AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Mazon (Traducteur)Jean Alaux (Éditeur scientifique)
EAN : 9782251799070
143 pages
Éditeur : Les Belles Lettres (15/10/2002)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Représentée en 467 av J.-C., la deuxième tragédie conservée d'Eschyle évoque le siège de Thèbes par l'ennemi venu d'Argos et surtout le destin fratricide des fils d'Œdipe, Étéocle et Polynice, qui se disputent le trône.
Trois drames concentriques se jouent dans la pièce qui mêle inextricablement guerre étrangère, guerre des sexes et querelle familiale. La menace des inquiétants guerriers postés aux portes de la ville va peu à peu s'insinuer jusqu'au coeur du ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  07 novembre 2017
Un texte assez court , qui permet au lecteur de remonter le temps et de savourer une pièce qui plonge dans les temps reculés de l'aube du théâtre grec , avec ici un récit tragique .
Eschyle , l'auteur , a contribué de manière capitale , à la fixation de la structure du théâtre grec et son oeuvre fut abondante et sa renommée immense ( tragédie et satire ).
Il reste très peu de ses compositions car l'histoire c'est acharnée à faire disparaitre son oeuvre , pour des raisons qui tiennent du hasard et non de la persécution .
Il est Athénien et il est né en 526 , avant l'ère commune , à Eleusis , haut lieu du théâtre grec . Il est précédé par une tradition dramaturgique ancienne , copieuse et expérimentée .
Ses textes sont assez nus , leur structure est claire et les formes sont très lisibles , personnellement je trouve que cela leur donne un caractère accessible et éloquent à la diction .
Il y a de magnifiques images dans l'oeuvre d'Eschyle et dans les sept contre Thèbes non moins que dans les autres textes de l'auteur .
Mais l'oeuvre de l'auteur en général , ne semble pas porter une grande attention aux liaisons développées , ce qui donne à ses textes un aspect scandé , un peu désossé .
Personnellement , j'aime beaucoup cette structure qui à mon humble avis ne fragilise les textes qu'à la lecture .
Avec une mise en scène épurée , le travail d'Eschyle affiche un caractère épuré et cinglant , avec des mots qui nourrissent des émotions et des images intenses , violentes et intrusives .
Les mots composent souvent donc , des images ciselées et éloquentes , même si souvent aussi , elles sont aussi éloquentes que brèves , d'où l'importance de la mise en scène et de la diction , qui viennent à point , restituer le sens , l'intensité , et le rythme.
Eschyle est un auteur poliade par excellence ( polis – citée ) qui travaille sur les formes politiques , les institutions poliades et leurs résonnances historiques , religieuses , dynastiques , affectives et populaires .
Les dieux interviennent dans le politique de milles manières . Mais la grande faille des hommes , celle qui garantit souvent le succès divin , est le manque de tempérance , flagrant chez les hommes victimes des dieux et souvent aussi du politique au sens large .
Les sept contre Thèbes est un texte accessible et assez entrainant . le choeur se lamente avec constance sur l'imminence de l'assaut contre les sept portes de la Polis thébaine .
Les frères potentiels roi légitimes de la famille royale décèderont en conformité avec les termes de la malédiction d'oedipe .
Une armée argienne qui soutient un des protagonistes thébain , se masse aux portes de la ville qui n'est finalement que la victime de ses dirigeants et de leur gout démesuré pour le pouvoir .
Je souhaite insister sur le choix de l'auteur ( de l'Age d'or classique ) de se situer à l'époque royale et à ce que l'on appelle le moyen Age hellénique , pour colorer son récit d'une aura mythique et lui conférer ainsi une efficacité tragique.
Cette époque de royauté où le roi est le garant sacré et mécanique des destinées poliades , rend aussi son réquisitoire contre l'hybris ( démesure invasive et possessive de l'individu , aveuglé ) plus percutant .
Sept portes , sept duels héroïques annoncés . La cité est sauvée par le sacrifice conscient et volontaire d'un membre de la famille royale qui décide de laisser s'accomplir la prophétie .
Le tragique et la démesure sont poussés dans leurs retranchements spectaculaires et symboliques avec le refus de sépulture pour Polynice par Créon , mais Antigone en décidera autrement dans un geste absolument dramatique et public de rébellion contre une décision politique nocive et irraisonnée .
Le passage d'Antigone est peut-être un ajout au texte qui serait postérieur , c'est une question aussi intéressante que insoluble .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
Nastasia-B
  14 avril 2013
Les Sept Contre Thèbes d'Eschyle est l'épisode des Tragédies Labdacides (traitant de la famille royale de Thèbes par contraste aux Tragédies dites Atrides et traitant de la famille royale d'Argos qui a soutenu la fameuse Guerre de Troie) qui s'insère juste entre l'Oedipe Roi et l'Antigone de Sophocle.
Il s'agit de l'instant précis où Polynice, le fils d'Oedipe, chassé de Thèbes par son frère Étéocle, mobilise des souverains voisins pour faire valoir ses droits au trône de Thèbes et reprendre la couronne de la tête de son frère.
Sept armées se présentent donc aux sept portes de la cité Cadméenne, où Étéocle organise la défense héroïque de la ville. C'est lui qui se charge en personne de défendre la porte où se présente son frère Polynice.
La malédiction de la descendance de Laïos, qui a osé aller à l'encontre des volontés divines en ayant un fils, qui sera Oedipe, le célèbre parricide et incestueux rejeton de Jocaste, se poursuit par un bon vieux fratricide, lequel fratricide entraînera la fameuse et fatale révolte d'Antigone, mais n'anticipons pas sur le destin…
Le théâtre d'Eschyle est le plus archaïque des trois grands tragédiens grecs (Eschyle-Sophocle-Euripide). Et, s'il n'est pas l'inventeur stricto sensu de la tragédie, il en est le principal codificateur, et, en ce sens, l'authentique géniteur. C'est lui qui a introduit beaucoup des " nouveautés " qui sont pour nous les marques les plus ostensibles du théâtre classique (masques, tenues spéciales, organisation de la scène et du choeur, utilisation de cothurnes pour les acteurs leur permettant d'être mieux vus et entendus du public, etc.).
La fonction civique du théâtre d'Eschyle est évidente, on pourrait même qualifier son théâtre de très « didactique ». Ici, dans Les Sept Contre Thèbes, même si le message d'allégeance aux dieux est omniprésent, le message qui semble le plus fort est celui de l'union civique, de faire front commun face à l'ennemi ou aux agresseurs de tout poil de la cité. Il fustige les femmes qui sapent le moral des troupes par leur effroi et leur cris de terreur face aux intimidations de l'ennemi.
On sait qu'Eschyle, outre le fait d'être un grand auteur et un grand acteur, était aussi un grand combattant dont le civisme (au sens patriotisme pour sa cité) n'était pas à questionner. Il s'empare d'un mythe connu de tous pour faire passer son message à lui : moins de paroles et plus d'actes. Les langues ne font pas de la belle ouvrage, quand vient le danger, retroussons-nous les manches et ne cédons pas à la panique.
Je suis toujours surprise que cette thématique et cette pièce n'ait pas été pas plus mise en avant au moment de la Révolution française et de l'attaque de la République par diverses monarchies européennes, lesquelles attaques sont à l'origine de notre hymne national. Je vous recopie des morceaux qu'on pourrait croire tout droit tirés de cette tragédie et vous affirme n'avoir pas changé plus de trois ou quatre mots par rapport à l'original :
Allons enfants de Thèbes
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes !
Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons
Quoi ces cohortes étrangères !
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers !
Grands Dieux ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.
Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets fratricides
Vont enfin recevoir leurs prix !
Tout est soldat pour vous combattre
S'ils tombent, nos jeunes héros
Thèbes en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.
Amour sacré de la Cité
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs !
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !
C'est bluffant, n'est-ce pas ? Mais j'arrête là mes comparaisons oiseuses. Cette pièce se lit assez bien, même si elle réclame souvent ici ou là quelques explications. Je trouve qu'elle n'atteint pas la puissance littéraire et tragique d'un Sophocle, mais ce n'est là que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          521
Musardise
  15 janvier 2020
Très mauvaise idée d'avoir choisi Les Sept contre Thèbes pour me frotter à Eschyle, pour des tas de raisons qui n'ont sans doute pas grand-chose à voir avec le talent d'Eschyle - encore faudrait-il que je sois capable de mesurer ce talent après avoir lu la traduction d'une telle pièce. J'aurais évidemment dû m'attaquer directement aux trois tragédies de L'Orestie, mais j'ai voulu faire le lien avec Antigone de Sophocle, qui était la dernière pièce grecque antique que j'avais lue et critiquée, et mieux connaître par le biais d'Eschyle les événements mythologiques précédant ceux de la pièce de Sophocle. Voilà qui ne m'aura strictement servi à rien, et certainement pas à apprécier apprécier Eschyle ; j'aurais mieux fait de consulter un bouquin sur la mythologie grecque.
Vite fait, je résume : après l'exil d'Oedipe, ses fils Polynice et Étéocle se partagent le pouvoir pour régner sur Thèbes, chacun restant tour à tour un an sur le trône. Alors, en général, on vous dira que Les Sept contre Thèbes débute au moment où, Étéocle ayant refusé de rendre le pouvoir, son frère Polynice prend les armes cntre lui (et contre sa ville) avec six alliés. Il faut préciser que Polynice avait lui-même refusé de rendre le trône auparavant, que le peuple le détestait car il se comportait en despote, qu'il avait été chassé de la cité et qu'il était allé demander la bénédiction de son père, lequel avait fini par maudire ses deux fils en leur souhaitant de s'entretuer, et que Polynice décide tout de même de reprendre Thèbes par la force (les versions peuvent cependant varier). Les Sept contre Thèbes démarre donc bien au moment où Thèbes va être assiégée par Polynice et ses alliés. Bref, tout ça paraît passionnant. Ça ne l'est pas.
Premier problème : j'ai lu la pièce dans une une traduction qui rendait très mal à mon oreille la rythmique et la mélodie de la pièce. Vous me direz que je ne lis pas le grec ancien, que je n'ai jamais lu le texte original, et que n'ayant pas assisté à une représentation des Sept contre Thèbes au Vème siècle avant notre ère, ou d'une autre pièce de la même époque, je suis très mal placée pour juger du rendu de la traduction d'une tragédie grecque antique. Vous n'aurez pas tort. N'empêche que j'ai lu d'autres traductions (d'ailleurs j'ai fini par aller comparer celle que j'avais sous le nez avec une autre) de pièces grecques antiques, et que, quand même, quand on ne ressent pas un tant soit peu la mélopée des lamentations du choeur (le choeur se lamente beaucoup dans les tragédies grecques, c'est une constante qu'on ne saurait nier), c'est gênant.
Second problème, et de taille : Eschyle pratiquait la trilogie liée. Il composait des ensembles de trois pièces (plus une satire) qui, si elles étaient distinctes les unes des autres, n'en n'étaient pas moins indissociables, car le projet du dramaturge visait à mettre en avant une destinée collective (familiale, civique, etc.) à laquelle les personnages ne pouvaient échapper. Pas de chance, il nous reste sept pièces d'Eschyle, dont trois seulement constituent une trilogie liée : c'est L'Orestie. Une seule pièce, Les Perses, ne relève pas du concept de tragédie liée. Quant aux autres, elles font bien partie de trilogies liées, mais on a malheureusement perdu les textes des deux autres tragédies qui leur étaient associées. Donc adieu la cohérence et le projet eschylien, adieu la compréhension directe de la pièce en elle-même, à moins d'avoir une édition très complète sous la main - avec préface, notice, dossier et tout cette sorte de choses à la clé -, ou à moins d'avoir suivi des cours, des conférences ou je ne sais quoi d'autre qui puisse éclairer la pièce. Les Sept contre Thèbes étant la dernière tragédie d'une trilogie liée, même si on connaît l'histoire des Labdacides, on est coupé de toute la destinée familiale et des pièces qui précédaient la nôtre - un Laïos et un Oedipe, si je ne m'abuse -, et on perd tout le fil déroulé patiemment par Eschyle.
Troisième problème : c'est très ennuyeux à lire. C'est le souci quand on est habitué à Sophocle et Euripide, qui manient avec pas mal de verve les dialogues, et qu'on n'est franchement pas familier d'Eschyle, qui pratique une forme de théâtre plus axée sur le rôle du choeur. Même si Eschyle avait introduit dans le théâtre grec un second protagoniste (un second acteur, alors qu'auparavant il n'y en avait qu'un seul qui échangeait avec le choeur et le coryphée), dans le but, j'imagine, de donner plus de corps aux dialogues, le texte reste plus ou moins figé à mes yeux. Bon, dans le cas des Sept contre Thèbes, il faut bien dire qu'en plus, les répliques du messager, qui vient avertir Étéocle des positions prises par tel ou tel guerrier, c'est pas folichon. Et que j'explique que le premier guerrier est Machin devant la première porte, avec tel armes et tel bouclier, et ceci, et cela, et ensuite même chose avec le second guerrier, et comme ça jusqu'au septième, Polynice. Les précédentes lamentations du choeur et les engueulades d'Étéocle à son encontre passaient quand même mieux. Enfin, quand on entend parler de Polynice, on se dit qu'il va se passer quelque chose, vu que les deux frères vont se battre et s'entretuer comme la malédiction paternelle l'exige. Eh ben même pas. Donc il faut attendre les répliques alternées d'Antigone et d'Ismène devant les corps de leurs frères pour que ça devienne accrocheur. Sauf que c'est la fin. le reste (très court) a été ajouté beaucoup plus tard, pour faire le lien avec l'Antigone de Sophocle. Ce qui est vache, soit dit en passant, vu que le personnage d'Antigone défiant l'autorité, c'est très probablement une idée originale de Sophocle ; du coup, là, on fait comme si c'était une idée d'Eschyle, et donc on trahit les deux auteurs en même temps ; allez hop, d'une pierre deux coups !
Je suis donc incapable de donner un point de vue objectif et intelligent sur Les Sept contre Thèbes, vous l'aurez compris : tout s'est ligué contre moi pour que je ne sois pas en condition d'apprécier cette pièce. Non seulement j'ai trouvé ça emmerdant à lire, mais je n'ose même pas imaginer ce que ça pourrait donner sur scène... Je déconseille vivement à qui serait aussi peu habitué que moi à Eschyle de l'aborder avec cette pièce.
Il est probable que lire Les Perses ou, mieux, Agamemnon (première tragédie de L'Orestie), aurait constitué pour moi un meilleur départ. Je vais tâcher de réparer ça du mieux que je pourrai dans un proche avenir, en espérant ne pas avoir été dégoûtée d'Eschyle à tout jamais ; c'est pas gagné, je me suis endormie récemment en essayant de lire Les Suppliantes. J'entends encore le bruit du livre tombant sur le parquet tandis que je sombrais dans l'inconscience après n'avoir même pas atteint dix pages...

Challenge Théâtre 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
frandj
  30 septembre 2015
J'ai lu récemment "Oedipe à Colone", de Sophocle, et l'envie m'a pris de découvrir "Les sept contre Thèbes", d'Eschyle. Ces deux tragédies ont un point commun: elles évoquent le destin d'Oedipe et de sa descendance. La tragédie d'Eschyle est focalisée sur un seul moment de la malédiction qui pèse sur cette famille; l'intrigue se résume en quelques mots. Les deux fils d'Oedipe se disputent la royauté de Thèbes: Etéocle a chassé de la ville son frère Polynice et celui-ci, allié à sept illustres guerriers d'Argos, revient devant Thèbes pour la (re)conquérir. le début de la pièce correspond à l'attente de l'assaut: le choeur exprime sa terreur, alors qu'Etéocle montre sa fermeté. La défense des sept portes de Thèbes contre les sept ennemis est longuement évoquée. Puis Etéocle se dirige vers la porte prise d'assaut par Polynice. On apprend peu après que les deux frères se sont entretués - cette horreur fait partie de la malédiction divine. Une décision est alors prise. le corps du défenseur de la ville bénéficiera de tous les rites funéraires. Au contraire, le cadavre de l'agresseur sera abandonné sans sépulture: une des pires punitions possibles. Antigone fille d'Oedipe annonce que, malgré cet édit, elle donnera un sépulture décente à Polynice.
Voici une vieille histoire mille fois ressassée, dont les origines (légendaires ?) sont mal connues, mais qui est définitivement passée à la postérité grâce aux auteurs tragiques grecs. Quand l'auteur décrit les combats autour de Thèbes, le récit prend une allure épique. La guerre est évoquée lyriquement avec des dimensions démesurées. En réalité - dans l'hypothèse où ce récit reposerait sur des bases historiques - seulement quelques centaines d'hommes ont dû s'affronter dans ce siège ! Moi-même j'ai eu l'occasion de m'arrêter à Thèbes lors d'un voyage touristique: quelle déception ai-je éprouvée devant cette ville étriquée et provinciale !
Tout ceci pour souligner qu'Eschyle se trouve extrêmement éloigné de notre plat réalisme. Tout est sublimé, exagéré, lyriquement grandi. Objectivement, l'action parait pauvre et progresse lentement, il y a beaucoup de discours fleuris et prolixes, les sentiments s'étalent avec éloquence ou poésie. Mais d'autres éléments dépassant les individus jouent un rôle essentiel, sous-tendant l'intrigue de la pièce: le patriotisme des Thébains, la religiosité des citoyens, la volonté des dieux, etc…
Avant Sophocle, Eschyle a codifié la tragédie grecque. Dans ce cadre, le rôle du choeur (inconnu dans les tragédies modernes) est d'une grande importance. Il contribue aux divines longueurs du tragédien, qui est plus poète que conteur. Inutile de préciser qu'avant de lire "Les sept contre Thèbes" ou d'assister à sa représentation, il faut être bien averti des conceptions qui ont présidé à sa création.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Augustin334
  27 avril 2016
Après avoir lu Les Perses, je viens de terminer Les sept contre Thèbes. La première parlant des déboires de Xerxès dont la flotte est défaite à Salamine et l'armée à Platées. Bien que la puissance achéménide ait subi un coup d'arrêt, la manière de présenter les événements suscite moins de tension émotionnelle que dans la suivante. Assurément parce que dans Les Sept contre Thèbes, il est question de lutte fratricide et de terrible malédiction des Labdacides. le seul point commun entre les deux réside dans les imprécations des choeurs. de plus, Eschyle ne tient pas à s'appesantir sur la boucherie de ses ennemis perpétrée par les siens, alors qu'une lutte intestine et mortelle entre frères suscite davantage d'intérêt dramatique. En effet, j'ai ressenti un souffle épique savamment distillé par la présentation des forces opposées pour en arriver à la fatalité de la septième porte où Etéocle et Polynice s'affronteront. Il y a là une vision manichéenne entre le roi bien aimé Etéocle et le renégat Polynice (qui n'a pas hésité à faire alliance avec l'ennemi pour renverser son frère) ; l'un représentant la Loi et la Justice et l'autre le contraire...
A votre avis, de quel côté les dieux vont-ils se ranger ? Il serait surprenant que Thèbes soit conquise par cette
coalition hétéroclite !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   23 avril 2013
Que de maux, en effet, s'abattent, hélas ! sur une ville conquise ! Tel emmène un prisonnier ou le tue, tel autre sème l'incendie. Toute la ville est souillée de fumée. (...) Le guerrier tombe sous la lance du guerrier. Les vagissements sanglants des enfants s'élèvent du sein des mères qui les nourrissent. Puis c'est le pillage avec les courses en toute la ville. Un homme chargé de butin croise un homme chargé de butin ; un homme aux mains vides appelle un homme aux mains vides, afin d'avoir un complice ; aucun ne veut une part plus petite ni même égale. Que ne peut-on pas conjecturer d'après cela ?
Des fruits de toute espèce jonchent le sol, spectacle affligeant et qui contriste l'œil des ménagères. Maints présents de la terre sont emportés pêle-mêle en torrents où ils se perdent. De jeunes captives qui n'ont jamais connu la souffrance se voient, les malheureuses, réservées au lit d'un soldat heureux, d'un ennemi qui est leur maître, et n'ont d'autre perspective que de servir à cet office nocturne et de voir ainsi croître leurs inconsolables douleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
Nastasia-BNastasia-B   26 avril 2013
Je pense en effet à la faute ancienne, sitôt punie, mais dont l'effet dure jusqu'à la troisième génération, à la faute de Laïos sourd à la voix d'Apollon, qui, par trois fois, dans son siège fatidique de Pythô, nombril du monde, avait déclaré qu'il devait mourir sans enfants, s'il voulait sauver la ville.
Mais, cédant à un désir insensé, il engendra sa propre mort, Œdipe le parricide, qui dans le sillon sacré d'une mère, où il avait été nourri, osa planter une racine sanglante. Le délire avait uni ces époux en folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Nastasia-BNastasia-B   13 avril 2013
ÉTÉOCLE : Il faut dire ce que les circonstances exigent, lorsqu'on tient le gouvernail de la cité et qu'on veille sur la chose publique, sans laisser le sommeil fermer ses paupières. Si le succès nous favorise, on l'attribue aux dieux ; si, au contraire, (...) un malheur arrive, seul, Étéocle sera décrié dans toute la ville par les citoyens, qui éclateront en bruyants reproches et en lamentations.
Commenter  J’apprécie          140
finitysendfinitysend   23 août 2012
Furie terrible ! épargnez, épargnez une ville qui parle la langue de Grèce ! Qu'ils ne s'écroulent pas sous les coups de l'ennemi vainqueur, ébranlés jusque dans leurs fondements, dispersés jusqu'à la dernière pierre, ces foyers domestiques qui vous sont consacrés! Que, libres à jamais, la terre et la ville de Cadmus ne subissent pas le joug de l'esclavage ! Soyez notre défense : nos intérêts, j'ose le croire, sont les vôtres; car c'est au jour de la prospérité qu'une ville honore les dieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Nastasia-BNastasia-B   25 avril 2013
ÉTÉOCLE : Ah ! le mauvais présage qui associe un homme juste à des mortels impies ! En toute entreprise, il n'y a rien de plus funeste que de mauvais associés ; le fruit n'est pas bon à cueillir. Dans le champ de l'erreur on ne récolte que la mort. (...) Qu'un homme juste s'accointe à des citoyens inhospitaliers et oublieux des dieux, il est pris, malgré son innocence, dans le même filet, et il succombe frappé du fouet divin avec tous les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Eschyle (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Eschyle
ESCHYLE – Une vie, une Œuvre (1/2) : Le colosse enfoui (France Culture, 2003) Première partie de l'émission "Une Vie, une Œuvre", sous-titrée "Le colosse enfoui", diffusée le 1er juin 2003 sur France Culture. Invités : Pierre Judet de la Combe, Jacques Lacarrière, Stéphane Brunschweig, Jean Gilibert.
autres livres classés : grèce antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
636 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre