AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221240464
Éditeur : Robert Laffont (12/09/2019)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.
De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s'entretue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MissSherlock
  23 septembre 2019
Pour seul refuge est le roman des premières fois. Premier roman pour son auteur, Vincent Ortis ; et premier lauréat du tout nouveau Grand Prix des Enquêteurs.
Voilà qui a suffi à piquer ma curiosité : je me demandais ce que valait ce bouquin sélectionné parmi 150 manuscrits.
Les premières pages m'ont surprises : je m'attendais à une enquête française alors que l'action se situe aux USA, dans le Montana, dans une atmosphère de neige et de huis-clos.
Vincent Ortis dégaine son attirail d'auteur américain et ça marche très bien - mieux que chez certains auteurs US ! Tout y est : les grands espaces, une machination implacable, des personnages à la psychologie soignée, des références aux polars américains, des rebondissements et de la tension.
Certes, Pour seul refuge ne révolutionne pas le genre, il n'évite d'ailleurs pas certains clichés mais il tient la route. Et surtout je l'ai englouti tant j'avais envie de savoir la fin.
Je n'ai pas été déçue et, même si j'ai eu très froid, je ne regrette pas mon séjour dans le Nord des États-Unis :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gruz
  12 septembre 2019
Voilà comment un primo romancier se retrouve propulsé sur le devant de la scène littéraire noire du jour au lendemain.
Pour seul refuge est le lauréat de la première édition du Grand Prix des Enquêteurs, arrivé devant 150 manuscrits envoyés. Un prix qui fait immédiatement parler de lui, parce que consacré aux romans noirs et parce que les jurés sont des pointures dans leurs domaines.
Avec, entre autres, un chef d'état-major de la Brigade criminelle, un avocat pénaliste, une procureure, un commandant divisionnaire de police, une directrice honoraire du laboratoire de police scientifique, un médecin légiste… Et aussi des journalistes, Olivier Marchal, le président d'honneur Marc Dugain et le parrain Didier Decoin de l'Académie Goncourt. Un parterre exceptionnel de spécialistes et de talents.
Avec de tels pedigrees, la curiosité était forte. Première surprise, le roman se déroule aux USA, très loin des univers professionnels des jurés. Preuve de leur ouverture d'esprit et de leur volonté de vraiment choisir une histoire, sans idées préconçues.
Passé l'étonnement, voilà bien le genre de thriller dans lequel on plonge immédiatement et qu'on ne lâche pas.
Vincent Ortis fait déjà preuve d'une maîtrise étonnante, avec une intrigue qui fonctionne et une idée de départ vraiment excitante. Et surtout un traitement qui tient diablement bien la route.
N'attendez pas un livre qui révolutionne le genre, mais il fait sacrément bien le boulot. J'ose même affirmer qu'il dame le pion à certains auteurs américains, sur leurs propres terres. Et un terrain de jeu parfait pour une telle histoire.
Le Montana, l'immensité d'une nature presque vierge de toute trace humaine, des tonnes de neige à perte de vue. Voici le décor d'une partie du récit, celui où se meuvent les trois protagonistes principaux.
J'insiste sur l'idée de départ qui est excellente, mais encore fallait-il savoir la raconter. Vincent Ortis fait preuve de talent, d'habileté et d'un vrai savoir-faire. L'intrigue sonne juste, loin du carton-pâte de certains romans français se déroulant de l'autre côté de l'Atlantique.
Voilà un thriller à la plume vivante, fluide et à la galerie de personnages qui a du caractère. Les protagonistes sont le sel de cette bonne intrigue, avec des tempéraments marqués, loin de l'oppresseur caricatural et de banales victimes expiatoires.
Le roman est court (320 pages), la tension constante, le rythme soutenu sans pour autant que l'auteur ne tombe dans les clichés. Les surprises sont légion, mais en aucun cas artificiellement cadencées. Elles servent l'intrigue et à développent une vraie ambiance.
Pour seul refuge est donc un thriller « à l'américaine » solide, prenant, avec une galerie de personnages forts en gueule. Les ingrédients sont classiques et la thématique en toile de fond vieille comme le monde, et pourtant le roman tire plutôt bien son épingle du jeu. Et la fin fait réfléchir.
Le primo romancier Vincent Ortis étonne par la maturité de sa plume et sa capacité à construire une belle intrigue. A real good job.
PS : à noter le choix de l'éditeur de mettre en avant la littérature populaire de qualité, inédite, à un prix très abordable. Ce mi-format est proposé à 13,90 €, je trouve que c'est une excellente initiative.
Lien : https://gruznamur.com/2019/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
elofal33
  17 octobre 2019
Quelle belle réussite pour un premier roman.
J'ai été tentée de découvrir un roman sélectionné parmi tant d'autres et je ne suis pas déçue.
L'intrigue se passe effectivement dans le Montana. le froid est présent et on s'imagine bien les personnages isolés dans la montagne. On aperçoit que tardivement dans le roman la fin de l'histoire et ça c'est top.
Surprise surprise.
Commenter  J’apprécie          00
quoilire
  10 octobre 2019
Pour seul refuge, le roman de Vincent Ortis, est surprenant à plus d'un titre.
Tout d'abord, alors que c'est son premier roman, l'auteur montre déjà une certaine maîtrise maîtrise du principe narratif pour un thriller. Il a eu la bonne idée d'adopter le schéma classique des deux (puis trois) histoires en parallèle : celle du méchant d'un côté et des gentils de l'autre. Cette technique fort connue et employée dans ce domaine permet de faire de ce thriller un vrai page-turner. On finit un chapitre, mais on ne peut s'empêcher de commencer l'autre pour voir ce qui arrive à la partie adverse.
Et heureusement que l'histoire a été architecturée de cette façon, qu'elle permet de garder l'auteur en haleine car la trame du roman est assez convenue et sans grande surprise. Les amateurs du genre auront vite déjoué les fausses-pistes semées par l'auteur sur le chemin de l'histoire. Il n'y a vraiment que le petit twist final qui donne une saveur d'imprévue dans cette histoire convenue.
Toutefois, le lecteur aura plaisir à découvrir l'Amérique profonde des grands espaces et des parcs nationaux; de cette Amérique qui a deux vies, une en été, une autre en hiver; une Amérique aux pointes de la technologie, et une autre beaucoup plus sauvage.
Au final, Vincent Ortis offre un agréable moment de lecture de roman policier.
Lien : https://quoilire.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : neigeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre