AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253122364
312 pages
Le Livre de Poche (28/11/2007)
4.04/5   451 notes
Résumé :
Dans une chambre d'hôpital, une jeune femme se réveille péniblement. Elle ne sait ni qui elle est, ni pourquoi son corps la fait autant souffrir: sa mémoire est comme effacée. A son chevet, Karter, son compagnon, effondré, lui apprend qu'on l'a agressée, puis violée. Dès sa sortie, Emma, assaillie par des flashs terrifiants, tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Qui l'a agressée alors qu'elle attendait un enfant ? Quel grand malheur a mis un terme à sa carrière... >Voir plus
Que lire après HématomeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (158) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 451 notes
N'ayant pas assez de temps pour lire tous les ouvrages récents qui m'intéressent, je ne me tourne que très rarement vers des publications plus anciennes. Cependant, certains auteurs que je découvre sur le tard me séduisent tellement, que la tentation d'aller découvrir leurs oeuvres précédentes devient presque irrésistible. C'est le cas de Maud Mayeras, dont j'ai adoré « Reflex » et surtout « Les Monstres » et dont j'avais donc envie de découvrir ce premier roman intitulé « Hématome ».

Le roman s'ouvre en compagnie d'Emma, allongée sur un lit d'hôpital. À ses côtés, un homme avec un bec de lièvre…qui s'avère être son compagnon. Excepté quelques flashs très courts, Emma ne se souvient en effet de rien. Pourtant, les douleurs qu'elle ressent dans le corps, ne laissent que peu de doute : elle a visiblement subi un traumatisme particulièrement violent… reste à découvrir quoi !

Utilisant une narration à la première personne, Maud Mayeras nous plonge immédiatement dans le cerveau embrumé d'Emma, nous invitant à tenter de combler les vides en sa compagnie. Comblant progressivement les trous de mémoire de cette héroïne amnésique, l'autrice nous livre un thriller psychologique au rythme soutenu, à l'aide de chapitres courts qui font habilement monter la pression.

Malgré quelques invraisemblances et certains détails qui ne manqueront pas d'en choquer certains, Maud Mayeras livre donc un excellent premier roman, pourvu d'une fin remarquable, tout en laissant déjà entrevoir cette noirceur presque naturelle qui accompagne ses autres romans.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          993
Elle se réveille, endolorie, des douleurs dans le corps, une lumière aveuglante et des murmures qui lui parviennent. Que fait-elle ici ? Et où est-elle ? Un homme avec un bec de lièvre se penche vers elle et tente de la rassurer autant qu'il puisse le faire dans pareille situation. Elle s'appelle Emma, c'est ainsi qu'il s'est adressée à elle. Et il lui annonce de but en blanc qu'elle s'est faite violer puis tabasser dans la rue. Alors que lui venait d'être assommé, il n'a rien pu faire pour lui venir en aide. Un policier est venu prendre leurs dépositions mais aucun souvenir probant n'aurait pu l'aider à retrouver le malfaiteur. Au cours de l'interrogatoire, elle apprend de la bouche de son petit ami, Tuker, que son petit frère est mort, que sa mère s'est suicidée et qu'elle ne parle plus à son père depuis des années. Quel choc pour elle ? Qui a-t-elle dans la vie à part cet homme au bec de lièvre qui semble fou amoureux d'elle ? Bien vite, elle se rendra compte qu'elle a également perdu l'enfant qu'elle portait. Mais, bientôt, le retour à la maison et avec lui son lot de surprises. Un endroit qu'elle ne reconnaît pas, des objets étrangers et qui pourtant lui appartiennent. Quand des sons lui reviennent par bribes, des images soudaines telles des flashs la ramènent à son passé, Emma n'a qu'une idée en tête : savoir qui elle est, qui est cet homme auprès d'elle et pourquoi on s'en est pris à elle...

Maud Mayeras a pris le parti d'employer une narration à la première personne du singulier. Dangereux quand la maîtrise n'est pas là mais palpitant quand c'est réussi. le choc n'en est que plus violent. L'on se laisse entrainer par Emma et avec elle, l'on suit pas à pas le cheminement qui la conduit vers les siens mais surtout vers son passé. Ce roman habilement construit, avec des chapitres très courts qui apportent un rythme certain, où la pression monte au fil des pages, montre que Maud Mayeras a un certain don pour nous faire frissonner. La neige drue et le froid glacial créent une atmosphère sombre et oppressante. le style est particulièrement nerveux, les passages aux descriptions plutôt glauques auraient de quoi en faire pâlir plus d'un et l'on suit avidement les plongées d'Emma dans sa mémoire. Maud Mayeras signait là son tout premier roman. Remarquable !

Hématome... Hema-eue !...
Commenter  J’apprécie          722
J'avais envie d'un petit thriller psychologique et c'est vers ce roman que je me suis tournée.

Le thème de l'amnésie étant assez récurrent dans ce type de livres, j'étais tout de même curieuse de découvrir comment cette auteure pouvait le traiter.
On retrouve ici un fil conducteur habituel avec une femme fragilisée par un traumatisme. Se réveillant à l'hôpital sans aucun souvenir, elle va devoir tenter de retrouver la mémoire auprès de son compagnon.
Mais on se doute que son passé cache bien des mystères.
Pourquoi l'agression d'Emma s'est-elle déroulée alors qu'elle était en compagnie de Karter, son petit ami ? Était-ce le fruit du hasard ?

La lecture se fait très rapidement et sans difficulté. Ce récit à la première personne nous permet de plonger au coeur des pensées d'Emma. Avec des bribes de souvenirs, on reconstitue peu à peu les événements qui ont marqué son existence. C'est assez prenant.
Certains faits sont durs et déroutants.
L'auteure se laisse parfois aller à des détails très sanglants.
Par contre, j'ai trouvé dommage que le récit soit complètement focalisé sur la restitution des souvenirs d'Emma et que celle-ci ne s'interroge pas plus sur l'identité de son agresseur.
Certains aspects de l'histoire sont prévisibles et d'autres complètement inattendus.

Malgré tout, Maud Mayeras a réussi à me surprendre à la dernière page.

Un bon moment passé avec ce roman. Je renouvellerai l'expérience avec Reflex, qui est apparemment très apprécié des lecteurs.
Commenter  J’apprécie          740
Emma est une jeune femme au passé tumultueux et totalement flou, surtout après ce qui vient de lui arriver. Violentée jusqu'au bout de l'horreur, elle sort du coma quatre jours plus tard, le cerveau en bouillie, amnésique. Son corps est en miette, elle qui était enceinte, tout est vide et noir.
C'est auprès de son compagnon Kay qu'elle tente de rassembler les puzzles de sa vie. Qui est-elle ? La lumière clignote au hasard des flashs qui lui reviennent, éclairant un tableau des plus ténébreux de son passé. Pour Emma, retrouver la mémoire n'est pas une aubaine, les souvenirs ont parfois des allures diaboliques.

Ma maigre expérience en terme de polars noirs explique peut-être mon ressenti mitigé. J'ai été perdue dans ce roman, certaines invraisemblances m'ont dérangée, l'héroïne dans sa quête aux souvenirs se désintéresse royalement de son agresseur, elle semble également peu souffrante. Après un tel drame, un peu de cris et de larmes de colère auraient trouvé une juste place selon moi.
À côté, il y a tout de même une thématique liée à la femme et aux traumas de l'enfance bien agencée. La fin est surprenante avec un habile jeu de mots. Emma-tome...
Un roman noir, glauque à souhait, des chapitres courts et addictifs, une trame un peu décousue, mais qui se lit avec avidité.
Commenter  J’apprécie          652
Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler de moi.

Durant la lecture de Reflex, le second roman de Maud Mayeras, j'ai su rapidement que je tenais un authentique chef d'oeuvre entre mes mains. Au final, ce n'est rien de moins que LE thriller de ce début du XXI° siècle, pour moi.

Pour me plonger dans le premier roman de l'auteure, sept ans en arrière, j'ai donc décidé de faire table rase du passé (ou plutôt du futur, c'est compliqué cette affaire). Opération amnésie et regard neuf sur ce récit, donc, comme si je ne connaissais pas ce qui allait suivre.

Ça tombe plutôt bien, l'amnésie est au coeur de l'histoire que nous compte Maud Mayeras dans Hématome. Un thème connu, mais n'oublions pas que le roman date de 2006, avant la sortie de certains succès qui ont surfé sur la même thématique.

Hématome : partie visible d'un traumatisme à la suite d'un choc. Je dois avoir une drôle de tête actuellement, la dernière page tournée, après avoir reçu un tel choc en pleine face…

Car ce récit est un thriller psychologique de haut vol, mais surtout (oui surtout !), une lecture qui se transforme rapidement en vraie expérimentation. J'ai eu l'impression de vivre une expérience de sortie du corps et de me retrouver tel un fantôme, assis à coté d'Emma, l'héroïne.

Je n'ai pas juste lu ce sombre roman, j'ai vécu avec Emma et j'ai été bouleversé avec elle (et par elle), comme par un transfert d'émotions directement des pages à mon cerveau. Des pages qui ont littéralement pris vie entre mes mains, souffrance et émotions entremêlées.

C'est bien ça qu'on appelle l'empathie, non ? Et bien, petit fantôme d'un jour, j'ai vécu en empathie totale avec ce personnage (féminin !), à travers ses (més)aventures. Ses ressentis ont fait totalement écho au plus profond de ma chair et ses émotions m'ont à ce point explosé les synapses que je me présente devant vous pantelant.

Dans le cadre d'un premier roman, une telle capacité d'évocation est proprement stupéfiante. Si j'osais, je parlerais même d'invocation, tant l'émanation d'Emma flottait au dessus des pages, son esprit (frappeur) matérialisé devant mes yeux écarquillés. Est-ce de la littérature ou une quelconque sorcellerie ?

Comme meilleur ingrédient à cette magie (noire), il y a le style de la jeune Mayeras, direct et particulièrement vivant. Une plume qui colle excellemment bien au contexte et à cette histoire qui a l'art de toujours surprendre autant que de remuer les boyaux. Les mots sonnent si juste, le ton est si bien trouvé, qu'un tel récit ne demandait pas davantage de fioritures.

Hématome, les premier pas d'une très grande auteure, ou comment se faire du bien en se faisant violemment mal.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          5414

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Karter retire son bras si rapidement que son geste en devient presque brutal. Qu'est-ce que tu caches Key ? Que faut-il que je ne voie pas ?
- Il est magnifique. Mais... pourquoi une Reine rouge si effrayante ?
- C'est mon démon, elle est cachée sous mon bras. Je ne la vois pas, mais je sais qu'elle est là. Comme les ailes dans ton dos. Et comme ce truc...
Il touche la cicatrice sur ses lèvres.
- Ce foutu bec-de-lièvre a gâché ma vie entière. Toi seule m'as regardé. Toi seule as vu qui j'étais vraiment.
Alors, à mon tour je caresse sa peau abîmée. Je retrace le sillon épais, de son nez à sa bouche.
- Gamin, je me suis réfugié dans les bandes dessinées, dans les contes de fées. Pour oublier le monde autour, les moqueries et le regard des autres enfants. Tu es la seule qui soit passée au travers de la carapace que je m'étais forgée pendant des années. La seule à avoir essayé. La seule, Emma.
Ses yeux sont rougis de larmes. Mes doigts courent sur son visage, doucement. Amoureusement. J'aimais cet homme.
Commenter  J’apprécie          150
Noël approche de plus en plus. Les guirlandes se multiplient autour des réverbères, et les faux Père Noël sont passés aux trente-cinq heures. Ces individus me mettent mal à l’aise avec leur fausse barbe crade et leurs lunettes sans verre. Ils font l’aumône, rouges mendiants, clones que l’on retrouve à chaque coin de rue, quémandant de leur voix doucereuse un argent dont leurs mains sales ne sauront que faire hormis alcooliser leur grosse bedaine.
Commenter  J’apprécie          200
Ma main s'égare machinalement sur le relief des touches de la télécommande et l'énorme écran m'offre une vue imprenable sur la vie des gens. Certains chantent, juste ou faux. D'autres pleurent, juste ou faux, d'autres rient, et là, encore une fois, impossible de deviner s'ils mentent ou non. Plus insolite, un homme teste sa virilité en s'enfermant dans un caisson rempli de nombreux reptiles. Un autre vante les mérites de la viande de cochon d'Inde assaisonnée de piment rouge et roulée dans la farine de blé. Un autre est monogame et《le vit très bien》.
Tout un programme.
L'exhibitionnisme est devenu priorité.
Commenter  J’apprécie          120
Karter prend ma main. Mon léger mouvement de recul le surprend. Alors, il serre plus fort. Malgré la déchirure, son visage semble serein.
Plus jamais.
La nuit va être longue. Affreusement longue. Je regarde Karter. Il somnole sur le vieux fauteuil en cuir orange seventies. Très stylé, ma foi. Lui aussi a dû observer et détester mon sommeil. Mais il est dans cette chambre, près de moi. Il me protège. Et seuls ses rêves le forcent à lâcher ma main.
Commenter  J’apprécie          160
–Quelque chose cloche Em’ ?
Non, tout va bien. Je viens de me faire avorter, opérer, recoudre, violer, tout cela dans l’ordre par le plus gros fêlé de la ville. Mais à part ça, tout roule ma poule.
Commenter  J’apprécie          314

Videos de Maud Mayeras (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maud Mayeras
Toucher le noir
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (996) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Reflex" de Maud Mayeras.

Que tient dans les bras l'adolescente du centre Bellevue ?

un ours en peluche
un chat en peluche
un chien en peluche
un lapin en peluche

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Reflex de Maud MayerasCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..