AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702137581
487 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (09/01/2008)
3.75/5   70 notes
Résumé :
La nuit du 31 décembre, Gary et les autres membres de l'atelier de recherche mécanique de Mondial Laser, une entreprise de pointe vendue à l'Inde par un fonds spéculatif américain, prennent possession d'un navire de luxe, le Nausicaa. A bord, les actionnaires du fonds et leurs invités célèbrent au champagne une année de bénéfices records. Tandis que la fête bat son plein - bal masqué, orchestre, caviar - le Nausicaa est détourné. Il met cap au nord, vers la mer de N... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Charybde2
  19 mars 2013
Plus loin, plus radical, plus fou que "Les vivants et les morts"...
Paru en 2008, ce roman de Gérard Mordillat poussait un (bon) cran plus loin le mouvement de mise en récit des luttes sociales que représentait "Les vivants et les morts" (2005).
On passe du récit ancré dans le réel et le quotidien au véritable thriller : les ex-salariés de Mondial Laser, après la fermeture de leur entreprise par les acquéreurs indiens auxquels un grand fonds d'investissement les a cédés en cours de LBO, organisent un rocambolesque détournement du paquebot sur lequel les actionnaires et dirigeants dudit fonds, ainsi que leurs invités (dont un ministre de l'intérieur et plusieurs célébrités du cinéma français), célébraient le Nouvel An et des profits records.
Davantage que le "roman de l'insurrection qui vient" (suggéré - à tort - par l'insertion de l'éditeur en couverture), il s'agit d'un thriller plutôt haletant, mêlant, comme c'est désormais un peu la marque de fabrique de Mordillat, confidences et psychologies intimes, positions et discours socio-politiques, et sexualité joyeusement débridée...
Le mélange de farce (souligné par l'attirail du bal masqué du 31 décembre à bord) et de sérieux (dans la préparation de l'opération, et notamment de ses improbables mais finalement efficaces complicités militaires) est bien mis au service d'un discours, certes radical, mais encore plus d'actualité en 2011 qu'au moment de sa parution...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marti94
  11 février 2015
A la vieille du nouvel an, les salariés de l'entreprise Mondial Laser viennent d'être licenciés. Révoltés, ils décident de prendre en otage les actionnaires de l'entreprise qui vont réveillonner sur un paquebot et fêter les bénéfices engendrés par la fermeture de l'usine. Les insoumis veulent que la peur change de camp et ils ont la détermination de ceux qui n'ont plus rien à perdre.
L'idée que le combat du pot de terre contre le pot de fer peut aboutir à changer les choses est utopique et pourtant, Gérard Mordillat a l'art d'impliquer son lecteur au plus près de l'histoire et la manière de tisser un suspense haletant, au point qu'il n'est pas question de poser ce roman avant son terme.
Commenter  J’apprécie          60
laliseusedebonnesaventures
  19 août 2019
C'est avec cette histoire que j'ai découvert Gérard Mordillat. Une bénédiction ! ;)
C'est jubilatoire, je riais de plaisir toute seule au grand étonnement de mon amoureux pour qui la lecture est une chose très sérieuse (essais & philo etc.).
Ce roman venge tous & toutes les laissé[E]s sur le bord du chemin par une organisation sociale dont le seul objectif est le profit. Ce bouquin devrait être distribué à chacun[E] qui se pointe pour la première fois chez Pôle E. ! Cela leur permettrait de déverrouiller leur imagination ...j'suis sûre que les grands patrons deviendraient presque ... humains ?
Ceci dit, ne pensez pas que les personnages se partagent entre les bons et les méchants : bien plus subtil, le Mordillat ! !
Commenter  J’apprécie          00
vallass
  26 décembre 2019
"Les vivants et les morts" est un roman consacré à la misère ouvrière face à ceux qui détiennent l'argent et donc, le pouvoir.
C'est un livre de révolte, on vit de l'intérieur ce que ressentent les ouvriers qui ont une usine qui va fermer...
Avec "notre part des ténèbres", l'auteur va encore plus loin en mettant en scène une prise d'otage des gens de pouvoir par des salariés licenciés d'une entreprise... inversion des valeurs, inversion des rapports de force... ce livre nous interroge sur la place des classes sociales aujourd'hui.
Magnifique livre à la gloire de ceux qui luttent pour un monde plus équitable..
Commenter  J’apprécie          00
biblio47
  15 avril 2009
La réponse inventive d'ouvriers virés par des patrons voyous qui vendent leurs usines au plus offrant même si elles dégagent des bénéfices. Histoire que j'ai trouvé jubilatoire même si elle est peu plausible, qui va plus loin que « Les vivants et les morts », roman précédent sur le même thème.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MorriszappMorriszapp   11 août 2009
La réalité, c’est nous qui la créons. Mettez-vous bien ça dans le crâne : pour le public, il n’y a pas d’autre réalité que celle que nous inventons. (p. 397)
Commenter  J’apprécie          50
MorriszappMorriszapp   11 août 2009
L’argent tue. Le capitalisme tue ! Le libéralisme tue ! Il n’y a pas d’autre mot. Il tue ! (p. 165)
Commenter  J’apprécie          80
MatelMatel   20 octobre 2020
Nous sommes des ennemis payés. Voilà pourquoi ils veulent se débarrasser de nous. Pas parce que le travail coûte moins cher sous le soleil; pas parce qu'il est fait plus vite et sans aucune charge; pas parce que ça leur rapporte plus sûrement qu'au casino, non; tout ça compte bien sûr, mais la motivation de toutes ces délocalisations, de toutes ces ventes à l'étranger, c'est d'abord et avant tout de nous liquider. Financièrement et physiquement. Nous, les héritiers de toutes les luttes sociales qui nous ont précédés; nous, avec la certitude de notre valeur ; nous, avec notre mémoire et notre savoir; nous, avec notre conscience politique; nous qui ne baissons ni les yeux ni les bras devant leur pouvoir, leur morgue, leurs prétentions. Nous sommes leurs ennemis. Ils sont les nôtres. Nous ne devons jamais l'oublier. Entre nous il n'y a pas - il n'y a plus - d'autre issue que la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MatelMatel   20 octobre 2020
- Quand il y a un an, dit-il, j'ai fait une virée à Londres, mon cousin m'a emmené voir des courses de lévriers au stade Wembley. Parce que, pour lui, si on veut voir le vrai Londres, les vrais Londoniens, c'est là qu'il faut aller.
- Y'a vraiment que les rosbifs pour aller voir courir des clebs! s'esclaffa Suz en se servant une nouvelle portion.
- Tu sais ce qu'ils font pour les faire courir?
- Un sucre au bout d'une perche ?
- Non, ils ont un système super : un lièvre mécanique qui file tout autour de la piste. Et ça marche ! Les clebs n'y voient que du feu, ils cavalent après comme des malades.
Il passe la main sur son crâne :
- J'y ai repensé souvent depuis : on nous fait le même coup ici. On sait laissé leurrer par un jouet électrique, un lièvre appelé "Projet"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MatelMatel   20 octobre 2020
- Le collectivisme a échoué.
- Ce qui a échoué, c'est le stalinisme.
- Vous le regrettez ?
- Pas plus que vous.
Il se reprend, introduisant son passe dans la serrure de la cabine Jason : - Si, je le regrette plus que vous parce que cet échec fournit à nos adversaires un argument qui leur permet d'égarer ceux qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gérard Mordillat (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Mordillat
François Morel et Antoine Sahler présentent le livre "Tous les marins sont des chanteurs" Ecrit avec l'écrivain Gérard Mordillat, l'ouvrage rend hommage à Yves-Marie le Guilvinec, parolier breton dont les chansons sont aujourd'hui tombées dans l'oubli https://bit.ly/2RDmh89 A découvrir également l'album: https://lnk.to/FrancoisMorelTLMSDCAlbum
autres livres classés : roman socialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2124 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre