AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Patrick Besnier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070382149
288 pages
Gallimard (04/01/1990)
3.48/5   162 notes
Résumé :
Le roman, publié en 1892, où Pierre Loti décrit un Pays Basque folklorique qui a marqué l’image de cette région au grand dépit des défenseurs de l’identité basque.

Ramuntcho dort. Tout à l'heure, il partira pour une de ces expéditions clandestines dé l'autre côté de la frontière espagnole qui sont le métier secret de tant d'hommes au pays basque. Dans la salle basse, sa mère Franchita songe. II s'est déjà fait une solide réputation de joueur de pelot... >Voir plus
Que lire après RamuntchoVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 162 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis
Pierre Loti semble avoir été un étrange voyageur amoureux. (Lisez sur Wikipedia la description de son mariage au Japon !) de nombreuses rencontres avec des femmes « exotiques »* il a tiré autant de romans du même qualificatif.

Je ne le connaissais que pour avoir beaucoup aimé Les désenchantées, roman d'amour, où il mettait en scène un écrivain vieillissant, qui n'est plus séducteur volontaire mais toujours content de plaire, et déclaration d'amour à Istamboul presque plus qu'à ses femmes.
Le personnage Ramuntcho ne porte pas le nom d'une des amoureuses de Loti, mais celui d'un de ses fils (non déclarés), né d'une liaison avec une femme basque, qu'il a emmenée dans sa ville natale. Et le roman raconte l'histoire du fils d'une pauvre basque. Sa mère a quitté son père, riche monsieur de la ville, avant qu'il ne l'abandonne tout à fait, pour revenir dans son village. Je ne peux pas m'empêcher de penser que Loti songe ici à un destin qu'aurait pu avoir son fils.

Mais j'ai assez joué les Sainte-Beuve de troisième classe, revenons au texte. Vermeer fait remarquer sur Babelio que Loti y décrit un Pays Basque de carte postale (pelote et contrebande, rêve d'émigration) qui n'a guère plu aux basques. Pour moi, le problème essentiel est que l'auteur se regarde décrire en belles phrases, belles pages, beaux chapitres, cette région qu'il aime. Loti a été un auteur admiré, voire adulé, pour son style, il laisser glisser plume et imagination poétique pendant trop longtemps, et son intrigue fait l'escargot, ça ne bouge vraiment que pendant les dernières pages. La langue reste belle, mais ce n'est plus vraiment un roman, juste une situation : les amours contrariées d'un très jeune couple un peu stéréotypé.
Outre la langue, j'ai aimé la description de cette société basque et cette critique discrète des excès du catholicisme (sous la plume d'un protestant). Mais tout cela n'existe plus et n'a qu'un intérêt historique limité. Ma dernière question, en constatant qu'une version (bibliothèque verte) a été éditée pour les jeunes lecteurs dans la 2e moitié du XXe siècle : croyait-on encore aux effets moraux sur la jeunesse d'une telle lecture ?

*Bretons et Basques sont exotiques, pour Loti
Commenter  J’apprécie          302
La Feuille Volante n° 1139
RAMUNTCHO ET AUTRES RÉCITS DU PAYS BASQUE - Pierre Loti
Réunis et présentés par Alain Quella-Villéger et Bruno Vercier – La Geste

Tout d'abord, je remercie les éditions La Geste et Babelio, dans la cadre de « Masse Critique »,'de m' 'avoir permis de renouer avec les écrits de Pierre Loti, un de mes écrivains favoris dont j'ai toujours apprécié la pureté, la simplicité du style et la poésie des descriptions. Il a été avec talent, comme devrait l'être tout écrivain, un merveilleux serviteur de notre belle langue française. J'ai ainsi eu plaisir à relire « Ramuntcho » et à découvrir les autres récits de ce pays basque qu'aimait tant l'auteur de « pêcheur d'Islande ». 

Il y a certes ce roman publié en 1897 qui met en scène un jeune et beau contrebandier basque et lui fait vivre une dramatique histoire d'amour avec Gracieuse ainsi que des aventures héroïques. Ce n'est cependant pas un personnage idéal, c'est un homme simple, pauvre, pelotari le jour mais contrebandier la nuit, respectueux des coutumes ancestrales, des conventions et de l'ordre, victime d'événements contraires qui interdisent son mariage avec sa promise. C'est aussi un bâtard, victime des tabous sociaux et religieux, partagé entre son attachement à son terroir et sa volonté de partir loin. Gracieuse elle-même se laisse enfermer dans ce couvent dont elle ne sortira jamais vivante pour lui rester fidèle et ne pas se donner à un autre, préférant Dieu à la trahison de la parole donnée.
C'est le grand roman emblématique du Pays basque, même si la critique n'a pas été unanime à la sortie du livre. Il témoignent de l'attachement de Loti à cette région que l'écrivain rochefortais a rencontrée à l'occasion d'une affectation comme commandant du « Javelot », une petite canonnière à vapeur, stationnaire sur la Bidassoa, destinée à la surveillance des pêcheurs et surtout des contrebandiers. Pour l'infatigable voyageur qu'est Loti c'est un paradoxe, mais le charme du pays va très vite agir sur lui et il se fixera dans une maison d'Hendaye qu'il finira par acheter et où il mourra en 1923. Lui qui était né dans un pays de plaine et dont le métier de marin l'avait entraîné sur toutes les mers du globe, il devait bien avoir une réelle envie de montagnes puisqu'il a adopté très vite ces paysages et ce peuple, au point de les décrire avec la minutie poétique et la dimension humaine qu'on lui connaît, ce qui en fait un véritable document ethnologique. Il relatera les anecdotes et les événements qui s'y sont déroulés, adoptera aussi les jeux, les coutumes de cette contrée qui, à son époque, était encore exotique, c'est à dire protégée du modernisme par les montagnes et la distance et les décrira avec passion, en faisant même un pays à la fois idéal et réel, une sorte de paradis perdu qu'il s'appropriera, mais la langue basque, mystérieuse, lui restera toujours étrangère. Même si cela est un peu folklorique, il évoque le fandango, la pelote dont il est un joueur assidu, la contrebande, les rituels catholiques et la forte propension des Basques à l'exil pour l'Amérique du sud. C'est un autre paradoxe que celui d'évoquer pour ses lecteurs du reste de la France, principalement ceux des villes, un pays à ce point enclavé dont il cherche à percer l'âme véritable. Ici, et bien qu'il ait pu être regardé comme un écrivain fantasque, il noua beaucoup d'amitiés et vécut des amours passionnées au point d'avoir une descendance illégitime et « secrète » alors qu'il était officiellement marié avec Blanche qui vivait à Rochefort. Il recevait dans cette maison des auteurs célèbres, des journalistes et des aristocrates étrangers en exil. Autre paradoxe sans doute est la recherche de Dieu, qu'il mèna, lui le protestant, à travers le catholicisme dont il aima les fastes et les rituels, au point de traverser nuitamment la Bidassoa pour aller entendre la messe de minuit en Espagne. Ce roman est en effet celui de la foi chrétienne mais aussi d'un certain scepticisme, la religion n'étant pas pour Loti la solution aux problèmes humains.

Il y a surtout les explications, commentaires et analyses des auteurs, tous deux éminents spécialistes de Pierre Loti, la mise en perspective de ce roman, de la vie de l'académicien et du Pays basque. C'est là une facette intéressante de cet ouvrage. Il y a certes ces évocations de la contrebande, des nuits passées dehors, ce qui en fait un authentique roman d'aventure, mais il y aussi l'aspect descriptif des paysages changeant avec les saisons et l'évocation des amours contrariées de Ramuntcho et de Gracieuse et à jamais compromises à cause des tabous et de la pauvreté, de la morale. Bien sûr les relations entre ces amoureux sont surannées et ne correspondent en rien à celles de maintenant, mais Loti est un homme de son temps, avec sa sensibilité et son talent et cela donne un roman poétique qui s'inscrit parfaitement dans l'aventure humaine immuable. J'ai eu plaisir à le relire. Au moins ne donne-t-il pas dans le « happy end » un peu trop facile que le lecteur pourrait souhaiter et les personnages de ce roman plein de sensibilité retournent dans leur quotidien ordinaire et banal.
Ramuntcho, comme Loti a le désir de partir, de vivre ailleurs mais malgré tout reste attaché à sa terre maternelle, au pays de son enfance. le personnage principal est un bâtard, fils de père inconnu, comme le seront les enfants basques illégitimes que Loti aura avec celle qu'il appelle « Crucita », dont leur premier fils s'appelle Raymond (Ramuntcho en Basque). Sa mère suivra Loti à Rochefort où elle élèvera seule leurs deux fils. Il y a entre le personnage principal et Loti de nombreuses connotations personnelles, les auteurs n'en veulent pour preuve que la mise en perspective de certaines pages du roman et celles du journal intime de Loti dans ses premières années basques. Dans ce « journal » aux pages un peu disparates, Loti fait état de ses impressions et de ses sentiments, mais aussi de ses goûts, de ses obsessions, de ses sympathies ce qui en fait un document complémentaire du roman. Son amour pour ce pays y transparaît, un peu comme une immobilité chaude et douce non seulement quand il décrit les paysages mais aussi quand il évoque les foyers et les églises. Il ne lui échappe pourtant pas que la modernité du chemin de fer va bientôt venir bousculer tout cela et avec lui l'afflux des touristes (à cause de son roman peut-être?). Il n'est certes pas Basque mais a plaisir à penser qu'il a été adopté par les gens de cette contrée au point d'être reconnu et salué dans la rue, de passer la frontière espagnole librement, avec la bienveillance des douaniers, pour le plaisir d'être sur un autre versant de son cher Pays basque.

Malgré tout j'ai lu aussi dans ces pages une certaine mélancolie qui je crois l'a toujours accompagné tout au long de sa vie.

© Hervé GAUTIER – Mai 2017. [http://hervegautier.e-monsite.com]
Commenter  J’apprécie          70
Pierre Loti l'écrivain voyageur a jeté l'ancre au Pays Basque. Pays dont il tombe amoureux, pas seulement pour ses paysages, mais aussi pour ses habitants dont il apprécie le caractère bien trempé. Il les apprécie au point d'y fonder une seconde famille avec une femme du cru qui lui donnera quatre garçons dont un certain Raymond. Qui en basque se dit Ramuntcho.

Au pays basque il y reviendra régulièrement. Il y fit l'acquisition d'une maison sur les rives de la Bidassoa dans laquelle il a voulu vivre ses derniers jours. Son engouement pour cette contrée lui a inspiré ce roman, Ramuntcho. Plus que dans tout autre il dévoile sa sensibilité propre.

L'énergie romanesque de son ouvrage s'en trouve enrichi d'une prose aux élans poétiques. Sa plume s'alanguit dans des envolées mélancoliques à rendre jaloux les romantiques. Mais l'amoureux contemplatif reste un être lucide. Il ne perd de vue que la vie n'a rien d'un tapis de rose. Que les amours et les amitiés sont souvent contrariées par les événements, les codes moraux, les intérêts. Ramuntcho, le contrebandier qui ne craint pas les douaniers, le joueur de pelote qui fait l'admiration de tous en fera l'amère expérience.

Le regard de Gracieuse – on appréciera le choix du prénom - la belle qui avait conquis le coeur de Ramuntcho, s'éteint doucement dans l'ombre d'un couvent dans lequel l'a fait enfermer sa mère. Jusqu'au dernier chapitre on brûle de savoir si Ramuntcho réveillera ce regard et attisera à nouveau son bonheur du souffle de l'amour.

Pierre Loti est un poète éveillé dont le réalisme teinte les oeuvres d'austérité. Son acuité dans la perception du monde le retient de dresser un tableau idyllique de la vie. Ses amertumes lui donnent l'occasion de donner quelques coups de griffes à la religion qui pour le coup est plus une prison qu'un secours.

Chacun de ses personnages dévoile un peu plus son auteur. L'homme d'action quelque peu fantasque qui s'enflamme pour un lieu, une personne, sans cesse attiré par des ailleurs espérés plus doux, n'en finit pas de se chercher. le bonheur lui file entre les doigts comme le sable des plages. Autant que lui a pu filer sur les mers d'un bout à l'autre du monde, s'attachant à une japonaise, une turque, une basque, un matelot breton. Si peu à son épouse légitime. Ramuntcho n'est pas d'elle. Mais le roman est touchant.
Commenter  J’apprécie          140
Pierre Loti est un écrivain de l'impressionnisme. Comme ces peintres de la fin du XIX ème siècle, il accorde beaucoup d'importance aux variations de la lumière au fil des saisons, aux changements subtils apportés au paysage par le passage du temps qu'il décrit par petites touches, comme un peintre impressionniste à nouveau. Pour saisir cette évolution lente, le récit ne peut pas être celui de l'action, des péripéties, mais celui de la répétition dans la durée. Loti écrit donc peu au passé simple, mais à l'imparfait. Ainsi, même lorsqu'il évoque des actions qui pourraient être épiques, qui pourraient donner lieu en tout cas à une mise en récit comme les ruses des contrebandiers ou l'enlèvement de Gracieuse, ne sont pas approfondis ; le but de l'écriture de Loti n'est donc pas de créer un sentiment d'urgence ou de suspense, mais de voir l'écoulement du temps. Cela peut créer un sentiment de longueur : les descriptions sont belles, mais j'ai regretté un manque de péripéties.
Ce temps s'écoule, oui, à son rythme. Les descriptions sont partagées entre "l'autrefois" en partie fantasmé avec ses coutumes et sa langue, le temps des ancêtres, et un "aujourd'hui" qui est l'entrée dans la modernité, avec la conscription, la nationalisation française, le train et même l'immigration en Amérique du Sud. Ce contraste est intéressant, familier aux romans de Loti qui oppose souvent le paysage de ses rêveries et de ses imaginations à celui de la modernisation de cette fin du XIX ème siècle.
Si j'ai été charmée par les descriptions, je les ai cependant trouvées assez longues, et je n'ai pas accroché à la romance assez mièvre entre deux personnages principaux assez peu caractérisés, surtout que la fin est annoncée dès le début.
Commenter  J’apprécie          100
Ce livre m'a permis une relecture du roman Ramuntcho avec un oeil différent. Effectivement, je ne m'étais jamais penchée sur la vie de cet auteur, mais après l'avoir lu en préambule, on ne peut qu'avoir le sentiment que Pierre Loti a imaginé la vie que pourrait avoir son fils conçu avec une Basquaise.
Ramuntcho n'en est que plus mélancolique. Plus profond.

Pour ce qui est des autres récits du Pays Basque, ils mettent en évidence le style descriptif de la plume de Loti. Il y décrit finement et avec une clairvoyance les paysages et les us et coutumes des années 1900.
Qui d'ailleurs, mieux qu'un étranger, peut capter aussi bien des détails qui sont transparents pour l'autochtone qui les a toujours eu sous les yeux ?

Ce livre m'a rendu nostalgique d'un Pays Basque que je n'ai pas connu.
Quoi que, aux vues des descriptions de M. Loti, certaines choses, à plus d'un siècle d'écart, ne changent pas : le charme et les couleurs de chaque saison de la région. Et la critique égoïste de l'étranger (comme lui) contre le développement du tourisme et des infrastructures, voulant garder le Pays Basque comme lui l'a trouvé et aimé. Il serait horrifié de voir la côte basque aujourd'hui mais certainement surpris de voir que la culture et la langue y ont perduré...
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
- Nous irions ? C'est bien comme ça que tu as parlé: nous irions, toi et moi ? Cela signifie donc que tu serais consentante, un peu plus tard, quand nous serons d'âge, à nous marier tous deux ?
...
Il serra contre lui le bras de sa petite fiancée, et leur marche devint plus lente. C'est vrai qu'ils ne s'étaient jamais dit cela, non pas seulement parce qu'il leur semblait que ça allait de soi, mais surtout parce qu'ils se sentaient arrêtés au moment de parler par une terreur quand même, - la terreur de s'être trompés et que ce ne fût pas vrai... Et maintenant ils savaient, ils étaient sûrs. Alors ils prenaient conscience qu'ils venaient de franchir à deux le seuil grave et solennel de la vie. Et appuyés l'un à l'autre, ils chancelaient presque dans leur promenade ralentie, comme deux enfants ivres de jeunesse, de joie et d'espoir.
Commenter  J’apprécie          91
Oh ! qui dira pourquoi il y a sur terre des soirs de printemps, et de si jolis yeux à regarder, et des sourires de jeunes filles, et des bouffées de parfums que les jardins vous envoient quand les nuits d'avril tombent, et tout cet enjôlement délicieux de la vie, puisque c'est pour aboutir ironiquement aux séparations, aux décrépitudes et à la mort ...
Commenter  J’apprécie          100
Les tristes coulis annociateurs de l'automne venaient d'apparaître en masse dans une bourrasque grise, fuyant la haute mer sous la menace des tourmentes prochaines. A l'embouchure des rivières méridionales, de l'Adour, de la Nivelle, de la Bidassoa qui longe l'Espagne, ils erraient au-dessus des eaux déjà froidies, volant bas, rasant de leurs ailes le miroir des surfaces. Et leurs cris, à la tombée de la nuit d'octobre, semblaient sonner la demi-mort annuelle des plantes épuisées.
Commenter  J’apprécie          70
Cette séparation de trois années, ils la contemplaient d'ailleurs avec une confiance absolue dans l'avenir, tant ils se croyaient sûrs l'un de l'autre, et d'eux-mêmes, et de leur impérissable amour. Mais c'était cependant une attente qui déjà leur serrait le cœur étrangement; cela jetait une mélancolie imprévues sur les choses même les plus indifférentes d'ordinaire, sur la fuite des journées, sur les moindres indices de la saison prochaine, sur l'éclosion de certaines plantes, sur l'épanouissement de certaines espèces de fleurs, sur tout ce qui présageait l'arrivée et la marche rapide de leur dernier été.
Commenter  J’apprécie          50
La pauvre cloche d'agonie, qui s'épuisait à tinter là-bas si puérilement pour appeler d'inutiles prières, s'arrêta enfin, et, sous le ciel fermé, la respiration des grandes eaux s'entendit seule au loin, dans l'universel silence. Mais les choses continuèrent, à l'aube incertaine, leur dialogue sans paroles : rien nulle part ; rien dans les vieilles églises si longuement vénérées ; rien dans le ciel où s'amassent les nuages et les brumes ; - mais toujours la fuite des temps, le recommencement épuisant et éternel des êtres ; et toujours et tout de suite la vieillesse, la mort, l'émiettement, la cendre...
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Pierre Loti (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Loti
En partenariat avec l'Opéra National de Bordeaux, rencontre avec Alain Quella-Villéger autour de l'oeuvre de Pierre Loti. Entretien avec Christophe Lucet.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/0-1303180/quella-villeger-alain
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : pays basqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (385) Voir plus



Quiz Voir plus

Le pays des Lotiphiles

Le vrai nom de Pierre Loti était :

Louis Poirier
Henri Beyle
Julien Viaud
Fréderic Louis Sauser

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre LotiCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..