AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexis Fouillet (Traducteur)
ISBN : 2290348872
Éditeur : J'ai Lu (06/09/2006)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Qui pouvait en vouloir à la vieille Haldis Horn au point de lui fendre le crâne d'un coup de pioche ? Un dingue, estime le commissaire Sejer. L'évasion d'Errki Johrma de l'asile psychiatrique d'à côté semble confirmer cette hypothèse. De plus, Errki aurait été vu par Kannick près de chez Haldis au moment du meurtre. Mais doit-on prendre au sérieux le témoignage d'un enfant lui-même interné dans un centre pour inadaptés ? L'enquête piétine quand un autre événement su... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
BMR
  27 août 2007
Il faut un peu de patience pour entrer dans l'univers de la norvégienne Karin Fossum et de son faux polar nordique : Celui qui a peur du loup.
La trame policière (un crime doublé d'une invraisemblable tentative de braquage) n'est qu'un prétexte à la mise en scène de trois «personnages».
Trois éclopés de la vie. Trois exclus de la société.
Un échappé de l'asile, un échappé de prison et un échappé de l'orphelinat (on aura reconnu là trois institutions bien commodes).
Ces trois-là se retrouvent bon gré mal gré errant dans la forêt aux confins de la Norvège, de la Finlande et de la Suède.
Certains chapitres avec de longues digressions en compagnie des «voix intérieures» de ces trois cerveaux malades dérangent un peu et il faut du temps pour se laisser imprégner par l'atmosphère insolite de ce roman.
Mais la patience est récompensée et il finit pas se dégager de ce bouquin un charme étrange.
On se laisse peu à peu prendre au jeu, tout comme nos trois éclopés qui finissent par lier connaissance au fil de l'intrigue.
À un point tel que le commissaire Konrad Sejer (le héros récurrent de Karin Fossum), qui se fait ici porteur de notre regard, semble traverser cette enquête sur la pointe des pieds et sortir de cette forêt comme à regret.
À regret de n'avoir pas vraiment pu pénétrer tous les secrets de ces trois personnalités-là.
Au final, il semble que nous ne sommes pas tombés du premier coup sur le meilleur épisode des enquêtes du commissaire Sejer.
À défaut d'avoir été vraiment convaincus par ce premier numéro, il va nous falloir réïtérer l'expérience avec un autre volume : à suivre donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ziliz
  18 avril 2012
Une éviscération, un évadé de clinique psy, le meurtre d'une vieille dame, un adolescent obèse et aventurier, un braquage de banque... Voilà les éléments disparates sur lesquels s'ouvre ce troisième volet des aventures de Konrad Sejer.
Hélas, pour une fois, la mise en place m'a semblé bien laborieuse, j'ai navigué en plein brouillard pendant plusieurs pages, faute d'intérêt peut-être ?... jusqu'à l'arrivée rassurante dans l'affaire de notre fidèle enquêteur. Là, le récit prend davantage de rythme, les interrogatoires menés par Sejer restent passionnants, mais les passages consacrés au jeune homme schizophrène m'ont longtemps pesé, tant il était difficile de suivre sa pensée complexe. Ceci dit le "trio final" (vous comprendrez en le lisant) ne manque pas de piquant, même si la situation est tragique.
Ultime reproche : alors que la fin du 1er opus et le début du suivant s'imbriquaient parfaitement à la seconde près, on reste ici sur un doute et une frayeur suscités par les dernières lignes de Ne te retourne pas... Bizarre et frustrant !
Un bon moment de lecture malgré tout, moins passionnant selon moi que le reste de la série, mais je ne vais pas tarder à enchaîner sur 'Le diable tient la chandelle' - signe que je suis loin d'être lassée de l'auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Rodin_Marcel
  27 mai 2015
Fossum Karin, - "Celui qui a peur du loup" – Lattès, 2005 (cop. de l'original norvégien en 1997) (ISBN 978-2290348871)

Ce n'est pas tant l'intrigue policière sommaire qui fait l'intérêt de ce roman que la peinture, la narration du point de vue de deux personnages psychologiquement et psychiatriquement hors norme. Errki est un bonhomme qui s'échappe de l'asile où il est soigné ; Kannick est un gamin obèse qui s'échappe de temps en temps de son orphelinat pour aller chasser des oiseaux avec son arc dans la forêt. Errki se trouve par hasard dans la banque que celui qui souhaite se faire nommer Morgan a décidé de braquer, et qui l'emmène en otage.

Qui a tué la vieille fermière Halldis Horn ?
Où s'est réfugié le pitoyable braqueur avec son otage ?
Que font-ils lorsque le gosse Kannick les rejoint dans cette cabane abandonnée ?

Il est rare que les auteurs parviennent à dépeindre de façon crédible le dérangement mental, ils en remettent, ils dérapent, et j'ai horreur de ça. Tel n'est pas le cas ici, l'auteur parvient à faire le portrait d'une personnalité dérangée. D'un certain sens, cela me fait penser à Doris Lessing "le monde de Ben" (voir recension)
A lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
urbanbike
  11 septembre 2010
Après Ne te retourne pas ! de Karin Fossum, Béatrice m'a passé dans la foulée un second livre de cet auteur qu'elle venait juste de terminer.
Polar que j'ai lu en deux épisodes en un seul après-midi. Je pense que le sujet m'a indirectement touché avec le personnage d'Errki, ce gamin qui s'échappe d'un centre psychiatrique. Paradoxalement, dans cette histoire, c'est certainement le plus lucide malgré ses petites voix intérieures, ses peurs paniques et sa gestuelle répétitive. le mot autiste n'est pas évoqué mais le regard des autres sur ce môme m'a également remis en mémoire nombre de situations vécues. Bref, Karin Fossum trousse une fois de plus un scénario savoureux même si l'intrigue d'un bon polar ne peut se dérouler sans son lot de cadavres.
L'histoire est démente, anachronique et la confrontation d'Errki avec un braqueur de banque mériterait d'être porté à l'écran… J'en dis déjà trop car au risque de me répéter, cet auteur a un talent fou et je ne souhaite pas déflorer la trame de ce récit dramatique entrecoupé de situations souvent loufoques.
Bref une chouette semaine avec la lecture de ces deux excellents polars de Fossum. Je lis en ce moment Suave comme l'éternité de George P. Pelecanos, l'auteur de Funky guns et ce n'est franchement pas le même niveau.
Bref, commencez par Ne te retourne pas ! et si, comme moi, vous tombez sous le charme, vous aurez le choix entre le diable tient la chandelle et Celui qui a peur du loup pour poursuivre.
Bref, à mes yeux, à nouveau un bouquin remarquable (et plus encore à cause de ce môme givré et soupçonné par tous). Si cela pouvait changer d'un iota le regard du lecteur sur les gamins étranges, ce serait déjà cela de gagné.
Lien : http://www.urbanbike.com/ind..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sisqi
  03 novembre 2014
Étonnant "polar" qui s'attache plus au parcours de vie de trois exclus de société. Les personnages, surtout Errki, sont particulièrement soignés par le récit. Au fil des pages on en oublie presque qu'à l'origine il y a le meurtre atroce d'une vieille dame.
Quant à Sejer, il est fidèle à lui même.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Karin Fossum (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karin Fossum
Vidéo de Karin Fossum
>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne>Littérature danoise et norvégienne : théâtre (126)
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
109 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre