AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ernst Pfeiffer (Éditeur scientifique)Karl Schlechta (Éditeur scientifique)Erhart Thierbach (Éditeur scientifique)Ole Hansen-Løve (Traducteur)Jean Lacoste (Traducteur)
EAN : 9782130522287
422 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/09/2001)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :

«NOTRE Trinité » : tel est le nom que Friedrich Nietzsche, Paul Rée et Lou von Salomé voulurent donner à la communauté de vie et de recherche qui devait consacrer leur rencontre. Une communauté vouée à la liberté de pensée, à l'analyse morale, au dédain des conventions. Les textes rassemblés ici - lettres, notes de journal, aphorismes, brouillons -, et publiés pour la première fois en format de poche, retracent, sur une période de dix ans (1875-1885), l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  31 octobre 2019
Paul Rée et Lou von Salomé ont joué un rôle important dans la vie et l'oeuvre de F. Nietzsche, même si les relations passionnelles avec Lou auront été au final plutôt brèves, avant la rupture. Ce volume, au nom un peu trompeur, rassemble un certain nombre de documents intimes liés à l'histoire de ces trois personnes, des lettres certes, mais pas uniquement écrites par le trio (nous avons des missives de la soeur de Nietzsche, des parents des deux autres protagonistes, des amis et relations), également des extraits de journal que Lou écrivait pour Paul Rée, un cahier d'aphorismes qu'elle a rédigé, des brouillons de lettres… Les différents textes débutent en 1875, lorsque Paul Rée entre en relation avec Nietzsche, et s'achèvent en 1885, par des textes dans lesquels Nietzsche fait en quelque sorte le bilan des choses, en relativisant les événements, alors qu'une distance suffisante s'est enfin instaurée pour permettre une évaluation plus objective.
Il vaut sans doute mieux connaître un peu la biographie de Nietzsche pour entrer dans le livre, sans cela on risque d'être perdu dans les nombreux personnages, les allusions aux livres et aux éléments de vie des protagonistes, qui ne sont pas toujours explicites, même si des notes nombreuses et fournies sont là pour aider le lecteur. Il ne faut pas non plus s'attendre à un exposé de la philosophie de Nietzsche, à des échanges d'idées éblouissants, à une oeuvre qui se construirait sous nos yeux : des problèmes de santé du trio, et spécialement de Nietzsche, rendent l'écriture de longues missives délicat, et les échanges sont davantage centrés sur le quotidien, sur le factuel, plus que sur des débats d'idées ou d'exposés de points de vue philosophiques.
Le livre commence donc en 1875, par la rencontre et la forte amitié qui se noue entre Nietzsche et Paul Rée. Ce dernier, issu d'une famille aisée, se tourne vers la philosophie après des études de droit, et rencontre Nietzsche à qui il voue d'emblée une grande admiration. La relation va s'intensifier lors du fameux voyage à Sorrente, pendant lequel un petit groupe, composé en plus de Nietzsche et Rée, de Malwida von Meysenburg et d'Albert Brenner, va passer quelques temps ensemble, travaillant, lisant, sans oublier les promenades et visites, en particulier aux Wagner, installés dans les environs. L'idée d'un cloître pour « esprits libres » est avancée, censé stimuler et favoriser l'épanouissement de chacun grâce au groupe. Cette idée va resurgir lorsque Rée et plus tard Nietzsche vont rencontrer Lou von Salomé, une jeune Russe, venue en Italie pour des raisons de santé. Rée et Malwida von Meysenburg vont la rencontrer d'abord : Rée sera tellement sous le charme qu'il lui demandera de l'épouser. Lou déclinera, et fera la connaissance de Nietzsche (qui lui aussi lui proposera le mariage) : l'idée d'une vie à trois, dans une communauté qui permettrait à chacun de donner le meilleur de lui-même va faire son apparition. le projet n'aboutira pas ; après quelques mois d'intenses exaltations, Nietzsche va couper les ponts avec les deux autres membres du trio et replonger dans la solitude et les vagabondages. le projet de cette vie commune heurtait toutes les convenances de l'époque (il fallait à chaque fois un chaperon lorsque lorsque Lou devait retrouver l'un des deux hommes ou d'ailleurs les deux) et la soeur de Nietzsche n'a rien épargné pour jeter le discrédit sur Lou, et aussi sur Rée dans l'esprit de son frère. La jalousie entre les deux hommes a également presque inévitablement surgie, créant une distance et une suspicion par moments.
Tous les soubresauts de cette aventure apparaissent dans ces lettres et autres textes, l'enchantement des débuts, et les désillusions d'un quotidien forcément décevant, l'impossibilité pour Nietzsche d'arriver à sortir de sa solitude. Les prémices de la folie dans laquelle il va basculer plus tard, les relations familiales pathologiques, en particulier avec sa soeur, dont les lettres, véritables logorrhées remplies de haine et de mesquineries, sont à faire frémir. Après s'être laissé emporté, et avoir condamné sans appel Lou et Rée, il écrira à sa soeur en 1884 :
« Une chose est certaine : parmi toutes les rencontres que j'ai faites, celle avec Mademoiselle Salomé est pour moi la plus précieuse et la plus fructueuse. C'est seulement depuis ces relations que suis mûr pour mon Zarathoustra. C'est à cause de toi que j'ai dû abréger ces relations. Pardonne-moi si cela me touche plus que tu n'es capable de le comprendre.»
Dans un brouillon de lettre il va encore plus loin :
« Depuis des années je me suis défendu contre Lisbeth comme un animal affolé, et elle n'arrête pas de me torturer et de me poursuivre.
Des personnes telles que ma soeur ne peuvent manquer d'être des adversaires irréconciliables de ma façon de penser et de ma philosophie. Voilà qui est dans la nature éternelle des choses ».
La cruelle ironie de l'histoire est que c'est cette soeur, Elisabeth qui va administrer l'oeuvre de Nietzsche après son basculement dans la folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   20 octobre 2019
Non, - quelques petits et misérables que puissent être mes pensées et mes sentiments - je suis décidé à vous les cacher aussi peu qu'à moi-même. Je préfère que vous voyiez ce qui vous déplaît plutôt que de vous celer ce qui déplairait. J'ai une si haute idée de votre amitié que je vois crois disposé à me garder en affection en dépit de la petitesse et de la misère de mes pensées et de mes sentiments ; quant à moi, j'obtiens ainsi l'incroyable avantage de pouvoir être ouvert et spontané sans restriction - ce qui seul me permet d'apprécier pleinement votre amitié. (21/06/1876 - Paul Rée à Friedrich Nietzsche )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
5Arabella5Arabella   30 octobre 2019
Les conversations avec Nietzsche sont extrêmement agréables - tu dois le savoir mieux que moi. Mais elles ont un charme particulier qui tient à la rencontre des mêmes pensées, impressions, idées, on peut presque se comprendre à demi-mots. Frappé par ce fait, il m'a dit un jour : " Je crois que la seule différence entre nous est celle de l'âge. Nous avons vécu et pensé de la même façon." (14 août 1882 Journal de Lou von Salomé pour Paul Rée)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
5Arabella5Arabella   30 octobre 2019
N. continue à se comporter à l'égard de la connaissance qu'il vise comme le croyant à l'égard de son dieu, la métaphysique, il met sa tête et sa force de caractère à son service. C'est pourquoi il tient encore à se voir et à se connaître tel qu'il aimerait être face à son dieu de la connaissance. (21/08/1882 Lou von Salomé, journal pour Paul Rée).
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella5Arabella   28 octobre 2019
L'espoir nous renvoie au futur, nous en attendons quelque chose, au lieu de nous réconcilier avec le présent ; en conséquence nous sommes malheureux. (19/10 /1879 Paul Rée à Friedrich Nietzsche).
Commenter  J’apprécie          120
5Arabella5Arabella   31 octobre 2019
Qui sait combien il faudra de générations pour produire quelques hommes qui comprennent dans toute sa profondeur ce que j'ai fait ! Et même alors je suis effrayé en pensant à tous ceux qui, totalement incompétents et sans justification, se réclameront un jour de mon autorité. (début mai 1884, Nietzsche, brouillon de lettre à Malvida von Meysenbug).
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Friedrich Nietzsche (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Friedrich Nietzsche
Que reste-t-il de la vie profonde quand l'emporte l'instinct de survie ? Comment réapprendre à respirer après la crise ? Qu'est-ce, d'ailleurs, qu'une catastrophe ? Impasses de la science et impuissances du politique, clashs culturels et conflits militaires, dérèglements climatiques et désastres épidémiques : à l'heure de l'épuisement des philosophies et de la fatigue des démocraties, que nous disent nos sources spirituelles et intellectuelles ? Lire en Pascal, Spinoza et Descartes les critiques de notre modernité, les rend nos meilleurs guides face à nos incertitudes. Questionner l'héritage de Nietzsche permet de saisir l'origine et l'étendue de nos désenchantements. Explorer les pensées de Confucius, Lao Tseu et Bouddha éclaire l'offensive de la Chine contre les valeurs occidentales. Redécouvrir le message du Christ, libérateur de nos inconscients et de nos imaginaires, apporte une vraie sérénité. Les expériences d'hier doivent servir la sagesse de demain. Mais cette sagesse devra être humble. Ouverte à tous et propre à chacun. En voici le dévoilement, l'éloge et le chemin.
Écrivain, journaliste, spécialiste des questions internationales, religieuses et culturelles, rédacteur en chef au Point puis directeur de la rédaction délégué de L'Express, Christian Makarian est aujourd'hui consultant pour divers médias audiovisuels. Il est l'auteur, entre autres, d'un essai prémonitoire et remarqué : le choc Jésus-Mahomet (CNRS Éditions).
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Philosophes et psychologues : biographies (91)
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1099 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre