AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274704744X
Éditeur : Bayard Jeunesse (02/02/2014)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Entrez au Petit Trianon, dans l'entourage de
Marie-Antoinette et découvrez une jeune reine passionnée par la nature et le théâtre, qui s'amuse follement loin de la cour de Versailles !

1780 - A seize ans, l'intrépide Roselys d'Angemont monte à cheval et manie l'épée à merveille .

Cependant, ses parents décident qu'il est temps pour elle d'avoir une vraie vie de demoiselle. Finis les vêtements d'homme, les leçons d'escrime et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
LoupAlunettes
14 mai 2014
1780.
Du côté de Versailles, « les roses » du Trianon accueillent une nouvelle recrue.
La jeune Aimée de Croiselle.
Elle entre dans le cercle fermée de la reine de France, Marie-Antoinette, ses parents voyant là une opportunité de faire un beau mariage et de renflouer la fortune familiale.
Quelle galère pour Roselys d'Angemont, sa cousine, originaire d'un milieu bien plus modeste et se retrouve à escorter la jeune fiancée pleine de réserve.
Roselys supporte difficilement les préciosités ridicules et ses parents espèrent ainsi instruire la jeune rebelle sur quelques réalités, celle-ci vivant de chevauchées sauvages et de pensées libres. L'aventure s'avérera toutefois moins barbante et superficielle qu'aurait pu le supposer la belle des champs. Les froufrous et les perruques à étages sont des masques qui cachent bien des secrets.
Des secrets bien plus dangereux que de simples ragots frivoles.
Des secrets qui rapportent des fortunes et envoient des innocents au gibet.
En tentant d'éviter à sa pauvre cousine Aimée un mauvais mariage avec un promis arrogant et frivole, Étienne de Valsens, le petit nez curieux de Roselys la placera sur le chemin d'un cercle secret, « Thémis », qui conspire contre des notables du pouvoir.
Roselys se rendra compte que, en plus de la complicité du fameux Étienne, bien d'autres personnes de sa connaissance fréquentent les réunions nocturnes du groupe.
Contre toute attente, Roselys entrera dans le secret du groupe « Thémis » et prêtera main forte, parfois le rouge aux joues, au bel Étienne afin de mettre à jour les escroqueries d' un proche de Louis XVI, un félon qui semble en savoir long sur la disparition de la première fiancée d'Étienne de Valsens.
: Précédemment introduites dans le numéro 359 du magazine « Je Bouquine » de Janvier 2014, Roselys et « les Roses du Trianon » finissent par fleurir le mois février suivant, dans un bouquet de
307 pages d'aventure.
La couverture suggère deux des intrigues principales.
Une Roselys emmitouflée dans de luxueuses toilettes à plumes et gonflées toutes en fronces, entièrement recouvertes de décorations fleuries, se posant aux côtés d'une Marie-Antoinette plongée avec gourmandise dans ce qui doit être le texte de sa pièce de théâtre en préparation.
Le regard inquiet de Roselys se porte vers le fond, là où s'éloigne probablement Étienne de Valsens.
Si le deuxième élément prend nettement la part principale de l'histoire, avec cette idée aventureuse et palpitante de multiples cercles secrets, le premier élément n'en est pas moins intéressant.
Annie Jay sème des points de détails qui nous guident comme un chemin de cailloux blanc dans cette cour d'apparat et d'apparences, Aimée et son praticien véreux, Louise mariée à douze ans etc...
Certains nous renseignent sur la personnalité de cette reine qui s'assoie sur une série de protocoles qui l'entravent sévèrement, accueillant des femmes peintres dans son entourage très préservé, réservant ses représentations théâtrales à la domesticité par exemple. Roselys découvrira nombre de vraies réalités de l'autre côté du scandale extravagant du pouvoir et se sentira de fait proche et naturellement prise d'affection pour Marie-Antoinette.
Au delà des fêtes et des courbettes, le peuple a faim, les confréries secrètes et alliances paraissent se multiplier à la même vitesse que les amitiés et les intérêts de la Cour divisent les gens selon qu'ils souhaitent profiter ou protester contre l'inégalité sociale. Nous retrouvons le soin du petits détails historique qui nous font entrer dans le quotidien par quelques descriptions d'objets et d'usages. Nous ne rentrons jamais dans la lourdeur du trop plein descriptif qui pourrait lasser les découragés du genre historique. L'ensemble se mêle, reste fluide, accessible, mystérieux tout du long, parfois même drôle avec le duo oncle-tante qui parfois se chamaille comme au théâtre.
Tout en concluant certaines parties de l'aventure, l'auteure laisse très clairement suggérer une suite.
Patience, pour ceux et celles qui auront saisi l'aventure du Trianon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Deliria
20 octobre 2014
Annie Jay étant mon auteure favorite, j'avais hâte de lire le premier tome de cette nouvelle saga. Et alors ? Je ne suis absolument pas déçue. J'ai énormément aimé ce livre. Il se lit très très vite grâce au style fluide de l'auteure, qui n'en devient pas simpliste pour autant : le vocabulaire et la façon dont sont tournées les phrases sont adaptées à l'époque où se déroule le récit, à savoir durant le règne de Louis XIV.
le personnage principal, Roselys d'Angemont, est une jeune fille de seize ans qui vit entourée de ses parents et de ses quatre soeurs dans le château d'Angemont. Elle croise souvent le fer avec l'ordonnance de M. d'Angemont, Gaëtan. Elle est habituée à porter des vêtements d'homme et à monter à cheval. C'est donc un choc lorsqu'elle est tenue d'aller s'installer chez sa tante, Marie de Croisselle, une femme stricte d'une petite noblesse (et qui se plaît à crier plus). Elle finit par réussir à envoyer Roselys et sa cousine, Aimée, à Trianon, le château de la Reine de France, Marie-Antoinette. J'ai trouvé celle-ci d'une fraîcheur innommable... Je l'ai adorée ! Je m'attendais à retrouver Roselys au milieu d'un univers pompeux d'illustres personnages (ça ne m'aurait pas gênée hein), mais j'ai été vraiment satisfaite de découvrir une Reine qui profite de la vie en compagnie de ses amies, comme déjà premièrement Yolande de Polignac, mais aussi avec la troupe des Seigneurs. En effet, le résumé cite la passion de Marie-Antoinette pour le théâtre, et le montage de la pièce où elle interprète une servante est plus ou moins le fil conducteur de l'histoire.
Mais par-dessus cela se rajoute l'enquête que Roselys, la justicière de l'ombre, pour reprendre le titre, se voit mener avec son cheeeeeeer ami, Étienne de Valsens. Bien sûr, hein, on ne peut que se douter que l'auteure installe petit à petit quelque chose entre eux... J'adore la façon qu'a Annie Jay de créer des histoires d'amour. On est vraiment, vraiment loin de la petite histoire à l'eau de rose planplan où Machin embrasse Machine et ils sont heureux jusqu'à la fin des temps. Non, dans ses histoires d'amour (ou alors, comment dire... dans ses "pré-histoires d'amour", comme ici entre Roselys et Valsens), Annie Jay insère des remarques, de réparties piquantes, des disputes, des désaccords... Mais sous sa plume ça en devient encore mieux. Et Dieu sait à quel point j'aime les histoires d'amour classiques.
En relevant le nez de mon livre, je n'aurais pas été surprise de me retrouver au milieu des roses de Trianon. C'est vrai, le contexte historique est dépeint avec tellement de justesse, tellement de réalisme, qu'on se croirait presque à déambuler dans les jardins de la Reine, en compagnie de Guichette (Aglaé de Polignac, fille de l'amie de la reine), Bichette (Louise d'Esparbès), Aimée et Roselys. On se retrouve nez à nez avec des personnages ayant vraiment existé. Bien sûr, certains sont purement inventés, comme Valsens ou Féron, le "méchant" de l'histoire", mais ils n'en restent pas moi presque vivants à mes yeux. Je crois que les livres d'Annie Jay sont un moyen parfait pour remonter le temps. On en apprend énormément sur les moeurs de cette espèce méconnue aux yeux de certains que sont les gens du XVIIIème, et on en vient à parfaitement imaginer la Reine en train de sentir les roses de ses jardins.
Je me suis beaucoup attachée à Valsens. C'était mon personnage favori du récit. J'ai aimé sa façon d'être, ses manières de gentilhomme. Derrière son mur de piques glaçantes, il m'a semblé décelé un peu de tendresse envers Roselys. C'est son plus fidèle allié dans l'enquête (et oui, pour mener à bien ses actions, Roselys n'a pas perdu l'habitude de se déguiser en homme !), et même si on voit bien qu'il regrette son ancienne fiancée, Alix, je me demande si il ne serait pas près de tourner la page... enfin, pour savoir cela, il me faudra lire le second tome. (x
D'ailleurs, je parle plus haut d'Alix. Je n'ai pas trop compris ce qu'on avait fait d'elle, car tout ce qui a été dit à son sujet n'est que suppositions. Enfin, j'ai hâte de le découvrir la suite...

Je ne suis pas du tout déçue, et Annie Jay en reste pour moi la reine des romans historiques ! Je suis infiniment satisfaite, et j'ai du mal à sortir des défauts au livre. Je lirai la suite, bien sûr, avec grand plaisir.
Lien : http://www.skyrock.com/m/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kanarmor
24 juin 2014
Ces roses ont un parfum de déjà vu, j'ai eu l'impression d'avoir déjà « effeuillé » des romans reprenant les thèmes développés par Annie Jay : Versailles et la cour (ici Louis XVI et Marie-Antoinette), des courtisans malhonnêtes et comploteurs, une jeune noble intrépide éduquée selon la philosophie des Lumières, fine lame de surcroit…
Mais le roman est captivant de bout en bout, alerte, avec une grande rigueur historique (semble-t-il au non spécialiste que je suis) restituant bien la vie à Paris et à la Cour.
Un personnage attachant, Roselys, reçue à Paris chez des parents et qui va fréquenter la reine et son entourage. On sait qu'il n'arrivera rien de grave à cette héroïne pétrie de qualités, intelligente, courageuse, s'adaptant à toute situation.
Bref, un roman sans surprise mais bien écrit et d'une lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          80
The-Library-World
15 novembre 2015
Un premier tome magnifique ! Dévoré durant deux heures de voiture, j'ai été captivée par ce récit à la manière d'Annie Jay… Doucement, en crescendo, puis il est impossible de lâcher le livre une fois dépassée la moitié. J'ai déjà lu en grand nombre de ses romans qui font pour certains, parti des mes coups de coeurs. En effet je suis une passionnée des romans historiques et Annie Jay nous emporte à chaque fois, à Versailles !
Ici, nous sommes sous Louis XVI et Marie-Antoinette en présence des grandes personnalités telles que le comte d'Artois, la comtesse de Polignac, sa fille Aglaé, surnommée Guichette (car elle est mariée au duc de Guiche), Rose Bertin, Franz-Anton Mesmer… Des personnages que nous connaissons pas forcément. Ces personnages historiques réels sont liés dans ce récit à des héros fictifs comme Roselys d'Angemont par exemple. Roselys fera la paire avec M. de Valsens. Ils me rappellent un peu Maud et Guilhem dans la BD de la Rose Ecarlate pour ceux qui l'ont lu.
Le ton de l'histoire est toujours aussi merveilleux pour moi ! Les personnages sont si réels et vivants que le lecteur devient un observateur. On a vraiment l'impression d'être dans ce monde : à Trianon avec Marie-Antoinette et la Troupe de Seigneurs qui chahute beaucoup mais qui fait des paris amusants sur Mme La Princesse de Lamballe.
Aimee et Roselys sont toutes deux charmantes, humaines; je regrette seulement que le personnage d'Aimée ne soit pas plus développé, qu'elles ne passent pas plus de temps ensemble le soir. Certes c'est dû au fait que Roselys doit être justicière de l'ombre mais tout de même. La tante Marie est à mourir de rire ! Elle a des attitudes que l'on n'aime pas bien sur, mais qui sont alors, si superficielles qu'elles en sont drôles surtout combinées avec les expressions de l'oncle Lambert… Celui ci nous étonnera d'ailleurs !
J'ai tout particulièrement aimé le comportement d'Etienne avec Roselys. Ils sont tous deux très drôles et leurs périples sont assez mignons *_* la presque fin du livre est juste magnifique, je rêvais quand je l'ai lu ! Un passage qui m'a beaucoup fait rire, je cite : « Ils se regardèrent dans les yeux, se jaugèrent, avant d'éclater de rire » même si je n'ai mis qu'un petit bout, cela donne à réfléchir.
La fin nous laisse penser et essayer de deviner ce qui se passera dans le tome 2…
Je ne vous ai pas parlé du début qui est très court mais qui est vraiment incroyable quand on découvre la famille de Roselys : c'est une famille hors norme !
Je regrette tellement de ne pas avoir pris mon tome 2 avec moi :((( mais au moins vous aurez le temps de savourer et découvrir cette magnifique série, qui aujourd'hui compte déjà 4 tomes !
Annie Jay a su nous transporter encore une fois ! C'est donc un livre à lire d'une traite, lors d'un séjour à Versailles, ou en voiture vers la capitale ?
Ma note ? Assurément 9,5/10 !
PS : le petit clin d'oeil à Annie Pietri dans la dédicace est juste génial ! Et elles seront toutes deux au Salon du Livre et de la Jeunesse à Montreuil, où avec Mademoiselle H nous seront présentes.
Zali'
Lien : https://thelibraryworld.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-Magazine
16 juin 2015
Roselys d'Angemont, seize ans, est à la fois une demoiselle bien éduquée et une jeune personne intrépide, experte en l'art de manier l'épée. Roselys rejoint à Paris sa cousine Aimée de Croiselle, qui sort du couvent. Les deux jeunes filles ont la chance d'être accueillies à Trianon par la reine Marie-Antoinette. Elles y retrouvent Étienne de Valsens, un beau parti dont la mère d'Aimée rêve pour sa fille… Mais ce projet effraie Aimée, car Valsens a la réputation d'être un libertin, un débauché. Roselys décide de mener l'enquête. Habillée en garçon, elle suit Étienne de Valsens, et découvre ainsi l'existence d'une société secrète.
L'avis de Sabine, 13 ans : Dès le début du livre, on est plongé au coeur d'une histoire et de l'Histoire, et on veut savoir ce que va devenir cette petite Roselys dans un monde qui veut être au plus près de la Reine. J'ai bien aimé cette histoire et cette jeune fille qui évolue au milieu des vrais et des faux amis, des amis et des ennemis de la Reine, dans les jardins de Versailles et au théâtre de Marie-Antoinette, parmi les roses et dans une société secrète, et toujours intrépide ! Et, pour finir, elle découvre aussi l'amour ! On ne s'ennuie pas avec ce livre. 
L'avis de la rédaction : Le décor, l'intrique et l'héroïne n'ont rien de bien original, mais le récit, bien rythmé, est captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
kanarmorkanarmor24 juin 2014
Féron s’approcha. La trentaine, l’air trop sûr de lui, l’homme avait immédiatement déplu à Roselys.
- Fichtre, Etienne, railla-t-il, trouvez un moyen plus original pour lier connaissance avec mademoiselle ! « Ne nous sommes-nous déjà pas rencontrés ? » Voilà qui est d’un banal !
Roselys vit Valsens serrer les mâchoires, avant de retrouver un visage placide.
- Mon cher Lucien, je vous laisse de bon cœur l’originalité, et je garde la sincérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HistoiredenlireHistoiredenlire25 février 2014
- Cela ne vous pose aucun cas de conscience ! s'indigna-t-elle. Ce soir, vous avez joué sans scrupules avec les sentiments de cette femme.
- N'avez-vous pas fait de même avec son époux ?
- Certes pas ! Je ne lui ai rien promis, et surtout rien donné.
- Vous êtes bien jeune, la reprit-il. Vous ne savez rien du libertinage qui se pratique dans ce monde. Les sentiments sont faux. Ces gens ne recherchent que du plaisir, et personne ne prend au sérieux les mots prononcés. Les serments éternels ne durent que quelques minutes, les déclarations enflammées s'éteignent aussitôt dites. Je peux vous assurer que Mme de Féron ne souffrira pas. Et sans doute même que demain, une fois dégrisée, elle aura oublié jusqu'à mon existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vicky_vvicky_v03 juillet 2015
-Je sais me défendre, monsieur, lança-t-elle en levant le menton. Vous avez peut-être affaire à une oiselle, mais qui ne sens laisserait pas conter.
-Je vous trouve bien présomptueuse! J'ai l'épaule en loques et... je me sens de fort mauvaise humeur d'avoir galopé comme un forcené pour rien.
Au lieu d'en être rassurée, Roselys prit la mouche.
- Vous me trouvez donc si peu avenante? lâcha-t-elle avec une moue de dépit.
-Je ne touche pas aux pucelles.
-Alors, cessez de poser les yeux sur moi!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PrincessElPrincessEl09 mars 2014
un grand bravo à Mme Ana Mirales pour cette sublime couverture qui donne envie !
Quant au texte, il est génial ! L'histoire est bien menée, entre combats à l'escrime et libertinage. Un petit air de marivaudage bien agréable court au fil des pages, typique de ce siècle des Lumières.
Les personnages de Roselys et Valsens sont sympathiques, drôles, courageux... Ils jouent et se jouent l'un de l'autre avec humour, pour notre plus grand plaisir.
Malgré mon âge, j'ai adoré cette intrigue bien ficelée, comme toujours chez Annie Jay, entre société secrète et un Trianon empli de roses où Marie-Antoinette rêve de devenir actrice.
Lisez-le, vous ne serez pas déçu et passerez un bon moment sans "prise de tête" !!! Vivement le T2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kanarmorkanarmor24 juin 2014
Pour l’heure, le comte d’Artois, yeux bandés, tournait, bras tendus, dans le cercle de joueurs qui se bousculaient en criant. Il finit par saisir le bras de Louise, qu’Aglaé venait de pousser vers lui.
- Qui est-ce ? clama-t-il.
Puis il passa doucement ses doigts sur son visage, s’attarda sur sa bouche, et commenta :
- Peau douce, lèvres fermes… Ce n’est ni ma tante Adélaïde, ni tante Sophie, ni tante Victoire… Sourcils fins, pas de moustache, odeur délicate… ce n’est pas ma belle-sœur la comtesse de Provence non plus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : marie-antoinetteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les roses de Trianon

Combien Roselys a-t-elle de sœur(s)?

Elle n'en a pas
1
2
3
4
5
6

5 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Les Roses de Trianon, tome 1 : Roselys, justicière de l'ombre de Annie JayCréer un quiz sur ce livre
. .