AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757899670
216 pages
Points (12/05/2023)
3.66/5   47 notes
Résumé :
Au bar l’Abreuvoir, où se réunissent les chiens du quartier, personne n’a de nouvelles de Teo ni de Boris le Beau. Tous sentent que leur absence cache quelque chose de louche, voire de sinistre. Et Negro, lutteur à la retraite aux cicatrices profondes, le sait mieux que quiconque.
Pour lui, cela ne fait pas un pli : il lui faut replonger dans son ancienne vie et les sauver des sanglants combats organisés par les hommes. Mais pourra-t-il faire face aux molosse... >Voir plus
Que lire après Sans loi ni maîtreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,66

sur 47 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Un titre espagnol qui évoque Norman Mailer, mais les chiens de Arturo Pérez-Reverte ne sont pas tous de vrais durs et s'ils sont bien sans loi ni maître, ils dansent bien souvent dans l'arène des combats organisés par les humains.

Negro est le héros narrateur du livre, il se dit peu intelligent, modeste sûrement, car ses analyses sont très réalistes et ses attitudes d'une grande finesse même s'il se présente comme un molosse peu cérébral.

Il a une âme Negro, de l'altruisme et de la compassion pour ses semblables, un goût de la vie inébranlable, même s'il a perçu celui du sang et de la mort. Il démontre beaucoup d'humour tout en traitant un sujet tragique pour la gente canine et ce n'est pas la moindre qualité de ce livre court, tout en densité de muscles et de poils, de canines acérées, de pelages déchirés, de garrots fracassés dans des arènes de sable et de sang.

Les chiennes sont très présentes aussi, le plus souvent en chaleur, demandant à être montées par des mâles paraissant quelquefois indifférents mais finalement disponibles.

On a même un groupe de chiens nazis aux noms évocateurs d'un régime qui les a utilisés de manière aussi dégradante que l'ensemble de son système écoeurant. Arturo Pérez-Reverte les présentent avec humour et le court passage les concernant rappelle très justement tous les dangers d'une idéologie que certains seraient prêts à rétablir sans bien la comprendre.

Les relations canines sont superbement développées, l'amitié, la tendresse et même l'amour entre chiens étoffent ce roman original, bien dans le style de son auteur que les lecteurs qui l'apprécient savoureront une nouvelle fois avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          890
J'étais perplexe avant cette lecture en lisant la quatrième de couverture, et je le demeure après.
Qu'est-ce que Perez-Reverte a voulu écrire ? Une espèce de fable, où des chiens très (trop) humains, vont au bar, courtisent des chiennes, se méfient des hommes, parfois bons maîtres, mais souvent source de déception canine, voire d'horreurs ?

Ce livre place le lecteur dans la tête de Negro, croisement de matin espagnol et de fila brasileiro. Il n'est pas difficile à suivre, sa logique reste plus ou moins la notre. le cabot a du vécu : il a participé à des combats de chiens, ces combats où les paris grimpent et où l'animal vaincu meurt sous les crocs de son adversaire d'un jour. Mieux que ça : il a survécu.
Lui en sont restés les coups reçus, de vilaines griffures, et une caboche qui tourne à un rythme un peu lent. Mais l'animal garde sa fidélité. Quand son meilleur ami Teo, un limier de Rhodésie, disparaît du jour au lendemain, Negro part à sa recherche. Une enquête de voisinage, à coup d'aboiements et de rencontres canines. Teo et un compère, Boris le beau, ont manifestement été enlevés par des organisateurs de combats de chiens : ils risquent de n'être plus que des partenaires d'entraînement qu'on jette quand ils sont trop blessés. Negro ne peut laisser un ami, le voilà qui replonge dans son passé et rejoint de lui-même « l'abattoir ».

Perez-Reverte développe certains de ses thèmes récurrents : l'amitié, l'honneur, la violence qui taraude notre société… La même histoire aurait pu être écrite pour des humains. Il suffirait juste de changer l'époque : à la meute canine, on substituerait les gladiateurs formés pour aller mourir dans l'arène à l'époque romaine. le sable, le sang. Deux éléments qui reviennent pages après pages.

Le récit est-il hommage aux canidés ? Une autre façon de parler de la violence et des désirs de liberté ? Perplexe… Je reste perplexe...
Commenter  J’apprécie          252
De tous temps, L'anthropomorphisme a été une façon efficace pour les écrivains de traduire les sentiments et les comportements humains, à travers des fables à la morale transparente. Arturo Pérez-Reverte, eu égard à son abondante oeuvre antérieure, n'était pas de ceux dont on pouvait imaginer qu'ils se livreraient à cet exercice, somme toute casse-gueule et pouvant vite tourner au ridicule. le titre en V.O de Sans loi ni maître, Los perros duros no bailan, outre son clin d'oeil à Norman Mailer, établit d'emblée l'idée que l'humour ne manquera pas dans ce nouvel opus du romancier espagnol mais que la violence y aura aussi sa place. Et c'est exactement cela avec Negro, le narrateur/chien du livre, ancien combattant qui n'a plus l'agilité de ses quatre pattes de sa jeunesse mais qui est encore capable de lutter pour la bonne cause et la dignité canine, un peu comme un certain Alatriste, sorte d'alter ego sur deux jambes. Si le thème de la maltraitance animale est évidemment sous-jacente dans Sans loi ni maître, l'auteur se concentre sur son intrigue, bien construite, qui rappelle certains grands films noirs américains des années 40/50, avec le retour de boxeurs has been, par exemple. Dans cette vie de chien, le machisme domine et il y a tout de même de quoi s'interroger sur la misogynie (avérée ou feinte ?) de Pérez-Réverte, déjà remarquée dans la trilogie de Falco et ici guère dissimulée dans les portraits de femelles dont la lascivité semble être le principal trait de caractère. Hormis cet aspect embarrassant, Sans loi ni maître, très maîtrisé, et bourré de saillies drôlatiques, s'insère parfaitement dans la bibliographie d'un écrivain raconteur hors pair d'histoires, qui s'amuse avec son lecteur, sans peur de paraître par trop créateur de rocambolesque.
Lien : https://cinephile-m-etait-co..
Commenter  J’apprécie          180
Ce roman est une histoire de chiens, or moi je suis « plutôt chats » ; Je préfère leur autonomie à gérer leurs besoins, leurs câlins sans veulerie, leur indépendance ... enfin, bref !
C'est donc un roman anthropomorphique, où le « je » est un chien. Mais on n'est pas chez Disney, l'histoire est plutôt une caricature de roman noir, où le héros, courageux et loyal, doit retrouver son vieux pote disparu brusquement on ne sait où ... Mais vous savez quoi : Ne pas divulgacher !
Je ne me suis pas ennuyé pendant cette lecture, même si les thématiques sont un peu naïves : Courage, amitié, liberté ... Je croyais pressentir l'épilogue mais il rebondit vers une fin « héroïco-tragique » plus surprenante. L'anthropomorphisme est une manière facile de montrer les qualités et défauts humains, ainsi que nos sentiments ou nos comportements. Et ici certains lecteurs s'identifieront peut-être. Par contre je déconseille aux lectrices, féministes particulièrement, de lire ce texte ; Car « Nous, les chiens, sommes machistes » (titre d'un chapitre (et non d'un chat-pitre ;-)), et donc, là, les chiennes ... ne sont que des chiennes.
D'Arturo Pérez-Reverte, j'avais lu, il y a quelques temps, un beau roman d'aventure - le cimetière des bateaux sans nom - où il montrait déjà son talent de conteur et sa maîtrise du romanesque. Celui-ci n'est pas du même niveau, mais cette histoire de gentils toutous, de chiens rebelles et de méchants humains vaut néanmoins 3*. Allez, salut.
Commenter  J’apprécie          140
Ce roman ne manque pas de chien ! Humour tragique et persiffleur. Nos amis “à quatre pattes sont de grands philosophes ignorés, finalement.


















Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (3)
LeFigaro
07 septembre 2022
Le romancier espagnol signe un thriller canin âpre et violent.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox
18 août 2022
Et si on auscultait la violence humaine grâce au regard des chiens ? C'est un peu ce que propose l'écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte avec son dernier roman "Sans loi ni maître" paru aux éditions du Seuil. Une sorte de roman noir dont les personnages sont des chiens.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique
29 juillet 2022
Arturo Pérez-Reverte est décidément un grand conteur d’histoires. Il parvient à nous entraîner chaque fois dans des romans qu’on ne lâche plus, comme sa série de Falco sur la guerre civile espagnole. Cette fois, on a bien cru qu’il allait rater sa cible : faire un roman canin, où les chiens sont les héros !
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
J'ai dit que c'était un chien cultivé. Son maître est un humain qui a une grande bibliothèque et va beaucoup au cinéma.
Commenter  J’apprécie          291
Tendu, concentré sur moi-même, je respirais profondément et lentement, museau appuyé sur les pattes de devant pour les empêcher de trembler. Parce que le pire de tout, dans l'Abattoir* comme dans la vie, ce n'est pas le lutte. C'est l'attente.


* Lieu de combat de chiens.
Commenter  J’apprécie          70
Un chien n'est jamais qu'une loyauté en quête d'une cause.
Commenter  J’apprécie          341
Mon maître croyait que je me battais pour lui, mais il se trompait. Je me suis toujours battu pour moi.
Commenter  J’apprécie          60
Les chiens durs ne dansent pas.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Arturo Pérez-Reverte (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arturo Pérez-Reverte
Il n'avait ni patrie ni roi, mais une poignée d'hommes fidèles. Ils ne cherchaient pas la gloire, seulement à apaiser leur faim. Ainsi naquit le mythe. Ainsi se raconte une légende.
Après avoir été banni du royaume de Castille par le roi Alphonse VI, Ruy Díaz vend, au mieux offrant, les services de sa troupe de soldats dévoués. Dans cette lutte pour la survie en territoire hostile, sa force de caractère et ses faits d'armes lui vaudront rapidement le surnom de Sidi Qambitur, maître triomphateur.
Avec son talent habituel, Arturo Pérez-Reverte nous plonge dans l'Espagne du XIe siècle, celle des rois rivaux, des batailles sanglantes et des jeux d'alliances entre chrétiens et Maures. Loin du mythe manichéen du Cid patriote, Sidi est le portrait d'un chef de guerre hors pair, d'un formidable meneur d'hommes et d'un stratège au sens de l'honneur inébranlable. Un roman haletant, épique et magistral, une immersion au coeur de l'Histoire.
Traduit de l'espagnol par Gabriel Iaculli
« Un récit magnifique, du pur Pérez-Reverte. » El Mundo
Arturo Pérez-Reverte, né à Carthagène, Espagne, en 1951, a été grand reporter et correspondant de guerre pendant vingt et un ans. Avec plus de vingt millions de lecteurs, il est l'auteur espagnol le plus lu au monde, et plusieurs de ses romans ont été portés à l'écran. Il partage aujourd'hui sa vie entre l'écriture et sa passion pour la navigation. Il est membre de l'Académie royale d'Espagne.
En savoir plus : https://bit.ly/3ViUsSE
+ Lire la suite
autres livres classés : combats de chiensVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (113) Voir plus



Quiz Voir plus

Connaissez-vous Arturo Pérez-Reverte ?

De quelle nationalité est-il ?

espagnole
argentine
colombienne
mexicaine

8 questions
133 lecteurs ont répondu
Thème : Arturo Pérez-ReverteCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..