AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 220507783X
Éditeur : Dargaud (24/08/2018)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Élevée par son père Léopold 1er, Charlotte de Belgique est destinée à faire un glorieux mariage. Pour la jeune femme, le choix s'arrête sur l'archiduc Maximilien d'Autriche, frère cadet de l'empereur François Joseph. Un mariage somptueux vient sceller leur union, qui, disons-le tout de suite, ne sera pas heureuse. Le jeune couple est dépassé par les rivalités dont ils sont le jeu, entre les terribles Habsbourg et le calculateur empereur Napoléon III. Et Maximilien s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  23 août 2018
Une très très belle BD aussi bien dans le scénario que dans les graphismes.
La couverture est déjà toute une promesse à elle seule.
Les graphismes sont un peu retro, vintages, mais donne énormément de cachet à la BD. La colorisation est pétante et donne le ton. Elle correspond pour moi au caractère de Charlotte.
J'ai particulièrement apprécié le regard de Charlotte devant un papillon bleu… d'autant que mis dans une "case ovale". C'est du plus bel effet.
Le scénario est très intéressant également . Il nous en apprend beaucoup sur un côté de l'histoire que l'on oublie souvent… en effet Sisi l'impératrice a volé la vedette a beaucoup de jeune impératrices ou princesses.
Néanmoins Charlotte jeune princesse Belge va s'unir à la famille des Hasbourg et tout son destin en découlera.
Cette Bd nous narre donc l'histoire de cette jeune femme au caractère impétueux et d'une grande intelligence
Je me suis vite prise de sympathie pour la jeune femme et j'ai suivi avec attention ce premier tome. j'ai même regretté de ne pas avoir la suite sous le coude.
On peut même trouver une once (mais alors toute petite !) d'humour.
En ce qui me concerne cette BD est une très belle découverte.
je remercie fortement le service marketing des éditions Dargaud pour cet envoi, ainsi que pour le petit mot manuscrit et personnalisé qui accompagnait cette BD. Je ne redirais jamais assez que je suis toujours touchée par ces petites attentions qui montre tout l'intérêt que porte les maisons d'édition à ses lecteurs.
Je remercie également Babelio (bien évidemment !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          682
Alfaric
  04 janvier 2019
"Charlotte impératrice" est une série historique consacrée à la confrontation de l'Âge des Rois et de l'Âge des Masses, ou plutôt l'histoire romancée des derniers feux de l'Ancien Régime (un peu comme "Le Guépard" de Giuseppe Tomasi di Lampedusa adapté en film par Luchino Visconti). Les auteurs auraient pu s'étendre sur Sissi et François-Joseph les derniers souverains d'Autriche-Hongrie, mais ils n'ont pas choisi la facilité en racontant la vie de Charlotte de Belgique et de Maximilien d'Autriche qui vont se prendre les révolutions italiennes et mexicaines en pleine face…
Fabien Nury est déjà un vieux routard qui a toujours su soigner son travail, donc il fait tourner autour de son couple maudit plusieurs narrateurs et plusieurs narrations. L'histoire a suspecté Maximilien d'homosexualité (il n'aurait ni le premier ni dernier aristocrate d'Ancien Régime à sauver les apparences par un mariage de convenance, mais les auteurs ont choisi l'option « syphilis »). Rêveuse, lunaire, naïve voire maniaco-dépressive, Charlotte s'affirme et fichue pour fichue brûle les ponts avec l'Europe pour devenir l'impératrice Carlotta qui va adopter deux enfants mexicains avant de donner naissance à un fils bâtard qui aurait été Maxime Weygand le général français des Première et Deuxième Guerres mondiales… Pendants la révolution italienne, l'épouse a laissé faire son mari, durant la révolution mexicaine menée par les indigènes indiens ou métisses quelle rôle va-t-elle jouer ?
Les dessins de Matthieu Bonhomme mis en couleur par la superchromate Isabelle Merlet sont à la auteur du scénario : respectant les héritages de la bande-dessinée franco-belge, il associe classicisme et modernité avec beaucoup de fluidité tant dans le découpage des planches que dans les expressions des personnages. J'aurais juré que le dessinateur était passé par la prestigieuse École des Gobelins, mais c'est avec un BTS en arts appliqué qu'il s'est hissé jusqu'au sommet : chapeau l'artiste !
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
marina53
  03 octobre 2018
Ayant perdu très tôt sa maman, Charlotte est élevée par son père, le roi Léopold Ier de Belgique, et ses deux frères. Devenue une très belle jeune femme délicate, les courtisans ne manquent pas, notamment le futur roi Pierre V de Portugal et l'archiduc Maximilien d'Autriche, frère cadet de l'empereur François Joseph de Habsbourg-Lorraine. Ce dernier, pensant n'avoir que peu de chances, n'ose lui faire la cour. Mais lorsqu'il comprend que Charlotte n'a pas fait son choix, il tente de la séduire et de la faire sourire. Et ce, au nez et à la barbe des hommes de main du roi Léopold. Maximilien multipliant les intentions délicates, la jeune femme en tombe amoureuse. Un mariage en grandes pompes est organisé, malgré la désapprobation de sa famille. Bien que des tensions existent entre Maximilien et son frère, ce dernier le nomme gouverneur de Lombardie-Vénitie. C'est alors que le véritable caractère de l'archiduc se dévoile...
Dans une Europe impériale, Fabien Nury dépeint, non sans quelques libertés historiques, le destin hors du commun de Charlotte, princesse de Belgique, duchesse de Saxe, princesse de Saxe-Cobourg-Gotha puis archiduchesse d'Autriche et enfin impératrice du Mexique. Mariée à Ferdinand Maximilien d'Autriche, elle devra faire face non seulement à l'oisiveté, l'indélicatesse et la frivolité de son mari mais aussi aux divers complots des Habsbourg et de Napoléon III. de la jeune fille innocente, protégée par son père et son rang, il n'en restera que peu de choses face aux désillusions et aux épreuves qui l'endurciront, la première étant son mariage avec Maximilien. Ce premier volet se révèle très intéressant, le personnage de Charlotte fouillé et le contexte historique bien relaté. Au crayon, Matthieu Bonhomme nous offre de très belles planches au trait précis et élégant. Les couleurs d'Isabelle Merlet sont de toute beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
Crazynath
  13 septembre 2018
Charlotte impératrice … quand j'ai eu la chance de participer à cette opération masse critique grâce à Babelio et aux Editions Dargaud, (encore merci à eux), je savais tout de suite à quelle genre d'histoire je devais m'attendre.
En effet, ayant lu dans ma jeunesse plusieurs biographies de Sissi, j'avais quelques connaissances au sujet du destin particulier de Charlotte et Maximilien, souverains éphémères du Mexique. Retrouver cette histoire racontée sous la forme de bande-dessinée avait de quoi m'intriguer, je dois le reconnaitre.
Nous découvrons donc Charlotte, jeune princesse belge, sur le point d'épouser Maximilien, le frère de l'empereur François-Joseph. le début de l'histoire ressemble presque à un conte de fées…Mais la réalité va vite rattraper le jeune couple. Maximilien, qui est bien conscient de n'être qu'un jouet politique entre les mains de son frère, va se révéler inconstant. Il est facilement manipulable et ce n'est pas son meilleur ami qui s'en plaindra .A force de le côtoyer et de comprendre qu'ils vivent dans une cage dorée, Charlotte va perdre peu à peu ses illusions de jeune fille, et petit à petit, elle va essayer d'influencer son mari pour qu'il accepte la couronne du Mexique.
Même si elle est peu présente dans cette histoire, je trouve que l'impératrice Elisabeth est plutôt bien restituée et bien loin de l'image mièvre véhiculée par les films Sissi. L'anecdote avec les chiens, je la connaissais, il paraitrait même que Elisabeth aurait dit en conclusion« je n'aime pas les petits chiens « …
J'ai beaucoup aimé cette BD. Sa couverture, pour commencer est vraiment très jolie. le dessin et les couleurs sont magnifiques. L'intérieur vaut l'extérieur, et je trouve que c'est vraiment un bel album. Les couleurs sont parfois un peu désuètes, mais elles mettent merveilleusement bien en valeur la qualité des dessins et de l'histoire.
Affaire à suivre, car j'aimerais vraiment lire la suite dans cette histoire quand elle paraitra…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Dionysos89
  06 septembre 2018
Fabien Nury, Mathieu Bonhomme et Isabelle Merlet, trio intéressant (respectivement scénariste, dessinateur et coloriste) pour cette nouvelle série chez Dargaud (tome reçu par le biais de la Masse Critique de Babelio, merci à eux) !
Mariage princier à la bruxelloise
La princesse Charlotte de Belgique (ou plutôt Marie Charlotte Amélie Auguste Victoire Clémentine Léopoldine de Saxe-Cobourg-Gotha), fille du roi Léopold Ier, se fait courtiser par l'archiduc Maximilien (enfin, Ferdinand Maximilien Joseph de Habsbourg-Lorraine), frère de l'empereur d'Autriche-Hongrie, François-Joseph : la Saxe-Cobourg-Gotha accepte les avances du Habsbourg. Même si ce mariage n'était pas prévu au départ, ce n'est pas trop un hasard non plus : ils sont cousins au troisième degré, elle-même descend de la célèbre branche saxonne des Wettin et les mariages entre Wettin et Habsbourg sont on-ne-peut-plus nombreux ; il se trouve juste ici qu'elle est un parti très prisé et qu'il n'est destiné à aucune couronne. Finalement, contre toutes ses attentes, l'archiduc Maximilien commence à obtenir certains titres, ce qui donne à sa nouvelle épouse Charlotte une importance diplomatique de plus en plus marquée : d'abord gouverneur de Lombardie-Vénétie (dernière province italienne encore dominée au XIXe siècle par une puissance étrangère), sa position de frère de l'empereur austro-hongrois le place en situation d'être le jouet de « coups diplomatiques ». En effet, l'Autriche est en lutte avec d'autres puissances européennes, notamment la France, pour conserver son propre statut de puissance. Dans ce cadre, le duo Maximilien-Charlotte n'a pas forcément une vie facile ; le protocole, le protocole, le protocole, il n'y a que ça de vrai.
Harry & Meghan sont sur un radeau
Au début, le lecteur peut clairement douter de la finesse de l'intrigue qui lui est proposée : la princesse est gentille, le prince est drôle, ils se marient et veulent le bonheur pour tout le monde, alors que l'existence même de leurs dynasties et de leurs fortunes devrait poser des questions autrement plus gênantes. Ils vivent une vie désincarnée, bien loin de la dureté de la vie quotidienne à cette époque-là, façon « Sissi impératrice » : on imagine très bien une Romy Schneider du XXIe siècle prendre le rôle. Autre référence, imaginez donc Guillaume Gallienne mimant l'archiduchesse Sophie enseignant l'étiquette de la cour d'Autriche à Sissi (celle-ci ne supporte plus cette étiquette : « oh, mon Papili, emmène-moi dans la forêt !), c'est tout à fait l'atmosphère du début de ce volume. Et bam ! page 30, retour à la réalité pour nos tourtereaux : malgré tous les bienfaits de l'aristocratie, de la richesse et du mariage princier, Maximilien et Charlotte rencontrent quand même quelques revers de la médaille, ce qui va (enfin !) déclencher chez eux, certes de graves problèmes de couple, mais surtout leur apporter une destinée particulière.
Itinéraire d'un prince à la dérive
Graphiquement, le dessin de Mathieu Bonhomme et la colorisation d'Isabelle Merlet peuvent tout à fait paraître vieillots au premier abord ; par contre, la construction scénaristique des planches est très intéressante : on pourrait parfois y voir un pastiche de tabloïds et certaines planches de pleine page sont pleines d'emphase, propre forcément à ce milieu si particulier que les têtes couronnées à une époque où la presse commence à se développer. Les dessins alternent entre des intérieurs parfois très détaillés dans certaines scènes et des décors quasi absents dans d'autres. Au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire, on ressent davantage dans les dialogues l'incroyable condescendance de ces princes vis-à-vis des peuples qu'ils sont censés représenter. Bientôt, leur légèreté fait place à la fausseté de leurs convictions morales : leur propre intérêt économique passe avant tout autre chose. Bref, le récit se délite avec les événements racontés et même quelques couacs apparaissent dans les transitions quand on s'approche de la fin du volume (on imagine qu'il faut se tenir dans le nombre de pages accordé – pourtant conséquent, 70). Malgré le fait qu'elle occupe le titre de cette série, on peut craindre que la place de Charlotte soit finalement devancée par le destin de Maximilien ; qu'en sera-t-il dans le deuxième tome ? toute la question est là. Il est d'ailleurs évident que l'acte II sera encore plus tragique que le premier.
En somme, ce premier tome de Charlotte impératrice est générateur d'une certaine curiosité, l'arrière-goût peut être un peu amer si on prend le récit et le dessin au premier degré, une deuxième lecture s'impose alors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251

critiques presse (7)
BoDoi   31 octobre 2018
Méconnu, l’incroyable destin de cette altesse européenne qui devint impératrice du Mexique est un excellent sujet historique et intime, superbement exploité par Fabien Nury.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   24 septembre 2018
C'est tout l'art de Mathieu Bonhomme d'accorder son dessin au récit, de lui donner une touche cinématographique : gai et floral dans la première partie bucolique et les instants où Charlotte se redresse, sombre, sanglant dans les moments où tout s'effondre. Un duo talentueux qui s'accorde pour magnifier une tragédie oubliée.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama   24 septembre 2018
Une princesse, un monde qui fait sa révolution, un destin pavé d’épreuves et de désillusions. Une BD historique et forte, signée Fabien Nury et Matthieu Bonhomme.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   07 septembre 2018
Passionnant, à la fois subtil et fort, ce premier volet explore aussi bien les connivences que les oppositions. Preuve qu'il est réussi, il laisse inquiet quant à l'avenir de la jolie Charlotte qui semble cependant progressivement s'endurcir.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   03 septembre 2018
Ce premier tome est très recommandé et prometteur dont il nous tarde de découvrir le prochain opus. La grande aventure épique et surprenante est de retour avec ce titre.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   03 septembre 2018
Nouveau tandem détonnant d’auteurs (Nury-Bonhomme), pour un sujet aussi étonnant qu’explosif : les coulisses des cours d’Europe fin XIXe, dans le sillage de l’Impératrice Charlotte d’Autriche. L’incontournable de cette rentrée !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDZoom   27 août 2018
Annoncé comme l’événement de la rentrée BD, le premier volume de cette fresque historique enluminée par le flamboyant dessin semi-réaliste de Matthieu Bonhomme et habilement découpée, dialoguée, par Fabien Nury tient toutes ses promesses !
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   03 octobre 2018
Tous les enfants du monde doivent un jour voir leurs parents morts. Car la seule alternative serait que les parents voient leurs enfants morts. Et ce n'est pas ce que Le Seigneur voudrait.
Commenter  J’apprécie          240
Dionysos89Dionysos89   21 septembre 2018
— Il s’est mis en tête de nationaliser les biens de l’Église catholique.
— Mon Dieu, quelle horreur ! Pourquoi diable a-t-il fait ça ?
— Benito Juarez est d’origine indigène, c’est un sang-mêlé, c’est un indien.
— Ah, voilà qui explique tout.
— Nous aurons le soutien du Vatican.

Commenter  J’apprécie          140
RosenDeroRosenDero   23 août 2018
J'aurais aimé que tout cela arrive plus tard, que tu sois plus grande...
...mais tu sais, tous les enfants du monde doivent un jour voir leurs parents morts. Car la seule alternative serait que les parents voient leurs enfants morts.
Et ce n'est pas ce que Le Seigneur voudrait.
Commenter  J’apprécie          130
ChristianAttardChristianAttard   17 septembre 2018
Dialogue entre Charlotte et Elisabeth d'Autriche, dite Sissi :

-Vous n'avez pas l'air de comprendre à quel point c'est important.
-Si ! Si !
-Appelez-moi plutôt Elisabeth.
Commenter  J’apprécie          100
lechristophelechristophe   26 août 2018
[Nuit de noce]
-Charlotte : Je crois que je serais plus à l'aise sans lumière.
- Maximilien : Bien sûr.
- Charlotte : Qu'est-ce que... ?
- Maximilien : C'est moi. C'est mon...
- Charlotte : Ah ?
- Maximilien : Guidez-moi un peu.
- Charlotte : Là ?
- Maximilien : Là.
- Charlotte : Ah... Attendez... Gnn
- Maximilien : Ça va ?
- Charlotte : O... Oui. Comme c'est étrange...
- Maximilien : Chut.
- Charlotte : Comme c'est étrange.
- Maximilien : Chuteuh ! [Lit qui grince] Aaaa
- Charlotte : C'est fini ?
- Maximilien : Oui.
- Charlotte : C'était très étrange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Fabien Nury (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Nury
Le Katanga est aujourd'hui une province du Congo. Fabien Nury et Sylvain Vallée revisitent un moment clé de son histoire très contrariée, dans les années soixante... On y rencontre des mercenaires sans foi ni loi, des hommes politiques corrompus jusqu'à l'os, des anciens nazis, des victimes annoncées...
Aucun idéalisme dans ce récit violent, iconoclaste et pour autant jubilatoire, qui aborde sans concession les sujets du racisme et de l'argent. Découvrez le nouvel album, tome 3 - final sanglant de la série événement : http://www.dargaud.com/bd/Katanga/Katanga/Katanga-tome-3-Katanga-tome-32
+ Lire la suite
autres livres classés : habsbourgVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1540 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre