AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253108421
Éditeur : Le Livre de Poche (09/06/2004)

Note moyenne : 2.77/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Qu'est-ce qui pousse Alessandro Giacolli, vieux musicien exilé à Berlin, à envoyer son disciple Jonathan à Venise, où se déroula sa jeunesse ? C'est le secret que le jeune homme tente d'arracher à la ville des doges. Il lui faut pour cela se plonger dans les souvenirs du Risorgimento des années 1848-1849, époque au cours de laquelle les patriotes groupés autour de Daniele Manin tentèrent de secouer la tutelle autrichienne, et retrouver les protagonistes d'un drame p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  07 août 2014
En 1848, Venise a vécu un printemps insurrectionnel porté par une vision révolutionnaire de sa société. Emeutes, bombardements, blocus et choléra viendront à bout de ce souffle de liberté, permettant aux autrichiens de reprendre les rênes serrées. L'heure de l'indépendance n'avait pas encore sonné.
Le vieux musicien Giacolli, exilé à Berlin depuis trente ans, a perdu le gout de composer. Souvenirs dramatiques des événements vénitiens, perte de génie créatif, maladie du corps et de l'âme. Un jeune admirateur va tenter de retrouver les travaux du musicien prolifique et incompris du temps de la Sérénissime, à la recherche de partitions oubliées ou perdues.
Entre correspondances croisées et récit de jeunesse, les destins personnels se racontent entre amours, jalousie, haine sur fond de mystère dans la Venise du Risorgimiento.
Situant habilement la fiction dans la grande Histoire, Vincent Engel nous propose un voyage aux multiples personnages et aux rebondissements nombreux, sur fond de musique baroque. le décor est magnifique, des canaux aux palais en passant par le ghetto juif, les événements politiques et sociaux passionnants si tant est que l'on s'y intéresse.

Enthousiaste après la lecture de Retour à Montecchiaro, j'ai aimé cette lecture complémentaire, tout en regrettant une impression un peu brouillonne dans le récit. Beaucoup de zones d'ombre et d'interrogations l'affaiblissent et des frustrations de compréhension jalonnent la lecture, en dépit d'un réel plaisir romanesque et d'une plume d'écriture fluide.

L'auteur semble un malin plaisir à nous laisser sur notre faim, nous invitant à trouver d'éventuelles réponses dans ses autres romans dont les narrations se croisent.
Malin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Krout
  09 avril 2016
C'est un peu par ennui, un peu par hasard que je relis ce bouquin. Venise, quand tu nous tiens ... Curieux, c'est aussi l'ennui et le hasard, qui par des jeux de transparences, apparaissent présider la vie des personnages en ces années 1848-1849. Dans une atmosphère ouatée, dans un des ses brouillards d'automne montant de sa lagune après une journée trop chaude, Venise perd pied. Pas encore noyée, mais faisant naufrage, Venise se meurt. La Sérénissime a disparu depuis longtemps. Mais las, c'est maintenant l'idée même de ce rêve qui est en train de sombrer. Au loin quelque canon autrichien entonne la marche funèbre ...
Mourir n'est pas de mise, ô Marquise. Est-il cependant hors de propos d'attirer l'attention sur ses palais qui s'éffritent comme l'on plaisentait encore il n'y a pas bien longtemps à Bruxelles ma belle ? Ou serait-ce plus approprié de dire qu'ils se lézardent sous le soleil d'Italie ? D'humour il n'est point trop question dans cette Venise qui sombre, certes l'on se gondole encore sur le Grand Canal mais ce n'est plus qu'un rire de surface, un rire à mer, un rire étouffé par le clapoti des larmes. Perdue la partition d'une grandeur passée ; Mozart semble enterrer Verdi à tout jamais. Et la ville ne plus pouvoir qu'expirer : Laisse les gondoles à Venise ...
"De quel soleil perdu
pourrais-je t'éclairer
te chauffer ?
Où est-il ?
Regarde
souviens-toi
dis-moi
où le fil s'est-il
cassé ?

Où est le soleil
Dis-moi
le soleil ?
La Chanson de l'oubli,
Alessandro GIACOLLI."
p.145
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
M_a_r_c
  02 novembre 2017
Nous sommes en 1879. Exilé à Berlin depuis 30 ans, le compositeur vénitien Alessandro Giacolli est au soir de sa vie. Il envoie sur les traces de son mystérieux passé son jeune élève, Jonathan Celnik.
Le périple de Jonathan pour retrouver les partitions de son maître le mènera à Paris, à Venise mais aussi, j'y reviendrai, en Toscane.
Les échanges épistolaires du vieux musicien et de son disciple alternent avec le récit de l'insurrection qui secoua la Cité des Doges au milieu du XIXe siècle, lorsque Daniele Manin, Niccolo Tommaseo et leurs partisans tentèrent de se libérer de la domination autrichienne.
A cette époque de l'éphémère république de Saint-Marc et des débuts du Risorgimento, Federico, librettiste médiocre mais dévoué corps et âme à la cause de Manin, commande à son ami Alessandro la musique d'un opéra devant retracer la lutte héroïque des Vénitiens contre l'occupant autrichien. Une musique qu'Alessandro se sent incapable de composer…
Le chaos s'installe progressivement dans la ville assiégée. Les protagonistes du drame que Jonathan devra dénouer 30 ans plus tard apparaissent les uns après les autres. Donatella, l'épouse de Federico, qu'elle méprise. Anna, l'amie et confidente d'Alessandro. le jeune Paolo, à la voix si envoûtante. le hautain marquis Bulbo. Ses fats courtisans, le Cantatore et les Altimissi. Mais aussi des personnages déjà connus du lecteur de Retour A Montechiarro : l'éternel et énigmatique Asmodée Edern, le père Baldassare ou encore le comte Della Rocca.
Requiem Vénitien est un roman complexe et ambitieux. Vincent Engel y mêle les styles narratifs et les époques mais aussi la réalité historique et la fiction. Il entraîne le lecteur au coeur de la Cité des Doges et du drame aux multiples facettes qui s'y joue pendant que tonnent les canons et que les bombes pleuvent sur la ville.
Une fois encore, j'ai aimé retrouver la plume érudite et soignée de Vincent Engel. J'ai encore plus aimé, au gré des fils tissés par l'auteur entre ses romans, retrouver en Vénétie un peu de cette Toscane qui – au risque de me répéter – m'avait tant ému dans Retour A Montechiarro. L'histoire italienne, la musique, l'onirisme léger colorant la plupart de ses récits d'une teinte particulière : on retrouve dans le Requiem de Vincent Engel des thèmes qui lui sont chers et qu'il partage avec le lecteur qui veut faire l'effort de les apprécier.
J'ai pourtant eu quelque peine à me laisser envoûter par l'atmosphère se dégageant du roman. Trop de zones d'ombres, trop de sous-entendus, trop de fils que l'on suit sans qu'ils mènent nécessairement à quelque chose m'en ont malheureusement rendu la lecture moins prenante que je ne l'espérais.
Une lecture un peu en demi-teinte donc, mais qui ne m'enlève pas l'envie que j'ai de continuer à découvrir l'oeuvre de cet écrivain que j'apprécie depuis cette découverte formidable – oui, oui, je sais que je me répète… – que fut Retour A Montechiarro.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lune
  02 juin 2008
Dès les premières pages, c'est un plongeon. Plongeon dans la musique, dans les intrigues plus romantiques les unes que les autres, dans L Histoire contenue dans l'histoire que Vincent Engel nous raconte avec un style sobre et simple qui nous fait vivre un monde imaginaire ô combien devenu réel! Venise nous apparaît telle qu'elle devait être au XIXème siècle sous la domination autrichienne. Les noms de Manin et de Radetzsky (!) se gravent à jamais dans notre mémoire en prenant vie et en quittant leurs consonnances lointaines qui chez le deuxième se résume à une "Marche" que l'on entend chaque année au "concert de nouvel an à Vienne" en direct à la télé. Nous entendrons désormais ce nom avec une autre musique... La Venise "baroque" sous les traits du Marquis et des ses courtisans: le Cantatore et les Altissimi constituent des moments savoureux de perfidie, de ce que l'homme peut montrer d'inhumanité. Drôle d'impression en fin de lecture, j'ai apprécié ce livre, je ne l'ai pas aimé. Je n'y ai trouvé, hormis l'histoire vénitienne et son amour de la liberté, aucun intérêt. Les histoires romantiques avec leurs sentiments exacerbés ne me parlent pas; ceci est une affaire de goût...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fantine
  27 août 2010
L'action se déroule dans la Venise du Risorgimento, et, notamment dans les années 1848-1849 lors de l'insurection vénitienne – menée par Daniele Manin - contre l'occupant autrichiens.
La musique est omniprésente dans ce roman. Elle y joue un rôle important.
En effet, l'intrigue tourne essentiellement autour du personnage d'Alessandro Giacolli.
Ce dernier est un musicien au passé trouble, sombre.
Un mystère entoure le musicien. Pour certains, il s'agit d'un compositeur raté, pour d'autres, Alessandro Giocolli est un musicien génial en manque d'inspiration. Nuls n'arrivent à cerner le personnage, et, celui çi emportera son secret dans la tombe.

Les personnages, y compris les « méchants », sont pathétiques, sympathiques. Il est pratiquement impossible de les haïr, on ne peut que prendre faits et causes pour eux, même si certains sont capables des pires bassesses, par jalousie, par envie, pour détruire la réputation d'une personne qu'ils haïssent.
Même si l'auteur reprends des thémes classiques tel que la lutte pour la liberté, l'amour, l'art (dans le cas présent, la musique), etc, il n'y a aucun temps morts, l'intrigue monte en puissance au fils de la lecture.
En ce qui me concerne, j'ai beaucoup apprécié ce roman de Vincent Engel. Je le recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Vincent Engel (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Engel
Vincent Engel présente son nouveau roman, le Miroir des illusions.
De Venise à San Francisco, en passant par Berlin et New York, voici les destinées romanesques de personnages guidés par l?obsession de la vengeance, au prix du bonheur, de la paix et peut-être de leur vie.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
409 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre