AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749149614
Éditeur : Le Cherche midi (03/05/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Kate Reddy compte les quelques semaines qui la séparent de la cinquantaine avec effroi. Si on ajoute à cette angoisse les hormones qui s'agitent, des enfants devenus ados qui ont besoin d'elle mais qui ne lui adressent pas la parole, des parents qui vieillissent et redeviennent eux-mêmes des enfants, un mari qui se cherche et a décidé de s'offrir un break pour se consacrer à l'art de la pleine conscience... Kate se trouve prise dans un sandwich qu'elle ne peut même ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
pyrouette
  06 mai 2018
Enfin une histoire sur les femmes de 50 ans ou presque ! Kate est ma nouvelle meilleure amie, qui d'autre pourrait me comprendre ?
Coincée dans les affres de la ménopause, pilier actif de la famille depuis que son mari ne travaille plus et a décidé de devenir thérapeute, à la recherche d'un emploi, devant veiller sur sa mère et ses beaux-parents, et croyez-moi il y a du boulot, et sur ses enfants, surtout sa fille dont la photo du popotin fait le tour des réseaux sociaux, Kate est au bord du gouffre.
Kate et son mari ont quitté la ville il y a des années pour venir s'installer à la campagne, dans une vieille maison.
Kate a dix mille pensées à la minute, elle s'inquiète pour tous et essaye de faire au mieux. Mais Périménopause lui en fait voir et entre les trous de mémoire inquiétants, les difficultés de concentration, et les attaques physiques, style bouffées de chaleur, intestin en vrac, prise de poids et autres petites joies, elle a du mal à faire face.
Elle se doute bien qu'il y a un problème avec son mari, mais n'a ni la force, ni le courage de creuser davantage.
Elle s'inscrit à un atelier de retour à l'emploi, arrive à se faire embaucher dans l'ancienne société où elle était directrice dans un sous-emploi. Elle ment sur son âge et elle a bien fait. Je me demande si je ne vais pas faire ça maintenant…
Ses journées commencent très tôt, des heures dans le train, le travail, puis les enfants, la maison et le mari qui ne fait toujours rien.
Elle communique avec ses amies par mails et raconte ses mésaventures familiales et professionnelles avec beaucoup d'humour.
Puis comme une cerise sur la gâteau son ancien amant réapparaît dans sa vie.
J'ai adoré suivre la vie de Kate, c'est un livre addictif, du moins pour moi, la représentation de la femme de 50 ans dans la société où elle est censé paraître plus jeune, plus mince, cultivée pour un sous-emploi et solide pour sa famille dans une période où on ne maîtrise pas grand chose, on n'est plus vraiment soi-même.
Alors je suis d'accord, toutes les femmes ne vivent pas ce moment comme un tsunami et elles ont de la chance, passez votre chemin si c'est le cas ! Pour les autres, qui comme moi, se retrouve dans les angoisses, les pensées et la vie de Kate, ce pavé est pour vous.
Une blogueuse a écrit sur ce moment féminin difficile :”est-ce possible d'être ado du haut, vieille du bas et grosse de partout ?”
Un grand merci à Masse Critique de Babelio et aux Éditions du Cherche-Midi
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
isabelleisapure
  13 mai 2018
Je remercie très vivement Babelio et les Editions du Cherche midi de m'avoir permis de découvrir ce roman désopilant vers lequel je ne serais probablement pas allée sans leur coup de pouce.
Kate Reddy a une « meilleure ennemie » en la personne de Perry. Je gage que vous la connaissez ou que vous l'avez connu pour peu que vous soyez une femme âgée d' une cinquantaine d'années ou plus.
Perry est le nom de celle qui vous donne des bouffées de chaleur, des troubles du sommeil, des sautes d'humeur et autres crises de larmes sans parler d'une baisse de la libido… J'en passe et des meilleures.
Vous l'avez reconnue ? Perry c'est le nom que Kate donne à cette ménopause qu'elle redoute et se manifeste de plus en plus.
Et la vie dans tout ça ? Pas brillant, outre ses problèmes d'hormones, Kate doit absolument trouver à quarante-neuf ans trois quart,( surtout ne pas prononcer le chiffre fatidique de cinquante), trouver un job pour faire bouillir la marmite, son cher et tendre n'ayant rien trouver de mieux que de quitter le sien pour une hypothétique et coûteuse reconversion professionnelle.
Sous des dehors loufoques ce livre traite de sujets graves comme le temps qui passe, les enfants qui grandissent et s'éloignent, les parents qui vieillissent et souvent retombent en enfance, la solitude, la maison de retraite qui est bien souvent la seule alternative pour une fin de vie, mais aussi du monde du travail où il est bien difficile pour une femme de trouver ses marques passé un certain âge.
C'est drôle et grave à la fois, c'est bien écrit, la plume incisive d'Allison Pearson est en parfait accord avec le sujet.
Kate Reddy mérite amplement que l'on consacre quelques heures à découvrir sa nouvelle vie.
Un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
cicou45
  30 avril 2018
Oui, j'ai grandi avec "Bridget Jones", et je n'ai pas peur de le dire et si j'avais su qu'il y avait une autre Helen Fielding, je me searis jeté sur ses livres bien plus tôt mais je ne l'ai pas su et c'est la raison pour laquelle j remercie Babelio et les éditions du "Cherche midi" pour m'avoir envoyé cet ouvrage dans le cadre d'un Masse Critique Privilèges.
Je vous avoue que j'ai un peu paniqué lorsque j'ai vu la taille du livre (près de six-cents pages) me disant que je ne le finirais jamais dans les temps (si encore je ne faisais que lire, cela passerait mais bon, il faut bien travailler aussi) mais en fait, une fois que j'eus commencer cette lecture, difficile de m'arrêter ! D'ailleurs, le monde du travail, nous sommes en plein dedans ici/ Kate Reddy est une femme qui a tout pour être heureuse : mère de deux enfants, Emily et Benjamin, épouse dévouée Richard et heureuse propriétaire d'une belle maison en plaine restauration...mais voilà, c'est là que cela ne va plus. Depuis que Rich (son mari) a tout plaqué pour se mettre au vélo et au yoga tout en préparant une formation de psy, l'argent ne rentre plus. Aussi, comment faire pour payer les rénovations de la maison, les futures études des enfants en pleine adolescence et tout le reste et surtout, comment, comment faire pour trouver du boulot alors que l'on est un femme âgée de quarante neuf ans et neuf mois et, par conséquent, considérée comme has been dépassée quoi ? C'est en s'inscrivant au club des "revenantes" réservé aux femmes d'un certain âge qui veulent se remettre sur le circuit de l'emploi que Katte a faire la connaissance de Sally, qui deviendra pour elle sa plus fidèle alliée ! Et puis, il y a tout ce dont je ne vous ai pas parlé : le bal des trente ans de son ancienne faculté qui arrivent à grands pas et Kate avec ses kilos en trop, sa mémoire qui lui fait parfois défaut, son état d'angoisse permanent et tout ça dû à un état de pré-ménopause. Bref, heureusement que Troy est là...Troy, c'est ce qui fait fonctioner son cerveau et à qui Kate fait régulièrement appel en cas de...beh, voilà, je ne sais plus ce que je voulais dire...vous croyez que c'est contagieux ?
Un livre à l'ère du numérique où en tant que mère, Kate se sent complètement dépassée, surtout lorsque sa fille Emi, lui annonce qu'une photo de ses fesses est probablement en train de faire le tour de tous les réseaux sociaux...et pourqui ? Pour seulement 100 like ! No mais vous vous rendez compte ? Je ne crois pas, non...Le seul remède est que vous vous plongiez dans cet ouvrage et je vous rassure, si, comme moi, vous n'avez pas lu le premier ouvrage ou l'on découvre le personnage de Kate Reddy paru il y a quinze ans, vous ne serez en rien déboussolé. Au contraire, vous n'aurez qu'une seule envie : faire le parcours à l'envers et découvrir "Je ne sais pas comment elle fait".
Un dernier mot, Allison Person arrive à toucher chacune d'entre nous, quelle que soit notre âge (il faut bien avouer qu ce livre s'adresse principalement aux femmes bien que vous soyez loin d'être hors course messieurs, si le coeur vous en dit) et avec son écriture fluide et légère, je ne peux que vous recommander cette lecture, surtout si vous avez envie de vous remonter un peu le moral où que vous vous sentez complètement dépassée par toutes ces nouvelles technologies. A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Fortuna
  11 mai 2018
Être une femme de 50 ans c'est pas si facile. Pour Kate Reddy qui vient d'acheter une maison ancienne dans la banlieue de Londres, c'est une liste plus longue que celle d'une semaine de courses pour une famille de quatre personnes :
- Sueurs nocturnes
- Sautes d'humeur
- Bourrelets disgracieux
- Absence de libido
- Perte des cheveux
- apparition de cheveux blancs
- Pousse de poils non désirés sur le visage
- Rides au coin des yeux
- Perturbations des cycles menstruels
- Un mari en reconversion professionnelle, adepte de la méditation et du cyclisme intensif
- le même mari en séance de psychanalyse deux fois par semaine
- Et donc sans emploi
- Mais pas pour autant actif à la maison
- Une ado de 16 ans dont la photo du popotin se balade sur les réseaux sociaux
- Ladite ado perturbée
- Et qui organise une fête de Noël dans la maison de ses parents qui se trouve envahie par 70 jeunes drogués et alcoolisés
- Un ado de 14 ans accro aux jeux vidéo,
- Ledit ado marche au ralenti, refuse de ranger sa chambre, « emprunte » la carte bleue de sa mère
- Une mère (grand-mère des ados) qui vieillit et s'ennuie
- Les récriminations de sa soeur qui se plaint d'être la seule à s'en occuper
- Des beaux-parents encore plus âgés
- La belle-mère atteinte d'Alzheimer
- Une vieille maison à retaper : un beau potentiel mais tout à refaire…
- Un maçon polonais omniprésent
- Des problèmes d'argent
- La nécessité de retrouver un emploi dans la City
- Pas gagné quand on a atteint un âge inavouable
- Un gala pour fêter les 30 ans de sa promo
- Donc double urgence : le relooking de sa silhouette qui commence à s'avachir
- A savoir régime draconien et cruelles séances de gym
- Sans compter quelques séances de liposuccion
- Et la douloureuse impression de n'avoir pas un instant à soi
- Lorsque surgit dans son courriel, alors qu'elle vient de décrocher un remplacement de congé de maternité de 6 mois dans son ancienne boite en trichant sur son âge
- le riche Américain qui a fait battre son coeur quelques années auparavant,
- Et dont elle n'a pas voulu car elle avait déjà
- Un mari, deux enfants
- Des parents, des beaux-parents
- Un métier
- Et j'allais oublier Lenny, le chien
- Qu'elle est évidemment la seule à nourrir et à aller promener…
C'est, raconté avec beaucoup d'humour et parfois un peu d'exagération, le portrait véridique de la femme moderne de 50 ans, qui, malgré la fatigue due à la péri-ménopause, jongle avec mille activités, s'occupe de tous, allie allègrement les conquêtes de la modernité – elle a fait des études, elle gagne de l'argent, elle garde une allure « jeune » - avec les tâches dévolues traditionnellement aux femmes – s'occuper des enfants, des aïeuls, des hommes, éventuellement des animaux – avec, cerise sur le gâteau, les problèmes générés par les nouvelles technologies et l'usage intensif voir illimité qu'en font les ados.
J'ai beaucoup ri, je m'y suis beaucoup retrouvée, et oui heureusement qu'il y a l'humour et les copines car c'est vraiment l'âge de pointe. Donc pour éviter le burn-out, les idées noires et le sentiment d'être devenue mère Teresa, rien de mieux que la lecture de ce roman d'Allisson Pearson qui allie le fameux humour anglais à une observation quasi sociologique de la condition féminine. Merci à Babelio et aux éditions le Cherche midi pour ces bons moments en compagnie de Kate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
NathalC
  01 mai 2018
Avant tout, je remercie Babelio et son opération masse critique spéciale Allison Pearson.
Merci aussi aux Editions Cherche Midi pour m'avoir envoyé ce roman.
Alors, que dire ? Je n'aime pas donner mon avis sur un livre que je n'ai pas vraiment apprécié. C'est toujours délicat, surtout quand il s'agit de donner cet avis dans le cadre d'une opération Babelio.
Mais là est aussi le jeu...
Alors je vais être honnête.
Lorsque j'ai découvert que je pouvais tenter de gagner ce livre, je n'ai pas hésité.
Comme l'héroïne du roman, Kate, j'approche de la cinquantaine. Et oui, 46 ans... l'héroïne en a 49...
Elle est mère de famille, femme active à la recherche d'un emploi, se pose 36 000 questions, doit gérer des enfants à l'ère des réseaux sociaux... Bref, je me retrouve dans ce résumé.
Alors, je suis hyper motivée pour cette lecture découverte...
Dès le début, le rythme est donné. Kate est partout à la fois, dans sa propre vie, avec son mari, ses 2 enfants, ses amis, ses activités... Elle courre, essaie de gérer tout à la fois, etc...
Page 100, je commence à m'essouffler... du coup, je commence à lire en diagonale... Au tiers du livre, je referme ce livre, fatiguée par cette lecture.
Kate me fatigue. Sa vie me fatigue. Et je me refuse de lire et être stressée. Je le suis assez dans ma vie quotidienne, la lecture doit être pour moi un moment à part et là, ce n'était pas le cas.
Alors, je reconnais que l'écriture de Allison Pearson est actuelle, sur un sujet actuel, concernant une famille actuelle.
Je suis persuadée que ce livre peut plaire à bon nombre de lectrice. Mais cela ne doit pas être le bon moment pour moi... J'ai besoin de sérénité, et cette histoire ne me l'apporte pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
LabibliothequedemarjorieLabibliothequedemarjorie   25 mai 2018
Il faut que je termine ce magnifique CV. Il ne manque plus que quelques points.
- Supervision des activités d'un important site hydroélectrique (lessives hebdomadaires,...)
- Implémentation d'un programme de support nutritionnel durable pour le personnel, en conformité avec les normes du secteur (ai toujours prévu de quoi grignoter pour les enfants dans la voiture en revenant de l'école, histoire d'éviter le pétage de plombs total,...)
- Sauvetage d'une société privée en péril grâce à un plan agressif de coupes et de dégraissage afin d'endiguer les risques de surcharge de la masse salariale (ai adopté le jeûne intermittent et repris la gym,...)
- Vigilance et efforts permanents en vue d'une consolidation jusqu'au fondement (léger rétrécissement des fessiers à force d'exercices de torture).
Si parmi les points ci-dessus certains vous paraissent vaguement frauduleux ou malhonnêtes, eh bien, je suis désolée, mais quels sont les termes que vous emploieriez pour décrire le fait que les femmes s'occupent des plus jeunes et des plus vieux, année après année, sans que rien de ce travail ne soit reconnu comme compétence ou expérience, ni même travail, d'ailleurs ?...Comme l'a dit Kerslaw, nous n'avons rien d'intéressant à offrir, à part tout ce que nous faisons et tout ce que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EcureuilbleuEcureuilbleu   24 mai 2018
Parfois je me surprenais à rêver du moment où ils sortiraient enfin de l'enfance et où la vie serait plus facile ; maintenant j'ai toute la vie pour rêver de nouveau à leur enfance
Commenter  J’apprécie          50
AudreyTAudreyT   21 mai 2018
C’est drôle non ?
On passe les cinq premières années de la vie de nos enfants à prier pour qu’ils s’endormnet et ne se réveillent pas, et quand ils deviennent adolescents, on passe ses matinées à essayer de les tirer du lit.
Commenter  J’apprécie          161
emilielettresemilielettres   17 mai 2018
Je balaie des yeux les invités d'Emily. Ils ont seize ans pour la plupart. Dix-sept max. Ils ne devraient pas encore avoir amassé suffisamment de chagrins pour avoir besoin de les noyer, pourtant ils semblent être la génération la plus malheureuse que la Terre ait jamais portée. Je m'interroge. En mettant à leur disposition le vocabulaire de la tristesse et de la contrariété, a-t-on soulagé leur souffrance, ou au contraire les a-t-on encouragés à croire que la souffrance était la norme? Ils sont tellement émotifs, à cet âge-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emilielettresemilielettres   17 mai 2018
Chaque mois, chaque semaine, chaque jour, ça devient un peu plus difficile de retrouver au fond de ma mémoire les choses que je sais. Rectification : les choses que je sais que je savais. A quarante-neuf ans, le bout de la langue est un endroit menacé de surpopulation.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Allison Pearson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Allison Pearson
MAIS COMMENT FONT LES FEMMES ? - Vidéo Bande-Annonce VF HD Date de sortie cinéma : 21 septembre 2011
Réalisé par Douglas McGrath Avec Sarah Jessica Parker, Greg Kinnear, Pierce Brosnan, plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13747 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .