AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782867442124
56 pages
Éditeur : P.O.L. (30/11/-1)

Note moyenne : 4.49/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Quatre saisons. Quatre lettres adressées à l’amie lointaine.
Jour de printemps. Il marche dans les vignes, les bois, alors qu’un poème se compose dans sa tête. Ce texte parle de l’avidité de vivre. De l’attente. L’attente de ce qu’aucun mot ne saurait nommer.
Nuit d’un été torride. Naguère, un enfant s’était enfoncé dans la forêt à la recherche de trois hêtres immenses. Il ne les avait pas trouvés, mais il avait vécu quelques minutes inoubliables près ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  11 juillet 2017
Dans la lumière des saisons, on suit les pas de Charles Juliet, sur le chemin qui nous mène du printemps à l'hiver. Au fil de ce collier de jours, on attend, on espère, on s'élance, on tombe, on se trompe, puis, on contemple et on se pose.
Entre attente et peurs, ennui et solitude, le temps file entre les doigts, sans qu'on comprenne que chaque instant est une perle. On court sans regarder, à la recherche de ce qui nous manque, alors que tout est déjà là, ici et maintenant.
En apprenant à se libérer des noeuds, le chemin devient plus facile, en accord avec la nature, en accord avec soi. Lâcher prise, accepter d'être dans l'ignorance, laisser la vie suivre son cours, avec ses bonheurs et ses peines, les uns portant les autres, comme les ombres la lumière.
Et c'est alors que l'auteur, au bout de cette aventure, de ce chemin qui mène vers soi, nous offre ce petit roman, dont les mots coulent comme d'une source, dans le silence d'une clairière.
« […] un bruit très doux, un murmure très étouffé. Une source était là, et au pied du rocher, l'eau qui lentement s'écoulait luisait au soleil. Je me suis agenouillé, ai plongé mon visage en feu dans la fraîcheur de cette eau claire, et à amples goulées, j'ai longuement bu. »
C'est magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
lecteur84
  09 novembre 2014
Second lecture de cet auteur découvert par hasard...Une pure merveille, un auteur comme on les aime, qui a quelque chose à dire et qui sait le dire...une balade à travers les 4 saisons, avec l'intensité de l'émotion et le charme des descriptions. Une réflexion simple et profonde sur ce que nous sommes, sur ce besoin de se "parcourir" pour se trouver, se comprendre et s'accepter...A lire et relire sans jamais se lasser.
Commenter  J’apprécie          201
emmyne
  12 décembre 2013
Première rencontre avec Charles Juliet et je ne sais trouver les mots pour répondre à ce que donne ceux-là, pour vous dire l'enchantement intime partagé sur ces pages « où rien ne vient s'opposer à ce que je me love en ma pénombre », ce moment de lecture « si fragile, si précieux, si intense « . Quatre saisons pour quatre temps en promenade bucolique, en errance féconde, en échanges, en expériences et intuitions; quatre saisons en métaphore de vie intérieure, conscience et poétique. Une plume exquise qui décrit ces « régions » du dehors et du dedans, s'attardant sur les réflexions, les émotions, le regard non pas en arrière mais en profondeur sur le chemin parcouru, le chemin du lecteur, de l'auteur, dont les passions, bien que toujours vives, s'apaisent. Vives autrement. Vivre autrement. En patience et confiance, consentant, « mouvements d'approche et de repli « .
Lire "Dans la lumière des saisons" ou l'heure d'un bonheur.
Lien : http://www.lire-et-merveille..
Commenter  J’apprécie          130
laurent35
  15 décembre 2020
Beaucoup
De. Simplicité

Beaucoup de sincérité
Beaucoup de richesse malgré tout

N'est ce pas la l'essentiel

Commenter  J’apprécie          100
maeve81
  22 juillet 2015
Des instants d'abandon, de lentes dérives. Une parole nue. Celle que sécrète le murmure de l'intime....Une déclaration d'amour à la vie et à l'écriture de l'intime ; Charles Juliet manie avec excellence l'expression pure des sentiments profonds. On puise dans ces lettres beaucoup de sérénité de celle qui apaise et donne confiance... Un livre de chevet
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   07 mars 2017
30 octobre
Amie chère, extrait 6


   Il y a un mois, c'était mon anniversaire, et cette
époque de ma vie semble marquer pour moi le
commencement d'une nouvelle étape. Jusqu'alors, je
me réjouissais de vieillir, de voir s'estomper mon
enfance et ma jeunesse, d'aller à la rencontre de
cette maturité dont je souhaitais la venue depuis si
longtemps. Mais aujourd'hui, il me paraît que bien
des choses ont changé. J'en ai pris conscience en
constatant que mon rapport à la lecture et aux livres
n'est plus ce qu'il était.
   Avec l'écriture, la grande passion de ma vie a
été, est encore la lecture. Chez moi, dans les cafés,
les autobus, voire dans la rue, ou lors d'une insomnie,
dès que je le pouvais, je me plongeais dans un
livre. J'ai parfois passé des semaines entières à ne
faire que lire, à m'engloutir dans une œuvre, à ne
pas la lâcher sans l'avoir absorbée en sa totalité.
Cette passion des livres et de la lecture s'est d'ailleurs
fréquemment trouvée en conflit avec mon
travail, et c'est elle encore qui ne m'a pas laissé le
loisir d'écouter de la musique plus souvent. Au
moindre instant libre, l'urgence était impérieuse.
Il me fallait me saisir d'un livre, et en hâte, parcourir
quelques pages. En hâte mais non sans grande
attention.
   Recueil de poèmes, essai, roman, ouvrage de
philosophie, mémoires, autobiographie, correspon-
dance, textes mystiques. je dévorais tout avec la
même avidité.

p.15-16
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gouelangouelan   04 juillet 2017
L'attente. Avez-vous connu, connaissez-vous l'attente ? Cette attente qui pendant des années n'a cessé de me ronger, m'a empêché de participer, a frappé d'inanité cela même qui aurait dû me contenter. Si vous saviez dans quel désert elle m'a fait vivre. Rien de ce qui se proposait à moi n'était à la mesure de ce dont j'avais soif. Et que pouvais-je bien attendre ? Je n'aurais su le préciser. Sans doute étais-je dans l'attente de cette merveille qui eût apaisé la soif de ce qui manque à toute vie. Mais il n'est point de merveille, et je conçois maintenant que je n'ai pas à le déplorer. Ce qui est susceptible de répondre à cette attente ne peut venir que de l'instant - cet instant qui est là, en avant de nos pas, et qui s'offre à notre convoitise. Mais souvent, nous le trouvons trop gris, trop banal, et parce qu'il ne nous paraît pas digne de véhiculer ce dont nous désirons nous rassasier, nous le franchissons sans chercher à recevoir ce qu'il recèle. Combien nous nous trompons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
coco4649coco4649   06 mars 2017
30 octobre
Amie chère, extrait 5


   Si ces jours, comme moi, vous avez parcouru
les journaux, vous avez dû apprendre qu'un peu
partout dans le monde des forces mauvaises se
déchaînent. Dans de nombreux pays, sur presque
tous les continents, ce ne sont que crises, tyrannies,
convulsions, famines, guerres, horreurs de toutes
sortes. Depuis le fond des temps, l'histoire n'en finit
pas de se répéter. Mais la rapacité, le besoin de
puissance et de domination, les violences qu'ils
suscitent, quand prendront-ils fin ? Jamais l'avenir
non pas d'un pays, ni même d'un continent, mais
bel et bien de la planète, n'a été aussi sombre. Du
racisme à l'intolérance religieuse, du gangstérisme
économique à la folie d'un tyran, des rivalités tribales
aux nationalismes exacerbés, c'est toujours ce
même besoin de soumettre l'autre, de le déposséder,
l'humilier, l'écraser. Parfois, je suis accablé, et mon
espoir vacille de voir un jour notre triste humanité
non pas s'employer à soigner les maux que depuis
des millénaires elle ne cesse de sécréter, mais vaincre
enfin ses effroyables démons, se réconcilier avec
elle-même, vivre en paix, vivre en paix, mettre au
service du bien commun les inépuisables énergies
qu'elle consacre à multiplier les destructions, répandre
la misère et le malheur, faire sauvagement couler
le sang.

p.14-15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
GeraldineBGeraldineB   25 mai 2013
"Il faut parfois toute une existence pour parcourir le chemin qui mène de la peur et l'angoisse au consentement à soi-même. A l'adhésion à la vie."
Commenter  J’apprécie          690
coco4649coco4649   04 mars 2017
30 octobre
Amie chère, extrait 3


   J'ai passé ma journée à marcher sur les collines.
Des écharpes de brume traînaient dans la plaine,
mais sur les hauteurs, une lumière dorée exaltait les
ocres, les bruns, les rouges des vignes et des arbres
qui brûlaient dans l'air immobile.
   Si vous saviez combien j'aime l'automne,…
   Saison des fruits, des récoltes, de la surabon-
dance. Maturité. J'ai toujours associé cette saison à
ce que représente pour moi la femme, la mère, à ce
qui opère en la majorité d'entre vous et dont
l'homme est si loin.

   De cet automne je passe à celui de l'existence
humaine. Pour nous aussi au long des années, se
succèdent des nuits de gel, des vents dévastateurs,
d'implacables journées de canicule, des orages, des
sécheresses, des pluies torrentielles, et c'est tout cela
qui finit par produire la richesse d'une vie, la beauté
d'un visage. (Un visage n'est jamais si beau, si
émouvant, qu'à son automne.) …

p.12-13-14
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Charles Juliet (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Juliet
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
920 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre