AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715244061
Éditeur : Mercure de France (01/09/2016)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
C’était un 17 septembre, à Paris. Hubert Haddad avait 20 ans. Debout sur le rebord de sa fenêtre, au 4e immeuble de la rue Pastourelle, complètement nu, il allait se jeter dans le vide. Un jeune homme est entré par hasard juste à ce moment-là, un ami. Il est allé vers lui et, à la manière d’un ange, il a su trouver des mots simples pour le calmer et le faire revenir de son geste qui lui aurait été fatal.

C’est à partir de ce jour-là, où il croyait ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
fanfanouche24
  16 décembre 2016
Une découverte au gré des flâneries à l'une des mes Librairies de prédilection, Tschann; Un très beau livre, tant au niveau de la maquette, la sobriété élégante de la couverture, la mise en page, l'iconographie [peintures, dessins de l'auteur, de son frère disparu, photographies anciennes, oeuvres d'autres artistes, etc], et bien sûr son contenu...
Une sorte de météore, autobiographie éclatée, qui recrée un puzzle, réunissant les êtres tant aimés, disparus...
Un seul reproche et regret que je me formule à moi-même: avoir lu ce texte à un rythme trop rapide ... la densité ainsi que la richesse du style méritent une lecture plus lente, en savourant la musique particulière de ce récit autobiographique !
"Je m'attendais au pire depuis toujours. Dès ma naissance, le plomb fondu de l'angoisse s'infiltra dans mes veines à l'ombre d'adultes miséreux, désemparés par l'exil, père et mère que torturaient alors la perte et le trouble. Mais il ne s'agit guère ici d'un récit d'enfance, cette fable
narcissique plus ou moins doloriste en forme de roman familial. Il ne s'agit pas non plus de Dieu, ce mot de rien pour rire de tout, ni des inepties des vendangeurs de l'âme.
"Mais la vérité n'est pas dans l'espace, elle est le moment de conscience, elle est solitaire", disait René Daumal. " (p. 42)
Complexe de résumer ce récit... tant s'entrecroisent la douleur , des expériences violentes de deuil, mais aussi la création qu'elle soit picturale ou littéraire, qui à défaut de sublimer permet de "rester debout" , en dépit de l'insupportable ! ...de transcender et de perpétuer le souvenir des
disparus...Trop de proches et amis, suicidés... qui laissent une béance gigantesque...
Peindre et écrire pour Hubert Haddad, hors la passion ultime de la création, se révèle comme une sorte de "catharsis", et chemin ultime de "ressusciter" , de garder "vivants", les êtres aimés ...
Hubert Haddad relate ses deuils, ses parents, le suicide d'un grand frère, la rupture d'anévrisme du cadet, la maladie et disparition prématurée d'une femme aimée, avec le partage des années flamboyantes de la jeunesse, Chantal, auteure d'une unique oeuvre "Mai en automne" [" Chantal a rédigé d'un seul tenant ce premier et unique roman, alors qu'elle vivait plus ou moins seule..." p. 77- "Elle m'entretenait alors du dernier livre vécu plus que lu, de ses complicités amoureuses avec tel auteur ou tel personnage, de son rêve d'écrire un jour" p. 79].
L'écrivain-poète-essayiste et peintre nous relate également le tout premier choc poétique, littéraire qui fut comme un déclic : "Les Fleurs du Mal" de Baudelaire...
Beaucoup d'émotion à cette lecture... qui me fera appréhender avec un regard plus approfondi,et différent, les autres écrits de cet écrivain, dont j'ai encore en attente dans ma PAL, " le Peintre d'éventail" et "Les haïkus du peintre d'éventail", pour n'en citer que deux.
Hormis les découvertes des dessins, peintures d'Hubert Haddad, j'ai eu la surprise de voir pour la première fois une toile très peu connue de J.F. Millet [ artiste que j'affectionne particulièrement], "La Chasse aux oiseaux de nuit", ainsi qu'un portrait très troublant de René Daumal, par son ami, Joseph Sima....sans omettre la découverte totale du poète et ami de l'écrivain, Elie Delamare-Deboutteville...
Thèmes abordés, universels, existentiels, intrinsèques à tout "Homme", qui plus est, à tout "Artiste": la Vie, La Mort...Les pouvoir de la Création et de l'amour...pour poursuivre son chemin, et effleurer le "Mystère du Vivant " !
L'élément le plus bouleversant de ce récit, pour ma part, est la disparition des êtres qui construisent et constituent nos existences, au plus intime...
"On peut trahir de trop aimer. La solitude concentrée du survivant sera nourrie mot après mot des paroles manquantes, celles qu'on n'a pas su entendre." (p. 147)

_______________________________________________________________________________
Voir en complément, les liens suivants:
http://www.babelio.com/livres/Creusot-Mai-en-automne/372820
http://www.babelio.com/livres/Delamare-Deboutteville-Le-Reve-nest-pas-ce-qui-manque/902577/critiques/1207633
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          327
frandj
  20 janvier 2017
Ce livre est étrange et fascinant. C'est une ébauche d'autobiographie, constitué comme un puzzle. Au gré de l'inspiration de l'auteur, on découvre les étapes principales de sa vie: sa famille d'origine tunisienne, les nombreux deuils auquel il a été confronté, ses rencontres (notamment avec une âme-soeur: Chantal), ses recherches littéraires, enfin cet épisode qui lui semble être le centre de gravité de toute sa vie: sa tentative de suicide, inopinément empêchée par son ami Elie. Voici comment il l'évoque, dans son style très particulier: « Par une coïncidence qu'un démiurge prodigue au petit bonheur - ou par quelle intuition d'aigle planant ! - Elie poussa ma porte sans y avoir été invité ce soir-là, l'allure d'un héros revenu du chaos primitif. J'étais dévêtu, les bras blessés, en proue des débris d'une tempête, guitare, tableaux, miroirs, et prêt à emprunter, comme on se jette au feu, la rampe d'air de la fenêtre ».
Hubert Haddad écrit merveilleusement bien - d'ailleurs il a été un pionnier des ateliers d'écriture en France. Je trouve qu'il écrit de la prose comme un poète, avec des images et une alchimie de mots étonnantes. Bien souvent je suis loin de tout comprendre, mais je suis sous le charme. Dans son livre, il fait allusion à des références qui m'échappent (car il a une culture très large), mais ça ne fait rien. J'ajoute que le volume est valorisé par une iconographie de très bon goût: peintures, dessins, photos.
Bien sûr, cette écriture si travaillée pourra rebuter certains lecteurs, qui auront envie d'abandonner aussitôt ce livre. Pour ma part, j'ai trouvé le texte parfois difficile, et sa richesse m'a conduit à le lire par petits morceaux, pour mieux l'apprécier.
L'auteur me fait un peu penser à Georges Pérec: un homme qui assumait son ascendance juive, qui brillait par une intelligence particulièrement vive, dont la culture était immense, qui avait le génie d'un écrivain novateur, et dont les livres étaient parfois déroutants. Hubert Haddad, qui a un esprit poétique, n'écrit absolument pas comme Pérec; mais ils ont le même type d'originalité. Mais je crains que jamais ils ne "feront un tabac" au niveau du nombre de livres vendus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   31 octobre 2016
L’essentiel de la mémoire tient dans les perceptions obscures. Il faudrait sans cesse recommencer la vérité - mais où est-elle passée ? C’était hier et c’est demain. Elle échappe, elle ne peut davantage accrocher le souvenir que la pure émotion vécue, évanescente.
Commenter  J’apprécie          300
PiatkaPiatka   02 novembre 2016
La vie est tissée de coïncidences. Nous ne retenons que les séries qui font loi. C’est que toute vérité ultime échappe fatalement. On ne connaît bien que ses errances.
Commenter  J’apprécie          240
PiatkaPiatka   28 octobre 2016
Écrire, c’est clairement investir un espace intérieur et lui donner une autonomie de mots comme si vous retourniez le gant de la subjectivité.
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24fanfanouche24   16 décembre 2016
Le suicide d'un proche est à jamais inassimilable. (...)Une lente anesthésie de l'attention qui prépare la mise à distance, l'assimilation hébétée de l'absence. (p. 103)
Commenter  J’apprécie          200
PiatkaPiatka   05 novembre 2016
Quelles mémoires perdues nous protègent ? La sensation d’exister est peut-être renflouée, à chaque instant, par un effet de création continue au regard du millefeuille des vies antérieures, des vies parallèles ou simplement rêvées.
Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
Videos de Hubert Haddad (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Haddad
La Roseraie des Cultures et des Arts - 8ème édition En particulier : "Présentation de la Revue de littérature et de réflexion" par Yahia BELASKRI Invité : Yahia Belaskri, Écrivain, journaliste. Livre « Apulée n°1 ? Galaxies identitaires », aux Éditions Zulma, 2016.
Prix littéraire Paris Rive gauche.
Comité de rédaction : Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Hubert Haddad, Abdellatif Laâbi, Catherine Pont-Humbert.
http://www.laroseraiedescultures.fr/edition2016/mb-en-particulier-1-Yahia-Belaskri.html
Association "La Roseraie des Cultures et des Arts" le 3 septembre 2016 - Moulin de la Bièvre Salon du Livre et des Arts de L'Haÿ-Les-Roses http://www.laroseraiedescultures.fr
Réalisation : M.D'E
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
749 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre