AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070365760
210 pages
Éditeur : Gallimard (13/05/1974)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Tueur sans gages, pièce au titre cruel, commence comme un conte de fées, se poursuit comme un drame policier et se termine sur une tragédie. Le conte de fées, c'est la découverte par Bérenger de la « cité radieuse », merveilleux quartier de sa ville construit pour le confort de ses résidents, où il retrouve un instant le soleil de son enfance ; le drame policier, c'est la présence dans cette cité d'un assassin qui tue chaque jour plusieurs habitants et que Bérenger,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SabiSab28
  18 novembre 2017
Bienvenue en absurdie !!
Ionesco met en scène (et on peut dire qu'il met en scène parce que tous les actes, les décors, les positions, ...sont précisés dans le moindre détail), donc, il met en scène Béranger, personnage solitaire qui pense trouver un quartier idéal, mais où rôde un assassin. Puis il pense trouver une fiancée mais elle se fait tuer.
Dans sa quête de trouver ce tueur mais surtout d'en trouver des raisons, il sera toujours aussi seul. Tout autour de lui est complètement absurde, la dichotomie entre ce quartier parfait et le reste de la ville, entre l'absence de décor, et le trop plein de l'autre côté, entre la vie sociale, et le désert de l'autre.
Lecture peu plaisante : à un moment donné, trop d'absurde tue l'absurde. Je n'ai pas adhérée.
Commenter  J’apprécie          120
ADAMSY
  06 novembre 2016
Béranger se rend bien compte qu'il n'a jamais été heureux. Il est à la recherche d'un idéal qu'il croit enfin avoir trouvé en visitant la cité radieuse, une cité paradisiaque qui se trouve hors de la ville. En ville, tout est gris, l'air est froid et le bruit constant. On s'en rend compte quand Béranger rentre chez lui. Mais celui-ci est d'autant plus préoccupé car son rêve de vivre dans la cité radieuse est anéanti en quelques secondes : il apprend effectivement qu'un assassin fait des ravages et journellement, plusieurs victimes se noient dans le lac de la cité. Celle-ci est donc vouée à disparaître. Béranger se retrouve finalement à celui qui pourrait être l'assassin mais sa naïveté ne lui laisse pas prendre en compte le danger. Seul sur les routes, il se retrouve à la fin de la pièce face à l'assassin et là il le reconnait. Il essaie alors de le faire parler, il veut comprendre mais en vain. Son discours sur l'inutilité du crime (puisque la vie ne vaut rien, pourquoi la supprimer ?) tombe à l'eau...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   19 avril 2017
La pénicilline et la lutte contre l'alcoolisme sont bien plus efficaces que les changements de gouvernements.
Commenter  J’apprécie          482
ADAMSYADAMSY   02 novembre 2016
Voix de la concierge : Ne m'en parlez pas philosophes, je m'étais mis dans la tête de suivre les conseils des stoïciens, et de faire dans la contemplation. Ils m'ont rien appris, pas même Marc-Aurèle. Ca ne sert à rien, finalement. Il était pas plus malin que vous et moi. Il faut trouver chacun sa solution. S'il y en avait, mais y en a pas.
Commenter  J’apprécie          40
line70line70   22 mars 2011
Il est possible que la vie du genre humain n'ait aucune importance, donc sa disparition non plus... l'univers entier est peut-être inutile et vous avez peut-être raison de vouloir le faire sauter, ou de le grignoter au moins, créature par créature, morceau par morceau... Peut-être ne devez-vous pas le faire. Je ne sais plus du tout, moi, je ne sais plus du tout. Peut-être vous êtes dans l'erreur, peut-être l'erreur n'existe pas, peut-être c'est nous qui sommes dans l'erreur de vouloir exister...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ADAMSYADAMSY   02 novembre 2016
Alors le peuple se fâcha. On coupa la tête de la reine. Quand la reine se vit sans tête, elle en fut tellement vexée qu'elle eut un coup de sang. Elle n'a pas survécu, malgré les médecins qui n'étaient pas bien savant à l'époque.
Commenter  J’apprécie          30
HildebaldHildebald   14 février 2013
Avec nos contremaîtres, nos vice-maîtres, nos paramaîtres et nos périmaîtres, nous allons constituer une base organisationnelle, un comité de mise en commun.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Eugène Ionesco (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Ionesco
Eugène Ionesco : Entretiens avec Claudine Chonez (1975 / France Culture). Par Claudine Chonez. Diffusion sur France Culture du 18 mars au 1er avril 1975. Photographie : Eugène Ionesco, auteur dramatique français (1909-1994) • Crédits : 1975 LEHTIKUVA - AFP. Eugène Ionesco, né Eugen Ionescu, le 26 novembre 1909 à Slatina (Roumanie) et mort le 28 mars 1994 à Paris (France), est un dramaturge et écrivain roumano-français. Il passe une grande partie de sa vie à voyager entre la France et la Roumanie ; représentant majeur du théâtre de l'absurde en France, il écrit de nombreuses œuvres dont les plus connues sont “La Cantatrice chauve” (1950), “Les Chaises” (1952), “Rhinocéros” (1959) et “Le roi se meurt” (1962). Eugène Ionesco est considéré, avec l'Irlandais Samuel Beckett, comme le père du théâtre de l'absurde, pour lequel il faut « sur un texte burlesque un jeu dramatique ; sur un texte dramatique, un jeu burlesque ». Au-delà du ridicule des situations les plus banales, le théâtre de Ionesco représente de façon palpable la solitude de l'homme et l'insignifiance de son existence. Il refusait cependant lui-même la catégorisation de ses œuvres sous la dénomination de théâtre de l’Absurde. « Je préfère à l’expression absurde celle d’insolite. » Il voit dans ce dernier terme un caractère d’effroi et d’émerveillement face à l’étrangeté du monde alors que l’absurde serait synonyme de non-sens, d’incompréhension. « Ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas une chose qu’elle est absurde » résume son biographe André Le Gall.
1) De l'enfance à l'adolescence : 01:04 2) De 1938 à 1950 : 13:30 3) Les chaises, le réel, l'imaginaire : 27:00 4) L'unité de son œuvre : 41:24 5) L'évolution de ses pièces : 55:29 6) Brecht et Adamov : 01:10:26 7) L'intérêt de la littérature : 01:23:44 8) Le cinéma : 01:37:31 9) Prix et récompenses : 01:52:19 10) Ses goûts littéraires : 02:06:21 11) Sa conception de la vie : 02:19:43 12) Dernière partie : 02:33:57
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Eugène Ionesco

Eugen Ionescu, alias Eugène Ionesco, est né à Slatina (Roumanie) en ...

1899
1909
1919

12 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Eugène IonescoCréer un quiz sur ce livre