AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070149722
Éditeur : Gallimard (07/01/2016)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 45 notes)
Résumé :
"Une jeune femme sans nom arrive dans une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit ?
"Lorsque l' "inconnue" se dirige vers la grotte où elle avait fait l'amour avec son ami juste avant de rompre, elle aperç... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  19 mars 2016
Je suis toujours surprise de lire une histoire où il ne se passe rien / ou du moins pas grand chose...il faut avoir un beau talent de narrateur pour tenir accroché à sa ligne le lecteur, par nature volage si l'ennui pointe son nez.
Ce livre de Marie Minier en est un bel exemple. Elle nous tient captifs devant la rencontre de trois inconnus dans la chaleur d'un été et la solitude d'une plage: une pseudo famille reconstituée par une jeune femme solitaire, un père et sa fille en vacances. Elle crée une atmosphère de mélancolie et de mystère, un voile de brume qui parfois se déchire pour laisser entrevoir des parcours chaotiques, une enfance, une attache paternelle, et beaucoup de fragilité. On veut comprendre, on cherche à tisser des liens que l'auteur se refuse à faire. Tout est descriptions, sensations, ressentis. Inévitablement, Eros ou une certaine forme de séduction va être de la partie...
J'ai lu en entier, d'une traite et je reconnais malgré tout de nombreux sauts de pages ou paragraphes, pas du tout envoutée. L'écriture est belle, en particulier dans les magnifiques descriptions de la nature, mais le propos reste obscur. Au final, l'ambiguïté du récit m'a dérangée, les personnages sont impalpables et j'ai tourné la dernière page avec un réel soulagement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
spleen
  09 avril 2016
Un début prometteur lorsque l'on découvre une jeune femme se rendant en autocar dans une ile ensoleillée pour revivre quelques jours dans une grotte sur une plage où elle avait passé des jours heureux avec un homme qui l'a quittée depuis.
Or la grotte est occupée par un père et sa fille et la jeune femme se cache à proximité et les observe tout en écrivant son journal .
Intriguée par cette ambiance étrange , teintée de mélancolie, j'ai poursuivi ma lecture mais sans parvenir à m'attacher aux personnages.
Roman sur le désir qui devient au fil des pages plutôt ambigu et sur la solitude , on ne connaitra pas grand chose de la vie de ces gens, même pas leur prénom .
Cela donne un roman assez éthéré et au final je n'en ai pas retenu grand chose, c'est dommage car les descriptions de la nature sont belles ...
"et la mer efface sur le sable, les pas des amants désunis "
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  14 février 2016
Roman envoûtant, puisque lu d'une traite. Cadre idyllique avec la mer, la plage, le soleil, une grotte. Une femme s'y rend pour retrouver ce lieu qu'un homme lui a fait connaître voici deux ans. Seulement, un colosse d'homme et une très jeune fille squattent la cavité. Elle passera trois jours à les observer jusqu'à ce que la faim, la soif, et la fascination l'obligent à les affronter. Certains points ne sont pas élucidés, dans cette belle évasion sensuelle aux cinq sens, mais c'est le choix de Marie Nimier de laisser l'imagination au lecteur, façon Duras.
Commenter  J’apprécie          190
Herve-Lionel
  22 avril 2016
La Feuille Volante n°1034– Avril 2016
LA PLAGE– Marie Nimier- Gallimard.
D'abord une île inconnue qu'on imagine méditerranéenne avec une crique sauvage et une jeune femme également inconnue (le lecteur ne saura pas son nom, elle sera « l'inconnue », mais est-ce bien important ?) qui choisit de s'y rendre parce que ici, sur cette île, il y a une grotte où deux ans auparavant elle y a fait l'amour avec un homme, « le voyageur », disparu de sa vie depuis. C'est donc à une sorte de pèlerinage qu'elle se livre, avec toute la nostalgie qui va avec, mais celui-ci est contrarié parce que l'endroit est déjà occupé par un père et sa fille (Eux non plus n'ont pas de nom, elle les baptise « le colosse » et « la petite » (déjà une jeune fille) et c'est bien suffisant. «L'inconnue », décide d'attendre qu'ils partent, de tuer le temps en se baignant nue, mais au bout de trois jours, après avoir observé ce couple étrange père-fille qui n'est pas sans lui rappeler celui qu'elle formait avec son père, elle décide de se montrer. A la faveur de cette rencontre, petit à petit, avec un luxe de précautions, de timidité, de retenues, de beaucoup de silences et de respect de l'autre, une sorte de complicité puis de partage de secrets intimes se tissent entre « l'inconnue » et « la petite » puis c'est le père qui accepte de parler de lui, de sa femme avec qui il a rompu à cause sans doute d'une sorte de nymphomanie ou de goût pour la liberté, incompatible avec sa qualité de mère et de femme mariée. C'est une manière de briser le stéréotype un peu trop convenu du mari volage et de l'épouse trompée. Il ne voit sa fille que par intermittence et ne veut rien perdre de ces moments. On devine ce qu'a été la vie conjugale délétère de cet homme tiraillé entre un abandon qu'il combat comme il peut et l'amour de sa fille déjà grande, perturbée par la mésentente de ses parents, mais qui ne voudrait pas quitter l'enfance trop vite. Entre eux il y aura cette inévitable passade inspirée, de son côté à lui, par une solitude difficile à supporter surtout en présence d'une jolie femme et pour elle le souvenir de cette étreinte fugace avec « le voyageur » et peut-être aussi son attachement à « la petite ».
Le livre refermé, que reste-il de ce roman au style fluide, agréable et facile à lire ? Du soleil d'été, des vagues chaudes et des galets, du farniente, des senteurs de pinède et de garrigue, des descriptions poétiques de paysages, des évocations parfois érotiques… Ce que je retiens surtout c'est une sorte d'impression de solitude qui habite chaque personnages. Au fil du récit on a la certitude que, malgré les apparences, ils ne se rencontreront jamais vraiment et le moment d'extase passé, chacun retournera à sa vie d'avant, comme si cette période estivale entre parenthèses n'avait servi qu'à tisser des souvenirs, vous savez, ce qui encombrent pour longtemps votre mémoire, avec ses bons moments mais surtout avec ses regrets, ses remords ! J'y ai vu de la nostalgie, l'empreinte du temps qui passe et des projets un peu fous qui ne se réaliseront jamais et laisseront ces protagonistes face à eux-mêmes, à leur mélancolie d'avant. C'est banal, mais j'ai eu l'impression, au cours de ce récit, de l'abolissement du temps, comme s'il était suspendu à la tranche de vie de chacun, coincée elle-même entre leur passé tumultueux et leur avenir incertain. Chacun à sa manière a connu l'abandon et va renouer avec lui après cette aventure d'été. Le décor de la grotte a un côté anachronique, sauvage et pourtant savamment organisé ; on peut y voir nombre de symboles.
Je ne me suis pas ennuyé à la lecture de ce court roman qui ne relate pas autre chose qu'un amour de vacances avec tout ce qu'il a de fugace, de temporaire, une façon, si on veut le voir ainsi d'enjoliver un peu un quotidien morne. Un bon moment de lecture ne tout cas.
© Hervé GAUTIER – Avril 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DOMS
  18 avril 2016
Sur la plage, presque abandonnée, l'inconnue arrive pour se ressourcer, se retrouver. Là, elle a vécu de beaux instants avec un ami, là ils se sont aimés. Ce qu'il s'est passé avant et après, on ne le saura pas ; pourquoi elle repousse la rencontre avec son père, on ne le saura pas ; où est cette plage, en dehors d'un paysage superbe et ensoleillé, on ne le saura pas non plus.
Mais une ombre plane sur cette inconnue, qui doit se reconstruire pour affronter ses lendemains. Alors qu'elle aborde Sa plage, elle y découvre un père et sa fille, couple bancal, étrange et déroutant, qu'elle observe puis approche et avec qui elle va vivre quelques jours.
Dans « La plage », Marie Nimier nous parle de rencontre, improbable, sensuelle, fascinante, de solitude, seule ou à plusieurs qu'importe, de paysages et de confrontations qui soignent les plaies du coeur et de l'âme. L'inconnue, le colosse et la petite sont perdus sur cette plage, êtres de chair, mais sans nom, ils sont comme éthérés, ils ne sont ni toi ni moi, ambigus, interchangeables, semblables et si différents. Les sensations, les couleurs, les odeurs, sont prégnants, la sensualité, les élans des corps, dans la chaleur et les moiteurs d'un été, les blessures, les difficultés de l'enfance, un zeste de cruauté enfantine aussi parfois, sont palpables dans les mots et les belles phrases de l'auteur, la nature est présente et captivante, et pourtant… Si l'inconnue est allée au bout de sa recherche, pour ma part, je ressors de cette lecture avec une sensation de manque, comme devant un roman inachevé, malgré la beauté et la sensualité de ces lignes et de certaines situations. C'est joliment écrit, mais je m'y suis ennuyée. Je suis sans doute passée à côté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   14 janvier 2016
Trois corps sur une plage, sur une page trois personnages. L'homme, la femme et la très jeune fille. Trois cartes d'un jeu de tarot qui, droites ou renversées, disent
l'amour et son contraire, le désir et la perte, la métamorphose ou l'enfermement.
Commenter  J’apprécie          220
NuageuseNuageuse   26 septembre 2016
Rien que le mot, collation. C'est important, pour elle, les mots. Ce qu'ils disent de front et tout ce qu'ils charrient comme ces casseroles accrochées à la voiture de jeunes mariés - simple collation, rapide collation, ou méritée, bien méritée... Il y en a qui ne viennent que pour ça, ironise le chef d'atelier. Ils viennent pour le verre de jus d'orange et les langues de chat, le café à l'américaine, mais aussi et surtout, voilà ce que pense l'inconnue, et que personne jamais ne souligne : ils viennent pour le respect, l'impression d'être utile. Si on accepte leur sang, c'est qu'ils valent encore quelque chose. À l'intérieur, tout n'est pas pourri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NuageuseNuageuse   26 septembre 2016
Une sauterelle l'accompagne dans un bruit de papier froissé, ses antennes tendues en guise de balancier. Plus loin, une colonne de fourmis traverse devant elle. Chacune semble hésiter sur la direction à prendre, mais toutes savent où elles vont. Un vrombissement s'installe. L'inconnue lève les yeux. Suivant la courbe des collines, des éoliennes tournent mollement. À quoi pouvait bien penser la femme au ventilateur? Elle portait sur ses lèvres le sourire de celles qui vont chez leur amant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
luis1952luis1952   11 février 2016
La femme, jeune femme, celle qu'on pourrait appeler l'inconnue, non seulement parce que dans ce pays, a fortiori dans cet autocar, personne ne la connaît.
Ce qu'on sait d'elle, enfin, ce qu'elle donne à voir de l'extérieur: une chemise en coton, légèrement transparente, un short en jean moulant, des sandales plates, type spartiate, avec une lanière s'enroulant haut sur la cheville. Les cheveux sont relevés, entortillés sur eux-mêmes autour d'un élastique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
luis1952luis1952   10 février 2016
Quand la petite marche sur le sable, ses pieds ne laissent pas de trace, ou à peine. Ses mains sont légères, ses doigts excessivement minces.
...
Avec la pointe du roseau, elle trace des signes dans le sable mouillé. Les empruntes que n'ont pas laissés ses pieds. Une croix penchée, une étoilé à cinq branches, un tiret: c'est sa signature.
Elle sourit. Du bout des orteils, efface l'inscription. A ton tour, dit-elle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Marie Nimier (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Nimier
Dans « Je me souviens », accompagné au piano par Richard Lornac, nous faisons un tour dans les souvenirs de Marie Nimier.  L'auteure nous raconte ses journées ordinaires à regarder Monsieur et Madame tout le monde vivre une vie normale... Des vies qui ont inspiré son dernier roman.  L'auteure se remémore également des instants de sa vie qui l'ont marqué.
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3347 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..