AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gro Tang (Traducteur)
EAN : 9782020395144
388 pages
Éditeur : Seuil (06/06/2000)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 29 notes)
Résumé :
A Oslo, un petit criminel est mort, le visage défiguré. Cela n'éveille guère l'attention, mais quand l'avocat de la victime est assassiné quelques jours plus tard, l'affaire prend une autre tournure. L'irrésistible Hanne Wilhelmsen, chargée de l'enquête, entrevoit les contours d'une mafia d'un genre nouveau, dans laquelle semble tremper la "bonne société" norvégienne...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Tancrede50
  29 mars 2020

On dit souvent que pour un premier livre, un écrivain s'inspire de ses propres expériences. Et bien c'est le cas de Anne Holt avec La déesse aveugle qui est son premier roman. Anne Holt a été journaliste, puis a travaillé deux ans pour la Police d'Oslo. Elle a ensuite fondé son propre cabinet d'avocats. Et enfin a été, pour un temps, bref il est vrai, Ministre de la Justice de Norvège. Alors, quand elle met en scène la police d'Oslo enquêtant sur des avocats, un journaliste d'investigation essayant de grappiller des informations sur un suspect, et le Ministre de la Justice répondant aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse, c'est du solide, du très solide. C'est un monde qu'elle connaît de l'intérieur. Et ça se sent à la lecture du récit. C'est sérieux, bourré de détails. Plus vrai que nature.

Bien sûr le revers de la médaille de ce récit trop proche de la réalité, c'est qu'il peut être parfois un peu technique. Et comme dans de nombreux polars nordiques, c'est en plus, un peu lent. Mais ce n'est pas facile aussi pour la police, quand on a des soupçons sur des gens hauts placés et assez intelligents pour oeuvrer dans l'ombre, de rassembler des preuves qui vont ‘tenir' devant un tribunal. Il faut accepter quelques moments avec moins de tension pour avoir droit à une récompense finale: une fin très forte qu'on est bien totalement incapable d'anticiper!

Autre point de la bio d'Anne Holt: elle est lesbienne et ne s'en cache pas. Elle a même milité pour les droits des homosexuels. Alors on ne s'étonnera pas que son héroïne, Hanne Wilhelmsen, inspectrice à la police d'Oslo, soit également lesbienne. Même si ce n'est qu'évoqué. Anne Holt a créé en fait un trio sympathique de personnages formé par Hanne Wilhelmsen, Hakon Sand, procureur, et Karen Borg, avocate, entraînée bien malgré elle dans cette histoire. Elle réussit à nous faire partager leurs doutes, leurs joies et leurs peines. Jusqu'à la dernière ligne, on veut savoir s'ils vont s'en sortir. En tout cas, c'est une enquête peu banale, avec des morts et du trafic de drogue certes, mais aussi des avocats et des politiques impliqués. La fin est une sorte de pied de nez qu'elle nous fait, compte tenu de sa bio. J'ai aimé ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kathel
  23 janvier 2011
J'avais noté son nom depuis un moment, je vous le dis tout de suite, j'ai beaucoup aimé !
Ici, pas de tueur en série, mais un ou des tueurs protégeant leurs petites magouilles lucratives, pas de courses poursuites angoissantes, mais une lutte de tous les instants pour trouver des preuves avant l'audience qui remettra en liberté un suspect très compromis mais bien protégé, pas d'indices qui tombent providentiellement, mais de solides intuitions qui s'accompagnent de recherches minutieuses… La connaissance parfaite d'Anne Holt des mécanismes de la justice et de ceux qui essayent d'y échapper empêche de s'ennuyer un seul instant ! Ajoutons à cela des personnages que l'on a envie de côtoyer le plus longtemps possible : l'inspecteur de police Hanne Wilhelmsen, lesbienne très discrète sur sa vie privée, le procureur Håkon Sand, grand gaillard plus fragile qu'il n'y paraît et l'avocate Karen Borg avec laquelle ce dernier entretient une vieille amitié un peu équivoque… Ils enquêtent ensemble sur un crime dans le milieu des toxicomanes... Ils devinent que cette affaire est liée à une rumeur qui circule à propos d'avocats mouillés dans un trafic de stupéfiants, mais comment le prouver alors qu'ils semblent appartenir à une organisation soigneusement cadenassée ? L'auteur nous place le plus souvent du point de vue des enquêteurs, mais en nous laissant parfois une toute petite longueur d'avance sur eux, ce qui rend le suspense bien plus fort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
1001histoires
  14 janvier 2018
La déesse aveugle : publié sous le titre original de "Blind gudinne" en 1993. C'est le premier titre de la série Hanne Wilhelmsen.

Octobre à décembre , Oslo.
Karen Borg , avocate , découvre par hasard un cadavre mutilé. Håkon Sand , procureur de police , supervise l'enquête qui est confiée à l'inspecteur Hanne Wilhelmsen. Un suspect est vite arrêté , il s'agit d'un étudiant hollandais.
La présentation de Hanne , l'héroïne , par l'auteur est tout simplement spectaculaire : "Elle était d'une beauté éblouissante et avait été récemment nommée inspecteur ... Elle était loyale au système mais avait de temps à autre des propositions d'amélioration qui étaient habituellement si bonnes qu'elles étaient adoptées ... Elle était respectée , admirée, et le méritait réellement ... Hanne Wilhelmsen était en harmonie avec elle-même et le monde, mais avait creusé un fossé entre sa vie professionnelle et sa vie privée. Elle n'avait pas un seul ami dans la police. Hanne Wilhelmsen aimait une autre femme , un travers de cet être parfait qui redoutait , en le rendant public , de détruire tout ce qu'elle avait construit depuis tant d'années."
Le suspect , le hollandais Han van des Kerch demande que sa défense soit assurée par Karen Borg dont le pénal n'est poutant pas la spécialité. Un avocat réputé tente de lui enlever l'affaire. La victime , un toxicoman , était bien connu des services de police ; son avocat est retrouvé tué par balle , comme exécuté. Hanne Wilhelmsen est agressée. Avec Karen Borg et Håken Sand , Hanne est désormais convaincue d'être en présence d'un trafic de drogue à grande échelle et qu'il implique des personnalités haut placées.
L'auteur connait bien les rouages de la justice et le fonctionnement politique et social de la Norvége et décortique le travail de la police , des juges , des avocats et même de la presse. Les procédures propres à chaque service sont détaillées , parfois critiquées. Les relations privées entre les différents protagonistes sont décrites avec soin , leurs comportements , leurs pensées , leurs personnalités sont analysés ( par exemple lorsque Karen Borg trompe son mari avec Håken Sand ). Seule Hanne Wilhelmsen échappe à cette étude psychologique , le lecteur apprend peu de chose sur elle en dehors de son portrait élogieux de début de roman. Sa compagne s'appelle Cécilia , elle est médecin. Hanne est passionnée par la moto , elle entretient elle-même sa Harley Davidson de 1972.
Ce roman est prenant grâce à la grande précision des descriptions et à un final plein de suspence et d'action. Mais il s'en dégage aussi une atmosphère aseptisée et une impression de de confusion apportée par le tutoiement systématique dans les dialogues ( mais c'est l'usage en Norvège ). L'humour fait à peine sourire ( comment quelqu'un peut-il être "plus bête qu'une tranche de pain" ? )
Le titre du roman fait référence à Justicia , la déesse romaine de la justice dont l'allégorie est représentée les yeux bandés pour symboliser l'impartialité.

Lien : http://cercle-du-polar-polai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polacrit
  28 février 2018
Karen Borg, avocate originaire de Bergen, alors qu'elle fait son jogging, découvre le corps d'un petit criminel, le visage défiguré.
Hans van der Kerch, étudiant hollandais fiché comme trafiquant de drogue, se fait arrêter alors qu'il déambule dans des vêtements ensanglantés sans être pour autant blessé. Mis en cellule, il refuse de répondre à toute question. Il déclare ne vouloir parler qu'à Karen Borg. Elle accepte avec réticence, mais quand Peter Strup, célèbre avocat, se déplace personnellement et insiste pour reprendre son client, Karen est intriguée:  » Il y a quelque chose qui ne va pas. Il ne peut pas être en panne d'affaires, et puis il a fait l'effort de se déplacer jusqu'à mon bureau. » Peter Strup serait-il en cheville avec les milieux de la drogue?
Quelques jours plus tard, Karen se fait agresser dans les couloirs de la préfecture. le dossier avec ses notes personnelles disparaît.
Jusqu'à présent, la police n'a pas vraiment pris cette affaire au sérieux , mais quand l'avocat Olsen est retrouvé assassiné dans son bureau, et que son confrère Lavik est directement impliqué, les choses prennent une toute autre tournure.
Désormais, c'est la course contre la montre: le juge donne une semaine aux enquêteurs pour trouver les preuves qui permettront d'inculper l'avocat.
Peu d'action dans ce roman mais l'intrigue est bien ficelée et le décryptage des mécanismes de la justice norvégienne crée un suspense passionnant. Cela me rappelle la fameuse série  "Perry Mason" dans laquelle le célèbre avocat devait trouver les preuves qui lui permettraient de monter un dossier de défense en béton.
« La déesse aveugle » est un roman policier citadin dont toute l'histoire se déroule ( presque) exclusivement à Oslo. Je dis presque parce que certaines scènes se déroulent dans les environs de la capitale. Mais pour l'essentiel, le lecteur arpente les couloirs du commissariat:  » le bâtiment était assez récent, sans âme, sans histoire (…) Il y règne une atmosphère pesante et terne de modernisme froid, alourdie par une incompétence du Service Public et de conflits internes. le bâtiment est grand et légèrement incurvé (…) et se trouve coincé entre la chapelle et le pénitencier… » Petit règlement de comptes en passant…
Anne Holt signe ici un premier roman qui montre à quel point elle maîtrise son sujet avec un certain talent pour inventer des mises en scènes bien ficelées. Je vous en recommande chaudement la lecture…
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Errant
  04 juillet 2019
Le système norvégien de justice est bien différent du canadien et cela a été un point d'intérêt pour moi...entre autre. Car l'histoire, initiée par le meurtre d'un petit trafiquant de drogues, évolue et se complexifie pour devenir une intrigue à plusieurs niveaux avant de se dénouer de façon bien inattendue. Mais ce sont surtout les acteurs-clé de ce poste de police qui m'ont agréablement surpris; des gens profondément humains, sans passé horrible ni vices cachés, des clichés trop souvent présents dans ce genre d'ouvrage. Et comme ce livre est le début d'une trilogie, l'auteure prend la peine de bien développer ces personnages, Bref tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette lecture un très agréable moment qui, sans nécessairement laisser un souvenir impérissable, se démarque tout de même par une certaine originalité. Je suivrai sans faute les aventures de Hanne Wilhelmsen.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 janvier 2014
Ils firent l’amour pendant de longues heures. Un amour profond et intense, deux vieux amis avec une longue histoire commune qui ne s’étaient jamais touchés, jamais comme ça. C’était comme se promener dans un paysage cher et connu, mais transporté dans une autre saison. Un paysage connu et inconnu en même temps, le même, mais avec une lumière différente, et comme étranger et vierge.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 janvier 2014
Tous les juristes étaient fascinés au début. Ils s’entraînaient à la maison devant la glace, caressaient leurs insignes sur les épaulettes ; une étoile, une couronne et une étoile pour les fonctionnaires de la police judiciaire, une étoile qui pourrait devenir deux ou trois, tout dépendait de leur volonté de supporter ce métier assez longtemps pour devenir procureur ou inspecteur.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 janvier 2014
Elle avait l’habitude de traiter les affaires avec beaucoup de discrétion et de confidentialité. Elle n’aurait pas eu beaucoup de clients, si elle n’avait eu ces qualités-là. Mais les confidences n’avaient jusqu’ici concerné que l’argent, les secrets d’industrie et de tactique dans le monde des affaires. Personne ne lui avait confié de secrets dans le domaine criminel !
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 janvier 2014
Une étoile et un chapeau de cow-boy seraient une meilleure sécurité pour les gens, bordel, que sept ans d’études de droit et dix membres stupides du jury ! L’Inquisition. Ça, c’était autre chose ! Juge, procureur et défense dans la même personne.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 janvier 2014
L’angoisse, qui s’était implantée dans son ventre comme un cactus en pleine croissance, dès le moment où il s’était penché sur le cadavre horrible de Ludvig Sandersen, s’était répandue dans tous les membres de son corps. Il avait commencé à sentir un tremblement gênant dans les bras, et il renversait tout ce qu’il buvait.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Anne Holt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Holt
Bande annonce de la série Modus, adaptation d'un roman d'Anne Holt
>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne>Littérature danoise et norvégienne : théâtre (126)
autres livres classés : norvègeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1982 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..