AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bruno Vercier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080705709
285 pages
Flammarion (07/01/1993)
3.46/5   70 notes
Résumé :
Est-ce que tu as lu Madame Chrysanthème ? Cela m'a bien donné à penser que les vrais Japonais n'ont rien sur les murs.
La description du cloître ou de la pagode où il n'y a rien (les dessins et curiosités sont cachés dans des tiroirs). Ah ! C'est donc comme ça qu'il faut regarder une japonaiserie, dans une pièce bien claire, toute nue, ouverte sur le paysage. Vincent Van Gogh à son Frère Théo.
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 70 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

Il est aisé de qualifier Pierre Loti d'orientaliste, de trouver dans les critiques parfois dures que le marin français a pour les coutumes japonaises un mépris, une condescendance. Ce serait pourtant mal le connaître que de le réduire à un amour de l'exotisme qui confinerait au racisme.

Le marin (car le récit est quasi-autobiographique) arrive en terre nippone avec beaucoup de préjugés, certes, mais des préjugés favorables, forgés déjà en occident, puis en Chine ; et surtout, il arrive avec une certaine ouverture d'esprit, ou du moins, une volonté de se laisser captiver, séduire non par son Japon rêvé, mais par le vrai Japon.

Quand le pays lui déplaît réellement, c'est d'abord parce qu'il ne s'appartient plus - du moins du point de vue d'un voyageur, étranger au pays dans toutes les acceptions du terme. La Nagasaki industrieuse, concessionnaire, moderne et ouverte au monde n'est certes pas une expression parfaite de ce qu'est l'esprit de la nation japonaise, et se retrouve bien mieux dans une compréhension fade et nivelante de la modernité.

L'histoire de la rencontre de Pierre Loti avec le Japon et avec Nagasaki est aussi l'histoire de sa rencontre avec Madame Chrysanthème, cette Japonaise d'abord fantasmée, puis crainte, puis rêvée femme. C'est en marin qu'il aborde Nagasaki, et on pourrait arguer que c'est en marin qu'il aborde Madame Chrysanthème. On ne sait trop si la déception qui pointe ça et là est due à ses fantasmes premiers, dont il attend pourtant qu'ils s'effacent bientôt devant la réalité, ou bien au contraire s'il s'interdit de voir en elle sinon son épouse, du moins sa femme. Un marin devrait-il être comblé par un pays, par un mariage arrangé, alors que l'un comme l'autre ne sont jamais pour lui qu'une étape ?

Mais au-delà de la romance que beaucoup attendent - c'est aussi que le titre est trompeur, et des nombreux préjugés ironiquement désavoués qu'a le lecteur en prenant en main ce grand classique, ce n'est ni une oeuvre légère, ni un Lafcadio Hearn qu'il faut s'attendre à lire. Il faut, avec l'ouverture d'esprit que l'on reproche au Français de ne pas avoir assez, se laisser conquérir par Pierre Loti, comme lui voudrait se laisser conquérir par son étape.

"A ce moment, j'ai une impression de Japon assez charmante"

C'est avec cet état d'esprit seulement que l'on peut apprécier sa valeur, ni en orientaliste, ni en Japonais, - ni surtout en romantique ! -, mais en tant que grand écrivain du Japon.

Commenter  J’apprécie          260

N°1711– Janvier 2023

Madame ChrysanthèmePierre Loti – Éditions Calman-Lévy.

Comme beaucoup d'autres romans de Pierre Loti," Madame Chrysanthème" est lié à une affectation militaire de l'écrivain voyageur. En 1885, il part pour l'extrême-Orient et en juillet il séjourne à Nagasaky. En novembre 1887 son roman est publié aux éditions du Figaro (il le sera en 1893 chez Calman-Lévy). Comme certains précédents il est dédié à une femme, ici à Mme la duchesse de Richelieu comme « Pêcheur d'Islande » l'a été à Mme Adam  et« Le mariage de Loti » à Mme Sarah Bernardt. Comme souvent, même si ici l'amour n'est pas vraiment au rendez-vous, il est lié à un épisode amoureux comme ce fut le cas dans les deux romans mentionnés ci-dessus, même si les aventures féminines n'ont pas toujours été heureuses pour lui.

Dès son arrivée au Japon, en juillet 1885, Loti épouse par contrat d'un mois renouvelable une jeune japonaise de 18 ans(lui en a 35 ans), Okané-San, baptisée "Madame Chrysanthème". Il quittera Nagasaki en août de la même année. Ce "mariage" temporaire qui correspondait à une sorte de coutume assez courante au Japon mais évidemment coûteuse pour l'étranger de passage, était enregistré par la police, se concluait avec un intermédiaire avec l'accord des parents, généralement pauvres, de la jeune fille, ce qui peut paraître assez inattendu et correspond à une forme de prostitution honorable mais n'empêchera pas Okané-San d'épouser plus tard un Japonais. Il forme ensemble un couple bizarre, elle résignée mais pleine d'attentions pour lui et lui qui semble s'ennuyer dans cette relation « pour rire » qu'il vit par convenance ou opportunité pour mieux s'intégrer à ce pays. Il s'ennuie tellement qu'il évoque son enfance avec nostalgie, fait déjà une sorte de bilan de sa vie en songeant à la mort. Marin, Loti illustrait un peu l'expression facile: "une femme dans chaque port", même si la passion qu'il a décrite lors des romans « exotiques » précédents n'existe pas ici. Il considère cette jeune fille comme « décorative » et regarde la femme japonaises comme « un mystérieux petit bibelot d'étagère ». Je n'ai pas ressenti la fièvre romantique qui fut celle de Loti pour aziyadé notamment. le marin qu'il est vit cette période d'escale comme une expérience folklorique, une sorte d'antidote à un potentiel ennui , une relation convenue, présentée comme platonique. Il joue même ce jeu en faisant semblant de s'intégrer à cette nouvelle « famille » que lui confère son pseudo mariage avec cette jeune fille, au départ fantasmée dans l'esprit de Loti comme l'était sans doute ces contrées lointaines, mais cela ne devient rapidement pour lui qu'une étape dans sa vie d'écrivain voyageur. Ses adieux seront moins déchirants que lors de ses précédentes escales. Une vraie attirance existe, cependant pleine de retenue, entre la jeune fille et un matelot, Yves, que Loti appelle son frère et qui le suit partout. Loti quant à lui, se mariera officiellement en France le 20 octobre 1886 avec Blanche Franc de Ferrière, un mariage arrangé avec une protestante bordelaise de 27 ans, fille d'un important viticulteur. Leur union fut conventionnelle et n'entrava ni la carrière ni les frasques de l'écrivain.

Le voyageur attentif qu'il est porte sur le pays qui l'entoure et dont il connaît la langue, le regard d'un ethnologue et d'un érudit, note les différences qui existent entre sa visions des choses et la perception déformée qu'on peut en avoir dans les salons parisiens. Ce pays qui s'ouvrait au monde après des siècles d'autarcie, était pour un occidental une vraie découverte et Loti s'en montre curieux, se transformant en spectateur fidèle des paysages qu'il décrits merveilleusement autant qu'en témoin des us et coutumes, du mode de vie des habitants, du décor domestique qui l'entoure, des croyances religieuses. Comme c'est souvent le cas dans nombre de ses romans, Loti, le protestant, accorde beaucoup d'importance à Dieu ou aux dieux vénérés localement et aux rituels religieux des pays où il séjourne. Il est cependant difficile de ne pas y voir un soupçon de complexe de supériorité de sa part et même d'une certaine condescendance, voire de moquerie, à l'image de cette relation forcément temporaire qu'il abandonnera sans regret.

Loti fera reviendra au Japon et complétera sa démarche littéraire par « Japonaiseries d'automne »(1889) et « La troisième jeunesse de Mme Prune »(1905) complétant ainsi sa vision ethnographique du pays .

Sur la forme, il n'est plus question du récit d'un officier de la marine anglaise comme dans "aziyadé" ou "Le mariage de Loti" qui étaient rédigés sous la forme d'un journal entrecoupé de correspondances. Il s'agit bien ici d'un récit, parfois daté, mais exempt de missives. D'autres oeuvres, comme "Pêcheur d'Islande", seront présentées comme des romans classiques. Loti se met lui-même en scène, jusqu'au solipsisme, en une oeuvre autobiographique. Il le dit lui-même dans sa présentation à la duchesse de Richelieu « Bien que le rôle le plus long soit en apparence à madame Chrysanthème, il est bien certain que les trois principaux personnages sont Moi, le Japon et l'Effet que ce pays m'a produit ».

Comme toujours, le texte est magnifique. Ce roman connut un immense succès et contribua à la renommée de son auteur pourtant controversé mais qui sera, après une première tentative malheureuse, élu en avril 1892, à l'Académie française dont il sera le plus jeune membre. le roman sera même adapté au théâtre sous la forme d'un opéra.

Pour autant cet écrivain est actuellement injustement oublié. Sa maison de Rochefort est à nouveau ouverte au public après des années de restauration et cela peut-être l'occasion le redécouvrir cet homme complexe, contesté mais talentueux qui servit si bien notre belle langue française.

Commenter  J’apprécie          70

L'histoire, largement autobiographique, est bien connue: en 1885, lors d'une escale à Nagasaki, un jeune officier de la marine française épouse une jeune Japonaise, Madame Chrysanthème. Cette pratique du mariage temporaire - arrangé par des entremetteurs - était alors courante. Pour P. Loti, l'écriture de ce roman est l'occasion de donner ses impressions sur ce pays qui venait juste de s'ouvrir aux étrangers, après des siècles de fermeture. Avec une apparence de spontanéité, il évoque tout ce qu'il a vu: les paysages, les gens, les habitudes de vie, les coutumes, etc... Mais, quand son navire doit repartir, le marin quitte le Japon avec l'esprit léger, son mariage éphémère devenant aussitôt caduc.

J'ai lu deux fois ce livre. Lors de ma première lecture, la description par un témoin oculaire du pays et de sa culture au XIXème siècle (donc avant que l'influence occidentale ne commence à y jouer un rôle) m'avait captivé. Pour un Français arrivant sans préjugés dans le lointain Japon, tout était alors nouveau, surprenant, exotique au plus haut point. Le roman nous fait assister à ce choc des cultures. L'écrivain nous fait part de la beauté des paysages, de l'étonnant mode de vie des habitants, de la dureté de la vie quotidienne, qu'il a observés à Nagasaki, Même si le héros se présente comme un dandy insouciant et non comme un reporter sérieux, son témoignage m'avait paru inestimable.

Plus tard, quand j'ai lu ce livre une seconde fois, mon opinion a été beaucoup moins favorable. D'abord, P. Loti reste à la surface des choses vues, il ne cherche pas à approfondir et à s'interroger, il n'hésite pas à donner successivement des avis contradictoires sur des sujets importants - comme si tout ça n'avait pas vraiment d'importance. Ensuite, l'ouverture d'esprit du jeune héros et sa curiosité me semblent très limitées; sa critique de la société japonaise, virulente sous des apparences de légèreté, semble être le reflet de son abusif "complexe de supériorité" d'Occidental. Son mépris pour Mme Chrysanthème, poupée qu'on utilise puis qu'on renvoie sans regrets, n'est pas plaisant.

Je suis resté donc sur ma faim, frustré par le manque de sérieux (assumé volontairement) et par l'irresponsabilité de P. Loti face à un "sujet en or".

Commenter  J’apprécie          130

En lisant trois oeuvres de Pierre Loti de façon rapprochée, toutes inspirées de près ou de loin de ses propres voyages, je dégage plusieurs constantes dans son écriture. D'abord, "une femme dans chaque port" pour le marin ou le voyageur, dans un contexte de domination masculine sur les femmes, de domination économique de l'Européen sur les peuples colonisés, et, de "race" - le mot apparaît - dans la mesure où ce que cherche le personnage, c'est une femme "exotique", Jean se met en ménage avec Fatou la Sénégalaise dans le Roman d'un spahi, le Narrateur de Madame Chrysanthème "épouse" une jeune Japonaise. Ces "mariages", des union contractualisées de quelques mois ou années étaient d'ailleurs encouragées par l'administration coloniale, pour "satisfaire" les besoins des fonctionnaires ou militaires, mais sans qu'ils se tournent vers la prostitution et ses maladies vénériennes. Les enfants éventuels n'étaient pas reconnus et n'avaient aucun droit. Il n'y a que dans le récit de voyage Vers Ispahan que le Narrateur n'a pas de liaison avec une femme : en partie parce qu'il voyage et donc ne se fixe pas quelque part, et, surtout, parce que les femmes sont inaccessibles. Il utilise une expression récurrente : "les fantômes noirs" pour parler des femmes voilées rendues invisibles dans l'espace public.

Ce processus de domination raciste intériorisé se voit aussi dans la description des femmes : Fatou est décrite constamment comme "une guenon au masque simiesque", tandis que Chrysanthème est une "petite poupée jaune". Il y a donc un fantasme des femmes colonisées assez dérangeant à lire. Et ce, d'autant plus, que ces femmes sont très jeunes... Fatou était à peine nubile lorsque Jean commence sa relation avec elle. Chrysanthème, elle, est présentée comme un petit peu plus âgée que ses compagnes à 18 ans - ce qui n'empêche pas le Narrateur de regarder avec concupiscence la jeune servante de 12 ans... Oui, c'est de la pédophilie, et c'est encore plus dérangeant à lire.

Cependant, ce qui permet de trouver des beautés dans les textes de Loti, c'est son écriture poétique. Dans le Roman d'un spahi, Jean était finalement plus amoureux du désert africain, décrit dans de très beaux passages, que de sa compagne. Dans Vers Ispahan, il y a de véritables paragraphes qui sont de la poésie en prose, lorsque Loti décrit certaines étapes de la route de la soie, des montagnes, des ciels, des jardins de rose.

Or, je n'ai pas retrouvé cette beauté dans Madame Chrysanthème, surtout parce que le Narrateur ne l'éprouve pas lui-même. En effet, dans Vers Ispahan, tout était grand - les montagnes, les mosquées, jusqu'aux ruines des palais persans. Ici, tout est "petit". L'adjectif semble apparaître à chaque page, ce que l'auteur reconnaît d'ailleurs dans son texte, en s'en excusant presque. Les femmes et les hommes sont petits en taille, les maisons minuscules, même les repas sont petits - d'ailleurs, on ne mange pas, on fait "la dînette"... Et tout est gris - couleur de mélancolie - dans ce Japon, qui est loin de correspondre aux fantasmes du Narrateur avant de partir : le temps, les robes des femmes... Même les sentiments : il n'y aura pas d'amour, pas de sentiment, pas d'adultère non plus - et donc, finalement, pas de roman.

Là où le Japon propose au Narrateur quelque chose de "mignard" - il n'emploie pas le mot "mignon" qui serait trop fort, il reste un cran en-dessous - Istanboul reste la ville de ses rêves, celle qu'il a aimée et où il a aimé... Sans l'amour de l'écrivain pour le lieu, il n'y a pas de poésie dans ses textes, et donc moins de plaisir de lecture pour moi, les horreurs datées ne peuvent plus être compensées par la beauté formelle.

Commenter  J’apprécie          82

J'avais hâte de lire "Madame Chrysanthème" car certaines sources le prétendent à l'origine de l'opéra de Puccini "Madame Butterfly".

C'est plus le carnet de bord d'un marin qu'un roman, Carnet de bord relativement bien écrit et détaillé pour un carnet de bord ! ;-)

La lecture est fluide et aisée et permet de découvrir bien des coutumes ignorées par moi petite occidentale du fin fonds de la Meuse :-))

Lecture agréable sans romantisme et sans passion mais bien instructive .

Je crois que je vais tenter un autre Pierre Loti.

Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

Il sera bientôt l'heure de m'en retourner dans l'éternelle poussière, et je m'en irai sans avoir compris le pourquoi mystérieux de tous ces mirages de mon enfance; j'emporterai avec moi le regret de je ne sais quelles patries jamais retrouvées, de je ne sais quels êtres désirés ardemment et jamais embrassés...

Commenter  J’apprécie          60

Le temps est redevenu calme, sans un nuage ; il a cette limpidité particulière aux ciels que les typhons ont balayés, transparence excessive, permettant de distinguer dans les lointains d’infimes détails qu’on n’avait encore jamais vus, comme si le grand souffle terrible avait emporté jusqu’aux plus légères brumes errantes, ne laissant partout qu’un vide profond et clair. Et, après ces pluies, les couleurs vertes des bois, des montagnes, sont devenues d’une splendeur printanière, se sont rafraîchies – comme s’avivent d’un éclat mouillé les tons d’une peinture fraîchement lavée.

Commenter  J’apprécie          300

Toute la construction est du même bois couleur beurre frais, menuisé avec une extrême précision, sans le moindre ornement, sans la moindre sculpture ; tout semble neuf et vierge, comme n'ayant jamais subi aucun contact de main humaine. De loin en loin, dans cette nudité voulue, un petit escabeau précieux, incrusté merveilleusement, supporte un vieux magot de bronze ou un vase de fleurs ; aux murs pendent quelques esquisses de maîtres jetées vaguement à l'encre de Chine, sur des bandes de papier gris très correctement coupées, mais qu'aucune baguette n'encadre ; rien de plus ; pas de sièges, pas de coussins, pas de meubles. C'est le comble de la simplicité cherchée, de l'élégance faite avec du néant, de la propreté immaculée et invraisemblable.

Et tandis qu'on est là, cheminant à la suite de ces bonzes, dans ces enfilades de salles désertes, on se dit qu'il y a beaucoup trop de bibelots chez nous en France ; on prend en grippe soudaine la profusion, l'encombrement.

Commenter  J’apprécie          110

Toujours ce bruit de cigales, strident, immense, éternel, qui sort nuit et jour de ces campagnes japonaises. Il est partout et sans cesse, à n'importe quelle heure brûlante de la journée, à n'importe quelle heure fraîche de la nuit. Au milieu de la rade, dès notre arrivée, nous l'avions entendu qui nous venait à la fois des deux rives, des deux murailles de vertes montagnes. Il est obsédant, il est infatigable ; il est comme la manifestation, le bruit même de la vie spéciale de cette région de la terre. Il est la voix de l'été dans ces îles ; il est un chant de fête inconscient, toujours égal à lui-même, et ayant constamment l'air d'enfler, de s'élever, dans une grande exaltation du bonheur de vivre.

Commenter  J’apprécie          50

Il viendra un temps où la terre sera bien ennuyeuse à habiter, quand on l'aura rendue pareille d'un bout à l'autre, et qu'on ne pourra même plus essayer de voyager pour se distraire un peu...

Commenter  J’apprécie          180

Videos de Pierre Loti (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Loti
[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […]
On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […] (Roland Jaccard.)
0:00 - Joseph Joubert 0:09 - Mark Twain 0:29 - Jonathan Swift 0:43 - Giovanni Papini 0:57 - François George 1:20 - Honoré de Balzac 1:33 - Marcel Proust 1:46 - Paul Valéry 1:59 - Nicolas de Chamfort 2:09 - Sigmund Freud 2:23 - Oscar Wilde 2:38 - Pierre Loti 2:54 - Jerry Lewis 3:06 - Milan Kundera 3:40 - Pie XII 3:53 - Remy de Gourmont 4:07 - Jacques Bainville 4:19 - François Bott 4:36 - Johann Nestroy 4:46 - Générique
Vous aimerez peut-être : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #3 : https://youtu.be/A6¤££¤73DictionnaireDuParfaitCynique69¤££¤ DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #2 : https://youtu.be/ER32fi_Jcn0 NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤48LA LUCIDITÉ POUR LES NULS79¤££¤9ptGAv
Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982.
Images d'illustration : Joseph Joubert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Joubert_(moraliste)#/media/Fichier:Joseph_Joubert.jpg Mark Twain : https://theysaidso.com/quotes/author/mark-twain/ Jonathan Swift : https://www.sciencephoto.com/media/228587/view/jonathan-swift-english-author Giovanni Papini : https://catalogo.beniculturali.it/detail/HistoricOrArtisticProperty/0900118123#lg=1&slide=0 François George : https://www.cultura.com/p-alceste-vous-salue-bien-3179668.html Honoré de Balzac : https://www.librairielaliberte.com/balzac-le-journalisme-comme-sciences-des-moyens Marcel Proust : https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/litterature/il-avait-tout-pour-finir-dans-l-oubli-et-marcel-proust-devint-un-ecrivain-national-7
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Le pays des Lotiphiles

Le vrai nom de Pierre Loti était :

Louis Poirier
Henri Beyle
Julien Viaud
Fréderic Louis Sauser

10 questions
40 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre LotiCréer un quiz sur ce livre