AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Émile Chambry (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080700087
250 pages
Éditeur : Flammarion (07/01/1993)
4.2/5   94 notes
Résumé :

Une sorte d'épouvante emplit Eschyle d'un bout à l'autre ; une méduse profonde s'y dessine vaguement derrière les figures qui se meuvent dans la lumière. Eschyle est magnifique et formidable, comme sil l'on voyait un froncement de sourcils au-dessus du soleil.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Louis111222
  25 avril 2019
Eschyle, j'adore, c'est comme cela, c'est chose que je n'ai pas décidée, c'est chose étrange, dès les premiers mots, Eschyle j'adore.
J'ai eu la chance de voir "Les Perses". Je ne sais pas si la troupe était nulle, mais j'ai pas aimé. Non, je préfère le lire, même si c'est une pièce de théâtre. Lire permet les arrêts sur image. Cela permet de prendre son temps, surtout que le style d'Eschyle est très puissant, comme inspiré par quelque divinité connue de lui seul. Il va a l'essentiel. Pas de pertes de temps en longues phrases pleines d'effets de style. Il est simple et direct.
De toute façon un auteur véritable n'a pas besoin de beaucoup de mots...
Commenter  J’apprécie          140
balarasse
  03 février 2021
Voila un tâche délicate que de critiquer les plus anciennes pièces de théâtre qui nous soit parvenues (complêtes).
Si j'avais du les lire au lycée, je pense que je n'y serait pas arrivé en prétextant que ce sont des reliques poussiéreuses et ennuyeuses.
Maintenant que je me dit plutôt que ce sont des gemmes d'un autre temps d'autant plus rares et précieuses qui ont traverser les siècles intactes.
Oui, le style est parfois ardu et très imagé.
Oui, ces pièces débordent de références religieuses, géographiques, politiques et mythologiques nécessitant d'interrompre le récit pour lire les notes.
Rien de plus normal, ces tragédies ont été conçues par et pour des athéniens du Vème siècle avant notre ère.
A leur lecture, persuadez-vous d'être à cette époque, assis dans les gradins d'un amphithéâtre bondé avec vue sur l'acropole par un après-midi ensoleillé. Votre lecture prendra alors une autre dimension.
Dans leur contenu, ces pièces abordent des thèmes récurrents:
-L'insignifiance de l'homme face au destin et aux dieux
-Le sens du devoir et d'honneur envers sa famille, sa cité et les dieux.
-L'omniprésence et l'importance de la mort, inéluctable et parfois violente.
Au-delà de la qualité littéraire, cela nous donne des éléments de compréhension de la mentalité des grecs de l'époque.
Il y a 2 autres éléments qui m'ont surpris et que j'ai trouvé inintéressants:
-Certaines pièces font de la propagande douce à la gloire d'Athènes, vantant ses réussites militaires et le prospérité de sa cité. J'y ai vu une démonstration de 'soft power' par la culture 25 siècles avant notre époque !
-L'Orestie est une trilogie. Toutes les pièces évoquent la mythologie et se recoupent d'une certaine façon. On sent que chaque histoire indépendante est inscrite dans 'tout' plus grand et cohérent: la Mythologie. Les Marvel et Avengers n'ont rien inventés...
En bonus, voici une interprétion des 'Perses' qui vaut le détour:
https://www.youtube.com/watch?v=UEm0b7vUDJc
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ValdimirValdimir   19 février 2017
Prométhée
– Oui, j'ai délivré les hommes de l'obsession de la mort.
– Quel remède as-tu découvert à ce mal ?
– J'ai mis en eux des espoirs aveugles.
Commenter  J’apprécie          450
NievaNieva   30 décembre 2014
ANTIGONE — Eh bien, moi, je déclare aux chefs des Cadméens que, si personne ne veut m'aider à ensevelir celui-ci, c'est moi qui l'ensevelirai. C'est mon frère ; aussi j'affronterai le péril en lui donnant la sépulture et je ne rougirai point de ma désobéissance et de ma rébellion aux ordres de la cité. On est fortement lié par la communauté du sein où l'on a pris naissance, enfants d'une mère misérable et d'un père infortuné. Aussi, mon âme partage volontairement son malheur involontaire et, vivante, témoigne au mort ses sentiments fraternels. Ses chairs ne seront pas la pâture des loups au ventre creux ; que personne ne le croie ; car je saurai, moi, toute femme que je suis, lui procurer une tombe pour l'ensevelir. J'en apporterai la terre dans un pli de ma robe de lin et je l'en couvrirai moi-même, et que personne ne croie le contraire.

(Les Sept contre Thèbes)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
finitysendfinitysend   25 mars 2012
Les suppliantes .
Le chœur :
-voici le moment pour vous ,dieux issus de Zeus,d'éxaucer les vœux que nous voulons répendre sur ce peuple .Que jamais la terre des Pélasges ne soit livrée à l'incendie par la fureur d'Arès,dont le cri arrête les danses et qui moissonne les mortels dans les champs faits pour d'autres moissons !
Commenter  J’apprécie          90
finitysendfinitysend   14 mars 2012
L'Agamemnon :
Mais la justice brille dans les maisons enfumées et honore la vie pure;elle détourne les yeux des palais constellés d'or où commandent les mains sales ,et les reporte sur l'innocence ,sans égards pour la puissance de mauvais aloi que l'on vante dans la richesse,et c'est elle qui mène tout à son terme .

( Agamemnon paraît sur un char .. )
Commenter  J’apprécie          80
NievaNieva   30 décembre 2014
LE ROI — J'ai besoin pour nous sauver d'une réflexion profonde et d'un œil perçant et non troublé par l'ivresse, qui descende dans l'abîme comme un plongeur, afin que tout cela n'attire pas de mal et se termine ensuite heureusement pour moi-même. Je ne veux pas qu'il s'ensuive une guerre de représailles, ni qu'en vous livrant ainsi prosternées devant les autels des dieux je perde entièrement ma maison, en attirant sur elle le terrible dieu vengeur qui, même dans l'Hadès, ne lâche point le mort. Ne crois-tu pas que j'ai besoin d'une pensée qui nous sauve ?

(Les Suppliantes)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Eschyle (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Eschyle
30 avril 2013
«En fait, j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes anciens collègues, d'écrire mes Mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien : j'ai fait mon travail, voilà tout ; quant à mes histoires de famille, que je raconterai peut-être aussi, elles ne concernent que moi ; et pour le reste, vers la fin, j'ai sans doute forcé la limite, mais là je n'étais plus tout à fait moi-même, je vacillais, le monde entier basculait, je ne fus pas le seul à perdre la tête, reconnaissez-le. Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. le reste est facultatif.» Avec cette somme qui s'inscrit aussi bien sous l'égide d'Eschyle que dans la lignée de Vie et destin de Vassili Grossman ou des Damnés de Visconti, Jonathan Littell nous fait revivre les horreurs de la Seconde Guerre mondiale du côté des bourreaux, tout en nous montrant un homme comme rarement on l'avait fait : l'épopée d'un être emporté dans la traversée de lui-même et de l'Histoire.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Littérature grecque : drames (40)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
801 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre