AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756033529
Éditeur : Delcourt (20/11/2013)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Charles IX, ou comment un pantin sous la coupe de sa mère ordonna le sanglant massacre de la Saint-Barthélemy? Une effrayante farce tragique de l'Histoire contée par Jean Teulé et superbement adaptée par Richard Guérineau. Charles IX fut de tous les rois de France l'un des plus calamiteux. À 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint-Barthélemy. Abasourdi par l'énormité de son crime, il sombra dans la folie. Transpirant le sang par tous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  12 septembre 2014
Catherine de Médicis, mère du Roi Charles IX, lui conseille fortement de tuer l'amiral Coligny sous prétexte que celui-ci a trop d'influence sur lui. Entourée de nombreux conseillers et de son autre fils, le duc d'Anjou, elle le somme également d'égorger Rochefoucauld, puis d'autres grands chefs protestants ainsi que l'aristocratie protestante qui se trouve actuellement à Paris afin de célébrer le mariage d'Henri de Navarre, futur Henri IV, avec la soeur de Charles IX, Marguerite. D'un mort, l'on passe à plus de 100 puis plus de 1000. C'est un véritable massacre que la Reine manigance, non sans avoir entendu de la bouche de son fils qu'il était d'accord avec elle et sous-entendu au préalable qu'on manigançait également contre la couronne. A minuit, en ce jour de la Saint Barthélémy, de l'an 1572, des dizaines de milliers de personnes seront massacrées et exécutées dans les rues. Des cadavres ensanglantés gisent un peu partout, il faut débarrasser les rues de ces odeurs nauséabondes. Malgré cela, le Roi continue de régner, non sans avoir quelques remords et l'esprit quelque peu tourmenté....
Quel album! Richard Guérineau a fait un travail absolument remarquable sur le texte de Jean Teulé. le scénario est mené à la baguette avec des textes et des dialogues conséquents sans pour autant alourdir la lecture. Dans un contexte historique grave, il a su pimenter le récit ici et là d'une pointe de légèreté, d'humour et de poésie, notamment en la personne de Ronsard, poète préféré de Charles IX. Découpé en chapitres pour avoir une meilleure lisibilité, cet album fourmille de détails surprenants et intéressants, aussi bien historiques qu'anecdotiques. L'on se passionne bien malgré nous pour ce Roi qui peu à peu sombra dans la folie et mourut tragiquement à l'âge de 23 ans. L'auteur nous offre un album dense, intense et passionnant de bout en bout. Aussi bien sur le fond que sur la forme, l'on ne peut que saluer son travail. le dessin est superbe, détaillé au maximum, offrant des scènes d'une violence inouïe, avec ce rouge et noir frappant. Les couleurs aux tons sombres collent parfaitement à cette ambiance "de chaos" .
Petit interlude sympathique lorsque Charles IX est transposé chez Peyo ou Morris...
Remarquable...
Charly 9... 10/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          552
Crossroads
  20 décembre 2014
- Oh, Charly, tu descends ?
- Ben pourquoi ?
- Descends !
- Ben pourquoi ?
- C'est le moment de faire entrer la Saint-Barthélemy dans les annales de l'histoire...
- Moi, je préfèrerais de loin lui faire rentrer un pieu effilé, un tisonnier brûlant, des fourches...caudines dans l'ana...
- Deux n, annales, merci !
- Ah ouais, par les couilles du Christ, c'est ce qu'on va voir !!
Et on a vu...
C'est court mais c'est bon a-t-on coutume d'entendre.
Le règne de Charly fut bref d'où la performance notoire d'avoir multiplié les " petits " moments d'anthologie...
Des actes abominables narrés sur un ton léger, le petit Charly 9 pour les nuls instruit tout en amusant ce qui me convient parfaitement.
Richard Guérineau d'après Jean Teulé d'après l'histoire de France, je valide à sang pour sang !
Un coup de crayon fantastique retraçant les palais et leurs dorures d'antan. Quelques pastilles comiques bienvenues accentuant ce sentiment de légèreté et permettant de faire passer toutes ces horreurs sans forcément régurgiter son quatre heures à moteur.
Le tout se dévore en apnée, toujours partagé entre une certaine affliction historique et un comique de situation formidablement retranscrit.
Le petit Charly fut inconsistant, sous la coupe musclée d'une mère qui n'en porte que le titre. Il commit bien des erreurs, les assuma rarement, les regretta presque systématiquement ce qui le perdit au final à l'âge avancé de 23 printemps...
Si les anachronismes te comblent de joie, la présence de Johan sans Pirlouit ainsi que du poor lonesome cow-boy devraient te conforter dans l'idée de découvrir cet incroyable récit.
Un pari casse-gueule qui titillera les puristes tout en ravissant les amateurs d'histoire et de légèreté...
4.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          436
boudicca
  24 novembre 2014
On ne retient généralement du règne de Charles IX que le tristement célèbre massacre de la Saint Barthélemy au cours duquel tous les protestants de la capitale, puis des provinces, furent implacablement pourchassés et assassinés par les catholiques. Mais est-on bien sur de savoir qui se cache derrière cette tragique décision ? Un roi cruel, ou au contraire un roi faible, totalement soumis au bon vouloir de sa mère, l'impressionnante Catherine de Médicis ? C'est cette dernière interprétation qui est ici privilégiée dans cette adaptation en bande dessinée du roman de Jean Teulé. Richard Guérineau nous livre un ouvrage très réussi, dans lequel la comédie se mélange au drame. le ton employé est souvent très cru et volontairement moderne afin de créer un certain décalage avec le contexte et les personnages mis en scène, ce qui ajoute une touche d'humour supplémentaire au récit. Et cela fonctionne plutôt bien, même si, paradoxalement, on ne peut s'empêcher de se laisser émouvoir par l'histoire tragique de ce jeune roi (il n'est âgé que de vingt-trois ans à sa mort), pris dans un engrenage dont il ne parvient pas à sortir depuis sa regrettable décision de la Saint Barthélemy. On le regarde ainsi sombrer peu à peu dans la folie, tiraillé par des remords et hanté par cette couleur pourpre qui ne le quitte presque jamais et qui le fait apparaître davantage comme un être perdu que comme un roi sanguinaire qui massacrerait ses sujets à la pelle.
Comme dans la plupart des romans de Jean Teulé, on retrouve ici de nombreuses anecdotes historiques très croustillantes et qui permettent de mêler la petite histoire à la grande. On apprend ainsi l'origine du premier de l'an (qui se déroulait alors en France au moment de Pacques), sur l'apparition de la tradition des poissons d'avril et du muguet... On pourrait cela dit regretter que certains personnages soient mis en scène de façon aussi caricaturale, à commencer par la reine-mère et Henri d'Anjou (le futur Henri III) qui apparaît ici comme un efféminé ambitieux et arrogant. On pardonne cela dit bien vite ces petits défauts à l'ouvrage, notamment en raison de l'ironie mordante dont fait preuve l'auteur, que ce soit par le biais des dialogues ou bien de la façon grotesque dont il présente les situations les plus sérieuses (à commencer par la toute première scène dans laquelle les conseillers du roi le presse d'autoriser le massacre des protestants de la capitale en augmentant d'une phrase à l'autre le nombre de victimes nécessaire). Un mot, enfin, sur les graphismes qui sont eux aussi à la hauteur et qui évoluent en fonction des changements d'ambiance afin de coller au plus prêt au ton du récit : plus enfantin quand il est question de la puérilité du comportement royal (notamment en ce qui concerne la chasse), plus sombre sur la fin, alors que l'on assiste à l'agonie du roi.
Une adaptation très réussie du « Charly 9 » de Jean Teulé dans laquelle l'auteur parvient habillement à mêler humour et drame à travers l'histoire de ce roi décrié dont on découvre les tourments et les errances. Un ouvrage qui vaut le coup d'oeil, tant du point de vue scénaristique que graphique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
tynn
  10 juillet 2015
...Alias Charles IX de la dysnatie des Valois.
Un règne stigmatisé par l'horreur de la Saint Barthelemy au lendemain des noces de sa soeur Margot avec le parpaillot converti Henri de Navarre.
Un simulacre de monarque? Roi par défaut après la mort de son ainé, sous influence de sa mère Catherine de Médicis, détesté par ses frères qui cherchent à régner ( à sa place si possible), préférant la chasse à la politique, incapable de contrer les guerres de religion, mourant de folie, de culpabilité et de tuberculose à 23 ans sans héritier.
La chute des Valois est sur les rails...
Il est vrai que l'on peut parler de roi calamiteux!
Sujet parfait pour une cocasserie littéraire à la Teulé, mise en images par Richard Guérineau, dont le trait précis est lui même soutenu par des couleurs toniques où le rouge domine, bien entendu!
C'est historique mais paillard, joyeux, fantasque, affreux, hyper réaliste dans les massacres et autres anecdotes. Dans le Paris du 16ème siècle, on croise quand même quelques talents comme Ambroise Paré et Ronsard. J'ai peu de souvenir du livre de Jean Teulé, mes connaissances historiques sur la question étant antérieures à son livre que j'ai pourtant lu. La documentation fait le ciment de cette adaptation parfaitement réussie. Une manière ludique de retenir L Histoire, comme le film de Patrice Chéreau, La Reine Margot, où Charles IX est un roi tout aussi tourmenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Ziliz
  25 avril 2015
Nuit du 24 août 1572 : début du massacre de la Saint Barthélémy qui durera plusieurs jours à Paris et s'étendra à une vingtaine de villes de province. Des milliers de protestants tués...
Un petit tour sur Wiki pour resituer tout ça, la généalogie royale, le contexte politico-religieux, et j'apprends que "cet épisode tragique résulte d'un enchevêtrement complexe de facteurs". Là je dis "Bravo la Poste et ses orgies meurtrières !".
D'après cet album, l'idée vient de Catherine de Médicis (et de ses conseillers), qui arrache l'ordre au roi Charles IX, son fils. Déjà pas très solide, Charles IX ne se remettra pas de ce bain de sang - tortures ante ou post-mortem, massacres. Il restera victime d'hallucinations, de cauchemars, multipliant les comportements inquiétants.
Grâce à cette BD adaptée du roman éponyme de Jean Teulé, on (ré)apprend sur cette page sanglante de l'Histoire, mais il est parfois difficile de faire la part entre les faits et l'imagination délirante de l'auteur, notamment lorsque Charly 9 fait l'autruche de façon bien particulière.
A l'instar du Montespan de Teulé et d'autres de ses personnages, Charles IX apparaît tour à tour comme sympathique, attachant, pathétique, fêlé, dangereux. On découvre une famille royale où la consanguinité et la soif de pouvoir font des dégâts : mésentente, jalousie, complots, pièges, inceste... La touche Teulé est bien là : violence, sexe, langage cru et humour - un cocktail consistant dont on peut se lasser, et qui peut faire préférer la version BD au roman, surtout lorsque la mise en images est particulièrement réussie, comme ici, sombre et sanglante.
Cette lecture m'a donné envie de revoir le film de Patrice Chéreau, "La Reine Margot" (1994), pour en savoir plus - ou avoir un autre éclairage - sur ces Valois complètement dingues.
https://www.youtube.com/watch?v=5j8VQ2lLoEU
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244

critiques presse (5)
Culturebox   06 janvier 2014
Le dessinateur du Chant des Styges maîtrise son trait, ses découpages et ses couleurs. Le rouge sang suinte ou éclabousse les cases. Avec des références personnelles, puisqu’il fait entrer dans le récit Johan et Pirlouit et Lucky-Luke. Charly 9 est une des plus réussies BD de l’année qui s’achève.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BulledEncre   23 décembre 2013
Guérineau réussit à s’approprier le roman initial pour en faire une BD allant au-delà de la bête adaptation [...] malgré la longueur de l’ouvrage, on ne perd pas du tout le fil du récit, en assistant, impuissants à la déchéance de ce roi, trop jeune et trop influençable pour gouverner.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDSelection   06 décembre 2013
L’écriture moderne et très crue de Teulé avait conféré au roman une dimension tantôt comique tantôt pathétique, dont le dessinateur a réussi à rendre toute la substantifique moelle avec son adaptation très réussie.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Sceneario   29 novembre 2013
Un ouvrage de grande qualité, excellemment décalé, à la fois léger et cruel, qui à l'avantage de mettre en exergue le remarquable roman de Jean Teulé, le talent graphique et adaptateur d'un Richard Guérineau en pleine forme artistique et le personnage historique au piètre souvenir, Charles IX. A lire absolument !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   28 novembre 2013
La récit documenté de Teulé, toujours étonné devant les petits histoires ahurissantes qui font la Grande, est mordant, fascinant, parfaitement taillé pour la bande dessinée.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   21 mars 2018
[Charles IX] - Capitaine Gondi, vous dites cent morts… mais dans les rues où logent les Coligny et autres huguenots, il y a des voisins, souvent protestants, qui pourraient accourir en entendant les cris…
[Capitaine Gondi] - Nous nous verrions forcés de les tuer, Sire.
[Charles IX] - Mais certains ont des épouses. Il pourrait y avoir des enfants ou des vieillards.
[Capitaine Gondi] - Ah ben, ça, Majesté, dans le noir, on ne pourra pas trop faire la différence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PavlikPavlik   20 mai 2015
Ah, très chère, n'ayez nulle tracasserie quant au fait de n'avoir pas offert à la couronne un héritier. Je suis, pour ma part, charmé de ne laisser aucune postérité mâle ! Pensez donc ! Un dauphin doit apprendre son arbre généalogique et les hauts faits de ses aïeux. Alors imaginez mon fils me demandant : "et vous, papa, quel exploit avez-vous accompli ?" Qu'aurais-je pu lui répondre ? La Saint-Barthélémy ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
CrossroadsCrossroads   20 décembre 2014
- Si vous pouviez seulement, Majesté, lors des ébats, ne pas trop prononcer de gros mots comme " ah, bougresse, prends ça dans ton cul ! ", j'apprécierais...non pas que je veuille jouer les oies blanches, hein...(...) mais tout de même, " chienne lubrique ! " ou " ah salope ! " traduit en allemand...ça sonne un peu rude !
Commenter  J’apprécie          120
MissGMissG   28 novembre 2013
Oh ça, surtout croyez que je ne suis pas fier de cela qui n'est pas mon chef-d'oeuvre. Je compte bien à l'avenir prendre d'autres décisions qui seront meilleures pour les gens. J'ai quelques idées mais là, je voudrais du pâté !
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipetteLiliGalipette   27 juillet 2014
« Je croyais que, lundi, on avait marié ma sœur Marguerite au protestant Henri de Navarre en signe de réconciliation entre les deux religions. En fait, vous voudriez faire tuer tous les chefs huguenots venus de la France entière pour assister à la noce ? / Ben justement… puisque toute l’aristocratie se trouve réunie à Paris, on s’est dit que ce serait dommage de ne pas en profiter. » (p. 5)
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Richard Guérineau (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Guérineau
Avec Alfred, Mathilde Domecq, Richard Guérineau, Benoit Guillaume, Laureline Mattiussi, Rémi Foucard (claviers, chant), Jérôme Sedrati (batterie, chant) et Yan Wagner (chant, claviers). ? Friche la Belle de Mai (Marseille) le 23 mai 2018 ? L?an dernier, Alfred et ses complices de la BD, accompagnés par le saxophoniste Raphaël Imbert, avaient enflammé La Criée en revisitant le Banjo de Claude McKay. Cette année, c?est au tour d?un autre roman culte, 1984, de servir de trame à la création d?un nouveau « concert dessiné », cette performance collective qu?Alfred pratique en maître : sur scène, cinq dessinateurs mêlent leurs univers et leurs crayons pour faire vivre en images le roman de George Orwell. Afin d?en souligner la dramaturgie futuriste, le musicien-compositeur Yan Wagner ? connu pour ses albums d?électro-pop et son duo avec Étienne Daho ? déploie sa palette de sons hypnotiques et interprète en direct avec ses musiciens la bande son de la soirée. Une autre manière, inventive et décalée, de (re)découvrir le chef d??uvre d?Orwell !
+ Lire la suite
autres livres classés : nuit de la saint-barthélémyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..