AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757828150
Éditeur : Points (01/03/2012)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Utilisant tous les ingrédients propres aux machinations policières de Hitchcock ou aux intrigues musclées sur fond de misère et de corruption signées Chandler, La Vérité sur l'affaire Savolta recrée l'agitation révolutionnaire de la Barcelone des années 1917-1919.
Dans la capitale catalane livrée aux grèves ouvrières, aux attentats anarchistes, à la répression policière et aux politiciens véreux, les trois survivants d'une série de meurtres en cascade répond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pirouette0001
  02 mars 2015
Quelle déception ! Moi qui aime tellement Mendoza.
L'histoire est confuse et convenue, sans fantaisie, avec des allers-et-retours qui n'apportent rien. le héros est falot et il est difficile de s'y raccrocher. Pas d'envolée littéraire. On est loin, dans la même veine, de Tabucchi et de son Damasceno Monteiro.
Dommage!
Commenter  J’apprécie          90
pasiondelalectura
  07 février 2017
Ce roman, publié en 1975, est le premier roman de cet auteur barcelonais quelque peu décrié parce qu'il écrit directement en castillan et non en catalan. Et c'est tant mieux pour le castillan parce que Mendoza écrit bien.
De plus dans ce roman emblématique du post franquisme, il va introduire plusieurs techniques narratives, tout au moins dans la première partie. Ceci était pour l'époque franchement novateur.
La deuxième partie est plus linéaire et l'on peut suivre l'histoire aisément.
La période du roman est le début du XXè à Barcelone avec son essor industriel. L'envers du décor est que cette industrialisation à tout va avec des profits immenses et des fortunes colossales amassées en quelques années, ont appauvri une classe ouvrière déjà exsangue et les révoltes ouvrières avec ses anarchistes ont fait des morts par centaines. Il existait ce qu'on appelle "le pistolerisme" avec les patrons qui payaient des sbires pour assassiner les prolétaires les plus remuants; et les prolétaires payaient aussi des sbires pour tirer contre les sbires des patrons (parce que sur les patrons, on ne tirait pas, noblesse oblige).
Tout ceci est très bien narré dans ce roman social-réaliste. de plus nous assistons à l'ascension d'un vrai aigrefin franchouillard qui va rouler tout le monde, mais fin morale de l'histoire, il va mal finir. C'est un personnage apparenté à Machiavel, amoral, calculateur froid...
Autant je me suis ennuyée dans la première partie, trop primesautière avec les personnages, autant la deuxième partie m'a intéressée.
Les personnages sociaux sont richement décrits et la période historique bien documentée.
Il existe un film, tourné en 1980 par Antonio Drove, éponyme du livre, mais très orienté politique et élogieux envers la classe ouvrière.
Lien : https://pasiondelalectura.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cyba
  16 mai 2018
Dans la Barcelone révolutionnaire des années 1917 - 1919, où grèves et répression policière se succèdent, la tension est à son paroxysme. Après l'assassinat de l'industriel Savolta, les morts s'accumulent autour de son entreprise.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  16 août 2018
Arrivistes, anarchistes et profiteurs dans la poudrière barcelonaise de 1919-1920.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/08/16/note-de-lecture-la-verite-sur-laffaire-savolta-eduardo-mendoza/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Pirouette0001Pirouette0001   23 février 2015
(...) j'admets aussi bien la morale traditionnelle que les idées nouvelles et révolutionnaires qui semblent aujourd'hui jaillir de toute cervelle qui pense un peu. A bien y regarder, elles tendent toutes à la même chose : à canaliser, à donner un sens au comportement de l'homme dans la société ; et elles ont entre elles un point commun, remarque bien : leur vocation d'unanimité. La nouvelle morale se substitue à l'ancienne, mais ni l'une ni l'autre n'envisage de coexistence possible, et toutes deux refusent à l'individu la faculté de choisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2Charybde2   16 août 2018
Cela n’intéressait pas le commissaire de savoir qui avait tué Pajarito de Soto. L’attentat mortel perpétré contre Savolta accaparait toute son attention et presque toute son énergie. Ce n’était pas d’un simple assassinat qu’il avait à s’occuper, mais de l’ordre social, de la sécurité du pays. Vázquez était un policier méthodique, tenace et peu enclin aux examens fantaisistes. Si quelqu’un avait classé l’affaire Pajarito de Soto, c’était qu’elle devait être classée. Pour le moment, ses préoccupations étaient tout autres. D’autre part, Nemesio Cabra Gómez n’avait pas l’air d’un individu digne de confiance. Il se contenta de lui accorder une certaine considération et de faire la sourde oreille à toutes les sottises que voulut proférer l’importun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   16 août 2018
J.D. – Avez-vous facilement localisé Pajarito de Soto ?
M. – Je le localisai, mais ce ne fut pas facile.
J.D. – Racontez-moi comment vous avez fait.

À quoi bon ? Ce furent de longues journées de marche fatigante, de conversations réticentes, de pots-de-vin infructueux, de planques épuisantes, de filatures sans but et stériles, jusqu’au moment où je trouvai enfin la bonne piste. Je voulais réussir à tout prix, non pas tant pour me faire bien voir de Cortabanyes que pour satisfaire Lepprince, dont l’intérêt pour moi m’ouvrait les portes sur des expectatives imprévues, sur des espérances insensées. Je voyais en lui une possible issue au marasme qu’était le cabinet de Cortabanyes, à ces longs après-midi monotones et improductifs et à cet avenir médiocre et incertain. Serramadriles était ma conscience, mon signal d’alarme lorsque mon courage tombait ou que je me laissais dominer par l’aboulie ou l’abattement. Il disait que Lepprince était « notre loterie », le client qu’il fallait choyer et satisfaire, avec lequel il fallait être empressé et utile jusqu’à l’obséquiosité, efficace en apparence et loyal par intérêt, quoi qu’il en coûtât. Il me brossait un avenir sordide et haïssable aux ordres d’un Cortabanyes de plus en plus vieux, de plus en plus irritable et de plus en plus abandonné par la fortune. Il me peignait au contraire un splendide panorama du côté de Lepprince, dans les hautes sphères de la finance et du commerce barcelonais, dans le grand monde, avec ses automobiles, ses fêtes, ses voyages, son vestiaire et ses femmes, de vraies fées, et un trésor en bon argent brillant, sonnant, de cet argent qui sortait des pores de cette bête rampante qu’était l’oligarchie catalane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   16 août 2018
Y aura-t-il quelqu’un pour ‘écouter avec des oreilles qui ne soient pas celles de la froide raison ? Je sais, je sais. Par dignité, j’aurais dû mépriser les flatteries de ceux qui avaient provoqué, directement ou indirectement, la mort de Pajarito de Soto. Mais je ne pouvais pas payer le prix de la dignité. Quand on vit dans une ville démesurée et hostile ; quand on n’a pas d’amis, ni les moyens de s’en faire ; quand est pauvre et qu’on vit dans la crainte et l’insécurité, qu’on est fatigué de parler avec son ombre ; quand on déjeune et dîne en cinq minutes et en silence, en faisant des boulettes avec la mie de pain, et qu’on quitte le restaurant la dernière bouchée à peine avalée ; quand on souhaite que le dimanche s’achève une bonne fois pour que reviennent les jours de travail et les têtes connues ; quand on sourit aux receveurs en les entretenant durant quelques secondes d’un commentaire improvisé, plat et futile, alors on se vend pour un plat de lentilles accommodé d’une demi-heure de conversation. Les Catalans ont l’esprit de clan, Barcelone est une communauté fermée, Lepprince et moi étions des étrangers, à un degré plus ou moins grand, et nous étions tous les deux jeunes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   16 août 2018
– Cortabanyes est un grand homme, dit un jour Lepprince, mais il a un grave défaut : il éprouve de la tendresse pour lui-même et cette tendresse engendre une pudeur héroïque qui le fait se moquer de tout, à commencer par lui-même. Sons sens de l’humour est trop sec : il repousse au lieu d’attirer. Il n’inspirera jamais confiance, et rarement de l’affection. On peut être tout ce qu’on veut dans la vie, sauf un pleurnichard.
– Comment se fait-il que vous le connaissiez si bien ? lui demandai-je.
– Ce n’est pas lui que je connais, c’est son masque. La nature crée des types humains infinis, mais l’homme, depuis ses origines, n’a inventé qu’une demi-douzaine de masques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eduardo Mendoza (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza
Rencontre avec Eduardo Mendoza en partenariat avec l'Institut Cervantès de Bordeaux. Entretien avec Yves Harté.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Auteur/301-160316/eduardo-mendoza
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre