AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070514038
169 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (05/07/1997)
3.48/5   101 notes
Résumé :
Louis-Marie vit chez son oncle, propriétaire de l'auberge du Bon Chien Jaune, à Brest, où s'organisent d'étranges commerces. Notamment entre celui-ci et un certain Pain Noir, qui réclame que lui soient livrés des morts... Intrigué, le jeune garçon décide d'en savoir plus.
Mais il regrette bientôt sa curiosité. Prisonnier d'un vaisseau fantôme de sinistre réputation, le voici contraint de jouer une comédie macabre !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 101 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Foxfire
  18 août 2015
A la lecture de ce court roman de Pierre Mac Orlan, la ressemblance avec "l'île au trésor" de Stevenson saute aux yeux. Comme Jim Hawkins, l'aventure du jeune Louis-Marie commence dans une auberge. C'est là qu'il surprend une entrevue entre son oncle et un individu trouble nommé Pain Noir, événement qui sera à l'origine de ses aventures sur le Hollandais Volant. Comme dans le roman de Stevenson, le héros a des sentiments ambigus envers les pirates, partagé entre l'attirance pour leur esprit d'aventure et révulsé par leurs exactions.
S'il ne se hisse sans doute pas au niveau de son illustre modèle, le roman de Mac Orlan est très plaisant à lire et ne manque pas de qualités.
L'écriture est la première de ses qualités, à la fois élégante et fluide. le rythme est vif et soutenu. L'auteur sait mener un récit énergique sans sacrifier la beauté de la langue.
L'intrigue, si elle est plutôt destinée à un public jeune, parvient sans peine à intéresser le lecteur adulte. Outre l'aspect roman d'apprentissage et les péripéties classiques des romans d'aventures maritimes, le roman offre des passages très sombres assez surprenants. L'ambiance de ces scènes étant proche du gothique.
On pourra peut-être regretter le côté naïf résolument estampillé "jeunesse" de l'épilogue. Mais la fraîcheur de l'ensemble emporte l'adhésion du lecteur. "Les clients du bon chien jaune" offre un agréable moment de lecture dépaysant et très divertissant.
Challenge Petits plaisirs 34
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Thyuig
  28 août 2012
Pierre Mac Orlan aura beaucoup écrit dans sa carrière, et surtout sur la mer. A la façon d'un Stevenson, London, Falkner, il aura su marier avec réussite la "belle" écriture à celle, plus directe, de l'aventure et du roman d'apprentissage.
Le jeune Benic vient de perdre son père. Alors sans ressource, il rejoint à Brest un oncle dont il ignorait l'existence jusqu'à présent, tenancier-taulier de l'auberge du Bon Chien Jaune. Bien sur, le Bon Chien Jaune n'est pas un établissement comme les autres et Louis-marie, à la façon de Jim Hawkins aura vite fait de saisir toute la perversité et le sel conjugués à même la crasse par la vermine qui fréquente le rade de son oncle.
Court roman, vif, les Clients du Bon Chien Jaune se lit aussi rapidement que plaisamment. Mac Orlan, sans le génie de Stevenson ici, réussit tout de même à captiver sur 140 pages et la moralité ainsi que le courage du jeune Benic sont autant d'arguments à éveiller l'intérêts des jeunes lecteurs.
Commenter  J’apprécie          250
Amelie44
  08 septembre 2013
Hum... comment dire?
l'histoire est intéressante, le style agréable. Ce roman est bien, mais je ne le relirai pas!
Commenter  J’apprécie          210
Yanoune
  12 janvier 2021
Les clients du Bon Chien Jaune... Ou un bouquin cuvée sapin 2020 pas prévu ( que j'avais pas demandé) Mais y a comme qui dirait eu un thème. Pirate ! Epicétou épivoilà.
Pitch :
1756, nous voici à Kerninon en pays de Léon.
— Léon léon léon léon...
— Qu'est ce que tu fous ?
— J'imite le paon... Léon léon léon...
— Mais rien à voir ! le pays de Léon c'est la basse Bretagne, la pointe nord-ouest du Finistère, Brest compris.
— Ah ok... Autant pour moi.
Et en ce pays vis Louis-Marie, il est orphelin, son papa a eu un accident de pèche... le voilà seul à entreprendre un voyage (à pied) jusqu'à Brest où réside un oncle Benic, qu'il n'a jamais vu. Il est aubergiste l'oncle Bénic... le quartier n'est pas super sympa, dans l'ombre du bagne et pour voisin en face il y a le bourreau, on a vu mieux. Mais Louis-Marie n'a pas trop le choix, déjà il a un toit sur la tête et le voilà donc devant travailler pour le tonton...
Par contre quand même il se passe un truc louche dans cette auberge, ça c'est sûr !
Mais quoi ? Alors là... va falloir qu'il enquête...
Enfant (le public de cette lecture) je n'ai pas lu ce livre et c'est bien dommage, parce que enfant j'aimais déjà la Bretagne et les pirates... Et oui une histoire de Bretagne (avec ses mots bretonnants, ses contes et ses légendes) de pirates, de bateau, de mer...
Une histoire de curiosité qui amène là où le Louis-Marie ne s'y attendait pas.
C'est que ce capitaine pirate à une sacrée bonne idée ! ( je laisse la surprise, que j'avais pas vu venir ! Ah ça non.)
Un récit sombre, doté d'une écriture très juste très fluide. En si peu de mots nous voici dans les rues de Brest, au coeur de la tempête... En si peu de mots voici les images qui se forment, se créent, prennent vie.
Et même si par moment j'ai pensé à Stevenson et à son Île aux trésors ( auberge, gamin, curiosité, voir ses sentiments ambivalent face aux pirates), nous nous en éloignons au fur et à mesure.
Et une lecture pirate de plus à mon compteur, que je ne regrette pas du tout.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PaulineM69
  23 octobre 2015
J'ai découvert ce livre en préparant ma séquence sur la piraterie.
Même si le vocabulaire est un peu difficile, ce livre raconte l'histoire d'un orphelin qui débarque chez son oncle, le propriétaire du bon chien jaune. Il embarquera ensuite sur le Hollandais Volant et deviendra un "mort". Il vivra de nombreuses aventures, plus sanguinaires les unes que les autres.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   02 juin 2018
Mon père exerçait la profession de pêcheur de homards dans un tout petit village de la côte du Léon. Ce village en ce temps-là s’appelait Kerninon. Il changea de nom après la grande révolution de 1789 pour des raisons politiques à ce qu’il paraît. À l’époque où commence ce récit, c’est-à-dire en 1756, j’avais quatorze ans. J’étais un robuste et jeune Léonward plutôt trapu et rouquin quant à la couleur des cheveux. J’aimais à marauder1 dans les champs et, quand mon père me cherchait, la couleur de mes cheveux révélait ma présence.

– Voyez-le, disaient à mon père les voisines, il flambe là-bas dans les luzernes.

À Kerninon, la vie était sauvage, quelquefois féroce. La plupart des hommes vivaient de la pêche ou pillaient les épaves. Nous adorions le feu et l’eau et notre misère était parfois si grande que trois jeunes filles du pays se firent voleuses et moururent sur l’échafaud très loin, à Nantes, je crois bien. Elles s’appelaient : Marion du Faou, Yvonne Guigin et Rose Banec. Chez nous, on priait pour le repos de leurs âmes, car nous confondions ingénument le bien et le mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   02 juin 2018
Un matelot abandonna le bras de son camarade et s’approcha de moi. Il m’inspecta des pieds à la tête et sourit avec bienveillance.

– Monsieur, dis-je en me rappelant le but de mon voyage, je suis natif de Kerninon. J’ai perdu mon père et je suis venu à Brest pour retrouver le frère de mon père qui tient une auberge à l’enseigne du Bon Chien Jaune.
Commenter  J’apprécie          60
StefEleaneStefEleane   05 août 2012
A Kerninon, la vie était sauvage, quelques fois féroce. La plupart des hommes vivaient de la pêche ou pillait les épaves.
Commenter  J’apprécie          82
CielvariableCielvariable   02 juin 2018
Je n’ouvre pas ma porte après minuit.
Vous resterez dehors, la moitié de la nuit.
Commenter  J’apprécie          50
zazimuthzazimuth   25 juillet 2018
Je savais trop que la mer et la nuit sont en certains lieux et à certaines heures le royaume de la mort et des morts. (p.10)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pierre Mac Orlan (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Mac Orlan
La fille de Londres · Germaine Montero
Germaine Montero chante, Vol. 2 (1954 - 1962) (Mac Orlan)
autres livres classés : brestVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz

Comment s'appelle le héros du livre?

Louis-Marie
Louis-Marine
Louis-Marne
Louis-Marnie

4 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Les clients du Bon Chien Jaune de Pierre Mac OrlanCréer un quiz sur ce livre

.. ..