AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Quijano (Traducteur)
ISBN : 2253076252
Éditeur : Le Livre de Poche (11/05/1994)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 1040 notes)
Résumé :
Sur la toile, peinte il y a cinq siècles, un seigneur et un chevalier jouent aux échecs, observés depuis le fond par une femme en noir. Détail curieux : le peintre a exécuté ce tableau deux ans après la mort mystérieuse d'un des joueurs et a tracé l'inscription "Qui a pris le cavalier ? " également traduisible par "Qui a tué le cavalier ? "
Tout cela n'éveillerait que des passions de collectionneur si des morts violentes ne semblaient continuer la partie en s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
Zebra
03 février 2013
Vous aimez les peintures du Quattrocento, l'histoire de l'art, la restauration de tableaux, les parties d'échecs et les intrigues policières ? Alors lisez ou relisez au plus vite « Le Tableau du Maître flamand ». Arturo Perez-Reverte, son auteur, n'a peut-être pas signé ici son meilleur livre, si on le compare avec les « Aventures du capitaine Alatriste » (1996), mais dans cette oeuvre à mi-chemin entre roman policier et roman historique, dans ce Grand Prix de la littérature policière (1993), l'auteur nous compte une histoire bien enlevée et sacrément documentée dont la fin pourrait vous surprendre.
L'histoire : Julia travaille à la restauration de « La Partie d'échecs », une oeuvre peinte en 1471 par un flamand, Pieter van Huys. Elle met alors à nu cette petite inscription en latin, initialement masquée par l'artiste : « Qui a tué le cavalier ? ». Il s'avère que ni le propriétaire du tableau, ni l'ancien professeur d'histoire de l'art de Julia ne connaissaient l'existence de cette inscription. le tableau, qui doit être mis en vente, représente un chevalier (un cavalier) jouant aux échecs avec un duc ; en arrière plan, la duchesse, vêtue de noir, tient un livre qu'elle semble lire. Vérifications faites, la dame serait en deuil du chevalier, son amant, tué d'un carreau d'arbalète deux ans avant la composition du tableau, et le duc pourrait avoir été au courant de la liaison de sa femme. Question : qui est l'assassin ? Pieter van Huys pourrait avoir incorporé la réponse à cette question dans la partie d'échecs que se jouent les deux hommes. A première vue, c'est assez évident : de jalousie, le duc a fait assassiner le chevalier. Mais est-ce que les apparences ne seraient pas trompeuses ? Étrange : la Mort frappe les uns après les autres ceux qui voudraient découvrir la vérité ! Je ne vous en dis pas plus.
Avec « Le Tableau du Maître flamand », Arturo Perez-Reverte a réalisé un livre très intéressant, et à plus d'un titre.
Au titre de l'intrigue policière : une construction habile qui promène le lecteur de personnage en personnage ; c'est plaisant, très typé, un peu manichéen sur les bords mais l'intrigue policière vous prend aux tripes tant elle fascine, avec un suspense qui dure jusqu'au bout (le livre fait 347 pages).
Au titre de l'histoire de l'art et des tableaux du Quattrocento : une description savante des moyens déployés pour fabriquer mais aussi pour restaurer aujourd'hui (page 71) ces oeuvres d'art, les couches de peinture masquant parfois l'essentiel, lequel se dévoile grâce à la photographie aux rayons X. L'auteur nous fait au passage toucher du doigt quelques trucs des anciens maitres flamands : intégrer le spectateur ou intégrer des miroirs et des trompe-l'oeil dans le tableau, de façon à brouiller la frontière entre la réalité et le tableau ou à présenter plusieurs niveaux de réalité, quitte (page 240) à présenter, comme dans les dessins d'Escher, un éternel retour vers le point de départ, le tableau étant dans un autre tableau qui ramène au premier tableau ... le lecteur découvrira aussi les coulisses actuelles et parfois peu glorieuses de la vente de tableaux et la concurrence entre galeristes.
Au titre de la construction de l'ouvrage : l'écriture reste simple, spontanée, fluide, précise mais sans recherche particulière. de rares touches d'humour ponctuent l'ensemble. La fin, qui intervient après 14 chapitres de longueur assez similaire, paraitra téléphonée ou alambiquée : à vous de voir.
Mais, pour ma part, le livre se distingue par tout ce qui touche au jeu des échecs, le Roi des jeux. Avertissement : les non-joueurs d'échecs trouveront certains passages longs ou obscurs, bien que l'auteur, dans un souci louable de pédagogie, ait tenté à onze reprises de nous expliquer la progression de l'intrigue policière et des pièces du jeu au moyen d'un échiquier. Les joueurs savent que ce jeu nécessite logique, stratégie, rigueur et concentration ; ils reconnaissent (page 325) que gagner c'est prendre le dessus, alors que perdre c'est se soumettre. Ce jeu est inscrit dans la nature profonde de l'être humain. Ses côtés alternativement sérieux et ludique séduisent. Mais le pouvoir d'attraction du jeu d'échecs réside probablement dans ses spécificités. Petit rappel : deux adversaires se côtoient à un mètre de distance. Dans ce rapprochement mutuellement consenti, deux personnes, généralement de même sexe, vont s'affronter dans une vraie compétition : il s'agit de gagner, en s'adaptant à des situations parfois imprévisibles et en faisant preuve d'invention. Les joueurs, les Rois, sont au commande d'une équipe de soldats, sur un champ de bataille. Il y a des règles et des conventions (les joueurs ont le même nombre de pièces, les pièces se déplacent dans chaque camp de façon identique, les joueurs disposent du même capital-temps pour jouer chaque coup …) mais la liberté de manoeuvre est permise, même s'il y a des comportements mimétiques (pour donner le change ou pour apaiser l'adversaire ?). Dans cette rencontre placée dans une même unité d'espace et de lieu, il va régner une certaine harmonie, et pourtant l'aventure commencera dès la première pièce jouée. Les Rois s'observent, en adversaire, mais ils conservent, comme aux temps de la chevalerie, une estime pour leur vis-à-vis : chacun essaiera de contrôler son émotivité et tâchera de se construire une identité temporaire de guerrier triomphant. le contrôle du territoire et particulièrement du centre (un centre du monde, en réduction) reste essentiel. Au-delà du respect mutuel entre les joueurs, au-delà de cette symétrie de façade, l'un d'eux devra bien briser le miroir et tenter de pousser l'autre à la faute fatale et impardonnable qui scellera l'issue du jeu. le perdant devra accepter la soumission ou abandonner la partie, ce qui revient à avouer sa faiblesse. A ce jeu, on rencontre essentiellement des hommes : quand un Roi triomphe d'un autre Roi, dans une symbolique oedipienne, certains psy ont reconnu que ça revenait à permettre qu'on tue le père d'une façon acceptable. D'autres ont fait observer que la relation entre les deux joueurs n'était pas une relation père-fils, que la Reine n'était ni la femme ni la maitresse phallique du Roi, que le Fou n'était pas fou puisque son déplacement répondait à des règles strictes … Certes, mais dans son livre « Le Tableau du Maître flamand », Arturo Perez-Reverte nous fait toucher du doigt, au-delà des jeux du meurtre, l'ambivalence des êtres, la fragilité du père, la réalité de l'homosexualité, le drame de certaines existences et … la puissance de la femme. Je vous le disais : un livre intéressant à plus d'un titre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          810
Krout
23 septembre 2015
Niveau 6 : Quel est le but du jeu ? Est-ce gagner ? Ou bien simplement prendre du plaisir durant la partie ? Faut-il qu'elle dure longtemps pour être plus heureux ? Et si la vie était un jeu ? Quel est alors son enjeu ? Regarde bien dans le miroir face aux joueurs : qui chacun d'eux voit-il comme plus farouche adversaire ?
Attention prends tout le temps de la réflexion...dis-moi miroir...quelles sont les règles finalement ? Où est le Bien ? Où est le Mal ? Où commence la fiction ? Où est la réalité ? Faut-il tout donner, toujours aller de l'avant ? Quels sacrifices accepter, quand et comment ? Car pour bien finir faut-il seulement un vainqueur ? Et si c'était finalement un jeu à qui perd gagne, la vie ? La vie si courte et qui ne contient que la vie...
Tu l'auras compris, ami lecteur, je n'ai pas résisté à te présenter en premier le niveau le plus élevé. Ne crains rien : pas de spoiler car ce niveau n'est pas tel quel ni dans le livre, ni dans le tableau. A ce niveau tout devient très personnel et ta manière d'appréhender le monde va fortement impacter ton interprétation des faits et des symboles. Moi par exemple, j'aime bien laisser des options ouvertes, d'où toutes ces questions. Arturo Perez-Reverte lui aime bien jouer, je l'ai déjà dit lors de critiques précédentes, je le répète. Ne te laisse pas embarquer car il aime jouer des tours au lecteur et essaye de le rendre fou. Avec cette dernière phrase aucun doute il adore jouer, entre autre, aux échecs, mais je te préviens il aime aussi les constructions géométriques et les mathématiques : donc la balistique, l'architecture, la peinture et la musique. En avant pour le niveau 1 (certains d'entre vous connaissent mieux les jeux vidéos et Super Mario que les échecs, c'est bien aussi pour aborder des univers parallèles) !
Niveau 1 : Écriture simple et claire pour cette démonstration quasi mathématique, adaptée aux raisonnements logiques du joueur d'échecs. Les personnages sont plutôt plats comme faisant partie du tableau. Quelques belles descriptions toutefois, sur les antiquités, la restauration d'oeuvres d'art, l'univers des antiquaires, le marché de l'art. La palme revient bien sûr à la description de ce tableau purement imaginaire d'un peintre qui n'a pas vécu ni la scène ni l'époque. Admirable sans égaler, à mon avis, Borges qui a inventé de toute pièce une encyclopédie complète. Quelques beaux dialogues sur la musique notamment. Et bien sûr les clins d'oeil à des héros imaginaires ou des figures légendaires pour renforcer l'illusion de la réalité de l'histoire racontée. Prêt pour le niveau 2.
Niveau 2 : Enquêtes entrelacées, assassinée l'unité de lieu et de temps dans ces univers parallèles, dans ce jeu de miroirs on finirait vite par ne plus savoir sa gauche de sa droite, l'envers ou l'endroit, et le passé explique-t-il le présent ou le présent permet-il d'élucider les énigmes du passé ? Y a-t-il un lapin blanc dans cette histoire ? Qui va rester sur le carreau, le carreau du dallage et le carreau du damier, l'arme est évidemment une arbalète qui nous renvoie au carreau meurtrier ? (Ouf, ni nappes en vichy, ni pantalons en pied de poule, heureusement !) Mais que fait donc la police ? Attention de ne pas glisser sur les carreaux de la salle de bain pour pouvoir atteindre le niveau 3.
Niveau 3 : Ombres et lumière, petitesses et grandeur, intrigues et jeux de pouvoir, domination et soumission, marchandages en tout genres et à tous les étages. Différents points de vue établissent différentes perspectives et différentes lignes de fuites. Attention au renversement des évidences. Qui manipule qui ? Ne te perds pas si tu veux être bien armé pour le niveau 4.
Niveau 4 : de l'art, de la peinture, de la musique et au-delà de la littérature aussi; eh oui. A ce niveau, ami lecteur, tu vas apprendre un peu sur tout. Mais j'espère que tu n'as pas oublié de prendre avec toi ce miroir que tu as déjà croisé dans les niveaux précédents car avec lui tu pourras transposer tout ce qui est dit sur la musique ou sur la peinture à la littérature. Ah, il est diablement fort cet Arturo ! Bon tout jusqu'à présent n'est qu'échauffement pour le niveau 5.
Niveau 5 : La partie d'échecs, quelle frustration, sois prêt ! Bon il faut s'accrocher si tu ne sais pas jouer au échecs mais plus encore si tu sais jouer. Quand tu tombes sur la page 88 tu vois tout de suite que les blancs ont l'avantage, confirmé en page 90, seul point délicat la tour b6 menacée par le pion noir en a7 qui pourrait mettre à mal tout ce bel édifice. Alors quand tu apprends que c'est aux blancs de jouer, tu imagines bien sûr prendre le pion noir en b7 par le pion blanc en c6. Ton adversaire se trouve en face du dilemme prendre ta tour en b6 avec son pion en a7 ce qui t'ouvre une voie royale pour aller à la dame tout en prenant son fou en d8 ou plus vraisemblablement parce qu'il n'est pas fou il va s'en servir et le sacrifier pour prendre ton pion en b7. Au coup d'après tu lui prends son fou avec ton pion en a6. Résultat tu accrois grandement ton avantage par un partage de pions, un gain d'un fou et le blocage de son cavalier en b8 ou plus tard en c6. Eh, eh pour comprendre il te faut le bouquin, c'est mon but aussi ;). Mais attends toi à une déception en page 167 !
De tout façon tu n'as pas le choix tu es prisonnier de la partie. Amoureux de liberté j'ai alors imaginé un damier en rouge et noir. Ah, ah Mr Perez-Reverte le rouge et le noir, l'amour et la mort, fini le Bien et le Mal ! Car si tout est permis pour l'auteur, le lecteur peut tout lui aussi. Incidemment, en choisissant comme modèle un maître qui préfère terminer par un Pat (match nul) plutôt qu'un Mat (prise du roi) cela pose immédiatement les questions du niveau 6.
Voilà si tu veux jouer tu peux commencer par associer les citations que j'ai déposées aux niveaux que je mentionne dans la critique. Pour corser il n'y a que 5 citations pour 6 niveaux. Et puis surtout, jette-toi sur ce très troublant roman.
Mon édition livre de poche fait 347 pages le texte commençant en page 7.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3910
Crazynath
26 juillet 2014
Le tableau du maitre flamand est un livre machiavélique ! Une fois sa lecture entamée, impossible de poser ce livre car l'intrigue est vraiment très prenante.
On est happé des le début de l'histoire par le mystère qui plane autour de cette toile de maitre en train d'être restaurée et qui semble susciter bien des convoitises et des interrogations.
Ce livre développe une intrigue qui mêle habillement l'histoire avec les vingtième siècle.
L'auteur a su créer une ambiance particulière, qui ajoute à la particularité de ce roman pas comme les autres!
Je pense que les non joueurs d'échecs peuvent trouver ardues certaines parties qui sont assez techniques , mais cependant cela ne m'a pas empêché d'apprécier tout le talent et la maitrise d'Arturo Perez -Reverte
Commenter  J’apprécie          512
zellereb
17 janvier 2016
J'avais gardé une impression favorable d'une critique faite il y a longtemps sur babelio. Ce titre a du sommeiller dans ma tête durant tout ce temps, c'est pourquoi je l'ai acheté, ne sachant pas qu'il tournerait autour du jeu d'échec, qu'à la base, je n'aime pas trop. Oui, parce que parfois je ne regarde pas très bien les couvertures de livres.
Je ne suis pas une joueuse d'échec, mais ce livre par contre, donne envie de jouer. Il est plutôt bien expliqué, et rend accessible les coups joués, grâce à des reproductions du jeu, et des explications claires. Comme on s'identifie facilement à Julia, la restauratrice de tableau, qui est aussi nulle que moi dans cette matière, on arrive à suivre. Dieu merci.
Pour résumer, cela parle d'un tableau que Julia, est en train de restaurer pour un certain Don Manuel. Il représente des personnages jouant aux échecs. Elle découvre une inscription cachée disant : « Qui a tué le chevalier ? ». A partir de cette phrase, elle et son ami César, aidés de Munoz, joueur d'échec, vont s'acharner à refaire la partie du tableau à l'envers, afin de découvrir le message codé du tableau.
Les allers retours entre l'image et la fiction, le passé historique et le présent, cette plongée dans le monde de l'art, ce parfum hispanique, cette fière passion qui se sent dans le jeu des échecs… Quelle noblesse dans tout ça…. du moins, jusqu'à un certain point. Il ne faut pas oublier que la mort s'invite plusieurs fois, et qu'un assassin rôde parmi les personnages de l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
joedi
24 mars 2013
L'an 1471, le peintre flamand Pieter van Huys a peint « La Partie d'échecs », huile sur bois. le propriétaire actuel décide de sa vente ; la galeriste chargée de la transaction confie le tableau à Julia, une amie grande spécialiste dans ce domaine.
Julia découvre une inscription cachée grâce à la technique des rayons X fréquemment utilisée lors des restaurations de peintures. de cette découverte ainsi que la partie de Jeu d'échecs en cours sur la toile vont découler des événements et des meurtres étranges.
A chaque événement, un personnage secret, joueur d'échecs accompli, laisse sur un bristol le coup suivant de la partie engagée. Un thriller atypique.
Commenter  J’apprécie          3111
Citations & extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra03 février 2013
page 159
[...] Il entend le claquement sourd de l'arbalète et se dit, en un éclair, qu'il doit s'écarter de la trajectoire du trait ; mais il sait qu'un carreau court plus vite qu'un homme. Et il sent que son âme laisse couler lentement une plainte amère tandis qu'il cherche dans sa mémoire un Dieu à qui confier son repentir. Et il découvre avec surprise qu'il ne se repent de rien, même si à dire vrai il n'est plus très clair qu'il y ait, en ce moment où la nuit tombe, un Dieu pour l'écouter. Alors il sent le coup. Il y en a eu d'autres auparavant, comme en témoignent ses cicatrices ; mais il sait que celui-ci n'en laissera pas. Il ne fait pas mal non plus ; à peine si l'âme semble s'échapper par la bouche. Alors tombe soudain la nuit irrémédiable et, avant de s'enfoncer en elle, il comprend que cette fois elle sera éternelle. Quand Roger d'Arras lance son cri, il n'est déjà plus capable d'entendre sa propre voix. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
ladesiderienneladesiderienne11 juin 2015
- (...) Voyez plutôt - il tendit la main vers la table, prit un papier et un crayon, puis écrivit quelques lignes qu'il montra ensuite à Munoz. Regardez-moi ceci, je vous prie.
Le joueur d'échecs lut à haute voix :
- "La phrase que j'écris en ce moment est celle que vous lisez en ce moment..." - il regarda Belmonte, surpris. Oui, et puis ?
- C'est tout. J'ai écris cette phrase il y a une minute et demie et vous venez de la lire, il n'y a que quarante secondes. En d'autres termes, mon écriture et votre lecture correspondent à des moments différents. Mais sur le papier, "ce moment" et "ce moment" sont indubitablement "le même moment"... Donc la phrase est à la fois vraie et fausse... Ou est-ce le concept de temps que nous laissons de côté ?... N'est-ce pas un bon exemple de paradoxe ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ladesiderienneladesiderienne08 juin 2015
A le regarder marcher les mains dans les poches, à voir sa chemise élimée, ses grandes oreilles qui dépassaient au-dessus du col de sa vieille gabardine, il donnait l'impression d'être exactement ce qu'il était : un obscur employé de bureau qui ne fuyait la médiocrité qu'en se plongeant dans le monde des combinaisons, des problèmes et des solutions que les échecs pouvaient lui offrir. Le plus étrange en lui était ce regard qui s'éteignait lorsqu'il ne fixait plus l'échiquier ; cette manière de pencher la tête comme si quelque chose pesait trop lourd sur les vertèbres de son cou ; comme s'il voulait ainsi que le monde extérieur glisse de côté sans le frôler plus qu'il n'était nécessaire. Il lui faisait penser aux soldats prisonniers que l'on voit défiler la tête basse dans les vieux documentaires sur la guerre. Son expression était celle de l'homme battu avant même que n'ait commencé la bataille ; de celui qui chaque jour ouvre les yeux et se réveille vaincu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
KroutKrout23 septembre 2015
- Plus encore que vous ne croyez, Bach, comme beaucoup d'artistes, aimait jouer de tours. Il recourait constamment à des stratagèmes pour tromper son auditoire : espiègleries avec des notes et des lettres, variations ingénieuses, fugues insolites et, par-dessus tout, un grand sens de l'humour... Par exemple, dans une de ses compositions à six voix, il introduit en catimini son propre nom, réparti entre deux des voix supérieures. Mais ces choses n'existaient pas seulement en musique : Lewis Caroll, qui était mathématicien et écrivain en plus d'être un grand amateur d'échecs, affectionnait les acrostiches... Il existe des manières fort habiles de cacher des choses dans une pièce de musique, dans un poème ou dans un tableau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ladesiderienneladesiderienne06 juin 2015
Sans s'en rendre compte, par déformation professionnelle, Alvaro avait pris un ton de voix persuasif, presque doctoral, comme c'était tôt ou tard le cas chaque fois qu'une conversation tournait autour de sa spécialité. Julia s'en aperçut avec un certain trouble, car cette voix réveillait de vieux souvenirs, cendres oubliées d'une tendresse qui avait occupé une place dans le temps et dans l'espace, dans la formation de son caractère tel qu'il était à présent. Résidus d'une autre vie et d'autres sentiments qu'un méticuleux travail de sape et de destruction avait amortis, les mettant à l'écart comme un livre qu'on range dans une bibliothèque pour que la poussière le recouvre, sans intention de le rouvrir jamais, mais qui malgré tout demeure là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Arturo Pérez-Reverte (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arturo Pérez-Reverte
Bande annonce de la série, Las aventuras del capitán Alatriste (titre francais : El capitan), adaptation des romans d'Arturo Pérez-Reverte
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Arturo Pérez-Reverte ?

De quelle nationalité est-il ?

espagnole
argentine
colombienne
mexicaine

8 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : Arturo Pérez-ReverteCréer un quiz sur ce livre
. .