AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sofia Laznik-Galves (Traducteur)
ISBN : 2742751696
Éditeur : Actes Sud (01/10/2004)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
L'enfer existe sur Terre ; il a pour nom Berimbau, une des favelas de Rio, et pour damnés les misérables qui y vivent– bandits, prostituées, femmes de ménage ou cireurs de chaussures. Si certains d'entre eux se résignent à accepter leur misère, trouvant des palliatifs dans la religion, la drogue ou les feuilletons américains, d'autres se révoltent, prêts à tout pour tenter d'échapper au déterminisme social.Petit Roi est l'incarnation de ces insoumis : véritabl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lybertaire
  20 avril 2015
Enfer raconte la vie dans une favela de Rio de Janeiro autour de Petit Roi, un gamin de 11 ans.
[...] À 11 ans, José Luis, dit Petit Roi, n'a jamais vraiment été à l'école. Et pour cause, il veut devenir narcotrafiquant et gagner de l'argent pour avoir une vie décente et se payer des extras.
Peu de perspectives honnêtes s'offrent à lui pour s'en sortir dans la vie : entre être cireur de chaussures pour 3 sous ou travailler pour Big Milton, le leader de la butte de Berimbau, Petit Roi n'hésite pas longtemps ! Mais lorsque Big Milton lui enjoint à aller à l'école plutôt que de traîner dans ses pattes, Petit Roi commence à sombrer dans la drogue…
Le destin de Petit Roi ne fait que commencer. Il apprendra le code d'honneur, les règlements de compte, les courses poursuites avec les flics, tantôt ennemis, tantôt complices du trafic, mais aussi la trahison et la souffrance, et deviendra le grand leader incontesté.
[...] Aux côtés de Petit Roi gravitent Alzira, sa mère, Carolaine sa soeur, et Marta, son amie. Trois femmes qui, dans ce roman, incarnent trois destins différents. [...]
Notamment Carolaine, bercée par les histoires romantiques des télénovelas, seul moment d'abstraction de cette vie infernale, est déjà mère à quatorze ans. Pourtant, elle n'assume pas pour autant les conséquences de ses rencontres avec des hommes et ne supporte pas ses enfants. Elle ne pense qu'à s'amuser et à dilapider l'argent de sa mère au lieu de chercher à s'en sortir, et s'enfonce dans la misère et la dépendance.
[...] Enfer raconte la vie d'une favela, mettant en scène une galerie de personnages aux destins tous très marquants. Des vies éphémères, pleines de violences, de règlements de compte et de trahisons, de souffrances et de frustrations, de manque d'amour et de reconnaissance. Des vies détruites d'avance, ficelées par la misère, le chômage, l'échec de l'école et de l'ascension sociale, la complicité et l'impuissance des policiers, l'abandon de l'État et des services publics brésiliens.
[...] Ce roman, par bien des aspects plus complet que O Matador, est porté par un style percutant et remarquable, utilisant avec habileté et fluidité le discours indirect libre. le style de Patricia Melo, qui laisse toute la place à la vacuité, à la violence d'une vie de malheurs, donne lieu à de beaux passages, aussi terribles que déstabilisants.
L'article entier sur Bibliolingus :
http://www.bibliolingus.fr/enfer-patricia-melo-a117391504
Lien : http://www.bibliolingus.fr/e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chachoura
  19 mai 2015
A seulement 10 ans, José Luis dit « Petit Roi » a déjà une longue expérience derrière lui. Né dans les favelas de Rio, la vie n'a pas été tendre avec lui : sa mère est violente, son père inconnu et son environnement complètement infecté par la drogue. Sur la butte de Berimbau, le trafiquant suprême Big Milton gouverne en maître. Patricia Melonous raconte alors la vie de Petit Roi au coeur de cet enfer, elle nous parachute dans son quotidien d'informateur, de consommateur, de soldat et enfin de chef. Son écriture est particulière : les dialogues s'incrustent dans la narration sans crier gare, le vocabulaire est fleuri et authentique, le style est brut de décoffrage, sans fioriture stylistique. le rythme de ce récit, enfin, est hypnotisant : il nous transperce et se loge en nous de telle sorte que l'on sait avant même d'avoir refermé ce livre que l'on se souviendra de sa musique pendant longtemps. Les personnages dont elle nous parle prennent quasiment le dessus et finissent chaque paragraphe en nous donnant l'impression de n'être pas seulement un individu de papier, mais aussi un narrateur de l'histoire, un homme réel. On s'attache alors à tous ces gens, Rosa Maria, Suzana, Onofre,… et surtout à Petit Roi. Patricia Melosait donner une âme à ses personnages et nous offre avec Enfer un roman saisissant, pour lequel il faut peut-être avoir le coeur bien accroché.
Lien : http://ulostcontrol.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Munin
  06 septembre 2011
Ce roman, qui raconte l'ascension d'un gamin dans sa favela par le trafic de drogue, est à la fois effrayant, dans le constat qu'il fait du clivage existant entre l'Etat brésilien et la société des favelas, et rassurant dans la description d'une société auto-organisée qui se met en place malgré tout. Ceci étant, la main-mise des trafiquants de drogue sur les favelas n'invite pas à l'optimisme, comme l'expose la trajectoire du protagoniste du livre.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LybertaireLybertaire   20 avril 2015
Cette honte qu’elle avait ressentie, votre fils a commis un vol, on lui avait dit, fils maudit, voler, jamais, une honte, une humiliation, espèce de rat, elle, Alzira, qui avait même du mal à accepter qu’on lui offre quoi que ce soit, avait accouché d’un voleur, elle aurait préféré accoucher d’un cul-de-jatte, d’un débile mental, mon Dieu, d’un mongol, toute sa vie à travailler, à nettoyer et à frotter la maison des autres, même dans les moments durs, elle n’avait pris ne serait-ce qu’une poire dans le frigo des patrons, toute sa vie comme ça, à vouloir et ne pas pouvoir, et maintenant cette racaille, un rat, un voleur, oh là là mon Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LybertaireLybertaire   20 avril 2015
Remercie le bon Dieu. D’ailleurs, ce qui l’avait conduit à se désintéresser de Dieu, c’était précisément cette attitude de sa mère face à toutes les adversités, la faim, le manque d’argent, le froid, la misère, remerciez le bon Dieu, elle leur disait. Putain. Il fallait remercier le bon Dieu pour leur toit percé. Pour leurs chaussures bousillées. Pour leurs vêtements rapiécés. Pour la viande qui manquait. Il ne remerciait jamais. Jamais de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
259 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre