AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéphane Rouzé (Éditeur scientifique)
ISBN : 2756102024
Éditeur : Léo Scheer (30/11/-1)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Est-ce que tout finit quand on meurt ? Non ! Trop vide, trop triste pour le grand fabulateur Federman qui, sans donner dans la " méta-pata-physique ", invente un système très organisé - quoique exubérant - de transmutation : les êtres vivants sont des carcasses circulant sans cesse de la vie à la mort - et vice versa -, se transmutant indéfiniment en humains, animaux, plantes ou objets divers. S'ensuivent des aventu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
cicou45
  23 novembre 2013
Les chats ont neuf vies, c'est bien connu...mais qu'en est-il des humains ou des autres animaux, voire même des plantes et objets en tout genre ?
Dans ce court récit, qui a été oublié l'année de sa mort, Raymond Federman nous permet d'espérer (ou peut-être a-t-il essayé de croire en un possible au-delà, sachant sa fin proche) en une éventuelle vie après la mort ! Il ne s'agit pas de réincarnation ici mais bel de bien, comme le dit l'auteur, de transmutation puisque la personne décédée peut revenir sur terre sous n'importe quelle forme que ce soit, sans distinction entre règne animal, végétal ou même celui des objets.
En attendant leur éventuelle transmutation, ces âmes en perdition sont destinées à rôder dans un monde parallèle où se trouvent toutes les "carcasses" en attente qu'un nouveau rôle leur soit affecté sur terre. de plus, les carcasses peuvent procréer. C'est pour cela que les autorités ont établi une sorte de règlement interdisant les carcasses humaines de se reproduire avec des carcasses animales ! (J'ai trouvé ce passage d'ailleurs assez répugnant).
Bref, que nous attend-il après la mort ? Nous ne pourrons jamais le savoir ni même le faire savoir...à moins d'être transmuté tout en étant doté de paroles, qui sait ? Si vous pouviez être transmuté, en quoi ou en qui cela serait-il ? Si je vous pose la question, c'est parce que l'auteur la pose à tous ses lecteurs, en laissant une page blanche à la fin de sou ouvrage...Alors, réfléchissez-y...
Une fable très bien écrite, certes, mais avec laquelle je n'ai pas du tout accroché, l'ayant même trouvé un peu malsain par moments (ce que je vous disais par exemple au sujet de la procréation des carcasses entre humains et animaux) ! Je suis tombée par hasard sur ce court ouvrage en flânant dans les rayons de la médiathèque et pour être tout à fait franche avec vous, je suis contente de l'avoir emprunté et non pas acheté. A découvrir pour les curieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Charybde2
  18 mars 2013
Une fable foisonnante et légèrement barrée suit l'existence non pas des âmes, mais des "carcasses" immortelles.
Publié en 2009 chez Leo Scheer / Laureli, et écrit directement en français, peu de temps avant son décès, cette fable du franco-américain - ô combien atypique - Raymond Federman développe en 70 pages l'une de ces métaphores foisonnantes et légèrement barrées qu'il affectionnait...
C'est grâce à Claro et à sa présentation de 10 livres à la librairie Charybde, en septembre 2011, que j'ai découvert ce curieux objet, dans lequel l'absurde cher à Federman, assez proche de celui de Beckett (dont l'auteur fut un éminent spécialiste universitaire), abonde. Les "carcasses", restes immortels et permanents des existences humaines, sont gérées par les "Autorités" (dont on ne saura rien de plus) dans un système perfectionné d'attente et de recyclage entre leurs "transmutations" en êtres vivants (ou en objets !). L'annexe nous listant quelques carcasses célèbres mentionne ainsi, incidemment, Madame Bovary ("en Virginia Woolf lors de son unique transmutation"), Darwin ("en perche du Nil lors de sa 67e transmutation", le Soldat Inconnu ("en Charles de Gaulle lors de sa 6e transmutation", et bien d'autres...
Entre leurs passages terrestres, ces carcasses s'agitent, fomentent, bouillonnent, râlent, se résignent, et même... ont une importante et parfois débridée vie sexuelle à base de frottements au sein des piles où elles gisent entassées, dans l'attente des décisions de transmutation, gérées par les "Autorités" selon des schémas peut-être semi-aléatoires, mais en tout cas échappant totalement au commun des immortels...
"Une rumeur circule dans la zone des carcasses - une nouvelle carcasse toute fraîche vient d'arriver d'une planète en révolution - et il semble que cette carcasse toute fraîche essaie de convaincre les autres de se débarrasser des autorités pour former un gouvernement démocratique autogéré - l'utopie devenue réalité d'une zone des carcasses dont les carcasses seraient souveraines - mais les vieilles carcasses qui patientent vainement depuis des lustres s'inquiètent de telles idées subversives qui pourraient provoquer un retard dans leur transmutation imminente - les mensonges qu'on peut dire à voix basse dans la zone des carcasses - les bruits que font courir ces vieilles cancanières - surtout depuis les changements bureaucratiques qui se sont produits concernant les décisions de transmutation - les carcasses ont obtenu gain de cause - voir la fin du premier chapitre de cette histoire pour plus de détails sur cette première révolte - (...)"
Une incursion redoutable dans un absurde nappé d'humour noir et de jeu sur les registres de langage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarianneL
  26 avril 2013
En 2009, l'année de sa mort, Raymond Federman, alors âgé de 81 ans, écrivit ce court récit en français. Cet acrobate de la pensée et de l'écriture prend toutes les libertés et joue avec son lecteur, et avec lui-même, en nous racontant une histoire en même temps que sa construction. C'est ici l'attente ou la peur de la mort qui se transforment en une narration inventive et jubilatoire, dans un espace entre la vie et la mort où les défunts devenus carcasses attendent leur transmutation en une nouvelle créature, humaine, animale, végétale ou même objet (une jolie rose rouge, un pot de chambre ou une capote … un sort moins enviable qu'il n'y paraît), sous l'autorité de ceux qui gèrent la zone des carcasses.
Ce lieu intermédiaire où s'empilent les carcasses est comme une vision joyeuse de chambre froide, où les carcasses, divisées en factions, sont conservatrices ou révolutionnaires, où elles se racontent des histoires de transmutations réussies ou ratées, où elles (qui ont perdu presque toutes leurs facultés) ont toujours une activité sexuelle en se frottant les unes contre les autres, tout en attendant leur prochaine transmutation, dont l'échéance, qui semble échapper à toute logique connue, dépend uniquement du bon vouloir des "Autorités".
Découper un morceau de ces carcasses dans des phrases qui forment tout un chapitre n'est pas facile, mais c'est trop bon pour qu'on s'en passe. Voici donc un fragment de jubilation :
« et te voici encore une fois carcasse parmi les carcasses – tu réfléchis tandis que tu attends ton tour ou ton retour – je sais que les carcasses ne sont pas censées réfléchir – mais pour la commodité de cette histoire disons que les carcasses sont capables d'avoir de petits éclats de cogitation – donc tu cogites - pourquoi ne puis-je pas avoir mon mot à dire – pourquoi ne puis-je pas décider moi-même de ma prochaine transmutation – pourquoi ne puis-je pas inventer mon propre - j'allais dire avenir – disons juste ma propre transmutation – imaginons maintenant que tu aies été écrivain lors d'une de tes anciennes transmutations et que tu saches encore écrire – alors tu composes un message à destination des autorités – tu y mets les formes et même – sans fausse modestie – un certain style – imaginons que dans ce message tu leur dises qu'il est peut-être temps que les carcasses aient leur mot à dire à propos de leurs transmutations – et imaginons qu'il s'ensuive un sacré remue-ménage dans la zone des carcasses... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cicou45cicou45   22 novembre 2013
"Ce n'est pas la mort qui nous effraie, c'est la peur de la mort."
Commenter  J’apprécie          171
Videos de Raymond Federman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Federman
Un retour dans le débarras - Raymond Federman .Séquence réalisée en 2002 pour l'émission "Mic Mac" sur Arte, à l'occasion de la nouvelle édition de "La Voix dans le débarras" parue aux Impressions Nouvelles et de la publication de "Chut !" aux éditions Leo Scheer Raymond Federman avait accepté de retourner avec Benoît Peeters à Montrouge, dans la maison de son enfance, où toute sa famille fut arrêtée lors de la Rafle du Vel d'Hiv http://www.lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/voix-dans-le-debarras/
autres livres classés : fablesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14562 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre