AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225813384X
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/09/2017)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 37 notes)
Résumé :
4ème de couverture :
"L'homme, il le percute précisément au moment où il songe que c'est la plus belle lune qu'il a vue de sa vie. "

Le Dr Ethan Green est un homme bien. Il sauve des vies. Il aime sa femme. Il adore ses deux petits garçons. Le Dr Ethan Green a de la chance : il est né du bon côté. Cette nuit-là, pourtant, le neurochirurgien prend la fuite après avoir percuté un homme sur une route, dans le désert. Le lendemain, la femme de cet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  24 septembre 2017
Le Dr Ethan Green, brillant neurochirurgien israélien, a tout pour être heureux : une femme aimante, deux petits garçons adorables, un travail gratifiant, une belle maison. Et un beau gros 4x4, tellement incongru sur le bitume de sa banlieue, que par une belle nuit de pleine lune, il décide d'aller le faire rugir dans les dunes du désert aux portes de la ville. Mauvaise idée. Il percute un homme, qui meurt sous ses yeux. Le Dr Green prend la fuite, sans se rendre compte que la femme de la victime a assisté à l'accident. Elle le retrouve, découvre qui il est, ce qu'il est et ce qu'il possède, et comprend très vite que le meilleur moyen de le faire chanter n'est pas de lui réclamer de l'argent. Green, qui comprend tout aussi rapidement qu'il risque de tout perdre s'il refuse, se voit entraîné dans le monde très précaire des migrants clandestins africains et de ses annexes que sont les trafics en tous genres, les violences envers les femmes et la traite d'êtres humains. Les rôles basculent : lui qui jusque là maîtrisait sa vie est désormais soumis au bon vouloir de Sirkitt, la veuve, jeune et belle Erythréenne, qui pour la première fois de son existence se trouve en position dominante et non plus dans celle de la femelle objet ou esclave. Embarqué malgré lui dans une vie parallèle dissimulée sous des mensonges de moins en moins crédibles, Ethan risque tout, travail, famille, liberté, d'autant que sa femme, policière, est chargée de l'enquête sur le mort retrouvé dans le désert. Sirkitt, quant à elle, gagne sur tous les terrains. Une relation trouble se noue entre eux, faite de haine, d'instrumentalisation, de culpabilité, de sens du devoir et de désirs inavoués. Jusqu'au moment où l'étau se resserre sur eux et où tout bascule à nouveau pour rentrer dans un certain ordre des choses.
« Etre né quelque part, pour celui qui est né, c'est toujours un hasard...
Est-ce que les gens naissent égaux en droits
A l'endroit où ils naissent... »
Injustice du lieu de naissance, certains dans un pays aisé, d'autres dans un pays en guerre ou en famine. Les premiers s'empressent de rester dans leur pays de cocagne, les autres n'ont de cesse de partir vers celui-ci, à quel prix, et sans être payés de retour. Sirkitt y a cru, y croit peut-être encore dans ce roman désabusé et dérangeant. La scène finale est criante de fatalité et de désespoir résigné pour les uns, de soulagement honteux pour les autres.
Si ce livre, centré sur le sort des migrants clandestins, est animé d'un certain suspense, il n'en est pas trépidant pour autant. Un autre thème occupe une place importante, celui de la confiance et la loyauté dans un couple, qui donne lieu à des monologues intérieurs un peu trop longs et répétitifs. Un couple peut-il survivre et se rebâtir sur un mensonge ? Les doutes, la mauvaise conscience en auront-ils raison un jour ? Peut-on être sûr qu'après avoir réveillé un lion, ou plutôt une lionne, celle-ci se rendormira en oubliant à jamais ce qui l'avait tirée de son sommeil ?
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
ericbo
  20 avril 2018
Il me semble que c'est le premier roman Israëlien que je lis. Et c'est une grande réussite ! C'est à la fois un grand roman d'amour, un polar et d'une certaine manière, une intrigue politico-sociale. Tout y est pour nous tenir en haleine sur 400 pages.
Un chirurgien, bien sous tous rapports, heureux en famille et en amour, heureux professionnellement, va voir sa vie basculer en quelques minutes. En écrivant ces lignes, ça me fait penser tout à coup à un film d'Hitchcock. Un lourd secret va peu à peu déliter tout ce qui faisait de cet homme , un parfait représentant de la haute bourgeoisie israëlienne. Sans le vouloir, il va se retrouver confronté à l'horreur qu'il n'imaginait pas. Car c'est aussi un formidable roman humaniste qui nous offre une autre vision d'Israël que celle habituellement véhiculée dans les média.
A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          420
Kathleene
  19 juillet 2017
Le Dr Ethan Green voit sa vie basculer et prendre un tournant inattendu après avoir écrasé un homme dans le désert. Confronté à sa veuve, il va devoir affronter deux mondes inconnus : celui des clandestins et celui de sa vie personnelle, qui, bien établie, va subir de plein fouet cet accident.
Car comment un neurochirurgien peut il se voir chuter dans une descente aux enfers lente et certaine à cause d'un acte réflexe de sauvegarde, fut-ce pour les mauvaises raisons et leurs conséquences réelles ?
Est il réellement possible pour Ethan Green de vivre avec une telle culpabilité sans laisser ressortir le moindre iota d'inquiétude auprès de ses proches ?
Est il vraiment possible de pouvoir vivre comme si de rien n'était, tout en passant son temps à gérer une situation qui devient très rapidement étouffante et par conséquent insupportable ? Comment un couple soudé, uni, partageant les mêmes valeurs de réciprocité, de justice peut-il affronter sa dislocation - hautement improbable, mais bien réelle - silencieuse et sournoise car étouffée par les non-dits ?
Quelles limites un médecin peut il franchir pour soigner ceux et celles à qui cette idée est refusée d'emblée ?
Complètement perdu dans cette situation personnelle et professionnelle inextricable, il arrive parallèlement à nouer des liens improbables qui évoluent avec une force incroyable, bien que tapie dans l'ombre, et qui se désagrègent à la minute même ou un seul élément révélateur, mais non des moindres, prend toute sa signification et laisse supposer l'étendue des dégâts . Jusqu'où la survie devient elle le but majeur à atteindre quelqu'en soit le prix ?
Une relation bâtie sur un mensonge peut elle perdurer ou bien va t'elle vaciller à un moment ou à un autre, pour s'éteindre dans le regret, la colère, le remords, la honte, le refus, le déni ?
J'ai découvert un récit magnifique dans lequel je me suis laissée porter par la richesse des sentiments perçus dans cette tragédie. Des mots simples pour décrire des situations inextricables et compliquées, qui vont au-delà de ce que la raison voudrait nous imposer. C'est une histoire magnifiquement belle, où souffrance et douleur côtoient une certaine forme de douceur et de poésie pour décrire des vécus inhabituels et des ressentis qui peuvent rester incompréhensibles et passer inaperçus auprès des autres, y compris, et surtout, par les personnes qui nous sont les plus proches.
Coup de coeur pour ce livre que j'ai pu découvrir grâce à la tombola Pique-nique des 10 ans de Babelio. Merci aux éditions Les Presses de la cité d'avoir participé à cette tombola.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  16 mars 2018
Un homme brillant précipité dans une impitoyable descente aux enfers à la suite d'un accident dont a été victime un homme noir, cela ne vous rappelle rien ?
Eh bien pour moi, ce pitch a évoqué immédiatement "le bûcher des vanités", premier roman de l'Américain Tom Wolfe paru en1987, un "page-turner" qui a fait le succès de son auteur en décrivant avec minutie les mécanismes à l'oeuvre pour précipiter la chute de son héros.
Chez l'Israelienne Ayelet Gundar-Goshen, on n'est pas dans le même monde mais les ressorts de l'intrigue sont similaires même si l'issue est différente . Un médecin, exilé dans la région de Beer-Sheva à cause de son intransigeance , vit mal l'ostracisme dont il a été frappé et éprouve un grand besoin de se défouler, ce qui le conduit à partir dans les dunes du sud au volant de son gros 4X4 dont il prend plaisir à faire rugir le moteur. Quand son regard dévie du chemin pour regarder la lune ronde qui éclaire le paysage, il renverse un homme qui cheminait sur le bord de la route. Terrorisé, il prend la fuite .
Le ton des deux romans est cependant bien différent. Ici, l'analyse des personnages est particulièrement fouillée et le rythme beaucoup plus lent.
La veuve de la victime, la fière erythréenne Sirkitt, n'accepte pas l'argent que le médecin Ethan lui propose comme prix de son silence, mais le contraint à venir soigner les exclus de la société dans un dispensaire clandestin.
L'épouse d'Ethan, Liath, inspecteur de police, enquête sur l'accident et cherche à en trouver le responsable tout en s'interrogeant sur le comportement de son mari qui passe toutes ses nuits dehors.
Que d'ambiguïtés dans les motivations des uns et des autres ! L'altruisme, la générosité, la compassion ne seraient-elles pas que la partie avouable des motivations des personnages qui recèlent une belle part d'ombre et éprouvent aussi de la peur, de la honte, un désir de vengeance ...
L'auteur excelle à détricoter les interprétations et joue avec les fantasmes du désir qui vient se loger secrètement dans les coeurs.
Non décidément, je ne dirai pas que ce roman peut être qualifié d'humanitaire, ni même de roman social dénonçant la politique israelienne à l'encontre des migrants. Pour moi, il s'agit avant tout d'un roman centré sur le couple, Ethan et Liath, deux personnes qui s'aiment et se respectent et n'arrivent pourtant pas à briser le mur de silence qui s'installe insidieusement et menace leur avenir commun.
De nombreuses digressions, notamment le surgissement des souvenirs intimes des protagonistes, donnent à ce récit un rythme qui peut nuire au ressort dramatique, mais approfondit la psychologie de chaque personnage.
Un livre à savourer lentement, qui laisse une impression d'amertume, car la complexité de la vie ne fait pas bon ménage avec les idéaux et personne ne sortira indemne de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kathel
  13 octobre 2017
La nuit, les dunes aux alentours de Beer-Sheva… le neurochirurgien Ethan Green, dont le nom laisse croire qu'il sort de la série Urgences (mais il n'en est rien), renverse un homme et le laisse mourant au bord de la route. Tout ce qu'il pense à cet instant, ou ne pense pas, ses sensations brutes, sont détaillés. C'est le début d'un engrenage qui va l'amener à passer de plus en plus de temps à soigner clandestinement des malades dans un camp de réfugiés, en plus de son travail. Sa femme a beau s'inquiéter de ses absences nombreuses, il ne peut plus se dépêtrer de son acte, et des mensonges qui ont suivi. D'autant que son épouse Liath est le lieutenant de police qui mène l'enquête sur le délit de fuite.
Autour de cette situation inextricable, l'auteure israélienne brode avec virtuosité sur les thèmes de la culpabilité, de la confiance, de la paternité, de la manière dont chacun perçoit l'autre dans un couple, des choix qu'on fait dans sa vie, du respect de soi opposé à celui que les autres vous portent, peut-être pas pour de bonnes raisons…
Elle pose des mots sur des sentiments de manière claire et fluide. S'y greffent aussi des réflexions sur la différence, le racisme, surtout celui qui, bien enfoui au fond de personnes pourtant bien pensantes, fait qu'ils trouvent que les Bédouins « se ressemblent tous ». Les différentes communautés qui cohabitent dans cette région désertique, les israéliens blancs, les bédouins habitants du désert et les réfugiés érythréens, n'échappent en effet pas aux tensions raciales.
J'ai trouvé une voix neuve, singulière, dans l'écriture de Ayelet Gundar-Goshen. Elle a déjà publié un roman en France, que je n'ai pas encore lu, mais nul doute que je me pencherai dessus un de ces jours. L'enchaînement infernal de circonstances qui font approcher ce roman psychologique du thriller lui donne un petit air du Secret du mari de Liane Moriarty, en beaucoup plus fouillé en terme d'introspection. Seuls les lecteurs qui n'aiment pas l'approche psychologique dans les romans n'y trouveront pas leur compte.
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Actualitte   24 juillet 2017
L’écriture d’Ayelet Gundar-Goshen est dense, analytique et ne laisse que peu de moments de respiration.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
viou1108viou1108   18 septembre 2017
Emigrer, c'est passer d'un endroit à un autre, avec, attaché à ta cheville comme un boulet d'acier, le lieu que tu as quitté. Voilà pourquoi il est si difficile d'émigrer: marcher à travers le monde en ayant les pieds entravés par un pays tout entier, c'est quelque chose qu'il faut être capable de supporter.
Commenter  J’apprécie          310
ericboericbo   16 avril 2018
Ressentir un léger malaise ne signifie pas souffrir. On peut passer une vie entière plus ou moins mal à l'aise.
Commenter  J’apprécie          200
ericboericbo   20 avril 2018
Ceux qui payent le plus sont le mieux soignés. N'est-ce pas le principe économique de base qui régit le monde ?
Commenter  J’apprécie          100
ericboericbo   16 avril 2018
"Si vous entrez dans une pièce où stagne une terrible odeur de poubelle, vous avez tout de suite envie de vomir, leur avait expliqué le Pr Zackaï. Les molécules odorantes excitent la zone corticale préfrontale qui envoie des signaux d'alerte à l'amygdale et au cortex cérébral. Vos neurones hurlent au sauve-qui-peut. Mais savez-vous ce qui se passe au bout de quelques minutes ? Ils se calment parce qu'ils se fatiguent , et quand tout à coup quelqu'un d'autre entre dans la pièce et dit : "ça pue ici", vous ne comprenez pas de quoi il parle."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaCalebasseaLivresLaCalebasseaLivres   02 octobre 2017
Elle n’a pas besoin de regarder pour savoir qu’il ne dort pas. Il la désire tellement que ça s’entend à chacune de ses bruyantes déglutitions. L’air est moite et vibrante dans le hangar, tout comme son docteur, moite et vibrant. Un délice insupportable a envahi son entrejambe, c’est presque douloureux et, en dedans, quelque chose de moite et vibrant attend. Mais elle ne s’approchera pas de lui, tout comme il ne s’approchera pas d’elle. Moins de quatre mètres séparent leurs deux matelas, mais le chemin qui les relie passe par un grand désert. C’est bien. Elle a traversé tant de déserts qu’elle sait : de l’autre côté, rien ne l’attend sauf une nouvelle terre aride.
Alors elle ferme les yeux tout en ayant conscience qu’elle ne dormira pas, et lorsque, enfin, il soulève la couverture et se glisse à côté d’elle, se confond au chaos de cette nuit-là, il n’y a plus de désert. Et c’est justement parce qu’il ne vient pas et ne se glisse pas à côté d’elle qu’ils arrivent enfin à s’en échapper. Et que, pour la première fois, elle y trouve de l’eau douce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Ayelet Gundar-Goshen (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ayelet Gundar-Goshen
Ayelet Gundar-Goshen - Une nuit, Markovitch .Ayelet Gundar-Goshen vous présente son ouvrage "Une nuit, Markovitch". Parution le 18 août 2016 aux éditions Presses de la Cité. Rentrée littéraire 2016. Traduit de l'hébreu par Ziva Avran, Arlette Pierrot, Laurence Sendrowicz. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/gundar-goshen-ayelet-une-nuit-markovitch-9782258133853.html Notes de Musique : Babylon surround dem (ft. Dr Israel) by Metastaz. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Une vie de Guy De Maupassant

Comment Jeanne entend parler du vicomte de Lamare ?

Par hasard
Grâce à l'Abbée Picot
C'est un ami d'enfance
Grâce à Rosalie

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Une vie de Guy de MaupassantCréer un quiz sur ce livre
.. ..