AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226624101X
Éditeur : Pocket (13/02/2014)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 106 notes)
Résumé :
De nos jours, une jeune femme découvre un squelette dans son jardin. 1830: à Boston, le Faucheur, un tueur en série, terrorise la population. Une passionnante enquête à cheval sur deux époques, un formidable suspense.
Aujourd'hui, Julia vient de faire une macabre découverte dans son jardin: le squelette d'une femme, assassinée plus d'un siècle auparavant.
1830: la jeune Rose a perdu sa sœur, morte en couches. A l'hôpital, elle rencontre Norris, un fu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  30 novembre 2011
J'avais découvert Tess Gerritsen en dévorant le Chirurgien et L'apprenti , remarquables thrillers sur les tueurs en série . Tout comme Chattam et sa trilogie du mal , lorsque l'on appréhende un auteur par ce qu'il a fait de mieux d'entrée de jeu ( avis subjectif s'il en est , on est d'accord ) , ce qui suit vous laisse un arriere gout de bonpasmalmaisj'attendaismieux ! le Voleur de Mort confirme ce sentiment mitigé...
Tout d'abord , chapeau bas à toi , l'artiste , créateur en mal d'inspiration d'une couverture digne d'une Barbara Cartland de la grande époque . Vision toute personnelle du thriller qui fera certainement sourire les amoureux du genre . Un " Au péril de l'amour " , " Coup de foudre au palais " ou " Deux coeurs au gré des flots " eut été plus raccord ! Mais connaissant l'auteur et sa propension à la noirceur , je fis fi ( couché le chat ! ) de cette guimauve visuelle pour me lancer courageusement dans cette nouvelle aventure .
Premiere surprise ( Noel approchant , rien d'étonnant à cela , jingle bells... ) , foin de Jane Rizzoli , ni de Maura Isles , ses deux héroines récurrentes au caractere bien trempé qui assuraient le spectacle séparément ou de concert dans ses précédents écrits .
Gerritsen aime les femmes marquées par la vie qui s'affirment dans l'adversité . La collection Automne-Hiver 2011 ne déroge pas à la regle : Julia et Rose sont bien de cette trempe !
Julia , en instance de divorce , vient d'acquérir une superbe petite demeure un brin décatie recelant , dans son jardin , le petit trésor , objet de tout collectionneur qui se respecte : un squelette centenaire .
1830 . Rose , émigrée Irlandaise , tout comme sa soeur Aurnia qu'elle assiste et soutient à la veille d'un accouchement qui s'annonce difficile , n'imagine alors pas le chaos personnel à venir . Devenir la proie du Faucheur , pendant americain de Jack l'Eventreur , n'était surement pas dans ses projets immédiats au pays des possibles .
A priori , rien de commun entre ces deux femmes...Deux histoires aussi distinctes que leurs époques . L'on suit , en parallele , le destin contrarié de Rose en un temps ou etre une femme seule , sans le sou et Irlandaise de surcroit , n'était pas forcément un gage d'épanouissement personnel . de son coté , Julia mene son enquete contemporaine afin de mettre un nom sur ce mysterieux cadavre .
Le récit de Rose prenant le pas sur celui de Julia fait de ce livre une chaise à trois pieds , une narration légerement bancale...
Si la vie de Julia est d'un triste classicisme ( mariage-divorce-reconstruction ) , celle de Rose est plutot instructive . Gerritsen nous dépeint une Amerique misereuse , castée , ou la place de la femme était inéée...vitable : à la maison afin de cuisiner pour son gentil mari et éduquer ses gentils marmots . Pour les moins nanties , boulots peu ragoutants , harassants , sous-payés quand ils le sont , prostitution , autant de palliatifs à une espérance de vie deja plus que limitée...
Gerritsen , médecin dans une autre vie , s'est attachée à retranscrire , le plus fidelement possible , la photographie médicale d'une époque révolue mais prometteuse dans le domaine car tout y était à découvrir . Les moyens pour ce faire étaient aussi éclectiques qu'illégaux . le vol de dépouilles fraichement enterrées n'étant pas le moindre de ces maux cependant nécessaires aux dissections régulieres , gages de découverte et de savoir pour tous ces médecins aspirants . Forte de son expérience , l'auteure nous gratifie de quelques vivisections bien senties , totalement légitimes dans un tel contexte !
Une mysterieuse défunte ; un non moins énigmatique tueur certifié 100 % en série ; un saut dans le temps particulierement expréssif ; deux histoires d'amour forcément contrariées mais n'entachant en rien le récit ; un épilogue qui tient la route tout en légitimant le parcours parallele de nos deux protagonistes , immanquablement appelé à se percuter au final ; un honnete polar d'ambiance qui , sans révolutionner le genre , délivre son comptant de surprises et de rebondissements ! Petit bémol concernant l'écriture que j'ai deja connu plus incisive !
Le dernier Gerritsen , sans etre le thriller de l'année , vous titillera suffisamment pour vous donner l'impression de ne pas avoir perdu votre temps . Voleur de morts , oui ! Voleur de temps , certainement pas : non au cumul des mandats !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Kassuatheth
  09 octobre 2015
J'avais déjà lu 6 romans de Tess Gerritsen sur Rizolli et Isles et je ne m'attendais pas à un style semblable à ces romans. Je n'ai donc pas été déçu.
Julia, une jeune divorcée de fraîche date trouve dans son jardin, un squelette de femme qui aurait été enterré à cet endroit vers 1830. Tom, son voisin lui offre d'en savoir plus parce que son oncle à des boîtes de documents sur cette maison.
Julia, s'étant jointe à l'oncle pour dépouiller ces informations découvrent progressivement l'histoire de Rose Connelly dans les lettres écrites par un médecin de l'époque.
Un tueur en série semble s'en prendre à toutes les personnes ayant un lien avec la naissance de la nièce de Rose Connelly.
Un policier borné avait jeté son dévolu sur Norris Marshall, d'abord sur Rose Connelly puis sur un infortuné étudiant en médecine. Cette situation nous fait donc vivre les frustrations que peuvent avoir les innocents accusés à tort.
Comme j'aime les romans historiques, j'ai grandement apprécié toutes les informations à la fois sur la vie quotidienne à Boston, autant chez l'ex pauvres. J'ai aussi constaté que ce pays soit disant ouvert à toutes immigrations avait des sentiments racistes envers les Irlandais catholiques.
Il était parfois difficile de s'y retrouver avec tous ces personnages gravitant autour de l'hôpital, l'université et les deux héros.
Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais un roman agréable à lire. Contrairement à d'autres, je n'avais aucunement soupçonné la fin du roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
LePamplemousse
  22 janvier 2014
Petite déception pour ce roman qui mèle une enquête policière et une trame historique particulièrement bien reconstituée.
Deux époques se mélangent et nous suivons donc en parallèle un récit actuel et une histoire qui se déroule dans le Londres de la fin du 19e siècle. J'ai bien aimé la partie historique qui nous entraîne dans le sillage des déterreurs de cadavres qui revendaient les corps à des médecins dans le but de perfectionner leurs connaissances sur le corps humain et j'ai aussi aimé découvrir le quotidien des médecins de l'époque. Par contre, l'histoire m'a semblé assez classique, sans grande originalité, j'avais deviné à l'avance les éléments principaux de l'intrigue, mais peut-être est-ce dû au fait que je lis beaucoup de romans du même genre. Les personnages ne m'ont pas semblé particulièrement attachants, je les ai trouvés caricaturaux et assez communs, ce qui fait que j'ai eu du mal à aller au bout de ma lecture, j'avais une sensation de lassitude, d'ennui.
Je préfère largement la série des "Maura Isles et Jane Rizzoli" du même auteur, je la trouve plus palpitante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
NatachaEN
  25 janvier 2018
Depuis le temps qu'il trainait dans ma PAL celui-là...
Je l'est enfin lu et je ne regrette pas.
Ici pas de Jane Rizzoli ni de Maura Isles (bien que cette dernière fait une brève apparition au début du roman)
Julia qui vient d'acheter une maison après son divorce difficile, découvre un squelette dans son jardin.
Celui-ci va l'amener dans les années 1830. À la découverte de...
Rose qui a perdu sa soeur, et qui vie un véritable enfer depuis le décès de celles-ci.
Elle doit à tout prix protéger sa nièce,mais, pourquoi ? Contre qui ? Comment un bébé peut il déclancher un tel changement dans la vie de sa tante?
C'est cela que Julia va découvrir et nous aussi.
Un bon moment, Tess Gerritsen sait nous faire garder le fil de ses romans.
Elle manie à la perfection ses moments entre passé et présent.
Comme quoi nos ancêtres n'ont pas finit de nous faire découvrir certaines choses.
Ce fut un livre agréable, j'ai aimé la découverte des années 1830, avec Rose et Norris.
Commenter  J’apprécie          200
ladesiderienne
  15 août 2016
Avec "Le voleur de morts", Tess Gerritsen, que je découvre, m'a baladé habilement entre deux époques, dans un livre qui s'est révélé finalement autre chose que ce que j'en attendais.
En creusant dans le jardin de la maison qu'elle vient d'acheter, Julia découvre un squelette qui, d'après les experts, ne date pas d'hier. Grâce à un membre de la famille de la précédente propriétaire qui a conservé des tas de papiers, coupures de journaux et lettres que l'on aurait pu juger inutiles, la jeune femme va remonter le temps sur les traces d'un serial-killer qui sévissait dans les rues de Boston en 1830. Elle va ainsi faire la connaissance, par documents interposés, de Rose, l'irlandaise expatriée, qui a pris en charge sa nièce Meggie au décès de sa soeur, morte en couches. En ce début du XIXième siècle, la vie est dure, sans argent et livrée à elle-même, cette dernière va trouver de l'aide auprès de Norris, lui aussi de modeste condition, qui fait ses études de médecine. Le chemin va être long pour que Julia retrouve l'identité du cadavre de sa propriété.
Quant on connait le dénouement, on se dit que finalement l'intrigue policière reste des plus classiques. le terme "thriller" est donc pour moi un peu exagéré, d'autant plus que parfois Tess Gerritsen se laisse aller à quelques passages sentimentaux parfumés à l'eau de rose (Ah, le beau Tom...). L'auteure a cependant su rondement mené son affaire car malgré tout, j'ai eu du mal à lâcher ce livre avant la fin. J'ai souvent eu l'occasion de m'égarer dans des romans qui jonglaient entre deux époques. Ce ne fut pas le cas ici, tout est clair, traité de façon méthodique. Il est vrai que la propre histoire de Julia prend peu de place.
Ce que j'ai préféré, c'est la surprise de découvrir un peu de l'histoire de la médecine et en particulier ses premiers balbutiements en matière d'hygiène et d'asepsie. J'ai été étonnée de découvrir qu'à cette époque, les cadavres faisaient l'objet de trafic pour approvisionner les facultés de médecine en matière première. En entrecroisant deux époques, l'auteure a su ajouter un plus au thème très banal du clivage entre les classes sociales. Pour moi, cela vaut un 16/20.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   12 août 2016
C'est ainsi que se termine un mariage, pensait Julia Hamill en enfonçant sa pelle dans le sol. Non par de doux adieux murmurés, non par la tendre pression de mains arthritiques, quarante ans plus tard, avec les enfants et les petits-enfants éplorés entourant un lit d'hôpital.
Elle souleva une pelletée de terre et la jeta sur le coté, faisant rouler des pierres sur un tas grandissant. Ce n'était que de l'argile et des cailloux, où ne poussaient que des ronces. Un sol stérile, comme son mariage, dans lequel rien de durable, rien qui mérite qu'on s'y accroche, n'avait germé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   14 août 2016
La salle de dissection n'était qu'un avant-goût de ce à quoi un médecin faisait face. Il y aurait des épreuves plus terribles à surmonter : la pestilence du typhus, les cris d'un patient sur la table d'opération. Disséquer un cadavre, ce n'était rien : les morts ne se plaignent pas. L'horreur véritable était dans la chair vivante.
Commenter  J’apprécie          90
NatachaENNatachaEN   22 janvier 2018
Les deux hommes entreprirent de dégager le cercueil, si près l'un de l'autre que l'haleine de Jack, qui empestait le tabac et les dents cariées, donna la nausée à Norris. Même le cadavre ne devait pas puer autant, pensa-t-il.
Commenter  J’apprécie          120
KassuathethKassuatheth   09 octobre 2015
- Quand les gens ont peur, ils peuvent basculer dans l'irrationnel. Et tenter de rendre la justice eux-mêmes.
Page 281
Commenter  J’apprécie          190
TatooaTatooa   30 décembre 2014
Elle promena son regard sur le fouillis de la végétation, le porta sur la véranda affaissée, les planches à clin décolorées. "La Folie de Julia", c'était le nom qu'elle devait donner à cette demeure. Elle l'avait achetée alors qu'elle était incapable de réfléchir, que sa vie s'effondrait. Pourquoi ne pas ajouter une épave au naufrage ?
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Tess Gerritsen (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tess Gerritsen
Interview Tess Gerritsen - bol.com
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ecorchures" de Tess Gerritsen.

Qui est retrouvé en premier mort et mangé pendant le safari au Botswana ?

Richard
Clarence
johnny
Vivian

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Écorchures de Tess GerritsenCréer un quiz sur ce livre