombrilistico-psychologico… sont sans intérêt, sauf pour l'auteur. On ne peut rien pour lui !










Commenter  J’apprécie          30
incontournable pour ceux qui apprécient ELLROY ;;;;;;;; la lecture de ce livre permet de mieux cerner son caractère torturé qui ressort tellement dans ses romans. On comprend que le souvenir de sa mère (assassinée quand il était enfant) l'a poursuivi (et le poursuit encore) tout au long de sa vie à travers sa quête de celle qui pourra la remplacer, ELLE pour qui il a éprouvé croit-il des sentiments ambigus. C'est un livre sans concession, une exploration réaliste et douloureuse de ses expériences avec les femmes.
Il semble malgré tout qu'il ait trouvé maintenant avec ERIKA celle qui lui apporte l'apaisement,
mais la malédiction est toujours là, ELLE;
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Actualitte
16 juin 2011
Un livre à réserver aux inconditionnels de James Ellroy, un livre utile pour comprendre ses obsessions, ses angoisses, ses souffrances mais en aucun cas un livre magistral ni comparable à « Ma part d’ombre », autobiographique également.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
J'ai 29 ans. J'ai survécu à sept ans de psychoses et d'ingestion de tampons d'inhalateurs. J'ai arrêté la gnôle, l'herbe et les stimulants pharmaceutiques. Mon nouveau régime, c'est l'abstinence. L'avenir s'annonce horrible. J'ai renoncé au vol à l'étalage et aux violations de domicile. Je n'ai pas eu de révélation spirituelle. Faire défiler dans ma tâte des visages de femmes a failli me tuer. Mon appétit compulsif avait effectué un tour complet sur lui-même./ A présent, c'était le droit chemin qui m'attirait. Mon apostasie était dictée par un intérêt implacablement égoïste. Je voulais des femmes. Je voulais écrire des romans. La sobriété était synonyme d'efficacité. Je ne pouvais pas réaliser mes projets dans mon état de délabrement physique du moment.
Commenter  J’apprécie          270
C'était l'automne 63. J'avais vaguement l'impression que le Twist était mort. Oui et non - il n'y avait qu'à voir se tortiller tous ces quadras coincés.
Oui et non. Les hommes étaient coincés. Les femmes ne l'étaient pas. Ces femmes avaient épousé des bourgeois coincés et le regrettaient aujourd'hui. Toutes les femmes que je regardais dansaient mieux que leurs partenaires. Elles remuaient les hanches avec plus d'ampleur, elles étaient moins inhibées. Elles tournaient sur elles-mêmes parce qu'elles assimilaient cette giration à un succédané de l'acte sexuel. Il y avait chez elles moins de condescendance envers cette musique idiote que de plaisir à s'y abandonner. Danser avait davantage d'importance pour elles parce que leur vie de famille avait perdu de son charme et que leur petit mari n'était pas à la hauteur de leurs espérances. Cette soirée était un moment de répit dans leur traversée d'un désert d'ennui et de tendresse réprimée qui allait les mener jusqu'à moi.
Commenter  J’apprécie          210
J'étais l'amnésique. Elle était la femme en noir qui connaît toutes les réponses.
(...) La Déesse Rouge décrète que toutes les femmes doivent lui ressembler et que je ne peux chercher que la version retouchée de son portrait. Elle se donne à moi et se dérobe à moi. Elle m'a révélé que toutes les femmes étaient elle, et que toute fuite motivée par la panique n'était que prélude à un retour ventre à terre.
Aucun visage ne pouvait se comparer à Elle. Aucune image nouvelle ne pouvait La remplacer. Toute ressemblance partielle se dispersait en taches pixellisées. Aucune femme ne pourrait jamais être Elle. Aucun visage de femme sondé dans l'espoir qu'elle soit capable de me sauver n'a jamais pu suggérer ce qu'Elle m'a donné et ce qu'Elle m'a refusé. J'ai cessé de chercher. Il y avait Elle et personne d'autre.

Déesse : fais-moi signe de venir à toi, puis jette-moi dehors. Laisse-moi adorer et apprendre, laisse-moi t'aimer et te craindre. Partage mon esprit désinvolte et constate que mon âme est pure. Je tombe. Aucun lieu n'est exempt de danger. Permets-moi avec passion de chercher le monde en Ton nom.
Commenter  J’apprécie          20
Nous regardons. Nos globes oculaires abolissent les distances et nous tournons en orbite. Nous reluquons les femmes. Nous sommes en quête de quelque chose d'énorme. Mes héros ne le savent pas encore. Leur créateur encore vierge n'en a pas la moindre idée. Nous ne savons pas que nous déchiffrons des personnages. Nous regardons afin de pouvoir un jour cesser de regarder. Nous avons désespérément besoin des valeurs morales d'une certaine femme. Nous La reconnaîtrons lorsque nous La verrons. En attendant, nous continuerons de regarder. 
Commenter  J’apprécie          10
J'obtiens toujours ce que je veux. Cela prend plus ou moins de temps et me coûte toujours très cher. J'ai perfectionné l'art du prestidigitateur avec une précision étonnamment persévérante.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de James Ellroy (95) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Ellroy
François Guérif nous explique en détail l'effet Ellroy et ses effets sur la collection Rivages Noir.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (309) Voir plus



Quiz Voir plus

James Ellroy

De quelle couleur est le célèbre Dahlia ?

rouge
blanc
multicolore
noir

13 questions
167 lecteurs ont répondu
Thème : James EllroyCréer un quiz sur ce livre

{* *}