AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791034901708
Éditeur : Liana Lévi (05/09/2019)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Un empire financier bâti à New York par une famille juive originaire d'Europe centrale suffit-il à mettre les descendants à l'abri des tracas de la vie ?
Apparemment non car Jay Gladstone, à la tête de cette considérable fortune, est assailli par les même tracas que le commun des mortels : épouse exigeante, progéniture insupportable, obligations familiales, contraintes sociales. Propriétaire d'une équipe de basket, Jay doit aussi compter avec les coûteux cap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Archie
  10 novembre 2019
Écrit par un romancier, dramaturge et scénariste américain du nom de Seth Greenland, ce gros pavé de plus de six cents pages offre un moment de lecture trépidante et captivante, à la hauteur de son alléchante quatrième de couverture. Ancré dans l'air du temps et ses dérives, Mécanique de la chute s'appuie sur de fines considérations psychosociologiques et n'est pas sans rappeler des oeuvres romanesques bien connues que j'évoquerai le moment venu.
Comme il se doit, les personnages sont stéréotypés, mais l'auteur a la subtilité de faire transparaître leur nature humaine faillible. Leurs moments de doute et de mauvaise conscience ne les empêchent toutefois pas de suivre la ligne stratégique qu'ils jugent correspondre à leurs projets.
Jay Gladstone, petit-fils d'un immigré juif venu d'Europe de l'Est, est un magnat de l'immobilier, multi-milliardaire. Il vit dans une somptueuse propriété au nord de New York. Il est propriétaire d'une équipe professionnelle de basketball, membre de la NBA, la très puissante et populaire ligue américaine. Membre du parti démocrate, philanthrope, il fait distribuer d'importantes allocations au profit des familles noires désargentées et verse de larges contributions à l'Etat d'Israël. Ce quinquagénaire soigne sa silhouette et fait de son mieux – du moins le croit-il ! – pour se montrer disponible, ouvert et humaniste. Ses valeurs morales et son attitude en société lui valent l'estime de la plupart de ceux qui l'entourent. Mais sa jeune et jolie femme – un second mariage – risque de lui valoir des soucis...
Les traits de profil qui se dégagent de Jay Gladstone en font un modèle dans le microcosme d'une certaine élite new-yorkaise. Dans d'autres sphères, au contraire, il est le symbole de tout ce qui est haïssable : un mâle hétérosexuel blanc, riche, puissant et juif sioniste. Dans l'une de ces sphères hostiles, sa propre fille, Aviva. Son attitude rebelle renvoie à Pastorale américaine, de Philip Roth.
Jay doit compter avec les exigences folles de Dag Maxwell, une star de la NBA, un joueur d'exception dont dépendent les résultats de son équipe. Les revenus de cet Afro-américain se comptent en dizaines de millions de dollars et ruissellent avec abondance sur sa famille et sur son clan, leur assurant un mode de vie d'un luxe extravagant auquel ils n'ont pas été préparés et qui ne sera pas éternel.
Autre personnage clé, Christine Lupo. Cette femme ambitieuse est procureure dans l'Etat de New York et ambitionne de se présenter aux élections au poste de Gouverneur. Selon la position qu'elle prendra sur un fait divers au cours duquel un Noir a été tué par un policier blanc, elle se mettra à dos la police, son bras séculier au quotidien, ou une communauté noire très remontée après une précédente bavure ayant défrayé la chronique. Il s'avère de surcroît que la victime était de confession musulmane et qu'un étrange imam autoproclamé se met à jouer un rôle trouble. Pour se mettre en valeur, Christine aura la chance de profiter d'une affaire bien plus dramatique et bien plus médiatique, dans un scénario montrant quelques similitudes avec le bûcher des vanités, de Tom Wolfe.
Mais c'est aussi à La Tache, de Philip Roth, et à l'insouciance, de Karine Tuil, que je pense en observant les accusations de racisme portées inconsidérément pour un mot ou un geste anodin sorti de son contexte, amplifiées par des agitateurs bien intentionnés et relayées par des médias complaisants.
La première partie, qui occupe près de la moitié de l'ouvrage, est consacrée à la mise en place de tous les rouages d'une mécanique de précision complexe, dont les engrenages s'enclencheront imperceptiblement avant de s'emballer de façon inexorable, dès lors que des faits soudains, gravissimes et irréparables se seront produits. Après ces déflagrations, je n'ai pas pu lâcher le livre.
Voilà qu'un homme intelligent s'avère être prisonnier de schémas de pensée égocentrés, datés, inadaptés à un monde qui change et qu'il observe de bien trop haut pour en saisir les évolutions. Après un acte impardonnable auquel certains auraient pu accorder des circonstances atténuantes, une série de décisions et de prises de paroles inappropriées risquent de précipiter sa chute.
Au travers de ce roman, l'auteur livre une critique lucide de la société américaine, et par extension, occidentale : culte de l'argent, ambitions obsessionnelles, rancoeurs jalouses, lâchetés bien-pensantes, attitudes communautaires victimaires, accusations de racisme, recherche de boucs émissaires, diffusion de fake news et de vidéos piratées, avec la garantie d'un effet démultiplié sur Internet.
Un livre choc ! Un mot quand même sur l'écriture, dont le style m'a contrarié dans les premiers chapitres. Probablement un problème de traduction : des phrases plates, des mots approximatifs, l'impression de lire l'adaptation française d'un polar de bas étage. Mais par la suite, totalement pris par les péripéties, je n'y ai plus fait attention.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
JIEMDE
  26 octobre 2019
Un bon livre c'est, premièrement une bonne histoire, deuxièmement une bonne histoire et troisièmement une bonne histoire. Paraphrasant librement Clouzot, voilà une citation qui s'applique parfaitement à Mécanique de la chute, un bijou de Seth Greenland, traduit par Jean Esch.
À New-York, Jay Gladstone, businessman milliardaire, dirige sans trembler l'empire familial immobilier bâti par son père et son oncle, en prenant soin comme il se doit de respecter les obligations de son rang : soigner ses appuis politiques, afficher ses soutiens philanthropes, investir dans le sport et sortir fréquemment. Sa vie professionnelle et familiale est un équilibre maîtrisé. Enfin semble-t-il…
Car à la cinquantaine venue, cet équilibre est fragile : une femme plus jeune dont les désirs entrent en décalage, une fille qui lui tourne le dos, une équipe de basket pas si successfull qu'espérée, des contrepouvoirs malveillants issus de sa propre famille au sein même de son empire, et j'en passe… Tous les signaux faibles sont là et il suffira d'une scène que Jay n'aurait pas dû voir, d'une phrase qu'il n'aurait pas dû prononcer et d'une réaction qu'il n'aurait pas dû avoir pour que tout s'effondre et que la mécanique de la chute se mette inexorablement en place.
En plus d'être une saga remarquablement construite sans fausse note ni temps mort, Mécanique de la chute est une fine et juste analyse de la société américaine contemporaine et de ces incompréhensions que peuvent en avoir les plus puissants : incompréhensions raciales, religieuses, générationnelles ou sociétales. Alors que le monde bouge, Jay et ses pairs ont conservé les codes des années 90 mais ils ne fonctionnent plus. Plus dure sera la chute.
En complément de ses talents de conteur, Seth Greenland décortique méticuleusement cette convergence des forces inversées qui, à des moments clés de la vie ou de l'histoire, réussit à faire basculer les équilibres établis. Et cela donne assurément un des grands livres de cette rentrée littéraire 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Bazart
  12 septembre 2019
Jay Gladstone dirige un empire financier, c' est un homme puissant mais honnête, peut-être le plus puissant et le plus honnête de New-York, du moins le croit-il.
Mais c' est aussi un homme au milieu des hommes du XXIeme siècle.
Comme beaucoup de mâles Alpha occidentaux à la cinquantaine triomphante, Jay se retrouve en pleine crise familiale et conjugale. Hélas pour toi Jay Gladstone ton statut d' homme puissant, un mauvais timing et une phrase malheureuse vont déclencher une tempête sociale et médiatique que rien ne pouvait prévoir.
L' effet dominos de Charybde et Scylla rien que pour toi, et comme on est jamais si bien trahi que par les siens, " Tu quoque" pourrait devenir ta devise.
Racisme, antisémitisme, arrivisme, opportunisme, politiquement correct, tout cela emporté dans le tsunami des réseaux sociaux et des fake news. Bienvenue au USA.
Formidable bon gros roman américain comme on les aime. "Mmécanique de la chute" ou la description minutieuse de la dégringolade d' un honnête homme. On pense forcément à Tom Wolfe et son "Bûcher des vanités" ou à Philippe Roth pour "La tâche".
Même approche anthropologique, même étude précise du comportement des humains pris dans la nasse de leurs contradictions. Mais nous sommes en 2012, au siècle de Twitter et de Facebook et dans quatre ans l' Amérique élira Donald Trump.
Un roman humaniste et moral, une lecture haletante dont on sort le souffle coupé.
Remercions Seth Greenland qui nous rapporte cette citation de Mark Twain: " Un mensonge a le temps de parcourir la moitié du monde avant que la vérité ait pu enfiler son pantalon".
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
Franckync
  07 novembre 2019
Titre : Mécanique de la chute
Auteur : Seth Greenland
Année : 2019
Editeur : Liana Levi
Résumé : Jay Gladstone est riche, immensément riche. Juif originaire d'Europe de l'est, sa fortune ne l'empêche pas de devoir composer avec une femme exigeante, une fille rebelle et toutes les contraintes sociales dues à son rang. Comme si cela ne suffisait pas, les basketteurs de la franchise NBA qu'il possède n'en font qu'à leur tête et la star du club, Dag, compte bien renégocier son dernier contrat avant une retraite qu'il espère dorée. La vie de Jay n'est donc pas aussi idyllique qu'elle en à l'air et son retour impromptu d'un voyage d'affaire va l'obliger à assister à une scène qui va changer sa vie. Il ne suffisait que d'une étincelle pour que la vie de Jay Gladstone vole en éclat.
Mon humble avis : Difficile de lire une chronique sur ce roman ne faisant pas allusion à l'immense Tom Wolfe et plus particulièrement à l'un de ses romans phares : le bûcher des vanités. Etant particulièrement fan de l'auteur à l'éternel costard blanc, il m'était difficile de passer à côté de ce titre de Seth Greenland et le moins que l'on puisse dire c'est que je ne l'ai pas regretté. Mécanique de la chute est un grand roman, de ceux qui laissent des traces. Dense, précis, terriblement actuel le récit est centré sur le personnage de Jay Gladstone, le mâle alpha à qui rien ne sera pardonné, ni excusé. Roman politique s'il en est, satire féroce de notre époque où le politiquement correct est dominant, ce récit ne laisse rien au hasard et la chute de Jay n'en est que plus vertigineuse. de nombreux thèmes sont passés à la moulinette de l'écriture vive de Greenland, mais ceux qui prédominent sont évidemment les relations entre communauté et notamment la relation difficile entre juifs et afro-américains. Sur fond de compétition victimaire, d'évolution de la société, l'histoire de Jay est celle d'un homme qui ne comprend plus le monde dans lequel il évolue, un monde dont les codes lui échappe, un monde qui le dépasse et qui va le broyer. C'est intense, révoltant, et pourtant pas toujours très honnête. Je m'explique : que Jay soit traité en victime soit, mais que certains personnages accusateurs soient traités superficiellement est un peu dommage bien que cela serve le propos. Greenland s'éloigne ici de son illustre maître Wolfe dont le soucis était justement de traiter chacun avec équité pour que chaque point de vue soit compréhensible et étayé. Bien qu'un peu gênant, ce bémol ne gâche en rien la lecture de ce bouquin passionnant qu'est la mécanique de la chute. Grand roman de l'Amérique d'aujourd'hui, pavé d'une intelligence et d'une filouterie rare, ce bouquin figurera parmi les très grands textes de cette année. Pour cela et pour le déroulé implacable de son histoire, pour ces partis-pris assumé, pour son intelligence et son humour, je ne peux que m'incliner devant l'immense talent de Seth Greenland.
J'achète ? : C'est un grand oui. Pour sa mécanique d'une précision folle, pour ces réflexions brillantes, pour les thèmes abordés, pour une meilleur compréhension du monde, pour le talent tout simplement. Mécanique de la chute est un roman marquant et l'immense Tom Wolfe, dans sa tombe, peut être fier de son presque rejeton.
Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
encoredunoir
  06 septembre 2019
Jay Gladstone, héritier d'un empire financier new-yorkais fondé sur l'immobilier, se considère comme un homme droit. Philanthrope, attentif aux autres, mesuré, il n'échappe toutefois pas aux tracas. Une fille issue d'un premier mariage en pleine rébellion contre son milieu, une femme qui désire un enfant quand lui n'en veut plus, un cousin et associé qui détourne de l'argent de la société, la star de l'équipe de basket dont il est propriétaire qui exprime des exigences trop élevées… Mais Jay sait rester serein dans un monde qui, lui, l'est de moins en moins. On est en 2012, quelques mois après le meurtre en Floride du jeune Trayvon Martin par un policier, et les relations entre les différentes communautés sont tendues. Quand un policier blanc abat un noir dans une résidence appartenant à Jay, ce dernier prend la mesure du fossé qui se creuse. de son côté, la procureure Christine Lupo, qui brigue le poste de gouverneur, recherche une affaire médiatique qui pourrait l'aider à se placer en bonne position dans les élections à venir.
La mécanique de la chute du titre se met en place, presqu'insensiblement, dès les premières pages du nouveau roman de Seth Greenland. La description du quotidien de Jay Gladstone et des événements qui commencent à agiter New York à la veille du deuxième mandat de Barack Obama, s'imbriquent peu à peu. Dans une longue première partie, Greenland place ainsi ses engrenages avec précision et subtilité. La manière dont il pose ses personnages et expose leurs pensées se révèle particulièrement drôle et fascinante. de fait, chacun d'entre eux, Jay, Christine Lupo, Dag, la star de l'équipe de basket de Jay, puisqu'il s'agit de personnages publics, se doit de contrôler son image et, surtout, ses paroles. Dans une Amérique à fleur de peau, tout est sujet à interprétation, chaque phrase peut déclencher l'ire de telle ou telle communauté ou d'un groupe d'intérêts. Soucieux non seulement de son image mais aussi de la personne qu'il est ou désire être, Jay passe ainsi un temps infini à analyser ses propres pensées, à se demander si ce qu'il pense et éprouve correspond à la fois à son éthique personnelle et au politiquement correct attendu de quelqu'un de son rang. Ainsi en va-t-il par exemple des pensées qui l'assaillent lorsqu'il récupère sa fille Aviva, et la petite amie de cette dernière, Imani, qui est noire :
« Et d'abord, que représente donc Imani Mayfield pour Aviva ? Est-elle une simple camarade de fac, ou bien Aviva traverse-t-elle une phase lesbienne sociologiquement obligatoire ? À l'instar d'un grand nombre de personnes de son entourage, Jay est progressiste en matière de sexualité, il est favorable au mariage homosexuel et pour l'égalité des LGBT, mais au fond de lui-même, il souhaite fortement ne pas avoir un enfant gay, essentiellement parce qu'il devine que l'homosexualité rendre la vie de cet enfant plus difficile. En outre, aucun individu ouvertement gay n'ayant croisé son chemin avant qu'il aille à l'Université, ils ont toujours été à ses yeux comme des Bulgares ou des Fidjiens, en quelque sorte : des êtres parfaitement acceptables, mais indéniablement exotiques. Il met ces préjugés rudimentaires sur le compte de son époque, refuse de se laisser torturer par cette question et fait un don annuel au GMHC, un organisme de lutte contre le sida. Mais que signifiait ce baiser sur la bouche à l'aéroport ? Si sa fille est réellement gay (c'est très bien !), sa petite amie est noire. Même si cela ne pose aucun problème en soi, dans les deux cas, pour un contemporain du Spoutnik, c'est… Il ne sait quel mot employer. Dérangeant ? Non, c'est trop fort. Déconcertant ? Oui, on s'en approche, mais ce n'est pas exactement ça non plus car en avouant être déconcerté il reconnaitrait qu'il y a là quelque chose de dérangeant. »
Mais dans un monde où les inégalités et les injustices ont fait leur oeuvre et où s'est engagée une véritable compétition pour savoir qui souffre le plus ; ou, aussi, les plus cyniques attendent une opportunité pour pouvoir placer leurs propres pions en utilisant l'émotion des uns ou des autres, il peut suffire d'un accident, d'une phrase irréfléchie, pour que les engrenages se mettent en marche et broient un homme. C'est ce que s'attache à montrer la deuxième partie de Mécanique de la chute, indéniablement plus noire que la première mais avec encore son lot de situations absurdes qui soulignent avec humour la terrible ironie du sort, l'impossibilité de se justifier sans créer un nouveau scandale. Jay Gladstone se trouve alors comme pris dans des sables mouvants : il voudrait s'en extraire, mais chaque mouvement l'y enfonce un peu plus.
Monument d'humour et d'intelligence, Mécanique de la chute, pointe ainsi les dérives et l'impasse dans laquelle mènent les compétitions mémorielles ou l'usage du concept d'appropriation culturelle à une époque où la réflexion est abandonnée au profit de réactions épidermiques suscitées par des phrases tirées de leur contexte, d'événements dont on ne se soucie guère de l'enchaînement de circonstances qui y ont mené. Seth Greenland décortique cette mécanique avec une ironie qui n'exclue pas une certaine gravité et si, à travers cette histoire, il grossit forcément un peu le trait, il n'en fait pas pour autant un pamphlet, s'attachant toujours à saisir les sentiments et motivations de chacun. Un roman aussi passionnant qu'intelligent.
Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (3)
Bibliobs   22 novembre 2019
Dans un roman formidablement distrayant, Seth Greenland (« Mister Bones », « Un bouddhiste en colère ») raconte, côté coulisses, les aléas d’une existence placée sous le signe de la bonne fortune.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   24 octobre 2019
Le nouveau roman de l’écrivain américain, justement qualifié de « nouveau Tom Wolfe », détaille une fulgurante « failure story ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   12 septembre 2019
Avec un brio vertigineux digne de Tom Wolfe, le cinquième roman de Seth Greenland décortique les travers d’une société devenue ivre d’elle-même.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
encoredunoirencoredunoir   25 août 2019
Et d’abord, que représente donc Imani Mayfield pour Aviva ? Est-elle une simple camarade de fac, ou bien Aviva traverse-t-elle une phase lesbienne sociologiquement obligatoire ? À l’instar d’un grand nombre de personnes de son entourage, Jay est progressiste en matière de sexualité, il est favorable au mariage homosexuel et pour l’égalité des LGBT, mais au fond de lui-même, il souhaite fortement ne pas avoir un enfant gay, essentiellement parce qu’il devine que l’homosexualité rendre la vie de cet enfant plus difficile. En outre, aucun individu ouvertement gay n’ayant croisé son chemin avant qu’il aille à l’Université, ils ont toujours été à ses yeux comme des Bulgares ou des Fidjiens, en quelque sorte : des êtres parfaitement acceptables, mais indéniablement exotiques. Il met ces préjugés rudimentaires sur le compte de son époque, refuse de se laisser torturer par cette question et fait un don annuel au GMHC, un organisme de lutte contre le sida. Mais que signifiait ce baiser sur la bouche à l’aéroport ? Si sa fille est réellement gay (c’est très bien !), sa petite amie est noire. Même si cela ne pose aucun problème en soi, dans les deux cas, pour un contemporain du Spoutnik, c’est… Il ne sait quel mot employer. Dérangeant ? Non, c’est trop fort. Déconcertant ? Oui, on s’en approche, mais ce n’est pas exactement ça non plus car en avouant être déconcerté il reconnaitrait qu’il y a là quelque chose de dérangeant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   03 avril 2020
Boris a tout intérêt à ce que Jay en mette plein la vue à la Commission d’urbanisme. Si tout se passe comme prévu, une fois ce projet achevé, il deviendra quelqu’un d’incontournable, au sein du groupe mais aussi dans le monde hobbesien de l’immobilier new-yorkais. À des années-lumière de ses origines. Boris est le fils d’un émigré soviétique nommé Marat Reznikov qui avait fait partie de la première poignée de Juifs autorisés à quitter le paradis des travailleurs, à l’aube de la détente. À New York, la famille Gladstone avait engagé le nouvel arrivant comme collecteur de loyers, un emploi ingrat, destiné à un individu que l’usage de la violence ne rebutait pas. Le père de Boris correspondait à ce portrait. Ayant su cultiver les bons contacts, il s’était diversifié et avait fini par acheter une boîte de nuit qui accueillait d’autres Russes de Brooklyn, et d’où il gérait diverses activités illégales très rentables. Bien qu’intelligent, Marat était une brute. Contrairement à Boris. Celui-ci aimait lire, jouer aux échecs et ne possédait pas le penchant de son père pour le pillage. Le vieux Reznikov en était conscient, et il avait voulu que son fils gagne sa vie de manière honnête, alors il avait appelé Jay Gladstone, qui avait donné un travail à Boris.
Le jeune Ukraino-Américain a su tirer profit de la chance qu’on lui offrait. Il a étudié le monde de l’immobilier, il connaît son histoire, ses acteurs, ses tendances. Jay aime bien le fait que Boris roule en Toyota, alors qu’il aurait pu s’acheter une voiture plus tape-à-l’œil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BazartBazart   12 septembre 2019
Un Afro-Américain au volant d' une voiture de luxe doit respecter les limitations de vitesse s'il ne veut pas courir le risque d' être arrêté pour "conduite en état de négritude". Qu' importe sa réussite sociale, son degré de célébrité ou d' éducation, ce spectacle provoque chez un vaste échantillon de policiers américains une dissonance cognitive bien connue de presque tous les hommes de race noire. Pour cette raison, Lourawls prend soin, en ce début de soirée, de ne pas dépasser les 90 km/h en roulant sur Palissades Parkway à bord de la Cadillac Escalade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JIEMDEJIEMDE   20 octobre 2019
Dans le contexte des relations raciales en Amérique, les rapprochements sont inévitables. Au cours des négociations avec la ligue, on trouve toujours un joueur pour comparer la NBA à "une plantation", et Dag refuse en général de cautionner cette interprétation.
Dans les plantations, personne n'a jamais gagné des millions de dollars pour faire la pub d'une marque de baskets.
Néanmoins, force est de constater que la classe des propriétaires ressemble à un négatif des joueurs de la ligue.
Il sait bien qu'il n'est pas en son pouvoir de balayer des siècles d'inégalités. Mais arracher un contrat max à Jay Gladstone, c'est autre chose. Ça, il sent qu'il en est capable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2Charybde2   03 avril 2020
« Grâce à qui tu conduis cette Maybach ?
– J’apprécie que tu acceptes que je sois ton agent, Dag.
– Alors, rappelle Church. »
De là où il se trouve, Jamal a vue sur le jardin de derrière, méticuleusement entretenu. La piscine est encore couverte, mais dans quelques semaines, on roulera la bâche et le soleil fera scintiller l’eau bleu outremer. Jamal songe à tout ce qu’il a mis sur pied pour Dag, les associations caritatives comme la Fondation D’Angelo Maxwell et le Tournoi estival D’Angelo Maxwell, les entreprises dans lesquelles ils sont associés – la ligne de vêtements DagWear et leur société de jeux vidéo naissante, DagTronics -, toutes ces choses, grandes ou petites, dont il s’est occupé pour son illustre client. Et il se demande pourquoi certaines personnes n’en ont jamais assez.
« Ça ne servira à rien », dit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Seth Greenland (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Seth Greenland
???? La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! ???? ? ? Chiens de guerre de Adrian Tchaikovsky et Henry-Luc Planchat aux éditions Denoël ?? https://www.lagriffenoire.com/1017800-livres-de-science-fiction--chiens-de-guerre.html ? ? Marx dans le jardin de Darwin de Ilona Jerger aux éditions de Fallois ?? https://www.lagriffenoire.com/1011543-romans-historiques-marx-dans-le-jardin-de-darwin.html ? ? La petite mort de Virgile de Christian Rauth aux éditions de Borée ?? https://www.lagriffenoire.com/1014767-nouveautes-polar-la-petite-mort-de-virgile.html ? ? Miracle de Solene Bakowski aux éditions Cosmopolis ?? https://www.lagriffenoire.com/1019410-nouveautes-polar-miracle.html ? ? Mécanique de la chute de Seth Greenland et Jean Esch aux éditions Liana Levi ?? https://www.lagriffenoire.com/1013977-divers-litterature-mecanique-de-la-chute.html ? ? le Detection Club de Jean Harambat aux éditions Dargaud ?? https://www.lagriffenoire.com/1018133-achat-bd-le-detection-club---tome-0---le-detection-club.html ? ? Opération Copperhead - Opération Copperhead de Jean Harambat aux éditions Dargaud ?? https://www.lagriffenoire.com/93708-bd-operation-copperhead-operation-copperhead.html ? ? La Mort ou la gloire: Wyld, T1 de Nicholas Eames et Olivier Debernard aux éditions Bragelonne ?? https://www.lagriffenoire.com/1019387-livres-de-science-fiction--wyld--t1---la-mort-ou-la-gloire.html ? ? Louise de Vilmorin de Geneviève Haroche-Bouzinac aux éditions Flammarion ?? https://www.lagriffenoire.com/1018935-divers-litterature-louise-de-vilmorin---une-vie-de-boheme.html ? ? La trahison des Jacobins (tome 5) de Jean-Christophe Portes aux éditions City ?? https://www.lagriffenoire.com/1018506-nouveautes-polar-la-trahison-des-jacobins-t5.html ? ? le petit quizz de la Grande Guerre de Grégoire Thonnat aux éditions Pierre de Taillac ?? 9782364450264 ? ? La pâtisserie en famille: A votre tour de pâtisser et de vous amuser en famille ! de Christophe Michalak aux éditions Harper
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1134 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..