AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226320032
224 pages
Éditeur : Albin Michel (04/05/2016)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Je selfie donc je suis. Au bout de ma perche, au bord d’une falaise, devant la Joconde ou les chutes du Niagara, auprès de mon acteur préféré… Et sur les clichés que je poste aussitôt sur le net, c’est : moi, et moi, et moi…
Crise de narcissisme aigu ? Symptôme d’un égoïsme surdimensionné ? Jeu quelque peu névrotique avec son image ?
L’auteur, en philosophe et en psychanalyste, y voit l’indice d’une modification radicale de notre perception du temps et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Garoupe
  16 juillet 2016
Ecran, Ô mon bel écran, dis-moi qui je suis
Elsa Godart s'attaque au « stade du selfie », nouveau stade d'évolution de l'être humain (pris dans sa plus large acceptation possible de l'individu à l'ensemble de la société), qui vient après le « stade du miroir » qui permet à l'enfant de se découvrir et donc de se construire.
On passe d'une image à une autre de celle du miroir à cette de l'écran, et pourtant, rien n'est aussi simple, au contraire.
A travers sept révolutions liées au selfie (révolution technologique, humaine, moïque [donc d'identité de soi et des autres], sociale et culturelle, érotique, pathologique et esthétique), Elsa Godart dresse un état de l'individu et de la société à travers l'usage et l'abus du selfie, nouvelle idole virtuelle et pourtant tellement présente dans les relations entres les personnes.
Le constat le plus cruel établi par Elsa Godart est celui, une fois de plus, de la disparition du langage, fondement même de la construction de soi et des relations aux autres, au profit d'une image, passée du statut d'icône au statut d'idole, dont la caractéristique fondamentale n'est pas la sincérité.
Elle en arrive à la conclusion que le stade du selfie exige que l'on repense la société dans son ensemble et surtout du point de vue éthique, sans oublier de nous questionner sur notre propre relation au selfie (attrait narcissique, besoin de s'exposer, d'être reconnu, quête identitaire, cure de notre pathos, de notre rapport à la mort aussi, à l'eros et au corps à travers la recherche de la satisfaction de nos désirs de manière immédiate…). Elle note d'ailleurs que le selfie inscrit l'être, le sujet, dans un présent immédiat (disparition de la temporalité) et proche de nous à travers l'écran (disparition de l'espace). le soi a perdu en dimensions…
Autant de questions à traiter pour parvenir à faire cohabiter le nouveau sujet (nous) avec ses « moi » identitaires : moi conscient, moi inconscient et moi virtuel pour créer un soi digital qui puisse cohabiter avec l'autre et ne pas rester dans la dépendance à l'autre, ce qu'Elsa Godart nomme l'altrisme.

Lien : http://wp.me/p2X8E2-Gi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
latoute1
  16 juillet 2016
Un essai sur les évolutions que le Net et nos connexions entrainent sur nos mode de vie et de penser. Tout (j'exagère, mais pas tant) est dans le titre, qui percute et semble promettre de ratisser large. Je m'attendais à de la psychologie, voire une études de moeurs. J'ai trouvé de la philo pure et dure, universitaire, psychanalytique. Quelques fulgurances, beaucoup de sauce autour et des envolées difficiles à suivre - en tout cas pour moi, lectrice lambda...
Commenter  J’apprécie          00
roussel48
  06 mai 2017
Un livre très actuel qui permet de remettre en perspective la mode du selfie qui envahit nos vies.
Finalement la question du selfie est presque un prétexte pour s'intéresser à l'évolution de notre société. le narcissisme est très révélateur d'un individualisme forcené forgé par le repli sur soi devant un monde qui se délite.
Une lecture qui permet de prendre du recul sur une pratique devenue banale.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AngelonyxAngelonyx   08 mars 2017
(…) le selfie est questionnement identitaire, expression d’un corps métamorphosé qui échappe inlassablement à la saisie objective de son auteur. Le selfie se présente comme une tentative de réponse aux troubles que constitue la représentation de soi. Cette mise en scène du corps est aussi révélatrice des manques du sujet, ou de ce que nous pourrions appeler ces "ratages". Dans sa difficulté à exister, son impossibilité à affirmer sa singularité, le sujet se disloque, s’éparpille, se perd lui-même. L’acte selfique vient alors, en quelque sorte, rassembler le sujet morcelé, éclaté, l’écran se substituant au cadre contenant capable de le maintenir dans sa position. Cela passe par le corps. Un corps chosifié, réduit à sa pure représentation, tout entier dédié à la jouissance narcissique et au self-ego.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AngelonyxAngelonyx   08 mars 2017
(…) ce n’est plus la réalité qui inspire l’appareil photo mais l’appareil photo-téléphone-connecté qui la crée et la restitue par l’image. Ce n’est plus l’oeil de l’homme qui tente de rendre compte de sa vision du réel ; mais l’oeil de la camera, de la technique, qui organise la vue et réinvente le réel qui va avec.
Commenter  J’apprécie          60
AngelonyxAngelonyx   08 mars 2017
Notre démocratie est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un vide politique ; notre société est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un profond sentiment d’isolement ; notre intériorité est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par une désubjectivation dont le selfie est la représentation emblématique.
Commenter  J’apprécie          40
AngelonyxAngelonyx   08 mars 2017
Ô selfie magique, dis-moi que je suis la plus belle… Mes mille amis Facebook, assurez-moi ce matin que mon existence est bien réelle par vos like à répétition." À cause de ce besoin de reconnaissance, nous avons perdu une liberté : celle qui consiste à être librement nous-mêmes sans chercher à plaire par peur de décevoir ou d’être rejetés ; d’être disliked, comme nous serions disqualifiés dans ce théâtre des représentations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AngelonyxAngelonyx   08 mars 2017
Il y a dans le fait de publier un selfie sur les réseaux sociaux quelque chose de l’ordre de l’exhibition et du voyeurisme : l’auteur du selfie s’exhibe dans le but d’être vu, d’être perçu, amenant son public, celui à qui s’adresse ce selfie, à jouer le rôle du voyeur. Un comportement qui favorise et alimente le fantasme. Et c’est peut-être là l’une des perversions les plus caractéristiques de notre société hypermoderne : la substitution du fantasme à l’imaginaire, illustrée par cette recherche continue du rapport exhibition/voyeurisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Elsa Godart (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Godart
#Éthique de la sincérité Survivre à l'ère du mensonge
Nombreux sont ceux qui désormais se réclament sans cesse de « vérité » ou encore d'« authenticité » pour asseoir leur légitimité, alors même que se joue une glorification de la transparence. Que ce soit dans le management au coeur des organisations, du point de vue politique ou encore dans nos échanges les plus simples avec les autres, la sincérité est devenue un véritable « prétexte » qui garantirait le bien-fondé de certaines décisions ou actions. Pour autant, qu'est-ce qu'être sincère ? Est-ce seulement possible ? Et plus encore : à l'heure des réseaux sociaux, lieux des informations en inflation, où intervient constamment un jeu sordide entre l'illusion et la vérité, quel sens pouvons-nous donner à la sincérité ?

Dans un contexte de Fake News (infox) et de post-truth (post-vérité) où le mensonge ne se distingue plus de la vérité ; où l'on cherche constamment à satisfaire son bonheur individualiste et à retrouver de la « confiance » en la parole de l'autre, la sincérité se présente comme une valeur-refuge incontournable, et même plus : comme une vertu capable de « panser » notre contemporain. La règle en psychanalyse n'est-elle pas celle du « tout dire » ? Philosophie, éthique, psychanalyse, politique, société, cet ouvrage est une clef pour mieux vivre le virage, parfois douloureux, de notre modernité. L'auteur, en actualisant cette notion dans les différents champs de la société, propose une philosophie de la sincérité inédite, fruit de plus de quinze ans de recherche, et qui donne lieu à une éthique de vie : L'éthique de la sincérité.
Elsa Godart est philosophe et psychanalyste, directrice de recherche à l'université et conférencière. Elle est l'auteure de plus d'une vingtaine d'ouvrages. --- Fiche du livre : https://www.armand-colin.com/ethique-de-la-sincerite-survivre-lere-du-mensonge-9782200628321
*********************************
Retrouvez-nous sur : --- http://www.armand-colin.com/ --- Facebook : https://www.facebook.com/editions.Armand.Colin/ --- Twitter : https://twitter.com/ArmandColin
#FakeNews
+ Lire la suite
autres livres classés : selfieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre