AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226627290X
Éditeur : Pocket (18/05/2017)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Au XIXe siècle, il y eut une nouvelle génération de bâtisseurs de cathédrales. Ils travaillaient l’acier, le fer et le cuivre aussi bien que la pierre, partaient à l’assaut du ciel comme on ne l’avait jamais rêvé avant eux. Leur magie s’appelait « ingénierie », et leurs réalisations prenaient la forme de ponts et viaducs impossibles, d’usines, de gares, de charpentes aux dimensions prodigieuses, de statues et de tours métalliques géantes. Ces hommes vénéraient tous ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  12 avril 2018
Là où rêvent les étoiles... Rien que le titre choisi par Éric Marchal est une invitation au voyage. Au long cours vues les quelques mille page dudit roman. Et pourtant, à la fin, un regret: que ce soit fini justement.
De la poésie de l'Alhambra à la rigueur scientifique des prouesses technologiques,  on transite par toutes sortes de récits dans le récit. Bien sûr, il y a une confluence entre la famille Delhorme qui réside dans les vestiges nasrides - qu'Alicia l'épouse contribue à restaurer passionnément - et le Paris d'Eiffel, Hugo et Bartholdi.
Éric Marchal mêle avec maestria personnages fictionnels et réels, histoires personnelles et familiales et les défis incroyables de la technique en cette fin du XIXème siècle où le progrès signifiait bienfait pour l'humanité. La foi mise dans les découvertes et les exploits industriels et scientifiques imprègne totalement les pages du roman. Qu'il s'agisse des ouvrages grandioses de Gustave Eiffel (le pont Maria Pia au Portugal, la structure interne de la Statue de la Liberté, la Tour éponyme, ...), des recherches dans l'art encore neuf de la photographie ou de la science balbutiante de la météorologie, j'ai trouvé toutes les informations apportées par l'auteur passionnantes à lire. J'ai grâce à lui appris beaucoup de choses que j'entends bien creuser tant il a suscité mon intérêt.
Et puis il reste les rapports pas toujours simples entre les divers protagonistes, notamment les triplés Delhorme qui par leur survie à la naissance forment déjà des êtres singuliers. Les personnalités de chacun des personnages, vrais ou inventés, sont infiniment travaillées en profondeur. Qui plus est dans un style très agréable à lire.
Je n'avais encore rien lu d'Éric Marchal. C'est aujourd'hui chose faite mais je ne compte pas m'arrêter là. Lorraine, je me sens forcément attirée par le soleil sous la soie histoire de visiter le Nancy ducal du XVIIème siècle. Au vu des louanges des Babeliotes et de mon ressenti sur celui-ci, je m'en réjouis par avance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Davalian
  05 juin 2017
37 chapitres, 107 sous-chapitres, 720 pages, le tout imprimé en petite police : Éric Marchal est un auteur qui aime laisse courir la plume pour composer une belle épopée. Il faudra donc accepter de consacrer un certain temps à cette lecture pour l'apprécier.

Le roman s'étend sur les années 1863-1889 en proposant également quelques intermèdes qui se déroulent en 1918 alors que la Grande Guerre et la grippe espagnole sévissaient encore. Il s'intéresse aux progrès de la science et plus particulièrement aux avancées les plus spectaculaires. Pour cela il va croiser les destins des familles Eiffel et Delhorme ce qui permettra de mêler à une fiction inspirée certains épisodes historiques. Pour cette raison, il va être difficile de parler de roman historique.

Les aventures du clan Delhorme sont les plus intéressantes. Celles-ci se déroulent entre Grenade, le palais de l'Alhambra et Paris. Chaque membre de la famille est intéressant à suivre : Clément le météorologue-aérostatier, Alicia la restauratrice et leurs enfants : l'énigmatique Nyssia, l'étrange Irving et Victoria. Il faudra encore penser à Javier, Jezequel, Mateo, Kalia, les Pinilla et le sinistre Tête-de-rat. Bref, la galerie des personnages est tout aussi intéressante que les aventures qu'ils vivent que l'environnement.

Pour ce qui concerne Gustave Eiffel, sa fille et ses principaux collaborateurs, les choses sont un peu différentes. Certes, il est intéressant de suivre leurs pérégrinations, mais elles passent au second plan. L'on ne peut que s'imaginer être spectateur des chantiers du pont Maria Pia, de la Statue de la liberté ou encore de la Tour mais celles-ci manquent d'exotisme. le premier chantier retient davantage l'attention et le second bénéficie de la visite d'un invité de marque. Seule la Tour semble délaissée au profit des intrigues secondaires.

Les hommages rendus ici sont nombreux. L'auteur vénère un certain nombre d'auteurs bien connus (Hugo, Zola, Irving, Verne) et s'appuie sur une bibliographique impressionnante. Ce travail de précision se retrouve d'ailleurs dans son roman. Il honore également les visionnaires (Eiffel et Bartholdi) sans oublier les pionniers de la photographie, de la médecine moderne, de la science non professionnelle, de la météorologie, de l'aviation. Il évoque souvent l'Alhambra, ce qui fait de cette lecture un complément nécessaire à la visite de ce monument. Inversement l'envie de visite le monument viendra tout naturellement.

Malgré l'épaisseur du roman, il est assez surprenant de constater qu'il faudra composer avec des ellipses assez frustrantes. A plusieurs reprises, l'auteur nous laisse en plan n'expliquant pas le devenir de certains de ses personnages. le chantier de la Statue de la liberté donne l'impression d'avoir été sacrifié au profit de celui de la Tour, qui étrangement semble bénéficier de moins d'attentions que celui du pont Maria Pia.

Il n‘en demeure pas moins que ce roman est une grande réussite. Il est long certes, mais il est difficile de le laisser tomber pour passer à autre chose. Cette épopée ressemble à un feuilleton de l'été que l'on suit avec plaisir. S'il n'y a pas cette étincelle de génie que l'on retrouve dans le soleil sous la soie, Eric Marchal a toutefois composé ici une belle et grande odyssée de la science moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
BrunoA
  03 septembre 2016
Après le soleil sous la soie qui nous ramène dans le Nancy du XVIIème Siècle, puis la part de l'Aube à Lyon, c'est cette fois à Grenade que nous emporte Eric Marchal.
La famille Delhorme vit dans le palais de l'Alhambra et, comme dans chaque roman d'Eric Marchal, les destins de plusieurs familles et de multiples personnages se croisent, comme se croisent réalité et fiction dans un récit aussi fluide qu'esthétique.
C'est ainsi que les Delhorme, dont le père, Clément, est passionné de météorologie, rencontrent Gustave Eiffel et partagent avec lui l'édification de ses projets majeurs, du viaduc Maria Pia de Porto jusqu'à la tour de 300 mètres, en passant par d'illustres réalisations devenues de véritables monuments.
Au fil du récit, on se laisse emporter par ces destins croisés, parfois tragiques, jusqu'à l'exposition universelle de 1889 et jusqu'au dénouement final.
L'acharnement d'un officier de la Guardia Civil contre la famille Delhorme n'apporte que peu de suspense à l'intrigue sans vraiment la pimenter.
Une belle réussite qui permet de suivre de près les réalisations d'Eiffel, mais aussi les travaux d'illustres photographes, et les découvertes - nombreuses- qui jalonnèrent cette époque de foi en le progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nuageuse
  07 mars 2018
Un énorme pavé entre l'Alhambra de Grenade et la construction des ponts par Mr. Eiffel. Il n'est pas nécessaire d'être un expert en bâtiment ou en météorologie pour comprendre ce roman.
Pour Clément, le monde est une équation à deux inconnues. Sa passion consiste en le lâcher de ballons pour pouvoir mesurer la température de l'air en altitude et il cherche à battre son propre record.
Pour Gustave Eiffel, il s'agit des ponts et d'avoir plein de chantiers. Pour finir les chantiers à temps, il appelle Clément à l'aide afin de savoir ses prévisions météo.
Autour d'eux gravitent des personnages aussi attachants les uns que les autres (sauf un ou deux...)
Un roman qui m'a été dur de quitter.
Commenter  J’apprécie          170
Newmoon
  27 juin 2016
Il est de ces auteurs où tu sais, avant même d'avoir lu un seul de ses romans, qu'il nous emmènera dans son univers, qui nous fera succomber avec son histoire, avec ses personnages. C'est ce qui est arrivé avec cet auteur.
Éric Marchal a un talent fou pour compter une histoire comme une petite comptine qu'on aimait lorsque nous étions petit(e).
Nous suivons l'existence de Clément Delorme, Alicia son épouse et leurs enfants ; des « tri-jumeaux ». Cette famille révèlera un destin fabuleux, accompagné de péripéties, de rencontres inoubliable, entouré de sciences révolutionnaire.
Ce sera aussi la rencontre d'Hommes importants, comme Eiffel, et ses compagnons. Ce sera le temps de créations monumentales historiques, révolutionnaires.
Nous suivons ces vies, qui se rencontreront, qui se sépareront, qui aimeront, qui détesteront…
C'est avec cette petite pointe de regret que je les quitte, personnages sensationnels, dotés d'une âme (eh oui, je parle bien de personnage de roman) bonne, à couper le souffle.
Ce roman est une grande littérature à mes yeux, il m'a appris énormément de chose ; j'ai découvert l'Alhambra de Grenade, j'ai découvert Paris en 1880, découvert des auteurs par le biais d'un personnage, mais aussi la création et la révolution de la photographie, les grands artistes de l'époque, les différents points de vue sur les réalisations de l'époque, les moeurs, les talents de chacun, les points de vue politique, et tant d'autres choses...
Je ne vous parle pas des personnages ici, car ils sont à découvrir, je ne veux pas révéler la profondeur des personnages car je n'arriverais pas à retranscrire tout ce que j'ai pu ressentir en les découvrant.
L'auteur est parfait, Il est rare de ne pas trouver de défaut à un auteur, mais je suis aux anges en sortant de son histoire. Afin de donner du rythme à la lecture, nous suivons deux époques, celle en 1860 et celle en 1918. D'un côté nous avons une personne qui cherche des réponses, et de l'autre nous comprenons les questions et les réponses qui s'y rapportent au fil de la lecture, au fil de l'aventure des personnages. Cette histoire est écrite par un génie. Génie qui s'est documenté, qui a apporté une culture incroyable pour le lecteur qui ne cherche qu'à en savoir plus.
Quelques petites coquilles se sont néanmoins glissé dans le texte, ce qui ne gênent pas la lecture mais reste un détail à préciser. de même, bien que ce roman soit un coup de coeur de plus à écrire dans mon petit cahier de souvenir, une écriture style XIXè aurait rendu le plaisir encore plus vif. Mais ce n'est qu'un détail insignifiant.
J'aime ces romans qui dépeignent autant de personnalités, j'aime cette sensation d'avoir ce besoin d'être auprès des personnages, et cette pointe de regret de ne pas les avoir connus. Mais je suis heureuse de les avoir découverts par le biais de cette lecture.
Je suis comblée et remercie grandement Babelio avec sa masse critique ainsi que les Éditions Anne Carrière. le fait d'avoir un temps pour lire ce roman m'a permis de découvrir un auteur talentueux et me donne envie de lire tous ses autres romans qui ont l'air tout aussi géniaux. En espérant qu'il nous fasse encore partager ses passions, ses histoires, ses connaissances par le biais de romans futurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cecilitcecilit   11 juin 2016
Jour après jour, La Liberté guidant le monde s'était effeuillėe, au rythme de son démontage, jusqu'à n'être plus qu'un squelette métallique qui rapetissa et disparut en deux semaines du paysage urbain, comme rongé par des insectes invisibles. La vision de la rue de Prony sans sa statue fut un choc pour les Parisiens, qui continuaient à affluer à l'endroit où elle avait été érigée dans l'espoir inconscient de la voir réapparaître, comme si, au dernier moment, on n'avait pu se résoudre à s'en séparer. De l'autre côté de l'Atlantique, les travaux d'érection du piédestal avaient été arrêtés faute de financement. Le 15 mars, Joseph Pulitzer avait lancé dans son journal The World un ultime appel aux dons. Alors que l'Amérique s'apprêtait à la recevoir dans une certaine indifférence, elle manquait déjà aux Français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DavalianDavalian   03 juin 2017
Il se remit au travail, une note à destination d’un autre service, qui elle-même générerait d’autres notes pour d’autres services, jusqu’à ce que les trois mille agents des ministères en soient pleinement informés. Une seconde note leur parviendrait afin d’expliquer le fonctionnement de la première, puis une troisième qui conclurait à l’obsolescence des deux précédentes. Cette idée le conforta dans l’importance de son travail et du choix de son instrument, ce qui justifiait pleinement le sacrifice de la corneille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilitcecilit   11 juin 2016
Le journaliste de l'Illustration écarta le voilage pour observer la vue.La propriété, située au 10 avenue du Bourdonnais , s'ouvrait sur le Champ de Mars, juste en face de l'emplacement choisi pour la tour d'Eiffel.
- Vous comprenez, dit la veuve, si cette horrible chose est construite, je ne pourrai plus jouir de la vue, elle va me cacher le soleil et m'enlever toute perspective. C'est une catastrophe !
-Je comprends, répondit machinalement le chroniqueur, que les plaintes de la vieille femme n'avaient pas l'air d'émouvoir.
-Vingt ans, monsieur, vingt ans avant de la démonter ! Autant dire que c'est plus que ce qu'il me reste à vivre.Et si je voulais vendre, personne ne voudrait acheter un immeuble situé à côté d'un pylône de trois cents mètres !
(...)
- Cette gêne occasionnée est donc la raison de votre action en justice?
-Tout d'abord, ce n'est pas une simple gêne, mais un réel danger, que vous semblez ignorer, monsieur, dit la vieille dame en s'asseyant en face de lui. Sachez que des spécialistes ont calculé qu'elle a toutes les chances de s'écrouler avant la fin de sa construction ou, pire, de s'enfoncer dans le sol, ce qui fera sortir la Seine de son, lit et provoquera un raz-de-marėe!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AllilyAllily   21 août 2019
Mateo, veuf depuis plusieurs années, était tombé amoureux d'une bohémienne si soudainement après l'avoir vue danser que d'aucuns avaient parlé d'envoûtement. Celle-ci, bien décidée à résister à toutes les demandes en mariage d'un gadjo de deux décades plus âgé et sans le sou, avait en revanche accepté sa présence dans son logis en tant qu'homme à tout faire, sans aucun autre droit ni espoir que de pouvoir vivre aux côtés de sa belle dont l'amant était le chef de la communauté, vénéré et craint par tous. Ainsi, lorsque le prince des Gitans l'avait inconsidérément mise enceinte, Mateo avait jugé de son devoir d'endosser le rôle du père, ce qui l'avait définitivement fait accepter comme l'un des leurs par tout le clan du Sacromonte.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DelphinePaDelphinePa   04 mars 2018
Le progrès est une équation à une seule inconnue : quand, répondit Clément après avoir acquiescé. Tout est atteignable, ce n'est qu'une question de temps. Et il nous faut toujours un coup d'avance.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Éric Marchal (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Marchal
? le Coeur battant du monde de Sébastien Spitzer aux éditions Albin Michel ?? https://www.lagriffenoire.com/1011571-romans-historiques-le-coeur-battant-du-monde.html ? ? Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer aux éditions Livre de Poche ?? https://www.lagriffenoire.com/136576-romans-historiques-ces-reves-qu-on-pietine.html ? ? Les Heures indociles de Eric Marchal aux éditions Pocket ?? https://www.lagriffenoire.com/1015811-divers-litterature-les-heures-indociles.html ? ? ? Chinez & découvrez nos livres coups d?coeur dans notre librairie en ligne ? ?? lagriffenoire.com ? ? Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv ? ? Notre Newsletter ?? https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter ? Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel ? ? ? #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #rentréelittéraire2019 #éditionsseuil #éditionsxo #éditionsbuchetchastel #éditionspocket #éditionsflammarion #éditionsfleuve #éditionsactessud #éditionsgallimard
+ Lire la suite
autres livres classés : Andalousie (Espagne)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1780 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..