AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Charles Provost (Traducteur)
ISBN : 2266143913
Éditeur : Pocket (11/01/2007)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 313 notes)
Résumé :
« Heureux 53e anniversaire, docteur. Bienvenue au premier jour de votre mort. »
Lorsque lui parvient cette mystérieuse lettre de menace, l'existence jusqu'alors prévisible du docteur Starks bascule dans le chaos. Ce psychanalyste à succès se trouve subitement entraîné dans un jeu morbide conçu par l'homme qui se fait appeler Rumpelstiltskin, comme le mauvais génie du conte des frères Grimm. Starks dispose de deux semaines pour identifier Rumpelstiltskin et l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  18 juin 2016
"I am the king of the divan" pourrait chantonner, satisfait, le docteur Ricky Starks, psychanalyste new yorkais renommé, veuf , la cinquantaine bien conservée, ronronnant dans la routine de ses consultations, à la veille de prendre ses vacances annuelles dans sa villa de Cape Cod... tandis que the Big Apple se vide sous la canicule...
"I am the king of the divan", peut-être, mais pas "ça plane pour moi,moi, moi, moi, moi.." car toute sa vie bien ordonnée de sphinx freudien va, d'un seul coup, tourner au cauchemar...
Un homme au nom imprononçable- Rumplestiltskin, je ne vous le redirai pas deux fois!! - oui, Rumplestiltskin, comme le méchant nabot du conte qui exigeait le nouveau-né d'une jeune mère si elle devinait, par extraordinaire, son invraisemblable nom- Rumplestiltskin, donc, - ah mais c'est que vous en redemandez! - met le pauvre Ricky au défi de retrouver le nom d'une patiente dont il a ruiné la vie...20 ans auparavant. S'il trouve, il aura la vie sauve. S'il ne trouve pas, son "suicide"sera le seul moyen d'éviter à ses proches de gros désagréments...
Il a quinze jours pour mener ses investigations.
Il a juste le droit de poser, dans le New York Times, une question par semaine au mystérieux monsieur R.
Celui-ci, à son tour, lui envoie obligeamment deux émissaires , Merlin, un petit gros tiré à quatre épingles et Virgil, une grande blonde sculpturale, qui, tout en le terrorisant, lui distillent quelques indices..et s'occupent, très méthodiquement, de ruiner la sienne, de vie: cartes annulées, comptes bloqués, appartement dévasté, proches inquiétés, patients intimidés voire plus, et réputation professionnelle dézinguée...
Le suicide programmé apparaît comme la suite logique de toutes ces calamités...
Mais Ricky est joueur.Il relève le défi.
Et le jeu contre la montre et contre la mort commence..
L'analyste met en branle toutes ses capacités de déduction et d' intuition.
Énigmes, bouts rimés, questions fermées, questions ouvertes. Si, en thérapie, les mots sauvent, dans la réalité ils sont souvent des pièges redoutables...et si, en thérapie, l'écoute est la première qualité de l'analyste, face à des fous furieux, à des tueurs, seule l'action a le...dernier mot!
La première partie, très sobre, tendue comme une corde de violon, est terrifiante et m'a tellement scotchée que j'ai passé une nuit blanche à dévorer ce roman noir...
Même si l'idée qui fait de Ricky "le chassé" dans la première partie et "le chasseur" dans la deuxième était excellente, la deuxième moitié du bouquin est à la fois plus artificielle et plus convenue - J'avais même deviné la fin-
Mais rien que pour l'époustouflante première partie il faut découvrir ce polar ...qui permet en outre de réviser ses classiques: belle galerie de frappadingues bien dangereux: bipolaires, pervers narcissiques, paranos, obsessionnels compulsifs, pédophiles incestueux, et , bien sûr, quelques bons vieux psychopathes des familles- c'est le mot: vous avez le père et le fils!
Insomnie garantie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Foxfire
  12 mars 2014
J'avais acheté ce livre alléchée par la 4ème de couverture qui promettait un suspense haletant, une lecture divertissante. Cet a priori positif semblait corroboré par les excellents avis des membres de Babelio. Malheureusement, je ne vais pas aller dans le sens de cet enthousiasme quasi général.
L'idée de départ est originale et ludique et je dois reconnaître que l'auteur a de l'imagination. Outre la séduisante idée de départ, le roman est parsemé d'autres trouvailles intéressantes : le découpage en 2 parties avec une inversion des rôles dans la seconde (le héros passant de victime à maître du jeu), le héros analyste qui se soumet à une analyse express auprès de son mentor (procédé narratif astucieux qui lui permet de prendre un peu d'épaisseur), le héros qui se transforme en as du déguisement (ces passages ont le charme d'une série d'espionnage rétro).
Malgré ces qualités, ma lecture a été gâchée par les défauts du livre. Pour me plaire, un thriller doit avoir un rythme trépidant qui laisse à peine le lecteur reprendre son souffle entre chaque moment fort. La concision du récit est donc souvent de mise. On est ici loin de cet idéal. le roman est trop long, il y a des longueurs, des redondances, certaines situations sont étirées à outrance. Je dois dire qu'à plusieurs reprises je me suis ennuyée.
De plus, l'auteur prend trop le lecteur par la main, explicitant chaque déduction même lorsqu'elle était évidente. Cela accentue encore les longueurs.
Il y a également beaucoup d'invraisemblances et de facilités. Par exemple, au début du roman, le héros sait à peine allumer un ordinateur. Il lui suffit de lire un livre type "l'informatique pour les nuls" pour se muer en spécialiste capable de se créer une fausse identité avec faux papiers. Il ne s'agit que d'un exemple parmi d'autres, le récit fourmille d'incohérences, de deus ex machina, de personnages ayant des réactions illogiques.
Je ne sais pas grand chose de la psychanalyse et je reconnais que l'auteur semble bien documenté sur le sujet. Que la psychanalyse, en lui apportant une connaissance des comportements humains, soit le moyen du héros est plutôt un procédé narratif astucieux. Cependant, il me semble que Katzenbach exagère tout de même les pouvoirs de cette discipline.
J'ai eu en outre beaucoup de mal à éprouver de la sympathie pour le héros. Et les autres personnages ne m'ont guère convaincu, caractérisés à gros traits, sans finesse ni subtilité.
J'ai également trouvé que l'écriture, sans être mauvaise, était un peu plate, manquait un peu de personnalité.
L'idée de départ, prometteuse et originale, méritait le talent d'un véritable page-turner qui aurait su rendre addictif son récit, ce qu'à mon avis Katzenbach n'est pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Kittiwake
  04 janvier 2014
C'est avec un vague mal de vivre, une impression d'échéance vitale arrivée à terme que Ricky Starks entame sa routine habituelle d'écoute bienveillante. C'est le dernier jour de travail avant les vacances d'été, le patient reçu l'agace un peu plus que de coutume…Il est loin de se douter que tout ce qu'il a construit dan sa vie va être balayé dans une descente aux enfers impitoyable. Il a quinze jours pour trouver qui est derrière cette mise à mort programmée, avec suicide à la clef, sous peine de représailles visant ses proches. le jeu est très inégal : il affronte un adversaire bien entrainé, capable d'anticiper plusieurs coups à l'avance, alors que lui même agit avec la maladresse que confère la panique…
Cette première partie est trépidante (elle rappelle l'ambiance terriblement anxiogène de Cul-de-sac de Douglas Kennedy). Seul le nombre de pages restant laisse imaginer qu'une issue autre que fatale à court terme est possible pour notre héros.
Au fond de la piscine, deux éventualités: on se noie ou on donne un coup de talon vigoureux pour remonter…Et pour se sortir d'une telle souricière, il faut s'armer d'une belle patience et recruter tous ses neurones…
C'est époustouflant, et cela mérite sans conteste les nombreuses critiques élogieuses et le Grand prix de littéraire policière de 2004. Ce n'est qu'en vérifiant a postériori le nombre de pages de l'édition papier que je me suis rendu compte qu'il s'agissait d'un pavé. Ce pavé-là se dévore sans indigestion.
L'ambiance « psy » contribue à l'agrément de l'ensemble : immersion dans le quotidien d'un psychanalyste, psychopathe dangereux, paranoïa induite…, le tout décrit et analysé avec une
subtilité remarquable. Une très bonne surprise…presque dix ans après sa sortie en France!
A quand l'adaptation cinématographique?
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Ptitgateau
  08 novembre 2014
Que voilà un magnifique thriller à ranger dans la catégorie des psychologiques, surprenant, glaçant, terrifiant par son intrigue ! le docteur Stark, psychologue , reçoit une lettre dans laquelle l'auteur lui demande purement et simplement de se suicider. Là, le lecteur sourit : qui peut vous obliger à vous suicider, oui mais… vous envisagez les choses d'une autre façon lorsqu'autour de vous, tout s'écroule comme un château de cartes… thriller psychologique d'un point de vue du héros, mais aussi du point de vue du lecteur lui-même aussi impuissant que la victime de cette sombre machination et qui passe sa lecture à se demander comment il va pouvoir se sortir de cette situation. Suspens garanti jusqu'à la dernière page !
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
Commenter  J’apprécie          300
aaahhh
  26 mai 2013
Un thriller aux rebondissements multiples à vous couper le souffle!
Il n'y a pas de doutes, John Katzenbach a l'imagination fertile et l'art du suspense à tiroir! du début à la fin de l'intrigue, le lecteur est entrainé et saisi et il y a fort à parier qu'il ne pourra être tranquille qu'une fois les dernières pages tournée et le pot au roses enfin découvert!
Je suis enthousiaste, oui, et je suis tout à fait prête à donner raison aux nombreux admirateurs de cet époustouflant polar, mais je dois préciser qu'il y a quand-même pas mal d'eau dans mon vin et que, si j'ai bien entendu apprécié la lecture de "L'analyste", je ne pourrais pas, comme certains, le qualifier de chef d'oeuvre, car selon moi si il y a du talent dans ses chapitres, il y a aussi de l'exagération, du mélodrame et de la prose facile, bref, il y a comme un arrière gout de roman de gare...
En fait j'ai trouvé les premiers chapitres très forts, et les premières pages tout particulièrement, car l'intrigue initiale tissées par l'auteur est des plus délectables tant elle ouvre l'imagination et la curiosité. Ce qui ma déçue c'est la surenchère des chapitres suivants. Plus on avance dans l'histoire, plus la trame de l'histoire s'élargie et se complexifie, mais plus pour le pire que pour le meilleur... A vrai dire, selon moi, l'histoire part rapidement en sucette et de rebondissements en rebondissements, on s'éloigne un peu trop du coeur initial de l'intrigue qui avait pourtant tout pour plaire.
Bien entendu, comme beaucoup de scénarios qui partent dans tous les sens et promettent monts et merveilles, la fin, sans être mauvaise, n'est pas forcément à la hauteur du suspense accumulé...
Un bon polar, à lire sans hésitations, mais sans s'attendre au chef d'oeuvre policier du siècle!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
verobleueverobleue   20 août 2018
A l'époque de la table ronde, [...], l'enfer était très réel dans l'esprit de toutes sortes d'idiots, y compris chez les gens instruits et raffinés. Ils croyaient vraiment aux démons, aux diables, à la possession par les esprits du mal, tout ce que vous voulez. Ils pouvaient sentir le feu et le soufre qui attendaient les hérétiques et ne trouvaient pas du tout déraisonnable que les êtres qui avaient mal vécu puissent mériter les feux de l'enfer et les tourments éternels. Tout cela est plus compliqué de nos jours, n'est ce pas docteur? Non, nous ne croyons pas que nous allons subir le supplice des tenailles chauffées au rouge et à la damnation éternelle dans je ne sais quel gouffre brûlant. Qu'avons-nous à la place? Les avocats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
verobleueverobleue   20 août 2018
Une déclaration d’impôts, c'est comme une carte routière. Tout y est indiqué, du numéro de sécurité sociale aux dons de charité. Elle met en évidence les chemins les plus fréquentés de la vie de quelqu’un, sans les anecdotes.
Comme une carte, elle montre comment passer d'un endroit à un autre, dans la vie d'un individu, où se dressent les barrières de péage et où commencent les routes secondaires. Il ne manque que la couleur et la description.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
michfredmichfred   18 juin 2016
Tout ce qu'il avait fait était conçu pour provoquer la colère et la peur de Monsieur R., et les menaces exigent des réactions. Un tueur professionnel est un homme d'action. L'analyste, pas du tout. Ricky pensa qu'il avait créé une situation où ses forces et celles de son adversaire s'équilibraient.
Commenter  J’apprécie          100
aaahhhaaahhh   26 mai 2013
Un des principes de la psychanalyse est que, même si la thérapie tire à sa fin, même si les séances quotidiennes s'interrompent, le processus n'est jamais terminé. Ce que la thérapie apporte, c'est une nouvelle manière de se regarder, et elle fait en sorte que ce nouveau regard sur soi puisse influencer les décisions et les choix qui détermineront votre avenir. Au mieux, par conséquent, ces choix ne sont pas paralysés par les évènements du passé. Ils sont soulagés des dettes que chacun a à l’égard de son éducation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CiellaCiella   15 décembre 2013
Cette prise de conscience aurait dû le vider. Au lieu de quoi, il se sentait gonflé d’une énergie inattendue. Et il était soulagé, bizarrement. Il se dit que la découverte de la vérité, après qu’il eut été longtemps entouré par le mensonge, était comme un carburant qui le poussait en avant.
Cette nuit-là, il allait devoir parcourir des kilomètres. Des kilomètres d’autoroute et des kilomètres dans son cœur. Un trajet qui l’entraînerait au plus profond de son passé, tout en lui montrant la direction de son avenir. Il accéléra encore, comme le coureur de marathon qui sent que la ligne d’arrivée approche – elle est encore hors de vue, mais il la sent à la douleur dans ses jambes et dans ses pieds, à l’épuisement s’insinuant plus profond dans son corps à chaque inspiration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de John Katzenbach (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Katzenbach
"Juste Cause" (1995) - Bande-annonce VO
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..